Comment les ambassades de Syrie en Europe aident-elles à financer la guerre dans le pays ?

Syrian embassy in Berlin (AP Photo/Gero Breloer)

Des frais élevés pour éviter le service militaire ont contribué à faire de la diaspora syrienne une source majeure de revenus pour le gouvernement à court d’argent. Les hommes qui ne paient pas sont menacés de saisie des biens de leur famille en Syrie.

Au début de cette année, Yousef, un Syrien de 32 ans vivant en Suède, s’est retrouvé face à un choix impossible : soit s’enrôler dans l’armée du gouvernement qui a fait de lui un réfugié, ou risquer que sa famille perde sa maison en Syrie.

Le service militaire est obligatoire pour les hommes syriens âgés de 18 à 42 ans, et les enjeux ont considérablement augmenté en février lorsqu’un responsable de l’armée a annoncé sur Facebook qu’un nouveau règlement permettrait aux autorités de confisquer les biens des «évadés de service militaire» et de leurs familles. La pression montait sur Yousef pour qu’il se décide.

Et donc, en juin, il s’est rendu à l’ambassade de Syrie à Stockholm avec 8000 dollars en espèces, prêt à payer les frais pour que son nom soit rayé des listes de conscription. Un frisson parcourut son échine alors qu’il récupérait son reçu.

« Cet argent sera utilisé par le régime syrien pour acheter des armes et tuer plus de gens », a déclaré Yousef à l’OCCRP, la voix tremblante.

Il est loin d’être seul. Environ un cinquième des 17 millions d’habitants de la Syrie sont des hommes à l’âge de conscription au service militaire, selon les données de la Banque mondiale. Avec quelque 6,6 millions de Syriens ayant fui à l’étranger depuis que le mouvement de protestation du début 2011 a sombré le pays dans la guerre civile, il est probable qu’il y en ait des centaines de milliers dans la même situation que Yousef.

Des études ont montré que la menace d’être enrôlé dans le service militaire est l’une des principales raisons pour lesquelles de nombreux réfugiés craignent de retourner en Syrie.

Le gouvernement syrien a profité de cette anxiété pour générer des revenus, en récoltant des devises sur environ 1 million de Syriens qui se sont installés en Europe pour aider à soutenir leur budget en difficulté après que les sanctions américaines les ont coupés du système bancaire international l’année dernière.

Les ambassades syriennes, qui ne traitaient auparavant que les formalités administratives pour les exemptions militaires, ont récemment commencé à collecter des paiements en espèces. Deux chercheurs, un responsable de l’aéroport et un ancien diplomate interrogés par l’OCCRP et le Syrian Investigative Reporting Unit (SIRAJ), ont indiqué qu’ils soupçonnent que l’argent retournait en Syrie via des valises diplomatiques.

Bien qu’il soit difficile de déterminer exactement combien de Syriens ont payé les frais d’exemption militaire, les documents gouvernementaux et les déclarations officielles montrent que le gouvernement de Bachar Al-Assad a prévu que cette politique augmenterait les revenus d’une manière substantielle.

Les résultats témoignent les efforts déployés par le gouvernement syrien pour avoir des fonds et soulèvent des questions sur le moment exact où les relations souveraines entre un gouvernement et les citoyens glissent vers une forme d’extorsion.

L’armée syrienne, le ministère des Finances, le ministère des Affaires étrangères, la banque centrale et le service de recrutement militaire n’ont pas répondu aux demandes de commenter l’affaire. Les autorités américaines ont refusé aussi de commenter.

Sanctions et crise

En juin de l’année dernière, les États-Unis ont mis en œuvre le Caesar Act, un ensemble de sanctions sévères portant le nom d’un officier syrien ayant fait défection qui avait divulgué des dizaines de milliers de photos de victimes de torture dans les prisons syriennes six ans plus tôt.

Les sanctions ont aggravé une situation financière déjà difficile pour la Syrie, lui barrant la route devant l’accès au système bancaire international. Le traitement des paiements pour les importations vitales telles que le blé et les produits pétroliers est devenu encore plus difficile, et la livre syrienne – valant désormais à peine 1% de sa valeur d’avant la crise par rapport au dollar – a subi de nouvelles pertes.

« La pénurie de devises étrangères est devenue un problème épineux, surtout après l’entrée en vigueur de la loi César », a déclaré à l’OCCRP Armenak Tokmajyan, chercheur au Carnegie Middle East Center à Beyrouth. « Le régime a besoin de devises étrangères. Plus il en a, plus il survivra.

Sous la pression, le gouvernement s’appuie de plus en plus sur sa diaspora pour remplir ses caisses depuis le déclenchement de la crise. Un passeport syrien, par exemple, est l’un des plus chers au monde à obtenir à l’étranger, à 300 $ pour un nouveau passeport et 800 $ pour l’obtenir plus rapidement.

