Al-Houthi reproduit les expériences des «Petits de la Khilafa», de l’Etat islamique et des «Basij» iraniens

أطفال الحوثي

Comité de rédaction

Le coup d’État houthi contre le pouvoir au Yémen entre dans sa sixième année. En effet, une source yéménite digne de confiance a affirmé à l’Observatoire Mena que les milices houthie ont mis en place un nouveau plan qui consiste à répéter l’expérience, « les petits de la Khilafa » qui a été appliqué par l’Etat islamique en Syrie et en Irak, soulignant que la milice a approuvé un projet pour former une nouvelle génération de combattants parmi les enfants yéménites.

Les déclarations de notre source coïncident avec les avertissements du gouvernement yéménite de ce qu’il a appelé des «camps d’été », qui sont installés par des milices au profit des enfants au Yémen. Ces camps sont conçus pour exercer un lavage de cerveau aux enfants à travers les conférences dogmatiques liées à l’approche houthie et d’opérations d’entraînement militaire, selon le gouvernement.

Gagner le temps et reproduire les expériences

Selon notre interlocuteur, le processus de recrutement d’enfants, que suivent les milices, est lié par le désir des Houthis de former une nouvelle armée plus attachée à ses idées, à son idéologie et à ses objectifs, d’autant plus que ses actuels membres sont réellement à la recherche du pouvoir et de l’argent sans croyance idéologique totale. Notre source ajoute dans ce sens: «Le plan Houthi vise la mise en place d’une armée idéologique qui croit en ses objectifs et ses aspirations, sachant qu’actuellement les milices adoptent des idées étranges sur la société yéménite importée de l’étranger.

Notre source note également que les milices essayent de gagner du temps pour préparer sa nouvelle armée, qui a besoin encore à plusieurs années pour pouvoir mener à bien son projet, révélant que la milice souffre d’un manque flagrant des combattants en raison de la multiplication des opérations militaires lancées par l’armée yéménite et l’alliance pro légitimité. Cela l’oblige parfois à envoyer des groupes d’adolescents et d’enfants aux champs de bataille.

Par ailleurs, le Forum arabo-européen pour les droits de l’homme a révélé que la milice houthie avait recruté jusqu’à 23 000 enfants yéménites dans le pays, pour combattre aux côtés de ses forces sur les fronts de bataille.

En outre, notre source affirme que la milice est en train de reproduire l’expérience du Basij iranien, qui est considéré comme la main frappante du Guide suprême, ainsi que l’espérance daechienne des petits de Khilafa , qui ont été classé par les rapports des renseignements comme le plus dangereux de ce que l’organisation a laissé derrière lui, expliquant: «La nouvelle armée des enfants soldats seront à l’avenir l’outil de consolider la domination des Houthis à l’intérieur du pays, moins que de participer à la guerre extérieure.

Ainsi, ces soldats seront les gardiens pour battre brutalement tous ceux qui dénoncent les Houthis, comme c’est le cas en Iran aujourd’hui. « 

Idéologie sectaire et groupes culturels

Le danger que des enfants soldats soient recrutés par les milices, selon le militante politique « Wissam Basandawa » coïncide avec le processus de lavage des cerveaux et de le remplir d’idées racistes, sectaires et terroristes, qui affecte directement le développement et le niveau de l’enfant, notant que les dernières statistiques indiquent le recrutement de plus de 30 000 enfants yéménites de moins de 15 ans.

Quant au recrutement et à la préparation des enfants, le président de la Fondation yéménite pour l’autonomisation des femmes, « Zafran Zayed », indique que la milice exploitent les écoles et certaines autres installations pendant la période estivale pour mettre en œuvre son projet de stockage d’armes et l’entrainement des enfants pour les combats.

Le gouvernement yéménite légitime accuse la milice houthie d’essayer de mettre en œuvre une invasion culturelle iranienne de la société yéménite, non seulement par des opérations de recrutement, mais en ajustant les programmes scolaires en fonction de l’approche iranienne et en remplaçant l’hymne national yéménite par des phrases et des slogans glorifiant la révolution « Khomeiny » en Iran.

Dans le même contexte, la militante des droits de l’homme Arwa Al-Khattabi accuse la milice de construire des groupes terroristes idéologiques qui ne sont pas différents de l’Etat islamique et d’Al-Qaïda et de leur façon de penser, notant que les méthodes et astuces de la milice houthie pour recruter des enfants et les jeter dans un conflit armé entraîneront une réelle catastrophe prochainement dans le pays.

Par ailleurs, des enseignants yéménites ont confirmé plus tôt, et avant la fin de l’année scolaire, que la milice avait forcé les administrateurs scolaires à choisir 15 élèves dans chaque école publique de la capitale pour les emmener en première ligne, à l’insu de leurs familles, pour compenser le manque des combattants dans leurs rangs, soulignant que de nombreuses classes sont complètement vides.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA