Comment l’Iran peut-il être expulsé du monde Arabe?

خامنئي مع قادة الحرس الثوري

Depuis la Seconde Guerre mondiale, le monde n’a jamais été témoin d’une catastrophe pour l’humanité causant des pertes en vies humaines aussi importantes que celle provoquée par l’avènement de la révolution islamique en Iran.

Immédiatement après que la révolution islamique a pris le contrôle de Téhéran, un nombre considérable d’exécutions bien connues ont commencé à l’intérieur du pays.

Juste après la Révolution, plus de cinq millions d’Iraniens ont fui le pays jusqu’en 2013, selon les informations publiées par Euro-News.

Les Iraniens fuient toujours le pays pour de nombreuses raisons, notamment la persécution religieuse à l’encontre des musulmans sunnites et des fidèles d’Al Baha’ia et de quelques autres minorités opprimées.

Ainsi, l’Iran a livré à la région une série de guerres commençant par la guerre contre l’Irak, qui a coûté la vie à plus d’un million de personnes et à des millions de personnes déplacées ou touchées par la guerre.

Ensuite, l’Iran a déclenché la guerre civile en Irak avec l’aide de dizaines de milices sectaires affiliées au corps des gardiens de la révolution islamique IRGC. Selon les statistiques du ministère irakien de la Santé, cette guerre civile a causé la mort de 650 000 personnes.

Quelque 60 000 autres personnes étaient portées disparues. L’OIM, l’Organisation internationale pour l’immigration, a annoncé que 1,6 million d’Irakiens avaient fui le pays entre 2006 et 2010.

Cette guerre civile a été déclenchée par la coordination et l’identification des intérêts entre l’Iran et Al-Qaïda, qui avait été accueillie par l’Iran après sa fuite d’Afghanistan.

Ce n’était pas la fin de l’histoire, et le pire était à venir lorsque la guerre en Syrie et au Yémen a éclaté.

Ces deux guerres en Syrie et au Yémen ont tué plus d’un million de personnes et environ 11 000 000 Syriens ont été déplacés ou forcés de quitter le pays.

Les catastrophes résultantes de la révolution islamique iranienne se poursuivent non seulement en Irak, en Syrie et au Yémen, mais également dans différentes régions du monde, de l’Inde au Nigéria.

Les assassinats iraniens en Europe sont des prolongements de ces catastrophes. L’Iran a également étendu ses écoles religieuses dans la plupart des pays du monde, et ces écoles ne servent pas uniquement à l’éducation et aux rituels religieux ; ils ont également d’autres objectifs politiques.

Ces écoles légalisent les actions militaires et terroristes systématiques.

Ils jouent leur rôle par le biais de sessions religieuses et de textes diffusés par les étudiants et le personnel enseignant de ces écoles. Certains d’entre eux ont été fermés en Europe.

Cela signifie que nous sommes face à une culture destructive capable de déstabiliser n’importe quel domaine et de démolir les esprits avec une mentalité désastreuse.

Quelles erreurs avons-nous commises ?

Il est plus important de trouver des solutions aux problèmes véhiculés par l’Iran dans le monde arabe que de décrire la scène iranienne à ce stade.

Cependant, la description inexacte du cas iranien et son introduction à la communauté internationale de manière déficiente sont une grave erreur qui a retardé la révélation de la réalité du rôle de l’Iran dans la région.

Néanmoins, l’image de l’Iran est devenue très claire dans le monde entier. La communauté internationale s’inquiète de plus en plus du rôle malveillant de l’Iran. Cette prise de conscience du rôle et de la politique de l’Iran a été soulevée récemment.

Les politiciens du monde entier comprennent maintenant la nature populiste du discours et des politiques officiels de l’Iran.

La politique de l’Iran consiste à attirer le public dans les pays de la région ou à le rebuter et à le réprimer par le biais de ses milices.

Une telle politique n’est pas différente de toute autre politique populiste des pays en développement.

