Des officiers russes chassés en Syrie… qui est l’acteur ?

ضباط روس في سوريا

Il semble que l’euphorie de l’expansion du contrôle sur les régions syriennes, en particulier dans la ville d’Idlib, dernier bastion de la grande opposition armée, n’a pas pu être complétée par les dirigeants russes, car elle était enlisée dans les informations diffusées sur le meurtre de quatre officiers des services de sécurité de l’État russe, le « FSB ».

Ils sont morts près de la ville côtière de Lattaquié, qui est totalement sous le contrôle du régime syrien.

Selon le Centre d’études de Nawras, les quatre officiers, Ruslan Ghamadyev, Dmitriy Minov, Polat Akhmatianov et Vissold Trivimov, ont été tués dans une embuscade à leur retour à Lattaquié en faisant exploser un appareil qui visait leur véhicule blindé dans ce février actuel.

Dans un signe d’une sorte de violation des mouvements russes en Syrie, le centre a cité le journal russe Novaya Gazeta, confirmant que la partie derrière le meurtre des quatre officiers était au courant du déroulement du groupe.

Ajoutant : « Les policiers décédés ont été exposés à des tirs à bout portant dans la poitrine et la tête pour les achever, après que leur voiture a explosé. »

« Indiquant que si les informations sur la méthode de mise à mort des officiers sont confirmées, cela indique qu’il s’agit d’un assassinat délibéré.

En outre, le journal a mentionné que les officiers appartenaient à l’unité des tireurs d’élite professionnels, qui a contribué à assurer la récente visite du président russe “Vladimir Poutine” en Syrie, notant qu’ils étaient en mission secrète à Kassab, selon une demande officielle du régime syrien, qui a demandé du côté russe, la sécurisation d’une réunion qui devait avoir lieu dans la ville de Kassab, au nord de Lattaquié, entre des dirigeants syriens et turcs, soulignant que personne ne connaît la présence de tireurs d’élite russes et leur mission sauf pour un nombre très limité d’officiers syriens.

Le journal russe a directement et explicitement accusé ceux qu’il a décrits comme un “parti de guerre” au sein du régime syrien d’être à l’origine de l’assassinat, affirmant que l’incident cherchait à ajouter davantage de tension aux relations entre la Turquie et la Russie.

Ajoutant : “L’escalade récente en Syrie pourrait prouver que l’opération de la provocation pour assassiner les tireurs d’élite russes a réussi, car elle a échoué à une importante réunion entre les dirigeants turcs et russes.

D’autre part, et dans l’évolution de la scène syrienne, des sources médiatiques syriennes ont révélé que l’un des missiles lancés par les antiaériens du régime de ‘Bachar Al-Assad’, lors des raids israéliens, est tombé dans une zone civile près de région d’Al-Tal, dans la campagne de Damas, où le site opposé ‘la voix de la capitale’ a indiqué : ‘Le missile a atterri quelques instants après son lancement, entre les villes de Taibeh et Zakia’.

Le site a souligné que les raids israéliens visaient, en plus des sites militaires, des expéditions d’armes qui allaient soutenir les milices iraniennes en Syrie, à un moment où des sources locales ont confirmé que les raids avaient tué 12 combattants iraniens.


Toute publication et rédaction sont conservées au Centre de recherche et d’étude Mena