Les frais d’exemption militaire sont encore plus substantiels

 Il a longtemps été difficile d’échapper à la conscription au service militaire en Syrie, où la Constitution stipule que le service militaire est un « devoir sacré ».

Deux amendements récents à la loi syrienne sur la conscription ont préparé les bases de la situation à laquelle sont actuellement confrontés Yousef et bien d’autres. La première, adoptée en août 2014, a fait passer les frais d’exemption de 4000 $ à 8000 $. La seconde, en décembre 2019, a permis au gouvernement de saisir sans avertissement préalable les avoirs de personnes ayant atteint l’âge de 42 ans et n’ayant pas encore effectué leur service ou bénéficié d’une dispense.

Au début de cette année, le chef de la branche des allocations et exonérations de l’armée, le général-brigadier, Elias Al-Bitar, a attisé les craintes de nombreuses recrues potentielles lorsqu’il a annoncé sur Facebook que le nouvel amendement allait entrer en vigueur.

Appréhensions de la confiscation

On ne sait pas dans quelle mesure le nouvel amendement à la loi sur la conscription a été utilisé pour saisir des avoirs en Syrie. Mais il existait déjà un précédent dans la triste  célèbre « loi n° 10 » de 2018, qui permettait effectivement aux autorités de saisir des biens sans procédure régulière, et le précédent « décret 66 », qui a été utilisé pour expulser les résidents des zones précédemment détenues par l’opposition.

Sara Kayyali, chercheuse à Human Rights Watch, a déclaré à l’OCCRP que l’organisation avait reçu des « rapports assez crédibles » de personnes dont les avoirs avaient été placés sur des listes avant d’être gelées par le ministère des Finances.

Bien que les listes n’indiquent pas exactement pourquoi les avoirs seraient gelés, « cela s’est produit après la mise en œuvre de César, nous estimons donc que ces cas sont le résultat du gel des avoirs pour les personnes échappant à la conscription au service militaire », a indiquéé Kayyali.

Il y a également des signes que le gouvernement s’attend à ce que l’amendement sur la conscription génère de nouveaux revenus.

Une étude parlementaire de 2015 – l’année après que la Syrie augmentait les frais – a prédit que les paiements pour éviter le service militaire pourraient rapporter plus de 1,2 milliard de dollars par an, même si seulement 10 à 15 % des Syriens voulaient que la conscription soit effectivement payée, a déclaré Mujeeb Al-Rahman Al-Dandan, un membre du parlement syrien,  à la radio locale dans une interview en novembre de l’année dernière.

L’étude n’a pas été rendue publique. Mais selon Dandan, il a constaté que les revenus annuels des frais pourraient atteindre entre 2 et 3 milliards de dollars d’ici cinq ans, ce qui signifie que ce serait un « bon contributeur au trésor» et pourrait même « aider à augmenter les salaires des fonctionnaires, y compris le personnel militaire.

« La projection budgétaire de la Syrie pour 2021 prévoit que les revenus des frais d’exemption militaires atteindraient 240 milliards de livres syriennes – environ 190 millions de dollars au taux de change officiel – contre 70 milliards de livres en 2020, selon des textes publiés dans le Journal officiel syrien.

Les recettes estimées représentent 3,2 % des recettes budgétaires de cette année, contre 1,75 % en 2020, a déclaré à l’OCCRP l’économiste syrien Karam Shaar.

Le gouvernement a également tenu à poursuivre les insoumis. En janvier 2019, le ministère de la Défense a publié des listes de plus d’un quart de million de personnes recherchées pour le recrutement de la réserve et les a distribuées aux bureaux de recrutement à travers le pays.

Le cas de la Suède

La Suède illustre la façon dont les nouveaux amendements ont joué au sein de la diaspora syrienne. Le pays scandinave accueille environ 114.000 des quelques 1 million de réfugiés syriens en Europe et abrite des dizaines de milliers de nouveaux arrivants ainsi que des Syriens de deuxième et troisième générations.

Entre juin et août de cette année, les journalistes de l’OCCRP ont effectué trois visites à l’ambassade de Syrie à Stockholm. Ils ont compté en moyenne 10 demandeurs par jour en attente dans la file d’attente de l’ambassade pour une exemption de service militaire.

Un autre indice du nombre de personnes payant les frais d’exemption est venu un an plus tôt, en juin 2020, lorsque le site web de l’ambassade a publié les noms de 43 Syriens autorisés à payer les frais. On ne sait pas exactement quand les personnes figurant sur la liste ont postulé, mais pour d’autres procédures, telles que la remise de passeports, l’ambassade publie généralement ses listes une fois par mois.

