Al Rakkah, une icône et une victime de la révolution syrienne

Par : Najm El Deen Najm, journaliste et écrivain syrien qui s’intéresse à la pensée, à la philosophie et à l’illumination européennes

Cette étude examine les changements qu’Al Rakkah a connus au cours des années de la révolution syrienne à tous les niveaux militaire, social et politique, ainsi que les conséquences de ces changements qui ont au moins affecté la situation actuelle d’Al Rakkah et son avenir.

Cette étude comprend :

  • L’oppression d’Al Rakkah avant la révolution
  • Al Rakkah avec l’avènement de la révolution syrienne
  • De la liberté aux années amères des ténèbres
  • La grande bataille entre l’État islamique et les forces démocratiques syriennes
  • Où va Al Rakkah après la libération et la destruction ?

L’oppression d’Al Rakkah avant la Révolution

Avant de passer en revue les épisodes brillants et les épisodes sombres qui sont la plus longue période qu’Al Rakkah a traversée au cours des sept dernières années de la Révolution, examinons rapidement le statut de cette province, sa nature, sa situation sociale et politique dans la règle du régime d’Assad.

Avant la Révolution, Al Rakkah vivait dans un état d’isolement et de marginalisation délibérés et planifiés dans la politique du régime d’Assad.

Ces politiques d’Assad ont délibérément déformé et sapé certaines provinces plus que d’autres dans tout le pays.

C’était conforme aux intérêts du régime d’Assad et à sa volonté sans restriction qui n’avait pas eu d’engagements nationaux.

Cette province voisine du Grand Euphrate dans le nord de la Syrie est entourée de terres agricoles fertiles malgré la nature désertique.

Al Rakkah avait l’habitude de s’épanouir dans ses trésors, dont le régime d’Assad a obtenu tout ce qu’il voulait et à tout moment.

Le régime a bénéficié de la province sans aucun investissement susceptible de développer la région et de renforcer son rôle dans le soutien à l’économie du pays.

Le régime d’Assad a toujours tenu à délaisser les villes de la région syrienne d’Al Jazera en général et d’Al Rakkah en particulier.

Le régime établissait un lien entre la situation économique d’Al Rakkah, le secteur public et l’économie gouvernementale à but lucratif.

Cette politique a transformé les gens en rouages de la machine gouvernementale. Ces rouages produisent beaucoup mais consomment la moindre chose qui les maintient en vie.

Cette politique a rendu les habitants d’Al Rakkah très connectés à la machine à autorité. Les gens apprennent et travaillent uniquement dans l’intérêt du gouvernement et rien d’autre.

Ils ne font jamais les choses pour eux-mêmes.

À propos de cette question importante, essentielle à la compréhension de la situation à Al Rakkah avant la révolution, je voudrais revenir sur ce que Ma’bad Al Hasoun, journaliste et chercheur d’Al Rakkah, a dit dans son livre « Al Rakkah et la révolution ».

Dans ce livre récemment publié, il déclare : « Nous ne devons jamais ignorer la grande communauté de travailleurs et le secteur éducatif en expansion, comme dans le cas du secteur agricole (coopératives, banques agricoles, systèmes de distribution des terres.

Le régime utilisait ces terres pour faire le chantage et les tentations.

Tous ces secteurs, avec le commerce, constituaient un élément essentiel de la stratégie et de la domination du régime, et de la manière dont certaines personnalités du régime ont pénétré la communauté ».

« Tous ces secteurs ont relié des générations successives à la machine d’autorité. On peut dire qu’Al Rakkah était le trou noir du régime et sa cour arrière pour les bonnes affaires ».

Al Rakkah avec l’avènement de la révolution syrienne

Deux semaines après la révolution, le 25 mars 2011, un nombre considérable de jeunes d’Al Rakkah se sont rendus à la manifestation contre le régime d’Assad.

Cette manifestation a marqué une nouvelle ère pour les habitants d’Al Rakkah.

