Alors que les tendances du terrorisme évoluent, nous devons travailler ensemble pour garder une longueur d’avance — message principal de l’ouverture de la conférence de l’OSCE à Bratislava

Le message récurrent lors de l’ouverture aujourd’hui de la Conférence annuelle de l’OSCE sur la lutte contre le terrorisme à Bratislava était clair : le renforcement de la coopération entre les États et la promotion de partenariats entre les gouvernements et la société civile sont essentiels pour lutter contre le terrorisme et prévenir l’extrémisme violent.

Plus de 400 représentants politiques, coordonnateurs nationaux de la lutte contre le terrorisme, experts politiques de haut niveau, praticiens et représentants de la société civile, du monde des affaires et du monde universitaire des États participants de l’OSCE et des partenaires pour la coopération se sont réunis à Bratislava pour une conférence de deux jours, pour faire le point sur les efforts de prévention et de lutte contre le terrorisme ainsi que l’extrémisme violent et la radicalisation qui conduisent au terrorisme (VERLT) dans l’espace de l’OSCE.

« Les actions d’extrémistes violents et les actes tragiques d’individus radicalisés sont devenus un virus infectant nos sociétés, nuisant aux populations et entravant le développement pacifique », a ouvert Lukáš Parízek, secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères et européennes de la République slovaque/représentant spécial pour la Présidence slovaque de l’OSCE, rappelant les récents incidents survenus à Christchurch, en Nouvelle-Zélande et à Utrecht, aux Pays-Bas.

« La lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent et de la radicalisation est un engagement clé des États participants de l’OSCE en matière de sécurité et demeure l’une des principales priorités de la présidence slovaque de l’OSCE pour 2019 », a poursuivi Parízek.

« L’OSCE élabore de puissants programmes de lutte contre le terrorisme conformes aux droits de l’homme, ainsi que des plates-formes et des mécanismes de coopération entre le gouvernement et la société civile pour dégager les individus de l’extrémisme violent et du terrorisme.

Cette conférence elle-même est l’occasion pour les représentants des États participants et partenaires, ainsi que les parlementaires, les experts, la société civile et les entreprises, de promouvoir des approches multipartites pour prévenir l’extrémisme violent et la radicalisation. »

Paul Bekkers, Directeur du Bureau du Secrétaire général de l’OSCE, a souligné que la conférence était l’occasion de discuter des tendances actuelles telles que le terrorisme d’origine nationale, la montée de la violence nationaliste de droite et le retour des combattants terroristes étrangers et de leurs membres de familles.

« Ces tendances remettent en question les politiques existantes et nous devons être francs et agiles dans nos réponses tout en respectant nos engagements envers nos valeurs », a-t-il déclaré.

« Nous discuterons de la question urgente de la réadaptation et de la réintégration des anciens délinquants terroristes et des combattants étrangers de retour.

Après tout, les individus retournent souvent dans les mêmes environnements qui ont permis leur radicalisation au terrorisme en premier lieu.

Il est impératif que nous trouvions la bonne combinaison de réponses pour protéger la société et aider ceux qui sont prêts à se racheter », a déclaré Bekkers.

Une approche plus globale et holistique est nécessaire pour prévenir et combattre le terrorisme, a souligné Michèle Coninsx, Sous-Secrétaire générale et Directrice exécutive de la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme des Nations Unies (CTED), qui a souligné le soutien du Comité aux États et sa coopération avec l’OSCE.

« Le terrorisme doit être combattu sur plusieurs fronts : nos politiques et nos méthodes doivent également utiliser une perspective plus large axée sur le développement de partenariats étroits avec la société civile et l’industrie privée.

L’engagement et la résilience de la communauté sont également essentiels pour répondre à la propagation de l’extrémisme violent qui mène au terrorisme et pour la combattre » a noté Coninsx.


Cet article reflète le point de vue de l’auteur, ce n’est pas nécessairement l’opinion de l’Observatoire MENA.

Toute publication et rédaction sont conservées dans MENA Media Monitor