Le problème est que les puissances au souper et les pays développés ferment les yeux sur le comportement de l’Iran.

Ces pays ne sont intéressés que par ce qui sort des canaux diplomatiques plutôt que par le discours populiste des responsables iraniens.

Avec l’avènement de la révolution syrienne et plus tard la phase militaire qui a étouffé la révolution, la plupart des personnalités de l’opposition syrienne et des élites politiques et culturelles arabes avaient toujours une perception erronée de l’image de l’Iran.

Cette conception erronée du rôle de l’Iran a conduit à des conclusions et des attitudes erronées.

Lorsque nous parlons des interventions iraniennes et de ses efforts pour convertir les peuples en doctrine chiite par le biais de ses écoles religieuses, ou que nous nous concentrons sur les slogans sectaires soulevés par l’Iran et ses milices alliées, nous donnons involontairement l’impression qu’il existe un conflit sectaire dans la région entre différentes sectes islamiques.

Cette image est ainsi créée et transmise au monde. Nous devons en être conscients, car c’est précisément ce que veut l’Iran.

Il veut que les Arabes persuadent le monde qu’il existe une guerre sectaire entre sunna et chiites.

L’Iran veut cette image afin de justifier son intervention dans la région sous prétexte de protéger les chiites et que ses interventions ne sont que pour la défense.

L’Iran a réussi à exploiter cette impression et à affirmer qu’il protégeait les minorités au Moyen-Orient.

Cette stratégie imite et profite des événements historiques de l’époque de l’Empire ottoman, lorsque les pouvoirs de la Cène étaient en concurrence pour intervenir sous le prétexte de protéger les minorités et de sauver les Églises orientales.

Lorsque des politiciens et des penseurs syriens et arabes ont décrit l’intervention iranienne dans les pays de la région comme une intervention sectaire, ça a ouvert la porte d’une argumentation de débat sans fin dans les médias.

C’était une erreur meurtrière de la part des représentants de l’opposition syrienne qui a ouvert la porte au développement du djihadisme salafiste dans le pays.

C’est ce qu’Assad voulait justifier sa guerre contre son peuple et la présenter comme une guerre contre le terrorisme.

La circulation des différends sectaires a permis à la Révolution syrienne de revendiquer dignité, liberté et démocratie et de s’opposer à une dictature tyrannique à la reconnaissance d’un conflit sectaire et d’une confrontation potentielle entre différentes doctrines islamiques.

Cela renforce la position d’Assad et justifie sa demande d’intervention de l’Iran et du Hezbollah dans le conflit.

Ce discours a ensuite été renforcé par les mouvements djihadistes qui ont créé leurs tribunaux de la charia dans leurs zones de domination au lieu de mettre en place des tribunaux révolutionnaires ou nationaux.

Ainsi, les différentes puissances extrémistes en Syrie dessinaient la forme du conflit. Cette forme était la meilleure condition pour l’intervention de l’Iran et son expansion sur le terrain.

L’intervention de l’Iran a été facilitée par le régime d’Assad, ce qui a compliqué les choses en Syrie.

La seule chose claire en Syrie était l’expansion iranienne, alors que les autres acteurs fluctuaient. Tout cela fait que le monde perçoit la guerre en Syrie comme une guerre entre factions sectaires.

C’était complètement faux. Maintenant que nous sommes arrivés à un point de non-retour et que nous nous sommes retrouvés dans une impasse, il est devenu très important de rechercher une sortie et un meilleur moyen de se débarrasser de la présence iranienne en Syrie et de replacer les choses dans leur contexte normal.

Cependant, la principale question persistante demeure :

Comment l’Iran peut-il être expulsé du monde arabe ?

  • La question de la référence religieuse

L’effondrement de l’Union soviétique et l’émergence de l’islam politique avec la révolution islamique en Iran étaient tous associés aux questions qui étaient posées jadis sur la forme du Moyen-Orient dans l’ère postcommuniste.

Les partisans de l’islam politique ont eu l’idée de prêter allégeance à la référence religieuse de l’Iran en tant qu’alternative islamique aux anciens systèmes politiques.

