Corona s’il a pris d’assaut le nord de la Syrie… Les Nations Unies mettent en garde.

Les Nations Unies ont appelé à l’arrêt des combats dans le nord de la Syrie, en particulier dans le gouvernorat d’Idlib et ses campagnes, où vivent environ 4 millions de personnes, dont une grande partie sont des personnes déplacées, le régime Assad les a expulsées de leurs villes et villages ces dernières années, afin que les autorités civiles puissent se préparer à lutter contre l’émergence du virus Corona qui a frappé Le monde entier.

Le 27 mars, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a appelé à un cessez-le-feu complet et immédiat dans toute la Syrie, conformément à la résolution 2254 des Nations Unies, pour avoir redoublé d’efforts pour lutter contre le nouveau virus Covid-19.

Le secrétaire général a demandé à toutes les parties en conflit en Syrie de soutenir son appel lancé lundi dernier en faveur d’un cessez-le-feu urgent dans les zones de conflit armé et de la nécessité de se consacrer à la lutte contre le virus, indique le communiqué.

L’envoyé spécial des Nations Unies en Syrie, Geir Pedersen, a souligné qu’il serait ouvert à travailler avec tous les acteurs en Syrie et avec les principaux pays, qui pourraient soutenir l’intensification des efforts contre le coronavirus et assurer la poursuite d’un cessez-le-feu.

La résolution 2254 des Nations Unies du 18 décembre 2015 appelle toutes les parties à mettre fin aux attaques contre les civils et exhorte à conclure un cessez-le-feu.

Il demande également à l’ONU de réunir les deux parties pour des négociations, en organisant des élections libres et équitables sous la supervision de l’ONU afin de parvenir à une solution politique.

Au 27 mars, 530 000 personnes avaient été infectées dans le monde, 23 700 d’entre elles sont décédées et plus de 122 000 ont été guéries.

Le 22 mars, le régime syrien a déclaré la première infection au Coronavirus en Syrie.

Les autorités sanitaires ont officiellement déclaré avoir quelques infections en Syrie. Cependant, des sources médicales dans les zones contrôlées par Assad disent que le nombre de cas est beaucoup plus élevé et qu’un décès (supplémentaire) a été enregistré.

Dans le nord de la Syrie, où de violentes batailles ont lieu entre les forces d’Assad soutenues par les milices iraniennes et les troupes russes d’un côté, et les factions de l’opposition syrienne soutenues par les troupes turques de l’autre, aucune infection n’a été signalée jusqu’à présent.

L’ancien ambassadeur des États-Unis en Syrie, Robert Ford, met en garde contre une épidémie de coronavirus dans le nord de la Syrie et des conséquences horribles, si la pandémie frappe la région, selon le service d’information ALSHARQ AL-AWSAT « Le Moyen-Orient ».

Ford a décrit la situation des résidents d’Idlib comme étant très misérable, car la plupart d’entre eux vivent dans une même tente avec de nombreuses autres familles.

Cette situation de surpopulation aiderait à propager le virus, d’autant plus que le temps y est extrêmement froid.

« Et cela, en dehors du manque de sources d’eau potable, qui ouvre la voie au virus pour infecter de nombreuses personnes déplacées, et bien sûr, il n’y a pas beaucoup de cliniques ou d’hôpitaux en raison des bombardements aériens constants du régime syrien et la Russie, ciblant des dizaines de centres médicaux au cours de la dernière offensive », a déclaré Ford.

En ajoutant que des médias comme le New York Times et de nombreuses ONG travaillant à Idlib ont déclaré qu’il n’y avait aucun équipement d’aucune sorte pour aider à lutter contre une éventuelle épidémie de coronavirus.

« Un médecin d’Idlib a déclaré au New York Times qu’il avait personnellement vu des patients présentant des symptômes de Covid-19, mais aucun équipement de test n’était disponible.

L’OMS s’est engagée à envoyer les fournitures et l’équipement nécessaires à Idlib dans le courant de la semaine », a souligné Ford.

La direction de la santé à Idlib, qui fait partie du gouvernement intérimaire syrien, a annoncé son intention de fournir 60 lits dans trois hôpitaux aux personnes infectées par Covid-19, selon Ford, mais ce serait un nombre trop petit par rapport à la population de la province.

Idlib aurait besoin de beaucoup de lits, d’établissements et de prestataires de soins de santé.

« Les médecins à Idlib ont averti que la catastrophe approchait », a déclaré l’ancien ambassadeur, notant qu’il n’avait pas mentionné les conséquences du ciblage de ces quelques hôpitaux ou installations médicales par l’armée de l’air russe et syrienne.

Ford estime que Damas utilise à mauvais escient les plans de sauvetage des Nations Unies envoyés pour les personnes touchées par la guerre : le gouvernement syrien a de mauvais antécédents d’utilisation abusive de fournitures et d’équipements médicaux.

Il ne les utilise pas au profit des civils, mais au profit des services de renseignement.

Toute publication et rédaction sont conservées dans Centre de recherche et d’étude Mena