Des fosses communes laissées par l’Etat islamique à Rakkah et Deir Ezour

Par : L’unité de suivi et de surveillance de MENA

Bien entendu, la vie devienne progressivement normale à Al Rakkah, à l’est de la Syrie, les fosses communes sont devenues le plus grand événement de la vie quotidienne des gens.

Selon les ressources locales, la communauté locale découvre presque chaque jour une fosse commune laissée par l’Etat islamique, qui contient les restes de personnes tuées lors de la bataille pour la ville entre l’Etat islamique et les Forces démocratiques syriennes (SDF), qui étaient soutenues par les forces aériennes de la Coalition internationale.

Le 20 octobre 2017, SDF a déclaré qu’il contrôlait pleinement la ville à la suite du limogeage des forces de l’Etat islamique. Cela a été annoncé sur le site officiel de SDF.

Documents de Human Rights Watch

Human Rights Watch, une organisation non gouvernementale vouée à la défense des droits de l’homme et basée à New York, a fait un rapport le 3 juin 2018 dans lequel elle parle de fosses communes dans des zones anciennement dominées par l’Etat islamique.

Brianca Mutamarthey, chef du département des urgences à HRW Attorney, a déclaré : « Il y a au moins neuf fosses communes contenant des dizaines, voire des centaines de cadavres. L’enlèvement de ces corps n’est pas une tâche facile. »

Dans son rapport, HRW indique qu’un nombre non identifié de fosses communes dans la ville de Rakkah et dans ses banlieues contient des milliers de cadavres toujours inhumés. Cela rend très difficile pour le conseil local de la ville de relever ces défis. La collecte de données sur les cadavres découverts pose des difficultés logistiques. Ces données doivent être partagées avec les familles à la recherche de leurs membres disparus ou décédés. Les preuves pénales doivent être préservées pour des procès potentiels qui auront une influence sur la justice transitionnelle pour la Syrie dans son ensemble.

HRW fait référence au fait qu’ISIS a arrêté des milliers de personnes lors de son contrôle de la ville entre juin 2014 et octobre 2017, lorsque les forces terrestres appuyées par les forces de la coalition dirigées par les États-Unis ont restauré la ville. Les familles des disparus et des détenus ont lancé une campagne intitulée « Où sont les détenus de l’Etat islamique ? ». Les familles des détenus et des personnes disparues demandent l’aide de la Coalition internationale pour identifier le destin et l’emplacement des personnes disparues et des détenus. Cependant, ils n’ont pas de réponse.

Des dizaines de fosses communes à l’intérieur d’Al Rakkah

« Al Rakkah est en train d’être massacré silencieusement » est le nom d’un compte Facebook qui se concentre sur les nouvelles de la ville. Ce compte Facebook, qui documente les nouvelles de la ville, indique que des civils de la ville ont découvert une grande fosse commune au stade Al Rasheed, au centre de la ville. Cette fosse commune contient plus de 300 cadavres décomposés. Ces cadavres ont été mis au jour par les autorités locales. Peu de fosses communes ont également été découvertes près du vieux pont et derrière le bâtiment Al Jamiley, à l’intérieur de la ville. Certaines sources légales indiquent qu’il existe environ 114 fosses communes disséminées dans toute la ville, comme dans les cours de grandes maisons ou de maisons détruites. Tous ceux-ci ont des cadavres de civils enterrés qui n’ont pas encore été retrouvés.

« Le Comité de reconstruction du Conseil civil local d’Al Rakkah », un compte Facebook, a déclaré apprécier les efforts de l’équipe d’intervention primaire pour déterrer les cadavres dans une fosse commune qui a été découverte. Ils informent les familles des cadavres de la localisation des membres de leur famille. Ce compte Facebook indiquait qu’en juin et juillet 2018, de nombreux cadavres avaient été exhumés dans le quartier général des Nomades, à proximité de la galerie Al Taj et des quartiers du Vieux Pont et de l’hôpital Al Ferdous.

