Ambitions expansionnistes d’Erdogan… à quand le silence européen?

Erdogan

La Turquie mène actuellement trois guerres et demie. Le premier en Irak, qui est le conflit le plus ancien, jusqu’à son ingérence en Syrie, à y ajouter récemment son ingérence dans le dossier libyen, mais (la moitié de la guerre) est la confrontation avec la Grèce.

Les ambitions de la Turquie de restaurer son hégémonie sur la région auront de nombreuses conséquences, et ne se limiteront pas à la Méditerranée et aux pays voisins de la Turquie, mais cela soulèvera également l’inquiétude de l’OTAN – qui inclut la Turquie depuis près de soixante-dix ans – ainsi que l’Union européenne, dont les négociations de l’adhésion de la Turquie se poursuivent officiellement encore. Mais l’affrontement turco-européen devient plus aigu sur certain questions, dont les plus importantes sont les questions des réfugiés, de l’énergie et du respect de la politique de bon voisinage avec les Européens.

La Turquie est intervenue militairement et d’une manière directe Syrie, à partir de 2016. Pour ses campagnes militaires, il a pris le nom de «Bouclier de l’Euphrate» à Jarablus, «Le rameau d’olivier» à Afrin, «L de la paix» à Tal Abyad et Ras Al-Ain ainsi que «Bouclier de printemps» à Idlib. À une époque où la Turquie combattait les djihadistes et l’État islamique, les positions turques étaient cohérentes avec la vision de l’Union européenne, mais le poids militaire turc est allé complètement affronter les parties kurdes, qui étaient en passe de créer une entité indépendante pour un État du nord syrien ou du moins une région autonome à la frontière avec la Turquie. Aujourd’hui, une grande partie du nord syrien est sous occupation turque et avec un feu vert russe, au point que la livre turque devienne la monnaie officielle à Idlib.

L’expansion turque s’étend vers le profond de la Méditerranée

La troisième zone de conflit qui enregistre une l’intervention turque, c’est la guerre de Libye. D’ailleurs, cette intervention est la plus menaçante pour les intérêts directs de l’Europe. La guerre en Libye a longtemps été associée aux ressources naturelles de la Méditerranée. Bien avant l’arrivée des conseillers militaires turcs en Libye, la Turquie a dépossédé ses voisins de droits d’exploration gazière, la Grèce et Chypre en plus de l’Égypte et d’Israël qui ont suivi la Convention des Nations Unies sur le droit des mers UNCLOS et l’obligation d’explorer les eaux territoriales désignées pour chaque pays.

La Turquie n’a jamais reconnu la Convention des Nations Unies sur le droit des mers et était seule dans ce domaine, jusqu’à ce qu’Erdogan a arrivé à convaincre le gouvernement en difficulté de Tripoli l’année dernière de diviser une grande partie de la Méditerranée en «zones économiques exclusives» entre la Turquie et la Libye. La Turquie affirme, entre autres, que les eaux grecques à proximité de la Crète et des îles du Dodécanèse, riches en gisements de gaz naturel, sont des zones conflictuelles. En retour, Erdogan travaille maintenant à soutenir le gouvernement Fayez al-Sarraj avec des drones, des milices et des conseillers militaires. Cela a perturbé l’équilibre stratégique en Libye, contrairement à la situation en Irak et en Syrie, où la domination turque y est limitée, et le PKK et les milices kurdes associées combattent toujours. En Syrie, Erdogan se trouve obligé de coordonner avec Poutine et d’obtenir son approbation en revanche la Libye est devenue presque exclusivement un stade turc.

Cette position donne à Erdogan la confiance nécessaire pour défier tous ses voisins méditerranéens en même temps. Il échange des menaces de guerre avec l’Égypte. Il envoie des navires de forage turcs dans les eaux du sud de Chypre et menace les Grecs avec sa flotte. En milieu de semaine, un navire d’exploration turc pour un exercice d’essai s’est rendu sur l’île grecque de Kastelorizo. Cela a incité les Grecs à mettre leur armée en alerte, selon les médias.

Erdogan, qui a envoyé en février dernier des groupes de réfugiés à la frontière grecque, avait suscité la controverse avec une photo devant une carte montrant les îles grecques de la mer Égée dans les eaux territoriales turques. Erdogan a rapidement soulevé des doutes et des critiqués à plusieurs reprises contre l’Accord de Lausanne, qui établissait la frontière entre la Turquie et la Grèce en 1923.

Plusieurs dossiers forment les positions européennes à l’égard de la Turquie, les plus importants sont : le dossier des réfugiés et les négociations d’adhésion à l’Union européenne et moins préoccupée par les violations des droits de l’homme. La Turquie dispose d’une force militaire suffisante pour imposer ses positions, de plus elle a la volonté d’utiliser ce pouvoir et elle travaille pour créer l’idiologie adéquate.

La deuxième armée la plus puissante de l’OTAN repose sur l’importation de son équipement militaire, une situation qui dérange Erdogan, en particulier son devoir de se conformer à des lois allemandes strictes car il est le dernier utilisateur ne peut pas être revendu ou fourni à d’autres parties. Ainsi, il et dépend de la technologie américaine. Dans les cas où il y a une interdiction par certains partenaires dans L’OTAN pour la Turquie. «Nous avons toujours voulu construire nos chars», a déclaré l’ancien ministre de la Défense Vecdi Gonel, pour la Turquie, l’indépendance des armements a toujours été le slogan.

