Coronavirus du Hezbollah

Une lueur d’espoir pour le Liban est encore visible avant qu’il ne se noie complètement, et cette lueur d’espoir ne dépend que du Hezbollah s’il dit d’abord le Liban.

Le Liban d’abord.

Si le Hezbollah le dit, à part les États-Unis, les pays du Golfe ainsi que les pays de l’UE devraient écouter. Ils pourraient tous former un groupe de secours pour le Liban, car ils ne souhaitent pas que le Liban soit noyé.

Si le Liban a rétabli sa position de neutralité positive, cela signifie restaurer l’ère de l’hôtel Saint-Georges, où il abritait en même temps la CIA, le KGB, l’opposition syrienne et les gouvernements syriens.

Les faits indiquent que le Hezbollah n’est pas disposé à changer sa position ou à réviser ses politiques, car Hassan Nasrullah pointe toujours son index vers les Libanais, n’ayant pas d’autre choix que de rembourser des prêts en vendant des actifs et en hypothéquant la Banque mondiale selon ce qui est connu sous le nom de structuration de la dette publique, ce qui signifie voler le pain des Libanais et lever toutes sortes de soutien du gouvernement a tout, à partir de la farine se terminant par le carburant des voitures.

Le Liban est un pays dirigé par des voleurs ;

  • Les voleurs d’argent public protégés par le partage sectaire.
  • D’autres voleurs qui contrôlent les armes contrôlent ainsi la formule politique, ce qui en fait une formule qui ne change pas, et la couverture est : S’opposer à Israël.

S’opposer à Israël pour créer de nouvelles guerres dans un pays déjà appauvri et déchiré, ce qui met ce pays sous la pression de « chaque fois que vous construisez, vous détruisez ».

Toute personne saine d’esprit connaît les conséquences désastreuses de la guerre de juillet et d’une série de guerres qui ont détruit le Liban mais n’ont pas libéré Jérusalem.

Le Liban devient une colonie iranienne sous la devise de « Libération de la Palestine », et cela se produit, alors que des compromis politiques se profilent dans la région, que la guerre entraîne une destruction définitive, tandis que la paix peut apporter construction et prospérité.

En examinant la situation en Israël, nous voyons que de nombreux courants israéliens actifs sont très sérieux dans la recherche de la paix, car Israël a subi ce que les Arabes avaient souffert des guerres, bien que militairement, Israël ait toujours été un vainqueur.

Le Liban ne devrait pas conclure une paix unilatérale avec Israël, mais il devrait gérer complètement les possibilités de noyade, surtout qu’il est sur le point de connaître une prospérité économique après y avoir découvert du pétrole naturel, ce qui contribuera non seulement à éviter les catastrophes économiques, mais apportera également la richesse économique de tous les comptes.

Cela peut se produire, si le développement national régnait, les fortunes distribuées équitablement et une économie nationale construite, ce qui peut mettre fin à l’économie usuraire et la rendre productive.

Tout cela ne peut en aucun cas se produire tant que le Liban est gouverné par les armes ; par conséquent, tout ce qui est directement attribué au Hezbollah, tenant le Liban du cou et plus tard n’aura d’autre choix que de conduire le Liban à une guerre civile s’il ne fait pas appel à la raison et au réalisme politique, et s’il ne dit pas :

Le Liban d’abord, pas l’Iran.

Malédiction du Hezbollah. Il semble que le Hezbollah répand ses malédictions dans tout le Liban.

Et voici le Liban, à la croisée des chemins, où il se noiera et ne sera plus jamais sauvé, ou survivra grâce à des solutions politiques qui le ramèneraient dans le cercle de la communauté internationale et l’empêcheraient d’être étouffé par les ennemis.

Les amis du Liban, qu’ils viennent de l’UE, des États du Golfe ou même des États-Unis, comprennent le problème libanais et se rendent compte que les deux tiers des Libanais refusent le Hezbollah.

Quant au tiers restant, la moitié l’accepte de force, et la moitié restante revient comme morte de guerres inutiles qui n’ont aucun avantage pour le Liban. Ainsi, de ce troisième, acceptant le Hezbollah, personne ne restera sans la pression des armes.

C’est la malédiction du Hezbollah.

Même le coronavirus a été transféré au Liban par des alliés du Hezbollah.

Toute publication et rédaction sont conservées dans Centre de recherche et d’étude Mena