Autriche : Les diplomates turcs espionnent les opposants d’Erdoğan!

Des documents judiciaires ont confirmé que les missions diplomatiques turques en Autriche se sont engagées dans une campagne de collecte de renseignements et ont recueilli des informations sur les activités des opposants du président turc Recep Tayyip Erdoğan.

Les documents indiquent que des éducateurs turcs, des représentants d’associations locales et des hommes d’affaires vivant en Autriche ont été profilés par les diplomates turcs et signalés au ministère des Affaires étrangères à Ankara. Ensuite, les informations ont été utilisées pour une mise en accusation pénale de terrorisme par un procureur turc.

Selon une décision du 12 décembre 2018 du procureur Birol Tufan, le parquet général d’Ankara a ouvert une enquête distincte (dossier n ° 2018/27478) sur 13 ressortissants turcs en Autriche répertoriés dans des dossiers d’espionnage envoyés par des diplomates turcs dans le pays sans aucune preuve concrète d’actes répréhensibles.

Selon les documents, ils ont été accusés d ‘«appartenance à un groupe terroriste» par Tufan. L’enquête était basée sur des fichiers d’espionnage créés à l’ambassade de Turquie à Vienne entre 2016 et 2018.

Les détracteurs du gouvernement Erdoğan à l’étranger, en particulier les membres du mouvement Hizmet / Gülen, sont la cible de la surveillance, au harcèlement, aux menaces de mort et aux enlèvements depuis que le président Erdoğan a décidé de faire le bouc émissaire du groupe pour ses propres problèmes juridiques.

Ils se sont souvent vu refuser des services consulaires tels que procuration et registre des naissances, ainsi que la révocation de leur passeport. Leurs biens en Turquie sont saisis et les membres de leur famille à domicile risquent des poursuites pénales.

Un document judiciaire daté du 12 décembre 2018 révèle l’espionnage des opposants en Autriche par les missions diplomatiques turques. (Les adresses et les noms des ressortissants turcs ont été expurgés pour des raisons de sécurité):

L’Autriche fait partie des pays européens qui ont ouvert des enquêtes sur les activités d’espionnage des organisations turques sur son sol par des agents du gouvernement turc.

 L’Autriche enquête également sur les opérations d’espionnage menées par un ressortissant autrichien d’origine turque qui espionnait des citoyens turcs et envoyait des rapports aux autorités de sécurité à Ankara. Le ministre autrichien de l’Intérieur, Karl Nehammer, a tenu une conférence de presse confirmant que l’espion avait avoué avoir été «recruté par les services secrets turcs pour espionner d’autres citoyens turcs ou des citoyens autrichiens issus de l’immigration turque pour ensuite les dénoncer aux autorités de sécurité turques». Nehammer a déclaré que 35 personnes entrées en Turquie depuis Vienne entre 2018 et 2020 avaient été arrêtées avant que les services de renseignement turcs ne les contactent pour leur demander leur coopération en échange de leur libération. «Il s’agit d’un exercice d’influence d’une puissance étrangère en Autriche, et cela ne sera en aucun cas accepté», a-t-il déclaré. Le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy, a déclaré qu’Ankara avait nié les «allégations sans fondement», ajoutant que les commentaires montraient que Vienne était incapable «d’échapper à la rhétorique populiste et à son obsession anti-Turquie». Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a récemment accusé le président Erdoğan d’utiliser les Turcs en Europe à ses propres fins. Les documents judiciaires ont une fois de plus confirmé que les activités d’espionnage des missions diplomatiques turques ont de graves conséquences sur le système judiciaire turc. Comme indiqué précédemment par Nordic Monitor, le ministère des Affaires étrangères a envoyé des listes de ressortissants turcs profilés dans deux CD au bureau du procureur général d’Ankara, à la police nationale et à l’agence de renseignement turque MIT le 19 février 2018 via un document officiel pour de nouvelles poursuites administratives ou judiciaires.