La publication de juin était la dernière annonce publique de ce type

Un employé de l’ambassade – s’adressant à un journaliste infiltré de l’OCCRP qui ne s’est pas identifié – a dit qu’il ne pouvait pas dire exactement combien ils avaient demandé l’exemption de service, mais qu’il y avait eu une « augmentation significative » au premier semestre 2021, qu’il a attribué à une déclaration de Bitar.

« Certains jours, 10 viennent chez nous et dans d’autres jours, le chiffre peut aller jusqu’à 50é, a indiqué l’employé. Si cela est vrai, cela signifierait que l’ambassade pourrait recevoir jusqu’à 400.000 $ en espèces certains jours.

L’argent est roi

Avant même la loi César, l’Union européenne et les États-Unis avaient élargi les sanctions à la banque centrale syrienne. Cela a rendu presque impossible pour les ambassades syriennes dans les pays européens d’envoyer des fonds en Syrie par voie électronique, car les banques commerciales locales ont refusé d’effectuer les transactions.

Un panneau affiché à l’entrée de l’ambassade à Stockholm en juin 2020 faisait allusion aux difficultés, affirmant que les paiements devaient être en espèces après que le processeur de paiement électronique suédois Bambora avait cessé de travailler avec la mission.

Susanne Stöger, porte-parole de Bambora, a déclaré à l’OCCRP que le service de paiement avait résilié son contrat avec l’ambassade sur instructions de MasterCard – l’une des marques de cartes de crédit dont ils traitent les paiements – suite aux interdictions de traiter avec le gouvernement syrien. Wordline, la société de services de paiement propriétaire de Bambora, avait également signalé la Syrie comme un risque « inacceptable », a-t-elle ajouté. Deux chercheurs, un responsable de l’aéroport et un ancien diplomate ont déclaré qu’ils soupçonnaient les ambassades d’utiliser les valises diplomatiques pour contourner ces restrictions.

Ayman Abdel Nour, chercheur basé à Washington, DC et directeur d’un média d’opposition, a déclaré à l’OCCRP que la loi César avait forcé le gouvernement syrien à s’adapter, évoquant les valises diplomatiques comme l’une des possibilités. « Plus le régime reçoit d’argent, plus il reste longtemps au pouvoir », a-t-il commenté.

Bassam Al-Emadi, qui a été ambassadeur de Syrie en Suède entre 2004 et 2008, puis a fait défection en 2011 et vit maintenant en Espagne, a également indiqué qu’il soupçonnait que les ambassades utilisent des valises diplomatiques pour renvoyer de l’argent en Syrie. Si cela est vrai, cette décision violerait la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques, qui régit le travail des missions diplomatiques, a-t-il ajouté. La convention stipule que : « les colis constituant la valise diplomatique doivent porter des marques extérieures visibles de leur caractère et ne peuvent contenir que des documents diplomatiques ou des objets destinés à un usage officiel ».

« L’immunité diplomatique ne couvre pas l’envoi d’argent dans la valise diplomatique », a affirmé Emadi.

Je ne le ferai pas

« L’OCCRP s’est entretenu avec dix Syriens – huit en Suède, un en Allemagne et un au Liban – qui ont décidé de payer les frais de conscription de service militaire. Certains, comme Yousef, ont été effrayés par la perspective de saisie d’actifs en Syrie. D’autres avaient des raisons plus pratiques.

Un homme de 29 ans qui s’appelle Ali a dit avoir payé les frais avec les encouragements de sa famille, qui considérait le paiement comme « une forme de participation directe à l’effort de guerre syrien ».

Gian, un Syrien qui travaille dans un foyer pour personnes âgées à Francfort, en Allemagne, a déclaré qu’il n’avait aucun problème à payer l’argent.

« Je reçois un salaire mensuel, le processus d’exemption est facile et je veux protéger les biens de ma famille en Syrie contre la saisie », a déclaré Gian. Il a poursuivi que trois parents ayant le statut d’exilés en Allemagne ont également payé les frais.

Mais de nombreux Syriens se méfient encore du financement du gouvernement qu’ils estiment responsable de les avoir envoyés en exil.

Abdullah Jaafar, un Syrien de 35 ans qui vit depuis huit ans à Göteborg, la deuxième ville de Suède, a déclaré qu’il considérait les paiements d’exemption comme une sorte d’extorsion. « J’ai le montant total et je peux le payer, mais je ne le ferai pas », a indiqué Jaafar, en ajoutant : « Ce gouvernement est illégal ».

Abdullatif Haj Mohammad (SIRAJ), Sana Sbouai (OCCRP) et Lara Dihmis (OCCRP) ont contribué au reportage