17 000 combattants syriens en Libye se battent pour la Turquie

Malgré l’intervention directe et déclarée de la Turquie en Libye, le nombre de mercenaires combattant pour soutenir le gouvernement d’accord national a dépassé les attentes, lorsque le général Ahmad al-Mismari, porte-parole de l’armée nationale libyenne, a déclaré que la Turquie avait envoyé plus de 17 000 combattants en Libye au cours des derniers mois.

« Ils ont envoyé de grands groupes de mercenaires de différentes nationalités », a déclaré al-Mismari, soulignant que 1000 d’entre eux ont été tués lors des combats à Tripoli, tandis que 1800 ont été rapatriés après avoir été blessés lors des affrontements avec l’armée libyenne.

Le rôle important des mercenaires était évident dans leur participation aux récentes opérations militaires, en particulier dans les attaques des milices du gouvernement de l’Accord contre des zones contrôlées par l’armée nationale, où une grande partie des mercenaires ont été tués ou blessés.

La tromperie et les escarmouches

Bien que leur rôle soit très important pour la résilience du gouvernement de l’Accord, des tensions ont éclaté entre les mercenaires et les Turcs d’un côté et les commandants des milices de l’autre.

Les rapports des médias font état d’éventuelles insurrections parmi les mercenaires, soulignant que beaucoup d’entre eux ont fui leurs postes ces derniers jours après des accrochages entre eux et leurs commandants.

Les analystes prévoient que des affrontements armés entre les deux parties pourraient éclater dans les prochains jours, non seulement limités à des escarmouches, mais révélant également des conflits continus entre mercenaires étrangers et militants libyens.

La crise entre la Turquie et les mercenaires ne s’est pas arrêtée là, car des groupes syriens de défense des droits humains ont rapporté que Faylaq al-Rahman, une faction d’opposition armée, a rejeté la demande turque d’envoyer des combattants en Libye, incitant la Turquie à couper le financement de la faction sans révéler les raisons de son rejet, bien qu’étant l’une des plus grandes factions soutenues par la Turquie en Syrie.

Selon al-Mismari, les récentes actions de l’armée turque se sont non seulement limitées à sa position vis-à-vis des mercenaires, mais ont également tenté d’utiliser toutes les forces militaires disponibles en attaquant des cibles libyennes.

En outre, al-Mismari a confirmé que les forces turques terrestres avaient récemment participé à la principale attaque lancée par les milices du gouvernement de l’Accord contre la ville de Tarhuna, au sud-est de Tripoli.

« La Turquie a toujours menacé d’utiliser un pouvoir excessif contre les forces armées, et nous avons déjà surveillé un groupe d’avions simulant le ciblage de sites à l’intérieur du territoire libyen.

La semaine dernière, l’armée libyenne a confirmé l’arrestation d’un groupe de mercenaires envoyés par la Turquie pour combattre aux côtés des milices libyennes, soulignant que les enquêtes de l’armée libyenne ont révélé des faits choquants sur les opérations de recrutement organisées par la Turquie.

Toute publication et rédaction sont conservées dans Centre de recherche et d’étude Mena