Ils ont proposé la destruction des systèmes politiques existants dans la région et exhorté l’islam politique à prendre le relais et à établir une nouvelle référence pour le monde islamique et arabe.

En ce qui concerne le système politique dans les monarchies arabes et les républiques d’héritage, la stabilité était très claire.

Il n’y avait aucun problème en héritant du pouvoir.

Au contraire, les pays arabes ont connu une transition du pouvoir très harmonieuse, le système politique en place reposant sur l’héritage du pouvoir et aucun concurrent n’ayant pas été en mesure d’interrompre ces transitions de pouvoir.

Inversement, les Républiques arabes qui étaient dirigées par des régimes militaires ont été témoins de nombreux coups d’État militaires à la suite de complots militaires perpétrés par des chefs militaires les uns contre les autres.

C’était une tendance dominante. Des républiques comme la Syrie, l’Irak et le Yémen ont traversé une période d’instabilité difficile.

Il convient de noter que l’Iran a pénétré ces trois pays, la Syrie, le Yémen et l’Irak, à travers le concept de référence religieuse.

Avec le temps et l’évolution normale des sociétés, les gens commencent à ressentir le danger de la situation actuelle. Les composantes des sociétés commencent normalement à rechercher des forces pour se protéger.

Le problème commence lorsque les composants sociaux se sentent menacés et qu’ils perdent confiance en d’autres composants, ils se sentent en danger. Ils commencent à chercher un allié territorial ou international.

La première chose à faire est donc d’éliminer les suspicions et les préoccupations de l’autre, de penser comme des nations civilisées et de mettre fin aux accusations de trésorerie.

Ce que je veux dire, c’est que nous ne devrions pas traiter avec les composantes sociales qui sont affiliées à l’Iran en tant que traîtres.

Nous devrions voir l’image d’un ange différent.

Les conditions objectives qui prévalaient après la révolution islamique en Iran étaient toutes préoccupantes.

Cela ne s’applique pas seulement à certains composants, mais également à l’ensemble de la région, en particulier aux difficultés liées à la guerre entre l’Irak et l’Iran, entre l’Irak et Koweït, puis à la guerre civile en Algérie, à la longue guerre civile au Liban et à la guerre du Désert occidental au Maroc avec le Front Polisario.

Tous les événements de ces années ont suscité des inquiétudes chez les élites sociales et politiques du monde arabe.

Cette description du monde arabe, les préoccupations qui prévalent, puis l’émergence de l’Iran en tant que puissance islamique au souper ont fait tomber de nombreux Arabes sunnites dans les bras de l’Iran.

Tous ces événements se sont produits simultanément à la mise en place des milices du Hezbollah iranien au Liban.

L’Iran souhaitait que ses propres milices chiites s’éloignent du Mouvement chiite Amal, affilié à l’imam Muses Al Sader, qui a ensuite été enlevé et tué.

De plus, en Irak, des milices secrètes travaillaient pour l’Iran en Irak avant même que la guerre entre les deux pays ne commence. Et enfin, l’émergence de Huthis au Yémen.

  • Comment éliminer la référence religieuse

Il est possible de saper le contenu religieux du projet iranien de deux manières :

Premièrement, il est nécessaire de paralyser le concept sectaire du conflit. Nous devons d’abord paralyser ce concept en Syrie, car le régime d’Assad en tire profit pour justifier sa brutalité.

De même, les groupes de combat extrémistes en Syrie sont également basés sur des devises sectaires et se comportent de la manière qui correspond le mieux à la stratégie iranienne et aux objectifs d’Assad.

Cette étape est possible en écartant ce concept sur le terrain.

Cela peut être fait en formulant un nouveau discours médiatique des forces de l’opposition syrienne afin de rétablir des concepts sur des bases politiques plutôt que sectaires.

Deuxièmement, la théorie de la référence religieuse en Iran devrait également être invalidée.

