Comment l’islam politique s’est-il infiltré parmi les communautés musulmanes en Europe ?

Pendant plusieurs décennies, les Frères musulmans ont monopolisé la représentation de la religion islamique en Europe et en Amérique, aidés par ce réseau solide d’associations et d’organisations dont ils ont tissé dans ces pays. Elles leur ont permis de les présenter comme étant le principal interlocuteur islamique vis-à-vis les gouvernements occidentaux et en tant que soupape de sécurité faisant face au flux des mouvements extrémistes provenant du monde arabe.

Dans un sens pragmatique terrible, la Confrérie de Hassan el-Banna a choisi de tordre le cou de la croyance sur laquelle s’est basée son prosélytisme, en faisant de l’Occident une terre de paix, tandis que le monde arabe et islamique une terre de guerre et de combat, comme en témoigne la longue liste d’assassinats qu’elle a menés et traîné toujours avec elle depuis son implication en 1948 dans l’assassinat du Premier ministre égyptien Mahmoud Fahmy An-Nukrashi. Cet incident sanglant dont Hassan el-Banna n’a pas réussi à se débarrasser de son auteur pour qu’il marque du sang et du feu, la relation de la Confrérie avec l’État égyptien et la société égyptiens et dans tous les pays arabes.

Les Etats-Unis, les Frères Musulmans, Bernard Lewis, et la relation qui les relie

Selon des documents confidentiels divulgués par les services de renseignements américains, la planification pour s’infiltrer dans l’organisation de Hasan el-Banna en Europe a été effectuée grâce à l’administration du président américain Dwight Eisenhower, et ce depuis le moment où il a rencontré Saïd Ramadan, époux de la plus jeune fille de Hassan el-Banna, à Washington en 1953. Et toute personne qui visite la bibliothèque du président Eisenhower au Kansas pourra voir les documents relatifs à la rencontre entre Eisenhower et Saïd Ramadan qui est décrit par les mêmes documents comme étant « le ministre des Affaires étrangères de l’organisation des Frères musulmans ».  [1]

La relation entre la Confrérie et la CIA facilitera, selon la même source, pour Saïd Ramadan le processus de création de ce que l’on appellera «l’organisation internationale» de la Confrérie, en tant que groupe fonctionnel dont le but est de réaliser les objectifs américains dans la région arabe et les pays islamiques, voire en Europe et en Russie, puis en Chine plus tard. Les documents dont une partie a été publiée dans le livre de Robert Dreyfuss, a révélé comment les Etats-Unis ont aidé l’organisation de la Confrérie à s’étendre, à acquérir des membres et à avoir le financement afin de faire face à l’Union soviétique à cette époque [2]

Par ailleurs, les documents des services de renseignement américains ont révélé un rôle dangereux joué par Bernard Lewis, l’orientaliste spécialisé dans les affaires de l’Orient arabe, pour persuader l’administration Eisenhower de s’ouvrir sur les Frères musulmans, en affirmant que le concepteur des cartes de division et de fragmentation de la région et du Levant arabe sur des bases sectaires et ethniques est celui qui proposait à John Foster Dulles, le secrétaire d’État américain, et son frère Alan, le directeur de la CIA à l’époque, de mettre en place des plans à long-terme pour soutenir l’organisation des Frères musulmans dans la région. Une chose à laquelle ont répondu positivement les frères Dulles, qui ont travaillé en accord avec le président Eisenhower, pour tenir un congrès à l’Université de Princeton auquel participaient des membres de l’organisation des Frères Musulmans présidée par Saïd Ramadan.[3] 

Cette alliance tacite entre les Frères musulmans et les États-Unis allait bientôt récolter ses fruits lors de l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1979, lorsque l’administration du président Ronald Reagan a fourni un soutien financier, militaire et logistique aux Frères musulmans afin de recruter des jeunes arabes et de les pousser dans une guerre par procuration contre les armées soviétiques . Avant que l’alliance Confrérie / américain n’atteigne son apogée diabolique à l’époque de l’administration de l’ancien président Barack Obama, qui a ouvert la porte à «l’ancienne alliance» pour mettre en œuvre les plans de Bernard Lewis pour diviser le Moyen-Orient à travers la porte des révolutions du printemps arabe et de permettre aux Frères Musulmans de s’approprier le pouvoir dans certains pays arabes et islamiques.