Malgré cette implication précoce dans la Révolution contre l’un des régimes les plus totalitaires et dictateurs du monde, de nombreux observateurs pensent que cette implication n’était pas attendue en termes d’élan et de force pour des raisons subjectives et objectives liées à cette province.

Le régime contrôlait pleinement les facteurs d’influence, comme nous l’avons mentionné précédemment.

La cohérence sociale était minée et assourdie.

Cette image a été renforcée par la visite de Bachar Assad à Rakkah le 6 octobre 2011 afin de participer aux prières Al Eid.

Des milliers de personnalités sociales, de responsables gouvernementaux, de chefs de tribus et de fonctionnaires ont prié avec Bachar Assad.

Les cartes d’invitation ont été envoyées individuellement à leur domicile ou à leur lieu de travail.

Il aurait été ordonné de distribuer 25 millions livres syriennes et des armes aux chefs de tribus.

On leur a demandé de confronter ceux qui se révoltaient contre le régime.

Cette visite était très embarrassante pour les pionniers de la révolution alors que d’autres provinces tentaient de se ressaisir.

Ces mêmes circonstances, qui ont temporairement rendu l’engagement d’Al Rakkah dans la révolution réticente et lente, ont contribué à une implication plus importante et plus influente quelques mois plus tard.

Al Rakkah était relativement loin de l’autorité centrale à Damas, à 450 kilomètres de la capitale et à proximité de la Turquie.

La solidarité courageuse et imprévisible des révoltes à Al Rakkah a créé de nouvelles conditions idéales pour prendre l’initiative et transformer Al Rakkah en une icône révolutionnaire.

Al Rakkah a été la première province à se soustraire au régime d’Assad.

Le 25 mars 2012, une grande manifestation contre le régime a débuté à la rue de l’église, près du parc Al Rasheed, en plein cœur de la ville.

Immédiatement, les forces de sécurité et les personnes corrompues et armées par le régime ont tenté de réprimer par la force les manifestants.

Des balles des forces de sécurité ont tiré plusieurs manifestants.

Ali Al Babensi, un jeune garçon de 16 ans, a reçu une balle dans la poitrine et est décédé parce qu’il était impossible de l’emmener à l’hôpital à ce moment-là.

 Il a été le premier martyr tué par les forces d’Assad lors de la répression des manifestations à Al Rakkah.

La mort d’Ali Babensi a été un choc pour la communauté de la révolution, qui a provoqué une éruption volcanique provoquant une gesticulation révolutionnaire plus forte parmi les défenseurs de la révolution.

En revenant au livre de Hasoun « Al Rakkah et la révolution », nous voyons que ce livre documente cette étape cruciale de la révolution et l’histoire de la révolutionnaire Rakka.

Ma’bad Hasoun a déclaré : « La matinée qui a suivi la mort d’Ali Babensi a été très décisive, distincte et pleine de surprises et de suspense.

La scène était incarnée dans l’imagination et la conscience des gens. Les frontières de l’imagination et des rêves se mêlent à la réalité punitive.

Une vague de colère et de chagrin a submergé la ville et les gens sont descendus dans la rue par groupes et individuellement avec un esprit de décision sans précédent allant au-delà de l’intelligibilité.

Chaque citoyen de la ville pensait être la seule personne à venir pleurer le petit garçon qui fleurissait dans sa jeunesse, un jeune garçon tué simplement et indifféremment de sang-froid.

Personne n’a pensé que l’enterrement ressemblerait à n’importe quel autre enterrement pour une personne normale.

Cette impression était motivée par le fait que le garçon n’appartenait pas à une grande famille ou à une tribu.

On ne s’attend donc pas à ce que beaucoup de membres de la famille s’entassent pour pleurer comme lors des funérailles habituelles ».

L’écrivain ajoute : « La foule s’est accru le matin pour participer aux funérailles. Le nombre augmentait toutes les deux minutes.

