Débat Est-Ouest – Islam et violence

Islam et violence – la question de savoir si la terreur du soi-disant État islamique ou les actes de violence d’Al-Qaïda ou de Boko Haram peuvent être justifiés théologiquement, s’ils sont basés sur l’islam lui-même, a été le sujet de la science politique et de la philosophie depuis quelques années maintenant. Par exemple, le magazine allemand « Cicero » a posé la question : « L’islam est-il mauvais ? Même s’il y a un point d’interrogation, il n’y a qu’un point d’interrogation loin de l’affirmation que l’Islam est le mal – et seulement quelques lignes plus loin l’auteur arrive à cette conclusion. Il utilise la célèbre phrase, une fois citée par le pape Benoît : « Montrez-moi ce que le nouveau Mahomet a apporté, et vous n’y trouverez que des choses mauvaises et inhumaines comme celle-ci qu’il a prescrite la foi qu’il a prêchée à travers ce Déploiement de l’épée. »[1 ] Conclusion de Meyer : ISIS n’agit en fait que pour ce que le prophète lui-même était un modèle.

Même dans l’hebdomadaire allemand « Die Zeit » au lectorat bien plus large, ça ne se lit pas beaucoup mieux : ici, le psychologue palestinien Ahmed Mansour souligne, sans être contredit, que le contenu de l’EI est basé sur l’islam dominant, que beaucoup Les musulmans pratiquent en Allemagne. Et Hamed Abdel-Samad affirme également : « Cette loi religieuse est suprême et acceptée non seulement par les islamistes, mais par de nombreux musulmans pieux. Oui, en effet, il a raison. Mais la conclusion qu’il en tire est fatale : « C’est l’une des raisons pour lesquelles Daesh a pu conquérir des villes de plus d’un million avec seulement quelques milliers de combattants.

Si vous pensez que oui, il est logique de la ligne générale selon laquelle les musulmans doivent prendre leurs distances avec l’État islamique – la proximité fondamentale des musulmans avec le terrorisme de l’EI vient tout juste d’être discutée. Deux choses sont particulièrement bizarres : pourquoi pensez-vous que les musulmans allemands sont plus proches des musulmans qui persécutent les yézidis et les chrétiens que de ceux qui se précipitent à leur secours et leur offrent un abri ? Car ce sont précisément les musulmans qui tentent de mettre fin au soi-disant État islamique : la lutte contre l’État islamique n’est pas une lutte entre l’Occident et les musulmans. Après tout, ce sont avant tout les Arabes qui ont combattu les terroristes de l’EI en Syrie, ainsi que les Kurdes sunnites et les Arabes chiites en Irak. Ils y accueillent les réfugiés chrétiens et yézidis et les soignent dans les conditions les plus difficiles.

L’ignorance des détracteurs de l’islam

Après le 11 septembre, ces phénomènes sont apparus. Même alors, même lorsque des dizaines de milliers de musulmans sont descendus dans la rue en Europe pour protester contre la terreur des islamistes, on disait encore : « Vous ne vous éloignez pas.

Les professeurs de théologie islamique ont clairement pris position sur les atrocités : « Nous rejetons strictement les interprétations de l’islam qui le pervertissent en une idéologie archaïque de haine et de violence », indique un communiqué. Les autorités islamiques ainsi que les cercles résolument conservateurs et traditionalistes ont condamné des organisations comme l’EI comme étant barbares et non islamiques.[2] Cela s’applique même au grand mufti d’Arabie saoudite, Abdul Asis bin Abdullah al-Sheikh, qui jusqu’à présent n’a pas attiré l’attention.

Mais si les critiques de l’islam ignorent ces positions et donc la théologie islamique et prétendent toujours que l’islam est proche du terrorisme de l’EI, alors – il faut le dire – leur image de l’islam correspond presque exactement à celle des intégristes.

Des exemples d’une telle image diffamatoire de l’islam ne se trouvent pas seulement dans la presse. Juste pour prendre un exemple au hasard : dans la publication d’une initiative citoyenne allemande en Hesse, en Allemagne, qui est dirigée contre la construction d’une mosquée, il est dit : Au vu des développements entourant les organisations terroristes EI, Boko Haram et Al Qaïda, il est incompréhensible qu’une mosquée soit construite. « Que tous ces excès n’aient rien à voir avec l’Islam ne peut être cru que par ceux qui ont décidé de croire d’office : les politiciens ignorants. »

Cependant, une telle image de l’islam n’a pas grand-chose à voir avec l’islam de la grande majorité des musulmans et de leurs autorités. Cet islam, en particulier l’islam mainstream, dont on dit qu’il expose le contenu du terrorisme de l’EI, est à regarder de plus près dans ce qui suit.