De nouvelles références religieuses devraient être initiées, comme celle de l’imam Musa Al Sader, dont la disparition a été complotée par l’Iran, comme nous pouvons le comprendre d’un discours prononcé à l’agence de presse Fares par un personnage religieux iranien du nom de Muhammed Musawi Khueniha, lorsqu’il a déclaré que Musa Al Sader n’était pas favorable de la révolution islamique iranienne.

En février 2018, Jalal Eldeen Al Farisi a déclaré dans une interview avec l’agence Fares News qu’Al Sader devait être tué, car il était très proche du shah iranien, Muhammed Redah Bahlawi, et qu’Al Sader n’était pas satisfait de la révolution islamique iranienne.

Remarques :

Lorsque nous parlons de références religieuses, la première chose qui nous vient à l’esprit est le grand nombre de personnes tuées dans des guerres de religion, que ce soit dans le monde arabe ou islamique, ou même en Europe à un stade précoce de l’histoire moderne.

Faire référence à des références religieuses signifie précisément le retour à des interprétations religieuses de textes sacrés dans lesquels complications politiques, conflits religieux et intérêts sont tous liés.

Les interprétations des écritures religieuses changent avec le temps en fonction des intérêts politiques et économiques.

Au cours de la guerre entre l’Irak et l’Iran, Khamenei s’opposait totalement à tout règlement politique susceptible de mettre fin à la guerre, mais avec l’augmentation des pertes et le prix élevé de la guerre, il accepta de rechercher un règlement politique pour mettre fin à la guerre.

Avec la Sunna, nous constatons également que toutes les factions militaires ont des personnalités religieuses et que, lorsque tout conflit entre en conflit, ces personnalités religieuses insistent pour qu’elles se battent d’abord et lorsque ces factions sont épuisées et que le nombre de morts augmente, elles proposent de nouvelles Fatwas pour faire la paix.

Ils ne se demandent jamais : pourquoi ne pas aller dans ces Fatwas avant que tous ces gens soient tués ?

Cela s’est produit à plusieurs reprises en Syrie et s’est également produit à plusieurs reprises en Afghanistan.

De même, dans les zones contrôlées par Assad, il existe de nombreux groupes soufis à Damas.

La plupart d’entre eux étudient dans des instituts religieux et ont une connaissance religieuse étendue, mais ils ont pris le parti du régime d’Assad depuis le début de la révolution syrienne.

Ils se tenaient aux côtés d’Assad bien que la révolution fût pacifique. Pour justifier leur attitude, ils se sont plongés dans les textes religieux pour trouver des textes interdisant de s’opposer au souverain.

Quand Assad a commis des massacres à grande échelle, ils se sont torturés en disant que le régime combattait l’apostasie des salafistes.

Ce faisant, le monde a réussi à fermer les yeux sur les calamités de millions de personnes en Syrie tuées, blessées ou déplacées à la suite du conflit.

Le cas d’autres sectes en Syrie n’était pas si différent dans la mesure où des intérêts politiques affectaient la scène religieuse.

Ce n’est pas vrai que la religion formule la politique ; la vérité est que la politique formule la religion à des fins politiques. Il est clair pour nous tous que le jeu de la religion est susceptible d’être utilisé pour altérer la situation sur le terrain.

Iran, la référence politique

Sur le plan politique, les Iraniens ont commencé à réfléchir au meilleur moyen de dominer le Moyen-Orient après la chute de l’Union soviétique. Ils pensaient qu’ils étaient l’alternative à la domination soviétique.

Celles-ci reposaient essentiellement sur le concept d’hostilité à l’égard des États-Unis d’Amérique, leur insatisfaction face à la politique des États-Unis d’Amérique au Moyen-Orient était la clé de la pénétration de l’Iran dans le monde arabe.

Grâce à cette théorie de l’hostilité envers les États-Unis d’Amérique, l’Iran a réussi à capturer l’islam politique arabe. Elle a trouvé que l’islam politique arabe était très similaire à la théorie iranienne.

Par conséquent, il y avait beaucoup d’intérêts communs, et c’était très clair lorsque les Frères musulmans se sont alliés à l’Iran.

De plus, même Al-Qaïda a trouvé son meilleur creuset chaud en Iran. L’Iran et Al-Qaïda ont de nombreux intérêts communs.

À ce stade, l’Iran était pleinement conscient de la nécessité de mettre en place un projet politique pour s’approprier le monde arabe.

Le meilleur choix était la cause palestinienne, en particulier avec l’émergence d’un islam politique en Palestine.

La route était pavée pour que l’Iran parie sur cette cause sensible alors que la sympathie pour le soulèvement palestinien submergeait le monde arabe.

Bien que la majeure partie du soutien aux Palestiniens ait été fournie par des Arabes, l’Iran a réussi à dévier des intérêts des groupes palestiniens et des intérêts du peuple palestinien.

Cela a été fait en convertissant des groupes militaires palestiniens en milices telles que le Hezbollah du Liban, les milices sectaires en Irak et les Huthis au Yémen.

L’Iran a également réussi à attirer les partis de gauche arabes et nationalistes qui ont commencé à glorifier l’Iran aux côtés d’entités sunnites et chrétiennes au Liban. Tous ces alliés iraniens étaient unis pour soutenir le régime d’Assad et la stratégie de l’Iran au Moyen-Orient.

En conséquence, l’Iran est enfin devenu la référence politique la plus importante de la région. Les cartes du jeu au Moyen-Orient ont été mélangées avec succès et la crise syrienne s’est compliquée.

Il ne s’agit plus de groupes militaires motivés par des doctrines sectaires en tant que nouvelles tendances politiques prônées par les gauchistes et les nationalistes.

Les mouvements sunnites et autres sont également présents, comme le montre clairement le cas de l’opposition syrienne au problème du Front Al Nusra et d’autres factions djihadistes.

Ces groupes extrémistes ne peuvent jamais modifier leur structure en faveur du peuple syrien.

Le discours religieux devient toujours de plus en plus hystérique et fébrile, tout comme le discours des talibans et des États islamiques en Irak et de Sham ISIS.

Comment tripler la référence politique de l’Iran

Le noyau de la référence politique de l’Iran dans la région est basé sur la cause palestinienne.

Nous ne pouvons pas séparer l’intervention iranienne en Syrie de la cause palestinienne qui est la clé de la propagande iranienne depuis la proclamation de la Journée internationale Al Qods par Khamenei.

Cette occasion a été une occasion de rassembler toutes les entités politiques arabes en procession dans les rues de Téhéran.

Khamenei a su comment exploiter Al Qods pour sa valeur dans la conscience arabe, de sorte que tous les gauchistes, nationalistes et islamistes ont été rassemblés sous l’emprise de Khamenei.

Lors des réunions consacrées aux anniversaires de la journée Al Qods, l’Iran a réussi à contenir la plupart des entités politiques et religieuses arabes.

Le soutien de l’Iran a été consacré uniquement à ses milices en Irak, au Liban, en Syrie, en Palestine et au Yémen.

Ce soutien était uniquement militaire afin d’aider ces milices à dominer le Yémen, l’Irak, la Palestine, le Liban et la Syrie.

Les partis arabes de gauche et nationalistes ont été attirés par le soutien iranien pour se protéger.

Le Front public pour la libération de la Palestine, dirigé par George Habash, a été exposé à de nombreuses pratiques humiliantes du Mouvement du Hamas.

Il a donc eu recours à l’Iran pour protéger ses dirigeants. Il figure désormais en tête de la liste des milices pro-Assad. Il l’a fait pour assurer la satisfaction et la protection de l’Iran.

Le triplement de la référence politique de l’Iran dans la région devrait commencer à l’origine. C’est la bande de Gaza.

Cette stratégie implique que les pays arabes aient une politique ouverte à l’égard du Hamas et de Gaza.