Des personnes de lieux éloignés ont envoyé un message pour que les funérailles soient conservées jusqu’à leur arrivée.

Lorsque les funérailles se sont déplacées vers le cimetière, la scène a été merveilleuse et a impressionné tous les participants et spectateurs.

Les funérailles sont immédiatement devenues une des manifestations les plus remarquables de l’histoire de la Révolution à l’échelle nationale.

C’était un mouvement de protestation sans précédent dans une si petite ville qui n’avait pas l’habitude d’être très absorbée par l’opposition au régime tout au long de son histoire.

Plus de 200 000 personnes ont assisté à la manifestation dirigée par les funérailles.

La scène peut être décrite comme un consensus sans précédent et une protestation publique contre le régime et pour la révolution.

La plupart des habitants d’Al Rakkah étaient présents dans une scène magnifique que la ville n’avait jamais vue auparavant.

Les manifestants ont décidé de se rendre au parc Al Rasheed pour détruire la statue de bronze de Hafez Assad face au palais de la municipalité.

Les forces de sécurité ont toutefois été alertées contre des manifestants armés de coups de feu.

Les forces de sécurité ont commis un horrible massacre en tuant 14 jeunes hommes et en blessant des dizaines de manifestants. »

De la liberté aux années amères des ténèbres

Des groupes rebelles locaux d’Idlib, de la campagne occidentale d’Alep et de Deir Ezour ont réussi à libérer la ville et à expulser les forces d’Assad de la ville en quelques heures.

Al Rakkah a été la première ville de province à se libérer de l’emprise du régime d’Assad.

Les habitants de la ville étaient intoxiqués par un triomphe sans précédent.

Les rebelles et les militants d’Al Rakkah ont réussi à créer une icône révolutionnaire.

Ils ont commencé à organiser des activités liées à la Révolution.

La ville a accueilli des centaines de milliers de personnes déplacées originaires d’autres régions de Syrie et exposées à une action militaire brutale du régime.

Ces nouvelles institutions ont pu gouverner la ville de manière parfaite. Ils ont réussi à donner une image fidèle de la belle Syrie.

Cependant, cela n’a pas duré longtemps depuis que l’État islamique a attaqué la ville en janvier 2014.

Après une période de conflit entre l’État islamique et des groupes rebelles comme Al Nusra, Ahrrar Al Sham et d’autres groupes de l’armée syrienne libre, d’autre part.

L’EI a pris le contrôle et a capturé la ville, bien que les batailles aient été favorables aux groupes rebelles.

Les habitants de la ville ont été surpris que leur ville soit devenue entre les mains d’EIIS, qui a fait venir ses combattants des zones rurales.

À l’exception de la brigade Ahrrar Al Rakkah, tous les autres groupes se sont retirés de la ville, même si Al Nusra contrôlait entièrement les deux principaux ponts de la ville.

Les combattants de la brigade Ahhrar Al Rakkah ont été laissés seuls pour se battre contre l’État islamique.

D’autres groupes, comme Al Nusra et Ahrrar Al Sham, n’ont pas pris part au combat pendant quelques jours.

Ahrrar Al Rakkah ne peut donc pas supporter la bataille pendant longtemps et l’ISIS a dominé la ville.

Al Rakkah a traversé à un nouvel épisode catastrophique inattendu.

ISIS a commencé à travailler sur son projet Caliphate en utilisant Al Rakkah comme base de son rêve.

Pour réaliser son rêve, ISIS a lancé une campagne de détention à grande échelle contre des militants et des personnalités révolutionnaires.

Des taxes ont été imposées, de nouvelles lois habilitées et des écoles fermées. Tous ceux qui se sont opposés à eux ont été brutalement exécutés.

Les rêves de liberté de la ville ont tous été abandonnés.

Leurs rêves de liberté, de liberté et de dignité ont tous disparu avec le vent malgré tout le sang qu’ils ont sacrifié pour ces rêves.

L’État islamique n’a ménagé aucune brutalité pour réprimer et rebuter les civils de la ville.