Une opposition claire au terrorisme de l’EI

Afin de donner un aperçu de l’attitude de cet islam face à la violence, la lettre ouverte de plus de 120 érudits bien connus aux adeptes du soi-disant État islamique est particulièrement instructive. La plupart de ces érudits viennent d’un spectre conservateur de l’islam et ne sont pas des réformateurs modernes ou des éclaireurs islamiques. Au lieu de cela, ils traitent de l’idéologie et des références au Coran d’ISIS dans une structure de pensée résolument orthodoxe. En conséquence, il ne peut pas facilement être placé dans un certain coin comme occidentalisé, ni ne peut les accuser de ne pas être écoutés par les masses de toute façon.

Parmi les auteurs figurent le Grand Mufti d’Egypte, Sheikh Shawqi Allam, ainsi que Sheikh Ahmad Al-Kubaisi, le fondateur de l’Association Ulama d’Irak. Parmi eux se trouvent des universitaires du Tchad via le Nigeria au Soudan et au Pakistan. Évidemment, ils ont besoin de la théologie islamique pour se positionner clairement contre les terroristes. Sinon, comment expliquer pourquoi les érudits islamiques écrivent aux terroristes ? Ils s’opposent explicitement à l’affirmation selon laquelle l’EI appliquera ce qui est « écrit dans le Coran », comme les propagandistes de l’EI l’utilisent souvent comme argument de recrutement. La lettre était adressée à Ibrahim Awwad al-Badri, alias « Abu Bakr al-Baghdadi » et aux combattants et partisans de l’autoproclamé « État islamique ». Il s’adressait également aux musulmans dont les auteurs craignent de tomber dans les griffes de la propagande de l’EI. Al-Baghdadi, qui est né en Irak en 1971 et s’est appelé d’après le premier calife de l’islam, Abu Bakr, et qui, avec l’ajout d’al-Baghdadi, a affirmé sa revendication sur Bagdad, la capitale des califes abbassides. Selon les auteurs, selon la loi islamique, la proclamation d’un califat, c’est-à-dire du successeur politique du prophète, ne peut se faire qu’en consensus avec tous les musulmans.

Les auteurs citent au total 24 délits dont s’est rendu coupable le soi-disant État islamique : « Il est interdit en Islam de tuer des émissaires, des ambassadeurs et des diplomates ; il est donc également interdit de tuer tous les journalistes et agents de développement ». Ou : « Il est interdit dans l’islam de nuire aux chrétiens et à tous les autres écrivains – de quelque manière que ce soit imaginable – ou de les maltraiter. Le Jihad fait partie de la guerre défensive de l’Islam. C’est interdit sans les bonnes raisons, les bons objectifs et sans le bon comportement. Il est interdit dans l’islam de forcer les gens à se convertir. La réintroduction de l’esclavage est interdite dans l’Islam. Il a été aboli par consensus universel. Il est interdit dans l’islam de priver les femmes de leurs droits.

Des raisons détaillées sont données pour chacune de ces affirmations. Par exemple, les auteurs décrivent comme le devoir de tout musulman de considérer les Yézidis comme détenteurs des écritures : « D’un point de vue islamique, ces gens sont des majus, à propos desquels le prophète […] a dit : ‘Traite-les comme l’écriture propriétaires.’ » Il était donc illégitime de les déclarer mécréants ou même de les traiter de hors-la-loi. Avec des notes de bas de page, il est soigneusement documenté d’où viennent les citations. Dans ce cas, le hadith se trouve chez l’imam Malik et l’imam ash-Shafi’i, deux des quatre fondateurs des quatre écoles de droit sunnites, donc les plus hautes autorités.

Les auteurs abordent également les conditions préalables à la jurisprudence islamique et refusent ainsi indirectement au calife autoproclamé toute autorité et compétence pour faire des déclarations juridiquement contraignantes. Selon les auteurs, la méthodologie a été établie dans le Coran par Dieu et dans les hadiths par Mahomet et exige : Tout ce qui a été révélé sur une question particulière doit être considéré dans son intégralité. L’accent ne doit pas être mis sur des fragments individuels. Cette méthodologie est évidente à partir de l’Écriture elle-même, y compris le verset suivant : « Croyez-vous seulement à cette partie du livre et reniez-vous l’autre ? »[3]

Lorsque tous les passages pertinents sont réunis, le « général » doit être distingué du « spécifique », le « conditionné » de l’« absolu » et les versets sans ambiguïté de l’ambigu. Ensuite, les « occasions de révélation », l’asbab al-nuzul, pour tous ces versets ainsi que toutes les autres conditions herméneutiques que les savants classiques ont établies, doivent être incluses. Alors seulement, la justice est prononcée ou une interprétation est donnée, basée sur toutes les sources écrites disponibles.