La punition de leurs proches de retour en Turquie et la saisie de leurs biens. Le procureur Akıncı, qui a reçu le document du ministère des Affaires étrangères le 23 février 2018, a transmis les CD classifiés contenant des informations sur 4386 critiques d’Erdoğan à l’unité des crimes organisés du département de police d’Ankara pour suite à donner. La police a transmis les résultats de ses enquêtes au parquet. Selon des documents judiciaires publiés par la 4e Haute Cour pénale d’Ankara le 16 janvier 2019, le ministère des Affaires étrangères a compilé une longue liste d’entités étrangères qui appartenaient et / ou étaient gérées par des personnes considérées comme proches du mouvement.

 De plus, Nordic Monitor a révélé comment le MIT avait infiltré les camps de réfugiés en Grèce afin d’espionner les opposants qui ont été forcés de fuir en Grèce pour échapper à une répression sans précédent en Turquie voisine à la suite d’une tentative de coup d’État en Turquie le 15 juillet 2016, certains pays occidentaux ont enquêté sur les activités de renseignement du personnel du ministère turc des Affaires étrangères, des représentants des autorités compétentes, des imams et des agents du renseignement accrédités comme diplomates.

En 2018, le procureur général suisse a ouvert une enquête pénale sur l’espionnage de la communauté turque suisse par des diplomates turcs. Le ministère suisse des Affaires étrangères a confirmé que les accusations formulées dans la procédure pénale n’étaient pas des tâches diplomatiques et que, par conséquent, les personnes concernées ne pouvaient pas se prévaloir de l’immunité. Deux d’entre eux ont dû quitter la Suisse à la suite de l’enquête.

En décembre 2016, la Turquie a dû rappeler Youssef Acar, l’attaché aux affaires religieuses à l’ambassade de la Turquie à La Haye, après que les autorités néerlandaises l’ont accusé d’avoir recueilli des renseignements sur le mouvement. De même, les autorités belges ont rejeté les demandes de visa de 12 imams turcs cherchant à travailler dans le pays en 2017. Le gouvernement de l’État central allemand de Hesse a mis fin à sa coopération avec l’Union turco-islamique pour les affaires religieuses (Diyanet İşleri Türk İslam Birliği, ou DITIB).

 Le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu a confirmé l’espionnage systématique des opposants du gouvernement turc sur le sol étranger comme par les missions diplomatiques turques en février 2020. Çavuşoğlu a déclaré que les diplomates turcs affectés aux ambassades et aux consulats ont été officiellement chargés par le gouvernement de mener de telles activités à l’étranger. «Si vous regardez la définition d’un diplomate, c’est clair … la collecte de renseignements est le devoir des diplomates », a déclaré Çavuşoğlu aux journalistes turcs le 16 février 2020 à l’issue de la Conférence de Munich sur la sécurité, ajoutant:« La collecte de renseignements et la collecte d’informations sont un fait ».

Il est clair que les missions diplomatiques turques violent les lois nationales des États d’accueil et les principes du droit international en menant des campagnes de collecte d’informations illégales et des opérations de renseignement de grande envergure. Les envoyés d’Erdoğan jouissaient des privilèges et immunités décrits dans les conventions internationales tout en espionnant systématiquement les opposants du président, en recueillant des informations sur les Turcs vivant à l’étranger et en les transmettant au siège.

Les immunités et privilèges des diplomates et du personnel consulaire sont régis par des conventions internationales. Cependant, les diplomates bénéficiant des privilèges et immunités décrits dans la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques ont le devoir de respecter les lois et règlements de l’Etat accréditaire et d’éviter de s’ingérer dans ses affaires intérieures, comme indiqué à l’article 41.

De même, le personnel consulaire bénéficie de privilèges et immunités limités en vertu de la Convention de Vienne sur les affaires consulaires, mais les autorités de l’État hôte peuvent ouvrir des enquêtes et poursuivre tout membre du personnel s’il commet des crimes à l’intérieur ou à l’extérieur des locaux du consulat, conformément à l’article 43 de la convention.