Corona et la Jordanie… Actions croissantes et décisives

فيروس كورونا

La Cour de sûreté de l’État de Jordanie a décidé de libérer environ 1 500 détenus arrêtés pour délits et dont les affaires sont en instance devant le tribunal ou devant le parquet de la sûreté de l’État, a rapporté l’agence Petra News.

Cette étape intervient à la lumière de la situation sanitaire dans le royaume et conformément aux décisions du gouvernement prises pour éliminer l’épidémie de coronavirus, qui a été déclarée la semaine dernière par l’Organisation mondiale de la santé OMS comme pandémie.

Le président du tribunal, le juge militaire, le colonel Dr Ali al-Mabideen, a présenté ces décisions.

« Conformément aux faibles dispositions de la procédure pénale n° 9, 1961 et à ses amendements, le tribunal a décidé de libérer ces détenus, selon ce qu’il considérait comme une primauté de l’intérêt public et comme une contribution à faire face à la crise, provoquée par le nouveau coronavirus », a ajouté al-Mabideen.

La libération des détenus qui ont commis des délits mineurs dépend de la décision du Procureur dans chaque cas ; le journal jordanien al-Rai cite une source officielle au tribunal.

En haut de la liste vient l’abus de drogues, car il s’agit d’un délit, a ajouté le journal.

Une source judiciaire a indiqué que les procureurs ont commencé à examiner les cas, où certains détenus sont déjà libérés.

Néanmoins, de grands crimes tels que le meurtre et des cas similaires ne sont pas inclus dans la dernière décision, a affirmé la source.

Il a précisé que cette décision avait été prise pour réduire le surpeuplement des centres de réforme et de réhabilitation dans les circonstances actuelles.

La source espère que les chefs des centres de réforme et de réhabilitation entameront les procédures de libération des personnes incluses dans la décision dans les prochaines heures.

Dans le même contexte, le Cabinet jordanien a pris certaines mesures de précaution pour limiter la propagation des coronavirus dans le pays.

Ces précautions comprennent l’arrêt de l’impression du journal, car il peut contribuer au transfert de l’infection facilement, selon la télévision d’État.

De plus, le gouvernement a décidé de suspendre les transports en commun, alors que les pharmacies, les centres de restauration, les boulangeries et tout centre qui travaille dans la restauration, les médicaments, l’eau, le carburant et l’électricité, sont autorisés à travailler.

Il a également décidé de suspendre les travaux de tous les secteurs privé et public, à l’exception du secteur médical, soulignant que le départ du domicile est strictement interdit, sauf dans les cas nécessaires.

Le Cabinet a également empêché tout rassemblement de plus de dix personnes, empêché les déplacements entre les provinces et arrêté les visites médicales et les chirurgies, à l’exception des situations d’urgence et des chirurgies urgentes.

Des déclarations officielles ont révélé que ces décisions entreront en vigueur mercredi 8 h et dureront deux semaines.

Pendant ce temps, les autorités sanitaires jordaniennes ont annoncé que le nombre de cas Corona confirmés en Jordanie était passé à 33, après avoir découvert 4 nouveaux cas.

22 Jordaniens sont infectés, six Français et une Irakienne résidant en Jordanie, a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé, Nadhir Obeidat, confirmant que tous les Jordaniens infectés par le virus sont récemment entrés en contact direct avec des personnes infectées ou arrivées de l’étranger.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au Monitor MENA