Comment Iran utilise-t-il Hezbollah en Grande-Bretagne ?

Wie der Iran die Hezbollah in Großbritannien benutzt

Au XIXe et au début du XXe siècle, la Grande-Bretagne s’immisce fréquemment dans les affaires intérieures de l’Iran, généralement dans le cadre de la concurrence impériale avec la Russie du tsar.

Après la révolution islamiste de 1979, l’Iran s’est plus souvent ingéré dans les affaires intérieures britanniques. Le Hezbollah, la milice qui domine la politique libanaise, est l’un des principaux instruments de cette ingérence du régime des mollahs. Les révélations récentes montrent à quel point l’Iran et le Hezbollah ont étendu leur influence en Grande-Bretagne.

L’Iran a été le principal pilier de l’architecture de sécurité occidentale au Moyen-Orient de 1941 à 1979 sous le règne du dernier Shah (roi), Muhammad Reza Pahlavi.

L’Iran n’était pas seulement « une source de pétrole brut, un partenaire stratégique dans une partie du monde turbulente [et] un marché en croissance rapide pour les exportations britanniques », a écrit Anthony Parsons, dernier ambassadeur britannique auprès de la Cour Pahlavi, dans son mémoire, la fierté et la chute.

Comme le décrit Parsons, l’Iran était « l’un des rares pays du tiers monde… sur le point de franchir la barrière du sous-développement ».

Le Shah a stabilisé un pays sujet aux bouleversements et aux divisions, a instauré une réforme agraire, réduit le clergé à la taille et laïcise le pays, incluant les femmes et les minorités religieuses dans la vie politique et économique de la société, utilisant l’argent tiré rapidement de l’industrialisa et commença un processus de libéralisation qui devait se terminer par un gouvernement démocratique supervisé par un monarque en grande partie cérémonial.

Dans le cours des événements, cela ne devait pas être.

Un soulèvement islamiste contre le Shah en 1978 a duré un an. Incapable de trouver un règlement politique et ne voulant pas tuer pour sauver son trône, le Shah s’est exilé en janvier 1979 et l’ayatollah Ruhollah Khomeiny a été porté au pouvoir le mois suivant.

Ce fut la création du premier État islamiste des temps modernes.

Ce qu’il est important de comprendre du Hezbollah, c’est qu’il est antérieur à la révolution iranienne : comme l’a écrit Tony Badran, un chercheur à la Fondation pour la défense des démocraties (FDD), le Hezbollah a émergé au Liban à la fin des années 1970 en tant qu’élément dissident du mouvement chiite dirigé par Musa al-Sadr. Ce sont les partisans de Khomeiny qui ont fait assassiner Al-Sadr en Libye à l’été 1978 — en éliminant l’un des derniers obstacles potentiels au triomphe de Khomeiny en Iran — et les structures militantes créées au Liban avec l’aide des combattants de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), devaient être transférés en Iran une fois que le Shah serait parti pour former le noyau du Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC).

L’IRGC est une structure paramilitaire chargée de protéger le régime islamiste en Iran et d’exporter la révolution hors du pays par la violence et d’autres moyens subversifs.

C’est cette tactique qui a conduit les États-Unis à désigner le IRGC en tant qu’organisation terroriste plus tôt cette année.

Comme le montre clairement l’historique ci-dessus, le Hezbollah, souvent appelé « proxy » de l’Iran, n’existe pas.

Le Hezbollah est un composant organique de l’IRGC. C’est pour cette raison, entre autres, que, comme l’expliquait un œil européen sur la radicalisation (EER), l’approche de l’Union européenne consistant à ne mettre sur liste noire que la « branche politique » du Hezbollah n’a aucun sens.

Il n’y a pas de division au sein du Hezbollah entre ses opérations politiques et militaires et il n’y a pas de séparation de la structure de commandement de l’État iranien.

La désignation britannique du Hezbollah en tant que groupe terroriste en février était une reconnaissance de la réalité attendue depuis longtemps.

En Grande-Bretagne, l’Iran/Hezbollah applique deux procédures d’exploitation principales, l’une politique et l’autre violente.

Les opérations d’influence politique prennent plusieurs formes. Oved Lobel du Conseil des affaires juives Australie/Israël (AIJAC) a documenté l’utilisation par les Iraniens de campagnes de désinformation en ligne et de piratage en ligne contre les États de cinq yeux, probablement assistés par la Russie et la Chine.

Il existe également des composants hors ligne.

La chercheuse Emma Fox a rédigé l’étude définitive de la Commission islamique des droits de l’homme (IHRC), un nœud central de la propagande khomeyniste en Grande-Bretagne, connectée à un réseau de médias comme Press TV, la chaîne de propagande en langue anglaise du régime iranien.

L’Iran dispose d’une infrastructure terroriste mondiale et une partie de celle-ci est basée en Grande-Bretagne.

Le Daily Telegraph a récemment révélé que des membres du Hezbollah avaient stocké trois tonnes métriques d’explosifs du nitrate d’ammonium dans quatre propriétés du nord de Londres en vue de préparer des actes de terrorisme.

Le complot a été rompu à la fin de 2015, quelques mois seulement après la signature de l’accord nucléaire par la Grande-Bretagne, le Plan d’action global commun (JCPOA), qui a débloqué des dizaines de milliards de dollars à la dictature iranienne pour qu’elle puisse – et a l’impérialisme régional de Téhéran.

Le fait que le gouvernement britannique n’a pas révélé ce complot au public à l’époque témoigne de son investissement politique dans le JCPOA.

C’est également le Hezbollah qui a créé et exploite les cellules terroristes en Grande-Bretagne et en Europe, que l’Iran peut utiliser pour se venger si l’Occident prenait des mesures sérieuses pour perturber sa campagne de piraterie dans le détroit d’Hormuz et ailleurs en haute mer.

Le gouvernement britannique a pris de nombreuses mesures positives cette année en désignant le Hezbollah dans son intégralité comme une organisation terroriste et en rendant publics leurs méfaits sur le sol britannique.

Cela doit être poursuivi et les efforts doivent être intensifiés pour traiter ce groupe djihadiste chiite de la même manière que les radicaux sunnites, avec une approche à part entière pour perturber leurs activités de collecte de fonds et de recrutement de propagande.

Source : œil européen sur la radicalisation.


Copyright © 2019 pour l’observateur du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, MENA.