En Algérie, il y a une belle chanson dont les paroles disent «La lame qu’ils ont tirée, va les rendre aujourd’hui aveugles …», et peut-être n’y a-t-il pas de mots pouvant mieux exprimer cette situation d’appréhension et d’angoisse qui plane sur la relation de Washington avec la Confrérie, surtout qu’on parle des rapports considérant que la Confrérie constitue désormais une menace imminente pour la sécurité des Etats-Unis et ses alliés. Ceci a été confirmé lors des discussions tenues par le Congrès depuis 2015. Ces discussions ont mis en garde contre le danger de l’organisation des Frères musulmans sur la sécurité de plus de 200.000 soldats américains à travers le monde.

La trahison des Frères musulmans de ceux qui les ont aidés à Washington ne s’est pas arrêté à ce stade, car les services de sécurité européens ont conclu que la Confrérie était impliquée dans des meurtres et des actes du terrorisme en exploitant les mosquées qu’elle contrôle dans certains pays européens et transformées en plateformes pour répandre le discours de la violence et de la haine dans le monde.

Saïd Ramadan: le fasciste qui a fondé la mosquée de Munich

Armé de la relation forte qui le lie aux Américains, Saïd Ramadan avait pris l’initiative dans les années 1950 en contribuant avec une somme de 1000 marks allemands pour construire la mosquée de Munich, en planifiant de contrôler son administration et en faire une base arrière pour diffuser l’idéologie de la Confrérie en Europe selon l’agenda des renseignements avec lesquels elle avait travaillé.

En abordant la biographie de Saïd Ramadan, Ian Johnson, l’auteur du livre « Une mosquée à Munich », a indiqué dans une conférence aux Emirats Arabes Unis qu’il avait mené un entretien avec le directeur académique de la thèse de doctorat de Ramadan, dans lequel il l’a assuré que le Ramadan était une personne qui ne portait aucune tolérance envers les autres qui s’opposaient à lui en termes de religion, en le qualifiant de personne « fasciste ». [4] 

Si la Seconde Guerre mondiale représentait les principaux problèmes des soldats musulmans dans leur guerre avec l’autre / l’Occident, la partie vaincue dans la guerre, à savoir l’Allemagne allait ouvrir ses bras plus que tout autre pays européen aux Frères musulmans, en essayant de poser un pied sur l’échiquier mondial, fruit de la guerre froide, dans laquelle le groupe Hassan el-Banna avait joué un rôle important étant donné sa coopération en matière de renseignement avec les services de renseignement américains et européens, sous prétexte que la Confrérie partage le même objectif avec les pays occidentaux, à savoir étouffer le communisme.

Dans ce contexte fébrile, il était clair le rôle principal joué par la mosquée de Munich dans l’étendue des Frères musulmans à travers l’Europe sous les auspices des renseignements de l’Allemagne de l’Ouest et la contribution effective de la communauté musulmane de la Bavière, surtout d’origines turques et afghanes qui y étaient installées, et qui ne tardaient pas de concéder devant la réalité et de l’influence des Frères musulmans sur la mosquée susmentionnée, à tel point que la prière dans la mosquée nécessitait l’autorisation de son administration sous contrôle des Frères musulmans. [5] 

Ainsi, la mosquée de Munich est devenue l’état-major général de la Confrérie en Europe, qui n’a pas hésité à utiliser l’Islam comme étant une arme politique pendant la guerre froide, avec le soutien et la planification de la CIA, avant que la mosquée ne devienne incontrôlable lorsque des islamistes radicaux se sont faufilés à la mosquée dont ils voyaient un point d’ancrage pour eux en Europe occidentale, et ce parallèlement avec la révélation des rapports de presse indiquant qu’un certain nombre de symboles de l’islam politique se dirigent vers l’Allemagne comme l’une des régions sécurisée pour la confrérie. Selon un rapport de l’Office fédéral de protection de la Constitution allemande, l’Association islamique des Frères musulmans compte environ 13.000 membres et elle est active dans tout le pays, où elle a mis en place plus de 50 mosquées.
L’Association islamique, fondée le 9 mars 1960 et dont le siège est à Cologne, est considérée comme étant une fédération des centres islamiques dans dix États d’Allemagne, financée par des dons, des cotisations et la vente de publications, comme c’est le cas dans la structure administrative de la Confrérie d’el-Banna. [6]

La France entre la laïcité et l’islamophobie

Les statistiques officielles estiment le nombre des Musulmans en France à environ six millions, qui, selon les propos du président Emmanuel Macron, constituent une société parallèle, ce qui en a fait l’exemple le plus marquant de la relation ambiguë entre les communautés musulmanes et les sociétés européennes laïques. Et ce après que les deux parties se sont retrouvées face à une crise d’identité qui s’est soldée par la création d’une situation de forte polarisation qui s’est transformée en une réelle menace pour la paix sociale à tel point que Macron n’a pas hésité, à plus d’une occasion, de dire qu’«une partie de la société veut créer un projet politique au nom de l’Islam », en utilisant plus d’une fois le terme de« contre-société ».

Cette crise profonde qui gangrène la société française a commencé de s’imposer fortement sur la scène politique locale, au milieu de l’intensification des avertissements des courants de droite sur le danger de l’Islam et des musulmans sur l’identité nationale. Et la France a adopté la laïcité comme étant une méthodologie politique et sociale sur des bases mises en place par les philosophes des Lumières pour qu’après la loi laïque soit adoptée ainsi que la séparation entre l’église et l’État en 1905, avant que sa définition soit révisée pour inclure l’égalité dans le traitement avec toutes les religions en 2004.

En revanche, la France, qui se présente comme la protectrice des libertés individuelles et de la liberté de croyance, a combattu les penseurs et les élites solidaires avec l’Islam et les musulmans en les assiégeant afin que leur influence ne dépasse pas les lignes rouges. Cela a placé ainsi le République dans une position contraire aux trois principes sur lesquels elle a été fondée. [7]

De ce fait, le terme «islamophobie» a occupé le devant de la scène politique et du débat public en France, notamment de la part des courants de droite qui «considèrent le Musulman comme un ennemi juré du Chrétien et de l’Europe. Et que l’Islam est une négation absolue de la civilisation! Et des Musulmans on ne peut s’attendre qu’à la barbarie et à la mauvaise foi ! » [8]

Cette vive tension ne tarde pas de se glisser vers la violence de temps en temps après que les courants de l’islam politique avaient joué sur la corde sensible des musulmans de la République des Lumières, surtout parmi les rangs des jeunes qui n’avaient pas l’opportunité d’avoir une bonne éducation et ne recevaient pas les enseignements de la vraie religion de ses sources véritables et pures. En effet la France s’est progressivement transformée, de terre d’accueil et de migration en une terre de guerre où le sang des dizaines de victimes innocentes a coulé.

L’Allemagne ; un pays où personne ne subit une injustice

Après des décennies après la première migration des Frères musulmans et de leurs sympathisants vers l’Europe, une nouvelle génération d’enfants et leurs descendants ont commencé à apparaître dans le vieux continent, qui y ont reçu leur éducation et leur éducation, et ont créé des organisations représentant les communautés musulmanes locales et supervisent un réseau qui couvre presque tous les pays européens.

Bien que la majorité d’entre eux continuent à adopter les visions des Frères musulmans, mais leur adoption d’un discours modéré prononcé dans des langues allemandes, néerlandaises et françaises correctes les rendait acceptables tant pour les gouvernements européens que pour les médias.

Cependant, de nombreux témoignages confirment le double discours chez les membres de ces organisations, puisque le langage de tolérance et d’intégration prononcé par ces derniers sur les écrans de télévision et devant le public et les politiciens des pays d’accueil, s’estompent aussitôt lorsqu’ils montent sur les minbars des mosquées en s’adressant en arabe à parmi leurs adeptes des musulmans, pour que leurs masques soient tombés découvrant leur vilain visage extrémiste qui incite à la haine et met en garde contre les maux de la société occidentale.

Ce double discours peut être différent en intensité d’un pays à l’autre, mais c’est un phénomène qu’on peut constater plus clairement en Allemagne, qui occupe une place particulière pour eux du fait qu’elle a accueilli la première grande vague d’immigrants des Frères musulmans. , ainsi qu’elle abrite la présence de la Confrérie la plus organisée, profitant de la clémence relative du gouvernement allemand envers les pratiques, le discours et les activités des Frères musulmans.

Mais cela n’a pas empêché le service de renseignement allemand de s’inquiéter du danger de la « Confrérie » sur le Conseil central des musulmans d’Allemagne, en raison des efforts de la Confrérie pour établir un système social et politique basé sur la charia, et son adoption d’un programme scolaire général et de formation pour les musulmans et ceux qui s’intéressent à la religion de toutes les tranches d’âge, y compris les institutions de la Communauté islamique d’Allemagne et les mosquées coopérant avec de nombreuses écoles coraniques . Selon un rapport de la Deutsche Welle, «à travers les discours, les séminaires et les shows scolaires dans les écoles, des activistes de la Communauté islamique d’Allemagne et leurs partenaires entrent en contact avec des dizaines de milliers de musulmans pour répandre leur compréhension conservatrice du Coran». [9]

Les Frères musulmans après le 11 septembre ; Nous ne reviendrons pas comme nous étions partis ?

Beaucoup d’eau a coulé sous le pont reliant l’Occident et la Confrérie depuis le 11 septembre 2001, après quoi la plupart des pays européens commençaient à voir d’un œil de suspicion les activités de la Confrérie qui brandissent le slogan de la modération et de la lutte contre l’extrémiste, dans un moment où les enquêtes de sécurité et des rapports de renseignement confirment qu’elle a des rapports matériels et moraux avec un certain nombre d’organisations terroristes transnationales, ainsi que l’existence des plans à long-terme chez les Frères musulmans visant à créer une société parallèle dans les pays européens et à les pénétrer en diffusant leurs idées et leurs croyances. Et leur moyen pour atteindre cet objectif est la chaîne de centres islamiques qu’ils ont créés dans plusieurs villes du Vieux Continent.

En 2018, « Deutsche Welle » a rapporté sur Burkhard Freier, chef du renseignement de l’état de Rhénanie du Nord – Westphalie, qu’il a déclaré que « la Communauté islamique d’Allemagne (appartenant aux Frères musulmans) et le réseau des organisations actives cherchent, malgré les allégations qui rejettent l’ objectif d’ établir un État islamique même en Allemagne, en prévenant qu’à moyen-terme l’ influence des Frères musulmans pourrait engendrer un grand danger pour la démocratie allemande en comparaison avec le milieu salafiste radical dont ses adeptes soutiennent des organisations terroristes comme Al – Qaïda ou Daech . [10]

Quant à la France, l’ancien Premier ministre Manuel Valls a mis en garde contre les salafistes qui font de l’Union des organisations islamiques un alibi pour influencer la jeunesse des quartiers populaires, sachant que cette Union, considérée comme vitrine des Frères musulmans, organise chaque année un forum qui attire environ 170.000 visiteurs, qui ne sont pas forcément des membres de la Confrérie, mais ils sont séduits par l’idée de participer et d’assister aux séminaires politiques et religieux au menu du programme du forum.

Bien que le renseignement européen n’ait pas réuni des preuves suffisantes pour condamner et interdire les Frères musulmans, mais cela n’a pas empêché les services concernés d’imposer un contrôle strict sur les activités de la Confrérie et les ressources de financement de ses filiales en Europe, et qui sont listées comme suit :

  • La Communauté islamiqued’Allemagne (GID)est la branche allemande des Frères musulmans en Europe, fondée par Saïd Ramadan en 1958, et l’un des noms les plus éminents qui l’ont présidée était le germano-égyptien Ibrahim al-Zayat.
  • La Ligue des Musulmans de Belgique (LMB), unreprésentant des Frères musulmans là-bas, elle a été fondée en 1997 et possède dix mosquées et des sièges dans plusieurs villes, y compris belges. Et l’un de ses dirigeants les plus éminents est Karim Chamlal, un médecin d’origine marocaine travaillant dans le domaine de la biologie.
  • La Ligue de la communauté musulmane des Pays-Bas a étéfondée par le Marocain, Yahya Boyaf, à La Haye en 1996 et comprend plusieurs organisations dont notamment l’Europe Trust Nederlands ( ETN)et l’Institut néerlandais des sciences humaines et de secours islamique.
  • L’Association musulmane de Grande-Bretagne (MAB)représentant les Frères musulmans dans ce pays. Elle a été fondée en 1997 par Kamal Al-Helbawi, qui représentait pendant longtemps les Frères musulmans en Europe, avant de se séparer des Frères musulmans et de lui succéder à la tête de la direction de l’association, Anas al-Tikriti d’origine irakienne et professeur de traduction à l’Université de Leeds.
  • L’Union des organisations et des communautés islamiques d’Italie (UCOII) qui aété fondée en 1990 et est dirigée par Mohammad Nour Dashan, d’origine syrienne. L’Union compte plus de 130 associations et elle contrôle environ 80% des mosquées en Italie ainsi qu’elle possède des filiales culturelle, féminine et de la jeunesse. [11]

