A cause du Hachd chiite, une attaque afghane contre l’Iran

Des responsables afghans ont mené une attaque contre le régime iranien, en l’accusant d’œuvrer à susciter la discorde et à attiser une guerre sectaire dans leur pays, et ce en commentant les informations autour de la création de ce qu’on appelle «Hachd chiite» en Afghanistan, soutenu par l’Iran.

Dans le même contexte, le responsable du ministère afghan de l’Information et de la Culture, Qasim Wafayezada, a qualifié l’annonce de la création d’une faction armée portant ce nom, d’une sorte de complot contre l’Afghanistan, en ajoutant que le régime iranien cherche à travers ce pas à élargir l’horizon de la guerre dans le pays et de la compliquer davantage.

Il est à rappeler que les déclarations de Wafayezada interviennent quelques jours après les déclarations de l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad, dans lesquelles il avouait le rôle négatif joué par le régime iranien en Afghanistan, en soutenant les talibans. Il a dans ce cadre décrit le rôle de son pays en Afghanistan d’une partie d’un plan diabolique.

En outre, Wafayezada a dit que les répercussions de provoquer des conflits par le gouvernement iranien dans son pays ne s’arrêteront pas aux frontières géographiques de l’Afghanistan, mais ils vont déclencher un incendie qui touchera également l’Iran, en ajoutant : «Ces groupes de mercenaires et les outils des étrangers n’ont pas leur place parmi le peuple afghan»

En parallèle, le conseiller en chef du président afghan, Shah Hussain Mortazavi, a considéré que le régime iranien est en train de mettre en œuvre un plan insidieux en Afghanistan, outre le fait d’attiser la discorde à l’intérieur du pays, en ajoutant : « L’Afghanistan ne répétera jamais l’expérience de la Syrie, du Yémen, de l’Irak et du Liban. L’Afghanistan est un modèle de tolérance envers les différentes sectes religieuses dans le monde islamique. Les tentatives de l’Iran de provoquer la sédition vont échouer».

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA