Djihad : 12000 sites Internet, dont 4800 dédiés au recrutement des jeunes

En Tunisie, les unités de sécurité parvenu à arrêter de temps à autre des partisans d’opérations terroristes perpétrées par des extrémistes.

Les expressions de soutien et de célébration de ces opérations terroristes sont faites sur les réseaux sociaux, en particulier Facebook et Twitter.

Un certain nombre de ceux qui sont affiliés idéologiquement à des organisations terroristes et qui sont actifs sur les réseaux sociaux sont rapidement submergés par des sentiments de haine suite aux opérations terroristes et ils exposent souvent leurs joies ce qui les rendent vulnérables aux arrestations.

Dans le passé, des éléments extrémistes religieux ont célébré les opérations terroristes qui ont eu lieu dans plusieurs endroits en Tunisie et à l’étranger. Des militants ont descendu dans les rues pour célébrer le meurtre de soldats tunisiens dans la montagne Chaâbi, à la suite d’une embuscade avec des mitrailleuses et des RPG. Ils ont exprimé publiquement à ce moment-là leur célébration et leur joie du massacre. Ce qui est peut-être étrange, c’est que ces célébrations ont eu lieu dans certaines mosquées et sur la voie publique.

Au moment où des soldats innocent sont morts laissant derrière eux des veuves et des orphelins, des fanatiques trouvent le temps pour célébrer ce crime. Une vraie tragédie.

Ces terroristes tirent ce qu’ils croient être une religion de pages Internet suspectes et ne prennent pas la peine de rechercher, d’enquêter, de lire et de plonger dans les vraies significations et les intentions souhaitées … des pages agressives dont le but est d’expier et d’appeler à l’effusion de sang uniquement.

Quotidiennement, des arrestations de jeunes accusés de terrorisme ont eu lieu, portant le nombre de personnes accusées de terrorisme à des milliers de détenus et à des centaines de personnes poursuivies à distance en raison de soupçons ou de doutes quant à leur affiliation à des groupes terroristes ou à l’assistance d’éléments terroristes.

Le résultat, une surpopulation des unités pénitentiaires à la lumière des multiples arrestations… Des questions sur les facteurs de polarisation et les doigts d’accusation dirigées directement vers un certain nombre de mosquées non autorisées ou échappant au contrôle de l’État …

L’Observatoire MENA a évoqué le dossier des opérations de recrutement et de lavage de cerveau des jeunes et comment il est passé du stade direct, c’est-à-dire ceux qui se déroulent dans le cadre de groupes revêtus de couvertures religieuses ou caritatives, ou à l’intérieur de mosquées ou dans des prisons, pour atteindre le stade des opérations directes ou virtuelles ….

Des milliers de jeunes sont attirés via les sites électroniques et à travers les réseaux sociaux … comment sont-ils attirés? Quels sont ces sites? Et quelles solutions pour empêcher les opérations de polarisation électronique?

Les jeunes sont attirés par Facebook et Twitter

En fait, nous avons été choqués de découvrir que la plus grande polarisation se produit électroniquement sans rencontres directes. Là où il est devenu clair que 90% des jeunes qui se trouvent actuellement dans des zones de conflit dans le but de se battre avec des groupes militants ont été attirés par des sites Web tels que Facebook, Twitter et autres.

À travers le monde, il existe 12 000 sites Web djihadistes fondamentalistes, dont 4 800 sites Web consacrés à attirer les jeunes pour le jihad. Quant au reste des sites, ils sont consacrés à la fabrication de bombes, de pièges et de tout ce qui touche aux méthodes et mécanismes du jihad.

Et d’autres sites pour diffuser l’appel et les idées du jihad. Selon de nombreuses études menées sur ce sujet, les superviseurs de ces sites apprennent à connaître la personnalité du jeune cible et sa situation sociale et financière, puis ils le polarisent en lui transmettant leurs idées de plaidoyer et en promouvant leur vision de l’islam.

Un membre de l’Association Afaq pour la sécurité intérieure et les douanes, Saif Al-Din Al-Hichri, a confirmé qu’il y a un millier de jeunes Tunisiens sur un total de 3000 ou plus en Syrie et en Irak, qui ont été recrutés via des sites Web. Il a déclaré que le processus de recrutement qui se déroule sur Internet et qui a été surveillé en Tunisie est effectué par « des hommes et des femmes », ce qui indique une prise de conscience de l’attraction de quatre « filles » en Tunisie.

On a également remarqué qu’il y avait 3 jeunes femmes tunisiennes marchant et supervisant des sites de recrutement en ligne. Al-Hichri a précisé que les groupes terroristes ont une culture développée dans le domaine de l’Internet et des réseaux de communication, en l’absence d’un système juridique tunisien clair pour protéger la jeunesse tunisienne de ce danger.