L’Iran est en concurrence avec les Frères musulmans : Les Chiites magrébins en Belgique comme exemple !

En mars de l’année 2019, le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé qu’il avait demandé la dissolution de quatre associations chiites qui « donnent de la légitimité au djihad armé d’une façon régulière, soit à travers les rencontres religieuses ou des textes mis à la disposition des croyants et des internautes ». Le ministre de l’Intérieur a indiqué dans un communiqué que ces associations sont «Zahra Centre France», «l’Union des chiites de France», «Parti antisioniste» et «Télé France Marianne». La même source a poursuivi que « les justifications du jihad armé, sans aucun contrôle, sont accompagnées par l’endoctrinement des jeunes au centre de Zahra avec des publications sur le jihad et en trouvant des justifications via Internet à des organisations à l’instar du Hamas, le Jihad islamique et la branche armée du Hezbollah, qui figurent tous sur la liste des organisations terroristes de l’Union européenne ». [12]

La décision française n’était pas surprenante, ni au niveau sécuritaire ni au niveau médiatique, étant donné les rôles que jouent désormais les centres chiites au sein des communautés musulmanes en Europe, et les liens directs qui relient ces centres aux institutions de sécurité et de renseignement en Iran. Un certain nombre de rapports sur la sécurité européenne ont démontré que les centres culturels et religieux chiites ayant un rôle à jouer dans le renforcement de la stratégie d’infiltration iranienne dans le continent européen, la construction d’une base de partisans et de sympathisants pour sa politique, parmi les immigrants arabes et les musulmans, et d’influencer les cercles d’influence. Que ce soit dans la société civile ou parmi les politiciens, l’activité culturelle n’est autre que l’un des outils et des méthodes douces permettant à l’Iran de faire passer ses agendas politiques et renforcer ses influences et son pouvoir sur la scène internationale. [13]

Pour y parvenir, le régime iranien cherche à trouver les cadres formés culturellement et idéologiquement, pour faire avancer les agendas que ces institutions sont chargées de mettre en œuvre, et ce à travers un certain nombre d’institutions présentes en Iran et à l’étranger, comme l’Université Al-Mustafa qui est sous le contrôle du Guide suprême et elle est basée dans la ville de Qom, et l’Organisation pour la culture et les relations islamiques, qui chapeautent plusieurs associations et institutions, dont l’«Association Ahl El-Bayt» ayant la charge de promouvoir le chiisme et elle noue des liens étroits avec les chiites du monde entier. Il y a également l’Organisation islamique pour le développement, qui porte en persan le titre de la «Fondation de la propagande islamique». Et sa mission est de publier du contenu religieux et de propagande, ainsi qu’elle envoie des prédicateurs chiites dans des pays étrangers, en coopération avec les bureaux des affaires étrangères du ministère de la Culture et de l’Orientation islamique. [14]

Cette tentative iranienne incessante de tirer le tapis sous les pieds des « Frères musulmans » en Europe est parce qu’il est conscient du pouvoir des communautés musulmanes dans ce continent et de leurs impacts sur leur environnement régional, particulièrement dans certains pays où les Arabes et les musulmans sont devenus une force électorale non négligeable. L’exemple le plus frappant en est peut-être la forte pénétration chiite qui a touché la communauté marocaine en Belgique. Cela a poussé Abdellah Boussouf, secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, à prévenir que quatre grandes mosquées de la communauté marocaine dans la capitale belge, Bruxelles, sont devenues sous le contrôle de la doctrine chiite. [15]