La charia « un tribunal et une police islamiques (Al Hesbah) ont été formés et de nombreux étrangers ont été invités à se rendre dans la ville et ont obtenu toute autorité.

Ensuite, ils ont commencé à piller des installations publiques, des maisons, des magasins sans aucune raison.

Toutes les propriétés pillées ont été données à ces dirigeants étrangers.

ISIS a travaillé dur pour mobiliser les jeunes hommes de la ville en utilisant l’argent et la tentation de l’autorité tout en les menaçant de slogans religieux et sectaires.

Cela a provoqué un conflit invisible entre les habitants de la ville et ceux qui ont rejoint ISIS.

Les actes criminels d’Isis, leur comportement répressif et leurs violations des droits des civils ont poussé des milliers de personnes à quitter la ville par désespoir et à s’installer dans d’autres régions de la Syrie.

Certains ont émigré en Turquie et en Europe.

L’État islamique s’est rendu compte tardivement de la réalité : la ville se vide et se transforme en un grand camp pour les combattants de l’État islamique.

Cela indiquait clairement que la bataille contre l’État islamique était lente, la ville n’étant plus inhibée par les civils.

Cela a facilité la tâche de vaincre ISIS.

C’était en novembre 2015, lorsque l’État islamique a commencé à empêcher les civils de quitter la ville et qu’ils ont brutalement tué des conducteurs soupçonnés d’être impliqués dans le transport de civils hors de la ville.

Battre, crucifier et emprisonner étaient des procédures quotidiennes très courantes imposées à tout civil qui tentait de quitter cette grande prison.

La grande bataille entre l’État islamique et les forces démocratiques syriennes

Le 10 octobre 2015, des forces démocratiques syriennes ont été formées à Al Kameshly, dans le nord-est de la Syrie.

Ces forces ont publié une déclaration affirmant qu’elles constituaient une instance militaire nationale syrienne regroupant tous les Syriens, y compris les Arabes, les Kurdes, les Cereins et tous les autres groupes ethniques.

Cette armée comprend Jaish Al Thewar, la Coalition arabe syrienne, la salle d’opération du volcan Euphrate, les forces Sanadeed, l’Alliance des forces Al Jazera et le Conseil militaire de Cerein, le PYD et les forces de protection des femmes kurdes.

Le nombre total de ces forces est d’environ 45 000 militants.

L’établissement de cette alliance militaire intervient juste après une déclaration des États-Unis selon laquelle ils pourraient soutenir certains groupes choisis de ces forces dans la lutte contre l’État islamique en Syrie.

Au milieu du mois de juin 2015, le nouveau corps militaire soutenu de manière logistique et militaire par les États-Unis a capturé la ville de Tal Abiad et son point de passage frontalier avec la Turquie après que l’État islamique eut abandonné la plupart de ses territoires au nord d’Al Rakkah.

Fin juin 2017, les Forces nationales syriennes (FNS) ont déclaré le début de leur bataille pour Al Rakkah.

Ils ont nommé leur opération militaire « Colère de l’Euphrate », déclarée plus tôt cette année-là.

L’opération militaire avait pour objectif d’expulser l’État islamique d’Al Rakkah, son principal bastion.

Après que les FNS eurent capturé Al Tabka, une ville proche d’Al Rakkah et d’autres régions situées au nord, à l’est et à l’ouest d’Al Rakkah, la bataille pour la ville d’Al Rakkah commença.

Thewar Al Rakkah (révoltés ALRAKKAH), mentionné précédemment dans cette étude, a été exclu de la bataille, bien que ce soit le seul groupe rebelle à avoir combattu l’État islamique lors de sa première attaque sur Al Rakkah.

C’était injustifié car cela fait partie de la nouvelle coalition.

Les habitants d’Al Rakkah craignaient que leur ville ne soit pas à nouveau occupée, en particulier lorsqu’il était clair que le PYD contrôlait les FNS et dominait également toutes les autres fractions militaires.