En d’autres termes, on ne peut interpréter un verset sans observer tout le Coran et toutes les traditions. « Il n’est pas permis […] de se contenter de choisir la cerise sur le gâteau dans les versets coraniques sans les comprendre dans leur contexte global » pour se réconcilier. Les érudits islamiques se réfèrent à l’Imam al-Shafi’i et à un consensus universel parmi tous les érudits de la théorie juridique.

Le Coran n’est pas une licence pour utiliser la violence

Dans ce contexte, les auteurs traitent également de ces versets du Coran qui semblent légitimer la violence : « Ceux qui sont combattus ont été autorisés à se battre parce qu’ils ont été lésés ». sourate, que les détracteurs de l’islam citent par la négative et les djihadistes par la positive, afin de prouver la prétendue volonté ou nécessité de la violence inhérente à l’islam. En revanche, les érudits réfèrent ces versets exclusivement à un événement spécifique – précisément parce qu’ils ont inclus tous les autres textes et surtout la cause de la révélation dans l’interprétation.

Par conséquent, le verset ne traite que de la situation concrète suivante : En l’an 630 après JC, le prophète entre à La Mecque pour combattre les Mecquois païens, rompant ainsi un traité de paix qu’il avait lui-même conclu deux ans plus tôt. Ses actions nécessitaient une légitimation, qui est fournie par le verset : Les Mecquois pouvaient être combattus parce qu’ils avaient auparavant péché contre la communauté du prophète. Ils avaient chassé ses partisans et voulaient le tuer. Une instruction générale pour tous les musulmans ne peut donc pas être dérivée du verset. Les auteurs expliquent : « Ainsi, le jihad est lié à l’insécurité, à la privation de la liberté de religion ou à la fraude et à l’expulsion de son propre pays. Ces versets ont été révélés après treize ans de torture, de meurtre et de persécution. Il n’y a pas de djihad offensif et agressif simplement parce que les gens appartiennent à une religion différente ou ont une opinion différente.

Cette lecture n’a rien de moderne ni d’inspirée de l’Occident. Parce qu’ici une méthode est utilisée, qui existe dans les sciences islamiques depuis des siècles. Toute une branche de celui-ci concerne les occasions de révélation susmentionnées. On a donc toujours supposé une relation dialectique entre texte et destinataire et recherché le contexte dans lequel un verset a été révélé pour mieux en comprendre le sens et la portée. Un cas individuel comme celui décrit dans le verset ne peut pas servir de précédent pour d’autres situations similaires. Bien que la loi islamique soit essentiellement déterminée en pensant en termes de précédents, « il n’est pas permis de relier un verset particulier du Coran à un événement qui s’est produit 1400 ans après sa révélation ».

Une chose est certaine : la théologie islamique dispose de suffisamment de ressources argumentatives pour s’opposer au soi-disant État islamique.

Un professeur d’éthique et de philosophie politique à l’Université pontificale de Santa Croce à Rome a affirmé le contraire dans un article largement lu dans le journal suisse «Neue Zürcher Zeitung»: «IS n’est pas une hérésie, […] mais agit exactement selon le modèle d’expansion islamique guerrière, qui s’est reproduit dans l’histoire. Le modèle est Mohammed lui-même. La base de la légitimation est le Coran et la loi islamique, la charia. C’est là que se situe le sort théologique des intellectuels musulmans : en raison de leur tradition religieuse, ils ne peuvent pas condamner par principe le terrorisme de l’EI.

Même si les érudits islamiques lient l’usage des châtiments corporels à des critères stricts, ils peuvent être mis en doute. Ils se retournent également contre les violences sexuelles lorsqu’ils critiquent la réintroduction de l’esclavage et désapprouvent le fait que l’État islamique prive les femmes de leurs droits. Mais on cherche en vain un engagement pour l’égalité des droits. En ce qui concerne les droits des femmes, les auteurs sont clairement encore coincés dans les structures traditionnelles. Une position beaucoup plus claire doit être prise ici et il doit être clair que les châtiments corporels et la discrimination sexuelle au 21ème siècle sont non seulement incompatibles avec les valeurs de l’Occident, mais aussi avec l’ethos de l’Islam.