Muhammed Al Saleh, le porte-parole de « Rakkah est en train d’être massacré en silence », a déclaré dans un discours à l’observateur du Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA): « Quant aux fosses communes situées à l’intérieur de la ville d’Al Rakkah, elles sont au nombre de dizaines.Par exemple, une de ces tombes a été découverte dans la cour de récréation du lycée Al Rasheed autour du parc Al Rasheed, le 7 avril, dans le quartier nomade de la ville, dans le Traffic Park et dans de nombreuses autres parties de la ville, Les pelouses des routes sont enterrées. Le jardin de l’Hôpital national abrite également une fosse commune pour les martyrs morts au cours de la campagne militaire contre la ville. En bref, des fosses communes sont disséminées un peu partout dans la ville ».

Suite à l’escalade des frappes aériennes sur la ville, il est devenu très difficile d’amener les corps dans les cimetières principaux tels que Heteen et Al Baia’a pour les enterrer, bien que l’un d’entre eux se trouve à seulement 4 kilomètres de la ville et l’autre à l’intérieur de la ville près du district d’Al Rmellah.

Les civils étaient incapables de se déplacer, même sur 100 ou 150 mètres. Les gens devaient enterrer les morts à l’endroit le plus proche.

M. Saleh a mentionné que le nombre de cadavres exhumés était très élevé. Au stade Al Rasheed, 554 cadavres ont été retirés. « Il y a 3 mois, le nombre de cadavres découverts a augmenté jusqu’à 1500 corps et ce nombre va probablement augmenter », va-t-il ajouté. Le Washington Post a émis l’hypothèse que le nombre de cadavres de civils pourrait atteindre six mille à Al Rakkah.

Certaines autres ressources ont signalé la découverte de fosses communes englobant des cadavres des forces du régime. Voice & Image Organization, qui couvre l’actualité de l’est de la Syrie, indique que quatre fosses communes ont été découvertes au cours du second semestre de 2014 dans la campagne de l’ouest d’Al Rakkah. Les cadavres dans cette fosse commune appartiennent tous aux forces du régime qui ont été tuées par l’Etat islamique lors de son attaque sur l’aéroport militaire d’Al Tabkah. Quelques autres cadavres des forces du régime ont été découverts dans la campagne nord d’Al Rakkah lors de la bataille pour la division 17.

Un compte Facebook « Al Rakkah est en train d’être massacré en silence » indique que le régime d’Assad a mis au jour quelques fosses communes englobant les corps des forces du régime dans la campagne de l’ouest d’Al Rakkah. Ces cadavres ont tous été tués par ISIS.

Des tombes de masse découvertes à Deir Ezour

Les zones contrôlées par l’Etat islamique à Deir Ezour n’étaient pas meilleures que celles d’Al Rakkah en termes de fosses communes, en particulier dans la zone de la tribu Shua’itat dans la campagne de l’est de Deir Ezour. Justice for Life Organization a publié un rapport en juin 2018 dans lequel elle documentait les crimes commis par l’Etat islamique contre les zones de la tribu Al Shua’itat. Le rapport s’intitulait: « Ils ont été tués comme leçon pour les autres ». Ce rapport documente des exécutions sans aucun procès et le déplacement de civils dans les villages de Shua’itat par ISIS. Le rapport dépendait de 14 témoignages, 7 témoignages à Deir Ezour, un à Idlib, 4 à Urfa – Turquie et un à Gazi Entap. Ces témoignages ont été recueillis lors de visites sur le terrain de chercheurs de « Justice for Life ». Un témoignage a été recueilli via Skype dans le gouvernorat d’Al Azegh en Turquie.

Jala Al Hamad, responsable de Justice for Life, a déclaré dans un discours à la région MENA: « Lors de la documentation réalisée par Justice for Life à la suite du départ de l’Etat islamique, nous avions rédigé un rapport prolongé intitulé: » Ils ont été tués comme une leçon par d’autres « . sur les massacres commis dans 3 villages de Shua’itat.

