Ainsi, l’influence de l’Iran en Syrie a été affectée par la mort de « Soleimani »

جنود سوريين مع العلم الإيراني والعلم الروسي

Le centre de l’Émirat pour les études a estimé que l’absence de l’ancien commandant de la Force Quds, Qassem Soleimani, avait grandement affecté l’influence iranienne en Syrie, et a également confondu les milices iraniennes là-bas, soulignant le lien du dossier syrien au personne de « Soleimani » chez le régime iranien, et sa relation avec les arrangements qui ont eu lieu dans ce pays, depuis l’arrivée au pouvoir de Bachar al-Assad en 2000 et jusqu’à 2020.

L’étude a souligné que « Qassem Soleimani » s’intéressait directement à la place syrienne depuis le début de son entrée en fonction en tant que commandant de la Force Quds.

L’étude a considéré que le général iranien vétéran avait investi la mort de « Hafez al-Assad » pour redessiner les relations entre l’Iran et le nouveau régime syrien, dirigé par « Bachar al-Assad », à partir de l’établissement d’un type de relation différent entre les deux pays.

L’étude a également cité des sources bien informées, que l’influence de « Soleimani » en Syrie a commencé avec la formation d’une force militaire sous sa direction, visant à assurer une transition en douceur des rênes du gouvernement à Bachar al-Assad après la mort de son père.

En juin 2000, cette force a aidé le régime iranien à transformer complètement les relations avec la Syrie et sa pénétration dans la sécurité et l’armée dans la région arabe, alors que ce n’était qu’une partie que la Syrie aide à briser son isolement international.

En outre, l’étude a noté que l’invasion de l’Irak et la chute de l’Irak en avril 2003 ont également constitué un nouveau tournant dans les relations entre les régimes syrien et iranien, ainsi que par l’intermédiaire de Soleimani, qui a pris en charge la supervision de la coordination entre la Syrie et l’Iran.

Il a cordonné les renseignements et les efforts militaires pour contrer les répercussions de la présence américaine en Irak Et lutter contre cette présence, en plus de son hypothèse de faciliter la présence d’al-Qaïda grâce à l’assistance logistique de Damas, qui a ouvert ses frontières pour traverser les militants en Irak, selon à l’étude.

Plus tard, cette relation est devenue plus évidente face aux forces indépendantistes au Liban, en 2004 et 2005, à travers la campagne d’assassinat lancée par le trio syro-iranien-Hezbollah contre leurs opposants politiques.

Dans le même temps, Soleimani avait renforcé ses relations avec les dirigeants du Hezbollah libanais, notamment Imad Mughniyah, Mustafa Badreddine, et le chef du parti, Hassan Nasrallah.

Cette étape a vu une pénétration iranienne dans toutes les articulations de l’État syrien, militairement, sécuritairement et économiquement.
Le phénomène du chiisme a augmenté et est devenu public dans de nombreuses régions syriennes.

L’étude a révélé un rôle majeur pour « Soleimani » en Syrie pendant la révolution, dépassant ce qui a été montré par les médias, notant que l’intervention de l’Iran était le résultat de l’insistance de « Soleimani » pour sauver « Bachar al-Assad » et son régime de l’effondrement.
Il a eu un rôle influent au cours des événements syriens à travers de nombreuses politiques et stations, notamment en organisant la réponse brutale du régime aux attaques des opposants à Damas et aux menaces de renverser le régime, « dans les premiers mois de la révolution syrienne.

Également, il a formulé les stratégies militaires du régime syrien, telles qu’elles sont attribuées aux politiques de siège et de famine et aux politiques de distorsion de la révolution. »

L’étude a décrit « Soleimani » comme l’ingénieur des lignes de défense de Damas, et il a établi un système de défense composé de trois cerceaux, ce qui a rendu la mission de l’opposition impossible à prendre d’assaut Damas et de renverser le régime.

Cette affaire a grandement contribué à aider l’Assad à garder de la légitimité du gouvernement basé sur son contrôle de la capitale.

Avec la mort de « Soleimani », l’étude a considéré que la carte de la gestion du réseau avait été perdue, car c’est en raison de la concurrence entre les services de sécurité et de son empressement à garder le secret de cette administration.

Il n’a pas établir une génération de dirigeants au sein du Corps de Al-Quds pour lui succéder, mais la carte de ses relations indique qu’il rapprochait des éléments non iraniens, irakiens, libanais, afghans et pakistanais, et ses secrets ont été distribués parmi ceux-ci, selon le besoin opérationnel et les exigences de la gestion des affaires.

Le seul Iranien qui lui a fait confiance, et sa « boîte noire » est considéré comme « Hussein Por Jaafari », de sa ville Qorman, mais il a été tué avec lui à Bagdad.

Sur la base de ces données, l’étude a estimé les zones de vulnérabilité que l’absence de Suleimani laissera sur la scène syrienne dans les éléments suivants, les piliers que Suleimani a construits en Syrie, en particulier le projet de construction de la base d’Albukamal et de préparation de la zone en tant que projet parallèle à la route de l’Iran vers la Méditerranée et le projet de contrôle d’Alep, où l’Iran a sa plus grande base militaire en Syrie, « Jabal Azzan ».

De plus, l’absence de « Soleimani » sur les lieux affectera, selon l’étude, le projet de chiisme dans le sud du pays, à Quneitra et Daraa.

En plus, la construction d’une force pro-iranienne dans cette région, et ainsi que la coordination entre les milices et les relations de coopération entre elles et le contrôle de leurs conflits, étant donné que les relations entre de nombreuses composantes de ces forces sont tendues et ont connu des conflits plus d’une fois.

L’étude n’a pas exclu l’administration des actifs iraniens en Syrie, notamment que la Force Al-Quds possède de nombreux actifs en Syrie et une présence tangible dans la plupart des articulations de l’action militaire là-bas, en particulier dans les aéroports militaires de la campagne de Homs, dans le centre de la Syrie, dans l’Aéroport militaire d’Hama et l’aéroport de Nairab à Alep.

Dans ces zones la Force Al-Quds partage personnellement la gestion de ces sites avec la Russie sous la supervision de « Qasim Soleimani ».

La Force Al-Quds est présente dans d’importants complots militaires dans la région d’Al-Kiswa, dans la campagne de Damas, où ces bases militaires dirigent la plupart des opérations des milices iraniennes dans le sud de la Syrie.

Sur le terrain, l’étude a montré que l’absence de « Soleimani » s’expliquait par une méthodologie israélienne de ciblage des milices iraniennes et une entrée américaine en jeu, qui brouilleraient l’influence iranienne en Syrie et entraveraient son positionnement dans plus d’un endroit, en particulier dans l’est de la Syrie.


Toute publication et rédaction sont conservées au Centre de recherche et d’étude Mena