À la mi-octobre 2015, les FNS ont expulsé le groupe État islamique d’Al Rakkah avec un soutien militaire illimité de la part des forces terrestres et aériennes des États-Unis.

La bataille s’est terminée par un marché qui a permis aux derniers militants de l’État islamique de partir pour Deir Ezour.

Cela a marqué la fin du mythe ISIS dans son principal bastion.

Cette défaite de l’État islamique a coûté la destruction de 80 % des bâtiments et des infrastructures de la ville et la mort d’environ 3 271 civils, selon le Réseau syrien pour les droits de l’homme.

Où va Al Rakkah après la libération et la destruction ?

Même si les habitants d’Al Rakkah ont exprimé leur bonheur pour la libération de leur ville, ils ont exprimé leur profond chagrin pour la destruction de la ville.

 La bataille entraîne la destruction à grande échelle des infrastructures, notamment des tours de communication, des ponts, des hôpitaux et d’autres installations de services publics, tant du secteur privé que du secteur public. Les zones résidentielles ont eu la part du lion de la destruction.

Tant de gens d’Al Rakkah ont commencé à s’inquiéter du destin et de l’avenir de leur ville, comme elle est entre les mains de groupes nationaux kurdes aux origines très fanatiques et fondamentales.

Ces groupes n’ont rien de commun avec la nature arabe tribale de la province d’Al Rakkah, qui est en grande partie une zone nomade.

Lors de la bataille pour Al Rakkah, de nombreux dirigeants et porte-parole des FNS ont déclaré que Rakkah faisait partie du système fédéral du nord de la Syrie, le Kurdistan occidental, qu’ils ont appelée (Roj Ava) en kurde.

Ainsi, beaucoup de gens d’Al Rakkah étaient concernés.

Cependant, ces inquiétudes ont commencé à s’estomper lorsque Saleh Musalam, chef du Parti de l’alliance démocratique (PYD), colonne vertébrale des FNS, a déclaré que le peuple d’Al Rakkah avait pleinement le droit de décider qui gouvernerait sa ville après avoir expulsé l’EI.

Cinq mois après le départ de l’État islamique d’Al Rakkah, Rakkah n’était pas si différent du jour de la libération.

Les bâtiments sont toujours détruits, les décombres partout et les mines partout.

Ces mines tuent de nombreux civils innocents malgré les promesses faites par le conseil local d’Al Rakkah, formé par les FNS, de retirer toutes ces mines et ces décombres de la rue.

Des sociétés civiles et des personnes déplacées d’Al Rakkah et basées à Urfa, en Turquie, ont accusé les FNS de faire preuve de réticence à protéger les civils à Al Rakkah.

Ils ont également accusé les FNS de retarder le retour des personnes déplacées dans leur ville et même de les faire chanter dans certains cas.

Ces sociétés civiles exigent des forces de la coalition et des organisations de défense des droits humains de travailler dur pour ne pas associer le retour des civils dans la ville à des solutions politiques et à des accords liés à Rakkah ou à la situation en Syrie.

Les FNS sont tenus de permettre à davantage de ressources humaines et financières d’accélérer l’élimination des mines avant que davantage de vies ne soient perdues.

En mars dernier, le conseil local d’Al Rakkah, qui fait partie du gouvernement intérimaire syrien, a demandé à la communauté internationale et à la coalition internationale d’aider à la passation d’Al-Rakkah à son peuple quatre mois après le retrait de l’État islamique de la ville.

Dans un communiqué, le conseil local a rappelé à la coalition que, bien que l’État islamique ait quitté la ville il y a quatre mois, 70 % des bâtiments sont toujours détruits et certains cadavres sont toujours sous les décombres.

« La Coalition n’a pas encore enlevé les décombres ou enlevé les cadavres », a ajouté le conseil local.

Selon le conseil local, les FNS ont pillé les maisons et les magasins et infligé des amendes et des taxes aux civils arabes.