A l’entrée de la mosquée Rahman, rue «George Morrow», non loin du siège du consulat du Maroc à Bruxelles, il y a une pancarte sur laquelle est inscrit «Que la paix soit avec vous, O Abû ʿAbd Allah al-Husayn», quelque chose qui était presque impossible il y a quelques années, étant donné que la majorité de ce qui fréquentaient la mosquée susmentionnée étaient de la communauté expatriée du Royaume sunnite du Maroc. Mais cela a maintenant commencé à changer en raison de l’augmentation remarquable du nombre des immigrés marocains qui se convertissent au chiisme et étudient dans les institutions religieuses de l’Iran, y compris le prédicateur de la mosquée chiite Rahman, qui a dit à propos de l’histoire de sa conversion au chiisme : «Je suis venu sunnite du Maroc en Belgique en 1983. Mon père était venu ici avant moi. Il était membre de la Ligue des oulémas du Maghreb, dirigée par feu Sheikh el-Mekki al-Naciri, et il était un disciple soufi de Sheikh Ibn Ajiba. Je n’ai pas tardé à remplacer mon père dans les sermons du vendredi, et j’ai été influencé par les savants de ma ville à Tanger de la famille Al-Siddiq, et ils sont Al-Hafedh Sidi Ahmed, Al-Hafedh Sidi Abd Allah et Al-Hafedh Sidi Al-Hassan. J’ai commencé à parler de Ahl al-Bayt et de leurs vertus, et les gens on commencé de m’accuser du chiisme. Cela m’a en effet poussé pour étudier les chiites et leur pensée, en me disant si ces gens ont raison, alors nous sommes les premiers à démontrer cette vérité, et si elles ont tort alors le minbar nous appelle à découvrir ce mensonge, afin de ne pas laisser les membres de notre communauté se tromper. Cette recherche que j’ai faite m’a convaincu de sympathiser avec les Chiites, et les gens pensaient que je suis chiite ». Le prédicateur a poursuivi en disant:« Nous sommes dans un pays gouverné par la pensée libérale, et si vous au Maroc voyez qu’il y a une augmentation du nombre de chiites ici à Bruxelles, et à partir de là, le chiisme va entrer au Maroc, comme ils le disent. Nous ne voyons pas les choses comme ça, car ici on a trouvé la porte ouverte sur plusieurs options, et pas limitée dans une doctrine particulière, comme c’est le cas au Maroc. Pour cela, nous avons choisi d’être sunnites mais chiites en ce qui concerne les textes relatifs à Ahl al-Bayt ». [16]

De son côté, Cheikh Mohammad al-Tajkani, chef de la Ligue des Imams de Belgique, et prédicateur de la mosquée d’Al-Khalil dans le quartier de Molenbeek à Bruxelles, a estimé que la conversion des membres de la communauté marocaine en Belgique n’a rien à voir avec la l’amour de la famille d’Ahl al-Bayt, mais plutôt motivé par des motifs politiques. Il a expliqué qu’après la réussite de la révolution iranienne en 1979, qui avait brandi le slogan de la révolution islamique et non de la révolution chiite, les Marocains ont sympathisé avec elle étant donné que c’était une révolution alternative qui est venue contre les forces arrogantes occidentales dirigées par les Etats-Unis, que l’Iran a appelé le Grand Satan, et contre l’Union soviétique. Et il était pour faire triompher le mot de l’Islam et la libération de la Palestine. C’était un chiisme émotionnel. [17]

De plus, le régime iranien n’a pas hésité à utiliser l’arme de l’argent pour mettre en œuvre son plan visant le chiisme des Marocains en Belgique et à attirer un certain nombre d’intellectuels et de juristes sunnites, ainsi que convoquer certains jeunes pour étudier dans les écoles chiites en Iran, en Syrie et au Liban en prenant en charge leurs dépenses et en leur donnent des  bourses d’études, outre l’hébergement et le mariage temporaire. [18]

En résumé :

Le pari des gouvernements occidentaux d’exploiter la religion de l’Islam comme étant une force douce pour affronter la marée communiste, n’aurait pas réussi s’ils n’ont pas mis la main dans la main avec les Frères musulmans, qui ont accepté d’«improviser» le plan de confrontation qui était préparé préalablement par les services de renseignement américains d’abord, puis européens plus tard.

Cependant, cette alliance est devenue rapidement faible après l’effondrement du bloc de l’Est et le sentiment de la Confrérie qu’elle a commencé de perdre son importance et la raison de son existence, en se transformant progressivement d’un allié en un ennemi qui menace la sécurité et la sûreté des sociétés européennes elles-mêmes après qu’elle enfanté de nouvelles générations et des organisations et des loups solitaires adoptant une approche violente pour affronter les sociétés européennes. Ainsi le vieux continent s’est transformé aux yeux de l’islam politique, d’une «terre d’immigration» en une «terre de guerre». De plus, on peut dire que : L’adoption de l’islam politique en général d’une idéologie non libérale ne respectant pas les valeurs universelles communes, a créé une crise d’identité pour les membres de la Confrérie résidants en Europe en les a poussant à établir une entité sociale parallèle à la société européenne et aux principes et valeurs de ses citoyens.

Cette situation a entraîné de profondes crises politiques dans les pays d’accueil qui se sont retrouvés confrontés à la montée des courants droite extrémistes dont ses discours se nourrissent des crises économiques et sociales engendrées par l’immigration en général et celles en provenance du monde arabe et islamique en particulier, où les communautés musulmanes sont accusées d’être hostiles et opposées aux valeurs universelles des démocraties, y compris la laïcité et l’égalité entre les hommes et les femmes ainsi que les droits des minorités.

De leur côté, les pays arabes et islamiques n’ont prêté attention au poids et à la valeur de leurs communautés résidant en Europe que tardivement. En effet, certains ont tenté d’immuniser leurs citoyens résidant au vieux continent contre les influences religieuses et doctrinales qui leur sont étrangères, comme c’est le cas avec le Maroc, qui n’a pas hésité à faire appel à la Commanderie des croyants pour entretenir les rapports religieux et doctrinaux reliant le Royaume avec ses citoyens résidant à l’étranger, dans un moment où le Qatar et la Turquie tentaient de combler le vide laissé par les services de renseignement américains et européens, en prenant l’initiative de recruter et d’embaucher les Frères musulmans pour mettre en œuvre leurs plans dans un certain nombre d’endroits dans le monde. Et dans une interview donnée exclusivement à la télévision publique albanaise en juin 2017, le président turc Erdogan n’était pas gêné d’admettre qu’il n’y a absolument aucune honte de soutenir les partis politiques des pays des Balkans et dans les autres pays européens partageant la même conviction que le Parti de la justice et du développement qu’il préside, et que ces efforts ne doivent pas susciter le rancœur d’aucune partie ?!

Les références

[1] – Article: les Frères musulmans aux Etats-Unis … Des relations historiques et un avenir incertain, Mohammad Sabti, 11/02/2020, site Hafyat.

www.hafryat.com/ar/blog/ Fraternité-en-Amérique-relations-historiques-et un avenir inconnu

[2] – Ibid.

[3] – Ibid.

[4] – Conférence sur « Les Frères musulmans en Europe .. Origines et développement », qposts.

www.qposts.com/ Les Frères musulmans-en-Europe-naissance-wa /

[5] – Ibid.

[6] – Article: «Mosquée de Munich. Ici est née l’organisation des Frères musulmans», Mohammad Al-Sharqawi, la Voix de la nation.

http://www.soutalomma.com/Article/510871/%D9%85%D8%B3%D8%AC%D8%AF-%C2%AB%D9%85%D9%8A%D9%88%D9% 86% D8% AE% C2% BB-% D9% 87% D9% 86% D8% A7-% D9% 88% D9% 84% D8% AF-% D8% AA% D9% 86% D8% B8% D9 % 8A% D9% 85-% C2% AB% D8% A7% D9% 84% D8% A5% D8% AE% D9% 88% D8% A7% D9% 86% C2% BB

[7] – Article : «La France et l’Islam: L’histoire de la relation et les moteurs de la crise», Anis Al-Arqoubi, noonpost.

https://www.noonpost.com/content/38727

[8] – Ibid.

