Barrage « Ilisu » en turquie et la guerre de l’eau contre la Syrie et l’Irak

سدود

Comité de rédaction

l’ancien Secrétaire général des Nations Unies, Boutros Boutros-Ghali, a déclaré dans les années 1980 :«le feu de la guerre à venir au Proche-Orient n’allait pas éclater à cause de la politique, mais plutôt pour l’eau». Cette prédiction Il a été adopté vu l’état des pénuries d’eau prévaudra dans plus de quatre-vingts pays dans le monde, mais il est probable que cette situation s’accentuera tragiquement jusqu’en 2025, en particulier dans les pays du Proche-Orient. Peut-être que cette attente, lancée il y a cinquante ans, confirme ce qu’un récent rapport sur les droits de l’homme a précédé ses avertissements selon lesquels l’exploitation du barrage turc « Ilisu » comporte un total de risques économiques, hydriques et culturels Accuser Ankara, qui a exploité les premières turbines du barrage il y a quelques jours, d’avoir ignoré les accords et conventions internationaux qui déterminent la construction des projets hydrauliques.

Le début et les raisons

La Turquie a commencé à planifier le barrage d’Ilisu depuis 1930, et fin 2006, après 76 ans, le gouvernement turc a posé la première pierre, à seulement 50 km à la frontière irakienne et à environ 45 km de la frontière syrienne, et le coût du projet est d’un milliard et 200 millions de dollars. Avec une capacité de stockage d’eau estimée à (40-11) milliards de mètres cubes, tandis que la superficie du lac du barrage est de 300 kilomètres carrés, et les centrales hydroélectriques attachées au barrage sont de 1200 mégawatts, et une capacité annuelle (3830) kilowatts.

Dans l’étude publiée par Al-Qantara, elle a confirmé que les accords conclus à cet égard n’étaient pas équitables Et cela a donné à la Turquie le droit d’utiliser l’eau des autres plus que nécessaire, ce qui signifie que l’Irak et la Syrie perdent des milliards de mètres cubes d’eau, d’autant plus que la Turquie a 91 barrages sur le Tigre et l’Euphrate, et l’étranger en cas de l’achèvement du barrage, le peuple turc sera touché aussi, car des articles de presse ont confirmé qu’elle affichera plus de 200 sites archéologiques et patrimoniaux et d’autres villes turques habitées par les Kurdes et aura une grande valeur patrimoniale qui l’exposera à la noyade et à la destruction, en plus de la ville patrimoniale « Hassan Kief », qui remonte à plus de dix mille ans.

Mais la Turquie a continué d’exploiter bien plus que son besoin logique, malgré sa signature des conventions internationales convenues par les pays du monde, qui considèrent la théorie du «droit naturel»Ce qui est un principe juridique international stipulé dans la plupart des accords internationaux, qui stipule que « le cours du fleuve est une propriété commune qu’un pays ne peut se limiter à lui-même et empêcher les peuples qui y résident d’en bénéficier ».

Élimination de l’histoire et les cultures de la région

Revenant au rapport publié par la Fondation Maat pour la paix, le développement et les droits de l’homme, il a atteint des résultats importants mettant en garde contre les effets négatifs et les graves dangers résultant de la construction du barrage sur les pays voisins, c’est-à-dire ses effets sur la Syrie et l’Iraq, et dans une moindre mesure l’Iran, et le rapport a examiné la valeur historique de la région dans laquelle il a été construit. Le barrage, notant qu’en plus des effets négatifs de ce barrage sur le patrimoine culturel et archéologique de la région historique turque de «Hassan Kiva», qui «remonte à 12 mille ans,Il affectera également les marais de l’Irak qui sont soumis à la sécheresse et deviennent un désert à la suite de la construction de ce barrage, car il empêchera l’écoulement de l’eau vers lui, qui est la zone inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO car il a une diversité biologique et une histoire multiculturelle.

Les auteurs du rapport, intitulé « Barrage turc d’Elisu … dangers économiques, hydriques et culturels pour les pays voisins », ont poursuivi, énumérant les effets secondaires sur l’Iraq en particulier, soulignant qu’il causait de graves dommages à la vie environnementale en raison de sa construction, ce qui est représenté par le faible niveau d’eau s’écoulant vers le Tigre, qui se traduit par une crise dans la sécurisation de l’eau, que ce soit au niveau de la boisson ou de l’agriculture, en plus d’augmenter le phénomène de désertification et la pollution spécifique de l’eau, et l’impact sur les industries irakiennes en raison de la faible énergie générée Pour les centrales électriques qui dépendent de l’eau avec le manque de conditions pour un environnement approprié pour la croissance de la richesse halieutique, ce qui entraînera son déclin, ce qui entraînera également des dommages économiques.

Ignorance délibéré de la Syrie et de l’Irak

le chef de la Fondation Maat qui a préparé le rapport «Ayman Aqil» est étonné par ce que les autorités turques lors de la construction du barrage, et n’a pas consulté les pays concernés dans les bassins du Tigre et de l’Euphrate comme l’Irak et la Syrie, malgré la présence d’un groupe de Contrôles juridiques, chartes et accords internationaux régissant la construction et le lancement des barrages hydrauliques, parmi lesquels la nécessité d’une coordination et d’une coopération entre les pays en aval et en amont lors de la construction des barrages.C’est à «Aqeel» que le barrage turc «Ilisu» a des effets négatifs sur ces pays, notamment «la réduction des importations d’eau du Tigre d’environ 60%, c’est-à-dire la réduction de sa part de 20 milliards de mètres cubes à près de 9 milliards, et cette pénurie privera l’État irakien d’un tiers de ses bonnes terres». Pour que l’agriculture, en particulier dans le nord, le centre et le sud, passe d’un pays productif à un importateur de cultures, le barrage entraînera donc la détérioration des conditions économiques épuisées, qui constituent le taux de chômage … « 

Aucune solution à l’horizon

Selon les conflits et les chevauchements sur le terrain ces dernières années au niveau régional, le dossier de l’eau n’est pas en meilleur état que le dossier politique et les guerres existantes, l’instabilité et la poursuite du conflit en Syrie, ou l’ingérence iranienne directe en Irak, le meilleur témoignage que le dossier de l’eau avec la Turquie est épineux et non Il est résoluble et ne fournira donc pas de solutions dans un avenir prévisible au profit des deux pays voisins. Bien que les fleuves Tigre et Euphrate soient des fleuves internationaux, il en va de même pour de nombreux affluents dont les sources se trouvent dans les pays voisins, et que le droit international constitue un cadre valable pour résoudre les différends les concernant, mais ce que Il est complètement caché, différent de ce qui est montré! La Turquie restera une menace dans la guerre de l’eau ainsi que sa politique dans la guerre des frontières.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA