Al-Sadr. des signes de désaccord dans sa famille en raison de ses contradictions

مقتدى الصدر

Les manifestations se sont poursuivies dans la rue irakienne, rejetant la nomination de “Muhammad Allawi” à la tête du prochain gouvernement irakien, lui demandant de démissionner et de s’excuser d’avoir accepté le mandat, à un moment où certaines parties affiliées aux milices irakiennes fidèles à l’Iran ont poursuivi leurs attaques sur les manifestants.

Une source de sécurité irakienne a révélé que les tentes des manifestants du gouvernorat de Dhi Qar et de 3 autres tentes dans le centre de la capitale, Bagdad, avaient été brûlées par des inconnus.

De plus, des militants irakiens ont accusé les partisans des Sadristes de s’appeler “propriétaires de chapeaux bleus”, de continuer à attaquer les manifestants sur les places et lieux publics, en particulier dans la ville de Najaf, après avoir invité le chef du mouvement, “Muqtada al-Sadr”, à les aider avec les forces de sécurité irakiennes en démantelant les sit-in, qui ont incité les manifestants à lancer une campagne de “propriétaires de chapeaux rouges” sur les réseaux sociaux, pour condamner les attaques du mouvement sadrist contre eux.

Il semble que la dénonciation irakienne de la malveillance des actions et mouvements de Muqtada al-Sadr tissés par l’Iran de loin, a dépassé la réaction de la rue pour atteindre la même famille, la famille Sadr, qui est classée parmi les plus anciennes chiites arabes “cette famille est parmi les références religieuses et dont le chef politique Muqtada al-Sadr se réclame.

Avec al-Sadr déclarant son soutien rapide au choix d’Allaoui comme Premier ministre, il a essayé à travers ses chapeaux bleus de terroriser les masses et de les forcer à accepter le dernier personnage selon ce que de nombreux adeptes des affaires irakiennes voient.

“Le fondateur du Parti Dawa et le cousin de Muqtada al-Sadr, a-t-il tweeté, critiquant les chapeaux bleus et ne soutenant que l’État et ses chapeaux.

La controverse s’est poursuivie après ce tweet, entre déni et preuve de l’authenticité du compte sur Twitter et de l’exactitude du Tweet ‘Jaafar Al-Sadr’ avec la création d’un deuxième compte du même nom qui refuse Twitter contre les chapeaux bleus, de sorte que le compte revient et disparaît, ce qui a accru l’état de confusion dans les médias et les sites de presse.

Cependant, une source proche de l’ambassadeur irakien à Londres, Jaafar Al-Sadr, a déclaré hier, mardi, que des inconnus avaient ouvert un faux compte portant son nom sur Twitter, et y avaient publié un faux démenti.

La source a déclaré dans une interview à ‘Nass’, le 4 février 2020, que ‘des inconnus ont ouvert un faux compte sur la tension au nom de Jaafar al-Sadr et y ont publié un faux démenti’.

Il a expliqué : ‘Al-Sadr n’a pas ouvert de nouveau compte sur Twitter, et son ancien compte est connu, et il a le suivi de personnalités religieuses et politiques bien connues, comme l’éminent chef du mouvement sadriste, Ahmad al — Sadr. ’

Le tweet de l’ambassadeur Al-Sadr a reçu une large attention de la part de ses partisans dans les cercles politiques et les médias sociaux, tandis que les observateurs l’ont considéré comme un signe de désaccord au sein de la famille Al-Sadr concernant la position sur les manifestations et la controverse entourant le rôle des chapeaux bleus.

La source proche de Jaafar al-Sadr a déclaré que l’ambassadeur irakien à Londres avait été surpris en créant un nouveau compte à son nom et en y publiant le déni, soulignant que le nouveau compte avait été fermé après avoir signalé qu’il s’agissait d’une fraude.

Mais la source, dans son entretien avec l’agence ‘Nass’, a refusé de commenter la position de Ja`far al-Sadr concernant la question des chapeaux bleus, ou s’il y avait effectivement des divergences à ce sujet avec le chef du mouvement sadriste, Muqtada al-Sadr, malgré les nombreuses indications qui soutiennent cette tendance.

Muhammad Ja`far al-Sadr est le seul fils de l’autorité religieuse, Muhammad Baqir al-Sadr, qui a fondé le Parti islamique Dawa en 1957, et le cousin du chef du mouvement sadriste, Muqtada al-Sadr, né à Nadjaf 1970.

Il est marié et a quatre filles et deux fils.

Il est titulaire d’une maîtrise en sociologie des sciences de la connaissance, Université libanaise, Diplôme supérieur de sociologie, Université libanaise. Diplôme universitaire en droit et jurisprudence comparée, Université islamique de Londres. Persan et langues persanes.

Il a été député en 2010 et occupe actuellement le poste d’ambassadeur irakien en Grande-Bretagne.


Toute publication et rédaction sont conservées au Centre de recherche et d’étude Mena