Des milliers de Somaliens formés par la Turquie : leur destination sera-t-elle la Libye?

Comité de rédaction

Depuis la visite du président turc Recep Tayyip Erdogan en Somalie en 2011, alors qu’il était Premier ministre, et en 2015 et 2016 en sa qualité de président, les ambitions d’Ankara dans ce pays africain se sont élargies. En fait, le gouvernement turc attache une importance particulière aux relations avec Mogadiscio en raison de la position stratégique importante sur le golfe d’Aden et l’entrée de la mer Rouge d’une part et l’océan Indien d’autre part. Ces ambitions ont poussé la Turquie pour s’y implanter en établissant la plus grande ambassade et la plus grande base militaire hors de ses frontières (estimée à un coût de 50 millions de dollars). Elle a progressivement commencé à mener de nombreuses activités militaires, dont la formation de l’armée somalienne, en plus de vastes activités économiques visant à renforcer sa présence dans la corne de l’Afrique, en plus d’inonder la Somalie de produits turcs.

Point le plus important, et sous prétexte de réhabiliter l’aéroport et le port de la capitale Mogadiscio, des sociétés turques ont été introduites afin de gérer leurs affaires de la porte au Mihrab.

Les déclarations de l’ambassadeur turc en Somalie, Mohamed Yilmaz, rapportées sur le site Web Ahwal Torkia, ont été remarquables quand il a révélé que le centre de formation militaire turc de la capitale Mogadiscio va organiser la fête de remise des diplômes militaires pour le cinquième bataillon de soldats somaliens, qui comprend environ 2 500 membres.

Cela a été suivi par la déclaration du président turc, Recep Tayyip Erdogan, affirmant que la Somalie avait invité la Turquie à explorer du pétrole et du gaz dans ses eaux territoriales, à l’instar de l’accord signé avec le gouvernement Sarraj en Libye.

Pourquoi la Turquie les a transportés ?

La Turquie a étendu ses interventions dans plusieurs pays arabe, la plupart d’entre eux de la même manière, à travers le soutien militaire de l’armée et la formation des soldats que ce soit au niveau officiel ou dans l’opposition. D’ailleurs, c’est ce qu’elle a fait en Libye et en Syrie en particulier. Toujours à travers l’islam politique, et les mêmes objectifs, car les opérations de formation menées par l’armée turque consistent à soumettre les soldats somaliens à une formation de base pendant environ trois mois à Mogadiscio, puis elle les a transportés par avion, au centre de commando de Sparte, dans l’ouest de la Turquie, ainsi que tous les mercenaires et terroristes de diverses nationalités qu’ils ont entraînés, pour recevoir une formation supplémentaire pendant trois mois. Selon les déclarations de Yilmaz, les soldats qui achèvent leur formation à Sparte rejoindront les rangs de l’armée somalienne, pour accomplir les tâches qui leur sont confiées et participer à des opérations sensibles.

Mais, ces soldats, ont-ils vraiment été préparés à défendre leur pays?  Les déclarations des responsables turcs et des plus hautes fonctions, à propos des opérations sensibles, n’étaient pas en fait la vraie raison.  En fait, à la fin de la formation, la Turquie aura entraîné environ un tiers de l’armée somalienne. Ce grand nombre était accompagné de fuites et d’informations sur la volonté de la Turquie d’envoyer des mercenaires somaliens en Libye pour participer aux batailles de Syrte Al Jafra, malgré les décisions de l’ONU qui lui ont demandé de cesser son ingérence en Libye, en particulier les résultats de la conférence de Berlin.

Par ailleurs, l’ambassadeur turc a réfuté  ces fuites, toutefois, la façon dont les turcs ont traité le sujet confirme le contraire. Le même site Web Ahval a déclaré: «Les soldats et officiers somaliens présents au collège militaire ont appris la langue turque pour bien lire et écrire, en chantant le matin en se réunissant aux côtés de l’hymne national somalien, de l’hymne des forces de guerre et de l’armée turque d’Izmir.

Refus Français

Il est remarquable que les experts européens aient averti que le projet turc et qatari était d’être un incubateur pour la Fraternité et le terrorisme dans le monde entier.

La plupart des analyses politiques ont mis le point sur le rapprochement qataro-turc, en particulier à la suite du boycott arabe de Doha, est exploité au profit des Frères musulmans en Somalie et dans la Corne de l’Afrique dans son ensemble, et cela ressort clairement des plans turco-qatariens.

Une récente étude française a averti que le président turc Recep Tayyip Erdogan cherchait à entrer sur le continent africain depuis la porte de la Somalie. Un pays déchiré par les guerres civiles depuis un quart de siècle, indiquant qu’Erdogan est à la recherche d’un emplacement pour son pays dans la Corne de l’Afrique.

L’étude, menée par le magazine français l’Express, a révélé qu’Ankara avait prévu depuis 2011 de faire de la Somalie un partenaire stratégique, elle lui a apporté un soutien conditionnel face à la famine qui a frappé le pays, et elle a également construit un aéroport en Somalie et à proximité, sa plus grande base militaire en dehors de la Turquie, en échange d’une présence turque stratégique dans la Corne de l’Afrique, et bénéficiant de pétrole, de gaz et de richesses qui n’ont pas encore été extraits. C’est le plus long littoral de la Somalie sur le continent africain, s’étendant sur 3000 km.

L’étude a révélé qu’Erdogan adhère à la Somalie car il s’intéresse à la richesse en hydrocarbures du pays qui a été durement touché par la guerre civile et le terrorisme, et qu’il souhaite particulièrement exploiter les champs pétrolifères somaliens, à la lumière de l’aggravation de la crise économique turque, selon la même source.

Le même objectif en Libye et en Somalie

En regardant la carte générale des actions turques, on remarque une  similitude semble grande dans sa destination vers la Libye et la Somalie, et cela a été confirmé par l’expert des affaires turques, Mohamed Abdul Qadir, dans ses déclarations précédentes à Sky News Arabia, expliquant que la Turquie cherche à exploiter la situation des pays arabes qui souffrent de conflits, en bâtissant des relations politiques et militaires afin de renforcer ses intérêts en matière de sécurité et en établissant des bases militaires.

L’expert en affaires turques a déclaré qu’Ankara continue de le faire pour maximiser ses objectifs économiques en concluant des accords commerciaux et économiques qui soutiennent l’économie turque, confrontée à des écueils complexes, soulignant que la Turquie s’efforce d’exploiter la situation de la Libye et de la Somalie pour renforcer ses intérêts maritimes en signant des accords qui lui permettent de prospecter le gaz et le pétrole en dehors de ses eaux territoriales.

Abdel Qader a déclaré: « Cette question peut conduire à davantage de problèmes aux niveaux politique, sécuritaire et économique ». C’est peut-être l’une des raisons les plus importantes pour lesquelles le positionnement turc en Somalie s’est heurté à l’opposition des Somaliens, car l’opposition de la République du Somaliland a refusé la médiation turque pour résoudre le conflit avec le gouvernement somalien et a considéré Ankara comme partie du problème, et non comme solution.

Copyright, impression papier et électronique, réservés au MENA Research and Studies Center ©