Les FNS affirment que ces amendes serviront à indemniser les civils d’Efreen qui y sont victimes de la guerre.

Le conseil local d’Al Rakkah exhorte la communauté internationale et la coalition internationale à assumer leurs responsabilités et à tenir leurs promesses de remettre la province à ses habitants afin qu’ils établissent leurs propres conseils locaux composés de tous les groupes ethniques des différentes régions de la province.

Ces conseils locaux doivent mettre en place un système de police et un système judiciaire local, établis par les sections locales de la province.

Ce système juridique suivra les lois syriennes. Ils doivent également mettre en place des forces armées unifiées pour protéger la province.

Conclusion

Comme le litige est persiste entre les organismes soutenus par les États-Unis, tels que les FNS et le Conseil civil d’Al Rakkah, d’une part, et le conseil local d’Al Rakkah du gouvernement intérimaire syrien, quelque peu soutenu par la Turquie, de l’autre Al Rakkah se trouve en marge de la société sans vrais représentants qui puissent défendre leurs intérêts.

Lorsque le président américain, Donald Trump, a annoncé l’intention des États-Unis de retirer leurs forces de la Syrie en mars dernier, le peuple d’Al Rakkah craignait que la ville ne soit laissée aux mains d’autres partis.

Beaucoup de gens pensent que la présence américaine dans la région est le principal facteur de stabilité et de contrôle des partis nationaux kurdes qui dominent les FNS.

La déclaration de Trump dit explicitement que les États-Unis vont quitter la région et la céder à d’autres puissances sans les identifier.

Cela signifie que les zones contrôlées par les FNS dans le nord et l’est de la Syrie se situeront entre les deux mâchoires d’une pince, à savoir les forces russes à l’est soutenant les forces du régime, qui rêvent d’accéder aux riches zones pétrolifères situées dans les campagnes de Hasakah, Rakkah et Deir Ezour d’un côté et les forces turques de l’Ouest tentant d’éliminer leur principal ennemi avec l’aide de l’armée syrienne libre de l’autre côté.

Ces forces de l’armée syrienne libre ont la sympathie des civils dans les zones arabes dominées par les FNS.

Dans l’intervalle, les FNS ont déclaré la création d’un parti politique appelé « Futur Syrie » à la fin du mois de mars dernier.

Les observateurs pensent que les FNS kurdes ont l’intention de faire de ce parti une interface politique à plusieurs fins.

Ils veulent atténuer les inquiétudes des citoyens arabes de la région en supprimant la conception kurde de leurs autorités et en la rendant plus socialiste avec une majorité arabe.

Ils veulent également faire échec à toute tentative turque d’atteindre l’est de l’Euphrate après que la Turquie et ses alliés de l’armée syrienne libre aient capturé Efreen, le fief symbolique des partis kurdes.

Certains autres analystes pensent que ce parti s’inscrit dans la stratégie des États-Unis visant à annuler la situation antérieure de domination kurde à Al Rakkah et dans l’Euphrate oriental.

Les États-Unis veulent répartir la gouvernance de la région afin de dissiper les préoccupations et la congestion et d’entamer une nouvelle ère de stabilité.

Nous pouvons dire que le destin d’Al Rakkah est encore vague, malgré toutes les déclarations et les communiqués de presse de différentes parties.

Les efforts de reconstruction sont à leur plus bas niveau.

Cela nécessite beaucoup d’argent et une sorte de stabilité et de confiance entre les autorités et les locaux.

Cette confiance est actuellement perdue et pourrait rester perdue dans un avenir proche.

Le démarrage des projets de reconstruction et le retour des civils dans leurs foyers dépendent beaucoup de la solution à la crise syrienne dans son ensemble.

La solution en Syrie étant dans l’impasse, il n’est pas facile d’être optimiste pour toute solution au problème d’Al Rakkah et de toutes les autres provinces syriennes.


Copyright © 2019 The Middle East and North Africa Media Monitor.