Sous le gouvernement d’Erdogan, le taux de production nationale d’armes a augmenté, en février. Il s’est vanté qu’une accélération régulière de la production de 20 à 70% s’était pendant son règne et que les exportations d’armes turques en 2019 s’élevaient à 3,68 milliards de dollars, en 2023, lorsque la République relance son premier centenaire, Erdogan prévoit de tripler ce nombre.

En effet, la Turquie produit des navires de guerre depuis longtemps. Le chantier naval Deyarsen à Istanbul produit des bateaux de patrouille, tandis que le quai Golcuk à Kocaeli produit des sous-marins. Les navires turcs sont importants pour confirmer les allégations en Méditerranée et contourner l’embargo sur les armes en Libye.

Récemment, la Turquie a investi beaucoup de temps, d’argent et d’énergie dans le développement d’un drone, l’armée de l’air turque 2. L’avion lourdement armé a été efficace pour repousser les forces du général Haftar en Libye, et l’armée turque a déjà utilisé le même avion sur d’autres champs de bataille, dans le sud-est du pays et en Syrie contre les milices kurdes. Les avions Bayrakdar TP2 ont également été déployés dans le nord de Chypre. Le fondateur de la République turque moderne est Kemal Atatürk, qui n’a jamais été possédé par les ambitions expansionnistes du sultanat ottoman, et il a vu cela comme une raison de son effondrement, car il a dépassé pour étendre ses énergies, il voulait une Turquie «neutre» et autosuffisante. Le principe de sa politique étrangère était: la paix dans la patrie, la paix dans le monde. Pendant la guerre froide, la Turquie s’est dirigée vers l’ouest et en 1952, elle est devenue membre de l’OTAN, les liens avec l’Europe se sont approfondis avec le désir de rejoindre l’Union européenne.

En 2009, le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a formulé sa nouvelle doctrine diplomatique «zéro problème» avec le voisinage, et zéro ici ne signifie pas la non-ingérence dans les pays voisins mais plutôt une intervention en tant que frère aîné pour maintenir l’équilibre et l’ordre régionaux et donc le «zéro problème», ils ont donc voulu se pencher sur leur rôle.

C’est ce qu’ils voulaient réaliser avec le début du printemps arabe, mais cette stratégie n’a pas abouti, et les efforts de la Turquie pour diriger des gouvernements arabes loyaux sous la bannière des Frères musulmans ont échoué.

Aujourd’hui, la Turquie ne dépend plus de son soft power, mais plutôt de ses drones et navires de guerre, et plus la question de l’adhésion à l’Union européenne est éloignée, plus les ambitions d’hégémonie sur le Moyen-Orient sont grandes. Cela inclut une lecture politique de la légende de la fondation de la république, le mouvement national dirigé par Atatürk ayant dû se battre pour l’indépendance du pays des puissances occidentales après une guerre perdue et l’effondrement de l’Empire ottoman.

Avec la tentative de coup d’État contre Erdoğan en 2016 et l’Union européenne faisant preuve d’une solidarité prudente, comme le voit Erogan.

L’isolement des deux partis s’est accru. Erdogan trouva de nouveaux alliés entre les nationalistes de droite et la gauche dans l’armée et en politique. Ils ont une doctrine militaire appelée «Maison Bleue», qui représente les demandes de l’État en Méditerranée. Selon le chercheur politique Ilhan Ozgul, cette politique étrangère repose sur trois éléments fondamentaux: la militarisation, la «défense nationale transfrontalière» qui comprend l’utilisation de mercenaires arabes issus des islamistes et troisièmement le développement de l’industrie de l’armement. Cela inclut également le déploiement à long terme de soldats à l’étranger, et ainsi la sécurité de la Turquie en Somalie est également défendue.

Ces perceptions ont cimenté la conviction de ceux qui critiquent les orientations occidentales « eurasiennes » des politiciens, des officiers et des élites éduquées de la nécessité de prêter attention à l’est où la Turquie devrait se rapprocher de la Russie, de la Chine et de l’Iran, pour eux, l’Europe est l’ennemi. L’influence de ces derniers s’est accentuée suit au coup d’état raté. Et avec le rapprochement d’Erdogan de la droite nationale. La coordination de la Turquie avec la Russie contre l’Occident est essentielle dans leurs perceptions. Les Eurasiens russes et turcs se rencontrent régulièrement.

De l’autre côté, l’Europe estime que cette Turquie n’est plus le candidat éligible et digne d’adhérer. Aucun pays ne peut espérer accepter son admission dans l’Union après avoir soulevé tous ces doutes, mais Erdogan est assez intelligent pour savoir que l’achèvement des négociations d’annexion ne sert qu’à assurer son maintien dans l’OTAN.

C’est la différence qui donne plus de poids à Erdogan dans ses négociations avec la Russie et l’Iran. L’Allemagne s’est déjà abstenue d’envoyer des avertissements tièdes à la Turquie, et de donner des conseils à travers ses affaires étrangères, ce qui n’est plus pris au sérieux.

Tout cela a incité des voix européennes à exiger de l’Union un rôle militaire plus important dans la région, y compris – Natalie Tucci – Conseillère du représentant du ministre européen des Affaires étrangères Josip Borrell, qui a recommandé un engagement plus important avec les soldats de la paix de l’ONU opérant en Libye, une tâche qui pourrait convenir à ceux qui doivent apprendre le « langage de la force » comme indiqué dans Recommandation du ministre Borel à l’Union européenne.

Copyright et droits de copie électronique et papier réservés au Centre de recherche et d’études MENA ©