[9] – Article : «Rapport: Les Frères musulmans sont plus dangereux pour l’Allemagne que Daesh et Al-Qaïda», Deutsche Welle.

https://www.dw.com/ar/%D8%AA%D9%82%D8%B1%D9%8A%D8%B1-%D8%A7%D9%84%D8%A5%D8%AE% D9% 88% D8% A7% D9% 86-% D8% A7% D9% 84% D9% 85% D8% B3% D9% 84% D9% 85% D9% 88% D9% 86-% D8% A3% D8% AE% D8% B7% D8% B1-% D8% B9% D9% 84% D9% 89-% D8% A3% D9% 84% D9% 85% D8% A7% D9% 86% D9% 8A% D8% A7-% D9% 85% D9% 86-% D8% AF% D8% A7% D8% B9% D8% B4-% D9% 88% D8% A7% D9% 84% D9% 82% D8% A7 % D8% B9% D8% AF% D8% A9 / a-46699242

[10] – Ibid.

[11]– Article : «Comment les Frères musulmans gèrent-ils leurs réseaux depuis l’Europe?, Chercheur Hazem Saïd, pour le Centre européen de lutte contre le terrorisme et les renseignements», Hafryat.

http://hafryat.com/ar/blog/%D9%83%D9%8A%D9%81-%D8%AA%D8%AF%D9%8A%D8%B1-%D8%AC%D9%85 % D8% A7% D8% B9% D8% A9-% D8% A7% D9% 84% D8% A7% D8% AE% D9% 88% D8% A7% D9% 86-% D8% A7% D9% 84 % D9% 85% D8% B3% D9% 84% D9% 85% D9% 8A% D9% 86-% D8% B4% D8% A8% D9% 83% D8% A7% D8% AA-% D8% B9 % D9% 85% D9% 84% D9% 87% D8% A7-% D9% 85% D9% 86-% D8% AF% D8% A7% D8% AE% D9% 84-% D8% A3% D9% 88% D8% B1% D9% 88% D8% A8% D8% A7-% D8% 9F

[12] – Article: «Le ministre français de l’Intérieur appelle à l’interdiction de quatre associations musulmanes chiites», France 24.

https://www.france24.com/ar/20190320-%D9%81%D8%B1%D9%86%D8%B3%D8%A7-%D8%AD%D9%84-%D8%AC%D9 % 85% D8% B9% D9% 8A% D8% A7% D8% AA-% D8% A5% D8% B3% D9% 84% D8% A7% D9% 85% D9% 8A% D8% A9-% D8 % A7% D9% 84% D8% AA% D8% B7% D8% B1% D9% 81-% D8% A7% D9% 84% D8% B4% D9% 8A% D8% B9% D8% A9-% D8 % A5% D9% 8A% D8% B1% D8% A7% D9% 86-% D9% 85% D8% B1% D9% 83% D8% B2-% D8% A7% D9% 84% D8% B2% D9 % 87% D8% B1% D8% A7% D8% A1

[13]– Article : «Pour ces raisons, 3 pays européens ont fermé des centres chiites sur leurs territoires», Karim Chafik, Hafryat.

https://www.hafryat.com/ar/blog/%D9%84%D9%87%D8%B0%D9%87-%D8%A7%D9%84%D8%A3%D8%B3%D8% A8% D8% A7% D8% A8-% D8% A3% D8% BA% D9% 84% D9% 82% D8% AA-3-% D8% AF% D9% 88% D9% 84-% D8% A3 % D9% 88% D8% B1% D9% 88% D8% A8% D9% 8A% D8% A9-% D9% 85% D8% B1% D8% A7% D9% 83% D8% B2-% D8% B4 % D9% 8A% D8% B9% D9% 8A% D8% A9-% D8% B9% D9% 84% D9% 89-% D8% A3% D8% B1% D8% B6% D9% 87% D8% A7

[14] – Ibid.

[15] – Article : «Inquiétude parmi les Marocains de Belgique face à la propagation du chiisme parmi leurs enfants», Abdullah Mustapha, Hespress.

https://www.hespress.com/%D9%82%D9%84%D9%82-%D9%88%D8%B3%D8%B7-%D9%85%D8%BA%D8%A7%D8 % B1% D8% A8% D8% A9-% D8% A8% D9% 84% D8% AC% D9% 8A% D9% 83% D8% A7-% D9% 85% D9% 86-% D8% A7% D9% 86% D8% AA% D8% B4% D8% A7% D8% B1-% D8% A7% D9% 84% D8% AA% D8% B4% D9% 8A% D8% B9-19626.html

[16] – Article: «Des Husseiniyahs chiites marocains en Belgique», Soleiman Raissouni, journal, Al-Massae – 23/12/2011.

[17] – Ibid.

[18] – Ibid.