D’autres penseurs islamiques l’ont déjà fait et ont appelé à l’égalité. En tant que militante des droits des femmes, par exemple, on peut discuter avec l’esprit qui parle des dispositions coraniques ou du maqasid ash-shari’a, les objectifs de la religion. Le raisonnement peut être le suivant : Le Coran a amélioré la situation des femmes. Par exemple, il interdit de tuer des nourrissons de sexe féminin, ce qui était une pratique courante à l’époque. Et il a accordé aux filles la moitié de l’héritage que leurs fils ont obtenu. Selon cette approche, cependant, l’égalité totale ne pouvait pas être établie car cela n’aurait pas été transmissible à la société de l’époque. Mais à travers l’amélioration qui a eu lieu, le but de la prophétie peut être clairement vu. Et en ce sens, l’égalité doit être atteinte aujourd’hui. Avec cette approche, on peut aussi trouver une solution pour la sourate 4:34, le soi-disant verset de châtiment – le verset qui légitime apparemment la violence contre les femmes : Précisément à cause de la situation qui prévaut alors, la violence contre les femmes ne pouvait pas être abolie, mais le Le but de la prophétie ressort uniquement du fait que le prophète, donc le premier interprète du Coran, n’a jamais frappé ses femmes.

Beaucoup plus de penseurs libéraux que les érudits islamiques conservateurs ont développé d’autres méthodologies pour transmettre le message du Coran jusqu’à nos jours, comme la méthode du soi-disant «double mouvement» du pakistanais Fazlur Rahman. Selon lui, il faut d’abord étudier le contexte dans lequel le Coran a été prêché. C’est la seule façon de comprendre le message original. De là, dans un deuxième mouvement, les principes et les valeurs que le Coran propage comme la norme peuvent être dérivés.

Rahman critique également une approche de l’exégèse qui considère le Coran comme une série de versets isolés et ne parvient donc pas à transmettre une compréhension de la vision coranique du monde. Il a écrit que de nombreux musulmans ne comprenaient pas que le Coran était une unité. Au lieu de cela, ils « ont procédé de manière atomistique ». Ce traitement fragmentaire du Coran s’est accru dans les temps modernes. Mais Fazlur Rahman, et avec lui beaucoup de ceux qui ont été très influencés par lui, vont beaucoup plus loin dans le contenu que les traditionalistes – l’approche en double mouvement de Rahman conduit à une justification islamique d’une théologie pluraliste de la religion et ne se contente pas de rejeter la violence contre les personnes de confessions différentes. , mais leur promet même une place au paradis.[5]

Ce qui relie les fondamentalistes et les critiques de l’islam

Aussi différentes que puissent être les approches des érudits conservateurs et des auteurs modernes-libéraux, le fait est que les traditionalistes supposent également une relation entre la révélation et l’histoire et insistent sur la nécessité de créer des versets même apparemment clairs pour les soumettre à une analyse linguistique et interprétation historique au lieu de simplement les prendre au pied de la lettre. Ce faisant, ils considèrent le Coran dans son contexte global et toujours dans la perspective de son histoire d’interprétation. D’autre part, le processus consistant à sélectionner des versets individuels du Coran pour étayer ses propres thèses, tel que pratiqué par les critiques islamiques et les fondamentalistes, est grotesque d’un point de vue islamo-théologique, et plus encore : c’est un signe d’ignorance totale. Le Coran n’est pas une carrière, et les sourates ping pong ne font pas partie du canon de la science islamique.

Les fondamentalistes, mais aussi les critiques bien connus de l’Islam, font fi d’une érudition vieille de 1400 ans, lorsqu’ils supposent que le Coran se comprendrait sans recourir aux méthodes élaborées de son interprétation. Par exemple, l’appel de la publiciste Necla Kelek à l’érudition islamique montre qu’elle n’a jamais entendu parler de ces méthodes : le texte à remettre en question et le doute à considérer comme légitime. »[6] Mais c’est exactement ce que l’érudition islamique a toujours fait : elle considère le livre dans son contexte historique – et pas seulement depuis aujourd’hui. Un islam au-delà de son interprétation par les musulmans et la théologie musulmane, qui sont pour leur part extrêmement hétérogènes, n’existe que dans l’intégrisme des guerriers et des critiques.

Références

[1] Édition août 2014

[2] http://www.lettertobaghdadi.com

[3] Sourate 2:84

[4] Sourate 22:39

[5] Fazlur Rahman : Principaux thèmes du Coran ; Chicago 1980 et Katajun Amirpur : Repenser l’Islam – Le Jihad pour la démocratie, la liberté et les droits des femmes, Munich 2013, pp. 91-116

[6] Necla Kelek : Violence et oppression dans l’Islam. Une religion de l’arbitraire ; www.nzz.ch