Alors que les pays arabes et d’autres pays islamiques et européens se concentraient sur les projets de reconstruction, le financement du développement et les aides humanitaires dans la bande de Gaza, l’Iran centrait son soutien sur les groupes militaires.

L’Iran a investi beaucoup d’argent dans l’aile militaire du Hamas et dans Al Jihad Al Islami avec très peu d’appui aux ailes politiques de ces factions militaires au cours de la dernière décennie de la rosée.

Expulser l’Iran de la bande de Gaza signifiera nécessairement l’effondrement de l’axe Résistance et la chute de la théorie politique du Hezbollah au Liban. Cela impliquera également des changements remarquables contre l’Iran au Liban.

Si cela se produit, de nombreuses puissances politiques au Liban, y compris le Hezbollah, cesseront de soutenir le Hezbollah.

Cependant, cela ne peut être que si les pays arabes parrainent un processus politique pour les Palestiniens, à l’exclusion du Hamas. Un projet politique pour la région basée sur l’Initiative arabe pour la paix sera la principale étape pour tripler le projet de résistance de l’axe Iran.

Une initiative politique des pays arabes est devenue une nécessité pour imposer une meilleure réponse aux intérêts des Palestiniens à Gaza et aux Arabes du Moyen-Orient en général.

Il devrait y avoir des mécanismes arabes pour traiter le problème.

Si cela ne se produit pas, il faudra alors tripler les factions islamiques et leur projet politique, car si ces factions militaires palestiniennes conservent une légitimité politique, l’Iran continuera à altérer la cause palestinienne, qui est déjà compliquée, sinon cette complication influencer le monde arabe en général.

L’intrusion de l’Iran en Europe

Grâce à ses centres culturels en Europe, les activités de l’Iran ont dépassé le rôle culturel de ces centres pour avoir un impact politique sur les Iraniens nés en Europe et faisant désormais partie intégrante de la société européenne.

Ces communautés iraniennes d’Europe ont été attirées et maîtrisées par l’Iran afin de les inciter à faire de leur mieux pour défendre la culture malali.

En réponse à ces activités, la France a annoncé son intention de démanteler et d’interdire tous les centres culturels iraniens et les sociétés prônant la culture de la haine et glorifiant la violence.

Cette décision du gouvernement français fait référence au rôle malin de ces centres.

L’Iran est devenu capable de travailler dans les pays arabes, qu’il soit présent ou non dans ces pays.

Son souci principal est de défendre les concepts religieux et sectaires pour faire en sorte qu’ils dépassent tout autre concept nationaliste.

Lorsque l’appartenance religieuse devient plus forte que l’appartenance nationaliste, il devient très facile de monopoliser et de mobiliser les habitants de ces pays sous des prétextes religieux pouvant justifier l’aliénation de l’identité géographique et nationale.

La guerre iranienne contre l’Europe a commencé quand le régime d’Assad a commencé à prendre pour cible des civils en Syrie.

Le ministre iranien de l’Intérieur, Abdul Redah Rahmani, a déclaré aux médias que si l’Iran fermait les yeux pendant 24 heures, un million de réfugiés afghans iraient en Europe.

Sa référence à Afghanis était un indice du cas syrien.

C’est la nouvelle route de la soie iranienne par laquelle l’Iran a ouvert la voie aux réfugiés d’Asie centrale et orientale en direction de l’Est.

C’était une sorte de chantage sur l’Europe pour l’obliger à faire des concessions sur d’autres questions.

L’Europe a donc souffert des politiques de l’Iran au Moyen-Orient et en Asie centrale.

Les Arabes devraient immédiatement prendre des mesures pour mettre fin à la domination catastrophique de l’Iran au Moyen-Orient et dans le monde arabe.

Conclusion

En bref, la politique iranienne est basée sur la propagation du chaos au Moyen-Orient et dans le monde et sur la mise en place de milices locales désireuses de détruire la société où qu’elles travaillent.

Ces milices entreprennent la destruction des sociétés et échouent dans toute tentative d’établir des États régies par la loi.