Les enquêtes de sécurité ont prouvé que le nombre croissant de jeunes Tunisiens qui sont polarisés est à travers des sites web qui appellent au jihad et diffusent l’idéologie takfiriste dans le but de rejoindre les rangs des groupes armés en Syrie et ailleurs, ce qui constitue une réelle menace pour les jeunes, en particulier ceux qui se plaignent de problèmes sociaux et économiques résultant de la pauvreté, du chômage, du manque de développement ou des problèmes psychologiques liés à l’éducation sociale, ce qui rend ces jeunes une proie facile pour ces sites. Les spécialistes affirment que les terroristes  choisissent bien les groupes cibles, les intègrent et maîtrisent leur réflexion au point de les faire envisager de rejoindre des groupes terroristes.

Renforcement des contrôles sur les utilisateurs d’internet

On peut dire que le terrorisme électronique est devenu l’un des principaux outils des activités terroristes et qu’il est utilisé pour recruter des combattants arabes et étrangers, car le recrutement se fait davantage via Internet que par le biais d’associations. Alors que de nombreux pays ont commencé à resserrer le contrôle sur les activités d’associations suspectes impliquées dans le recrutement de terroristes pour combattre en Syrie, en Irak, et même en Libye … ce qui explique le recours à Internet. Le terrorisme électronique comprend des techniques avancées en termes de pédagogie des missions ou en termes d’impact psychologique et informationnel qu’il exerce sur les individus qui acceptent de communiquer avec eux.

On peut dire que la lutte contre le cyber-terrorisme en Tunisie peut se faire en prenant un certain nombre de mesures, notamment en renforçant le contrôle des personnes qui naviguent sur les sites utilisés par les terroristes, en criminalisant les opérations terroristes qui se déroulent via des sites Web, en plus d’une campagne de sensibilisation pour éduquer le public national sur le danger de communiquer avec des sites suspects. .

En ce qui concerne les solutions pour lesquelles des mesures doivent être prises, Saif Al-Din Al-Hichri a déclaré: « La sensibilisation est la première solution. Dans nos programmes éducatifs et scolaires, la conscience islamique a été absente au point où nous ne connaissons pas notre vraie religion et avons recours aux canaux religieux et aux sites djihadistes. Il est également nécessaire de diagnostiquer les raisons sociales, éducatives, de sensibilisation, de développement et autres qui peuvent inciter le jeune à joindre ces groupes terroristes qui l’attirent et l’attachent aux rangs de l’Etat islamique.

Il est également impératif d’impliquer toutes les parties et tous les acteurs pour faire face au phénomène de polarisation, comme l’examen de nombreuses questions telles que l’absence de développement, l’absence d’encouragement à la recherche scientifique, la fermeture des espaces culturels, les causes de la marginalisation et d’autres facteurs. Malgré les efforts déployés par le ministère de l’Intérieur en coordination avec les autorités compétentes pour surveiller la communication de certains jeunes tunisiens avec les sites djihadistes, le danger menace toujours la jeunesse tunisienne, d’autant plus que ces sites mondiaux sont difficiles à contrôler. Sachant que l’organisation terroriste « ISIS » compte 90 000 pages en arabe sur le site « Facebook », et 40 000 dans d’autres langues, en plus de son site Web, qui a été lancé par l’organisation en 7 langues. Cette organisation et d’autres groupes terroristes sont actifs sur les sites de réseaux sociaux pour faire chanter les jeunes émotionnellement et financièrement fragiles.

La pénétration du terrorisme électronique

Le brigadier général à la retraite de l’armée tunisienne et chef du Centre tunisien d’études globales de sécurité, Mokhtar Ben Naser, a estimé que les données de sécurité publiées, ainsi que toutes les études et recherches sécuritaires et militaires, montrent que le terrorisme est toujours une menace pour la Tunisie. Il a déclaré que la menace terroriste peut être résumée aujourd’hui en deux éléments: la polarisation via Internet et certaines cellules dormantes dans le pays. Ben Naser a souligné que « le problème le plus important est le processus de polarisation et de préparation dans de nombreux espaces, qui se déroule généralement via Internet, dans les établissements d’enseignement et les mosquées ».

Il a souligné que certaines associations sont capables de payer des fonds pour attirer les jeunes et les recruter pour commettre des actes terroristes, et les Tunisiens sont aujourd’hui gravement préoccupés par « la pénétration du terrorisme électronique » parmi les groupes éduqués, en particulier les étudiants. Par conséquent, les partis politiques et les experts appellent à la nécessité d’élaborer un plan stratégique, sécuritaire et militaire, ainsi que social et culturel. La lutte contre le terrorisme religieux est une lutte globale qui ne se limite pas aux aspects sécuritaires.

Tous les droits de publication et copyrights sont réservés au Centre de recherche et d’études MENA