Jamal Al Hamad ajoute que les témoignages ont été vérifiés et qu’ils ont parlé d’au moins 10 fosses communes contenant des dizaines de cadavres provenant des trois villages. Le nombre de civils tués en 2014 est de quelques centaines, à l’exception de quelques centaines disparus après avoir été arrêtés dans des centres de détention de l’Etat islamique. Aucune information n’est disponible sur ce qui leur est arrivé par la suite. Cela s’applique aux zones restaurées par les forces du régime d’Assad et celles restaurées par les SDF. « 

Jamal Al Hamad a poursuivi en affirmant que, malgré le grand nombre de détenus et de personnes disparues et sur la base de témoignages de témoins provenant de villages de Shua’itat, la question demeure: où sont passés les autres cadavres? Il pense que d’autres fosses communes seront probablement découvertes à l’avenir et que certaines d’entre elles pourraient avoir été découvertes mais non encore signalées.

Dans notre rapport, nous ne parlons que des fosses communes de Shua’itat. Ce rapport nous a pris environ 8 mois pour terminer. Lors de la documentation, certains témoins nous ont dit que des cadavres non identifiés n’avaient pas été reconnus ou pourraient provenir d’autres régions et ont été tués par ISIS. Il est indispensable de soutenir les comités de travail locaux et le personnel spécialisé pour déterrer les cadavres, les identifier et préserver les preuves pénales. Cela aidera à documenter ces personnes décédées.

Le réseau d’information Furat Post a également documenté la découverte de fosses communes à Deir Ezour. Ces fosses communes englobent de nombreux civils, des militants de l’Etat islamique, certaines des forces du régime et les rebelles de l’armée syrienne libre qui ont tous été tués par l’Etat islamique.

Le porte-parole de Furat Post News Network a déclaré à la MENA que quatre fosses communes avaient été découvertes dans la campagne de l’est de Deir Ezour. Ces fosses communes englobent plus de 150 civils exécutés. L’Etat islamique les a tués de différentes façons, après sa domination sur la ville et le déplacement de la tribu Shua’itat fin 2014. Un autre charnier englobait également des membres de l’EIIS. Cela s’est produit fin 2017. Ces fosses communes englobent plus de 400 cadavres qui ont probablement été tués par l’Etat islamique alors qu’ils tentaient de fuir la région. Une autre fosse commune a été découverte au début de 2016. Cette fosse commune englobe 40 cadavres appartenant aux forces d’Assad qui ont été exécutés dans la campagne de l’est de Deir Ezour.

La communauté internationale et l’organisation juridique sont tenues de prendre leurs responsabilités

Des réseaux d’informations et des entités de documentation chargés de transmettre des informations sur l’est de la Syrie mettent en garde sur le danger que représentent ces fosses communes qui n’ont pas encore été découvertes dans les zones précédemment régies par ISIS, que ce soit à Al Rakkah ou ailleurs. Les cadavres ont commencé à se répandre surtout par temps chaud d’été.

Muhammed Al Saleh, porte-parole de « Al Rakkah est en train d’être massacré silencieusement », a déclaré que le danger de propagation de cadavres dans la région est un réel problème. Il y a quatre mois, l’air à Al Rakkah était contaminé à cause de l’odeur des cadavres décomposés. Il s’attend à ce qu’environ 1 000 cadavres soient encore enterrés sous les débris de la ville détruite. Personne ne sait combien et qui est sous ces décombres.

Muhammed Al Saleh ajoute que l’odeur des cadavres est claire, surtout en milieu de journée. Il met en garde contre les effets dangereux sur la santé publique et la propagation des insectes. C’est une situation horrible, comme il le décrit. Les organisations internationales doivent intervenir de quelque manière que ce soit pour accélérer la découverte de ces cadavres et les enterrer. Les autorités de santé et les acteurs devraient réagir pour atténuer les risques d’infections potentielles pouvant résulter de ces cadavres.

Human Rights Watch a demandé aux États-Unis d’Amérique et à d’autres entités internationales de soutenir les comités locaux dans les zones autrefois contrôlées par l’Etat islamique afin de poursuivre leurs efforts pour identifier ces fosses communes et offrir une assistance technique pour documenter les preuves criminelles et identifier l’identité de ces cadavres.


Copyright © 2019 The Middle East and North Africa Media Monitor.