Les Iraniens n’ont jamais pensé à construire des écoles hors d’Iran pour des raisons de connaissance ou de culture, ni à construire des établissements de santé ou à gérer des projets d’infrastructure.

Ils ne s’occupent que des armes, de la mort et de la promotion de la culture des milices et leur donnent l’avantage.

L’Iran n’a jamais rien offert d’utile en Irak, en Syrie, au Liban, en Palestine et au Yémen. La connaissance et les questions humanitaires ne sont pas du tout à l’ordre du jour en Iran.

Les sanctions internationales constituent l’un des meilleurs choix à court terme pour les pays européens. Néanmoins, expulser l’Iran de la structure sociale du monde arabe n’est pas une tâche facile, ses agents étant profondément enracinés dans les pays arabes.

Ces partisans de l’Iran ne se soucieront jamais de leurs propres pays car leur affiliation à l’Iran est beaucoup plus grande que leur affiliation à leurs propres pays arabes ou à leurs peuples.

Le point essentiel est que même si le soutien de l’Iran à ses milices telles que le Hezbollah au Liban, les Huthis au Yémen ou les milices Al Hashd populaire en Irak, ces milices peuvent poursuivre leurs activités.

Abdul Malek Al Huthi, dirigeant des Huthis, est un trafiquant de drogue qui traite avec des mafias internationales.

Les milices iraniennes en Irak contrôlent les routes commerciales et la contrebande en provenance et à destination de l’Iran.

Ces activités illégales aident ces milices à éviter les sanctions. Mais la bande de Gaza reste en dehors de ce jeu, car les pays arabes peuvent imposer de nouvelles conditions au Hamas et, ce faisant, le dossier politique ne sera plus entre les mains de l’Iran, qui ne contrôle que des factions militaires.

Les guerres en Corée, au Rwanda, en Bosnie et en Herzégovine sont toutes terminées, alors que les guerres impulsées par l’Iran continuent d’incinérer de nombreux pays du Moyen-Orient et que ces guerres sont même susceptibles de s’étendre à d’autres pays.

Le nombre de victimes de la guerre en Iran est beaucoup plus important que celui des victimes des bombes atomiques larguées sur le Japon au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Au moment où l’Iran tente d’imiter la Corée du Nord, les Syriens des zones contrôlées par l’opposition devraient veiller à ne pas utiliser des terminologies telles que les tribunaux de la charia et les devises religieuses.

Au lieu de cela, ils doivent établir un nouveau cadre national capable de garantir le respect des droits de l’homme.

Tous les noms sectaires et doctrinaux d’entités politiques ou militaires doivent être effacés et ne plus être utilisés par les médias.

Ceux qui préconisent ces termes à connotation religieuse devraient être poursuivis et tous les Syriens encouragés à utiliser des terminologies patriotiques et à éviter tout discours sectaires.

Les pays arabes, de leur côté, devraient fermer toutes les écoles religieuses qui jouent un rôle politique indépendamment des doctrines de ces écoles.

Les références religieuses devraient se limiter aux applications des lois civiles relatives au mariage, au divorce, etc.

Aucune entité politique d’origine religieuse ne devrait être autorisée, et les partis politiques islamistes existants devraient être restructurés conformément à la constitution et aux lois nationales, faute de quoi ils devraient faire l’objet de poursuites.

Il est très important pour nous de savoir que la menace iranienne est une menace existentielle et que la reconstruction du nouveau Moyen-Orient exige soit de tripler la référence religieuse de l’Iran, soit de restaurer la référence politique de la cause palestinienne par les Arabes.

Les pays arabes devraient immédiatement s’engager dans un processus politique susceptible de rétablir la paix pour les Arabes et les Israéliens sous les auspices de la communauté internationale.

Ce n’est qu’ainsi que le projet destructeur de la révolution islamique d’Iran pourra être mis fin ou du moins arrêter son expansion hors d’Iran.


Copyright © 2019 The Middle East and North Africa Media Monitor.