El-Assad et Poutine : Une nouvelle situation engendrée par la guerre en Ukraine

Par Charles Délétroz

Il ne fait aucun doute que la Russie tente de recruter des combattants syriens pour la mission en Europe. La Russie a ouvert des bureaux à travers toute la Syrie pour recruter des jeunes en vue de servir parmi les rangs des milices pro-russes. Le groupe russe de mercenaires, Wagner, étroitement lié au Kremlin, serait impliqué dans ces efforts. Selon des sources de la région côtière de Syrie, fief des Alaouites, clan d’el-Assad, une campagne de recrutement de mercenaires syriens y est lancée. De tels rapports proviennent également de la région autour de la capitale Damas et de la province syrienne de l’est de Deir ez-Zor.

Toutefois, les rapports provenant de la Syrie ne confirment pas que Moscou a pu réellement réussir à mobiliser des auxiliaires du Moyen-Orient comme le prétend le ministre russe de la Défense. Même les miliciens dans la vidéo de propagande ressemblent davantage à des figurants expérimentés – pas à des hommes qui meurent d’envie de défendre le régime d’el-Assad en Ukraine. Les partisans du tyran syrien – en particulier les Alaouites – en ont payé le prix fort en sang dans leur propre pays. Si cela est vrai, les difficultés économiques sont ce qui pousse les Syriens à partir en guerre très loin.

Il y a aussi la question de l’influence militaire des mercenaires syriens. Le nombre des forces aguerries et bien entraînées est limité. « Peut-être que les Syriens ne sont pas principalement destinés à être déployés sur le front – mais plutôt à être chargés de faite le sale boulot dans les zones déjà conquises », a estimé récemment un politologue syrien. D’abord, cela conviendrait au style de guerre de Poutine, et deuxièmement, cela aura du sens en Ukraine – en particulier dans les endroits occupés du sud de l’Ukraine où l’armée russe rencontre une résistance non armée.

El-Assad, lui-même, n’épargne aucun effort pour démontrer sa loyauté envers Poutine. Il a fourni le soutien diplomatique là où il le pouvait. Une semaine avant l’attaque, le ministre russe de la Défense a inspecté les bases russes en Syrie, ayant également joué un rôle dans la mise en place du déploiement russe et créé un contexte menaçant pour l’Occident. Les navires de guerre russes se sont arrêtés à la base navale de Tartous en route vers la mer Noire. Des bombardiers russes capables de porter des armes nucléaires ont été déployés sur la base aérienne de Hmeimim. Le cabinet présidentiel syrien a même affirmé qu’al-Assad et Poutine avaient discuté de l’attaque plusieurs mois avant que la guerre commence.

Maintenant qu’ils attaquent les villes ukrainiennes, el-Assad doit se préparer à des temps plus difficiles. Il est peu probable que Poutine abandonne la Syrie à cause de la guerre en Ukraine. L’engagement militaire en Syrie demeure gérable, ainsi que les bases russes sont trop importantes sur le plan stratégique. Mais plus le dirigeant russe est impliqué dans une campagne sanglante et coûteuse en Ukraine, moins il peut consacrer de ressources à la Syrie.

Malgré toute sa loyauté envers l’alliance, le régime syrien ne peut cacher le grand malaise engendré par la guerre en Ukraine. Une Russie distraite profite aux rebelles. Et el-Assad ne peut pas réaliser son plan de reconquête de toute la Syrie sans le soutien aérien russe. Mais ce qui parait plus pressant maintenant, c’est l’inquiétude autour de l’impact économique de la nouvelle guerre de Poutine. Le gouvernement syrien s’est donc réuni en urgence dès le premier jour de l’attaque russe. On estime qu’environ les deux tiers de la population vivent dans l’extrême pauvreté. La crise risque de s’aggraver considérablement maintenant que le puissant allié du régime est également soumis à de sévères sanctions occidentales.

Damas semble se préparer pour « l’une des éventuelles pires pénuries alimentaires et pétrolières depuis des décennies », selon un rapport du portail web « The Syria Report », spécialisé dans l’économie syrienne. La hausse des prix du blé et du pétrole est déjà un gros problème pour Damas. Le déclin économique et l’appauvrissement progressif de la population causent des difficultés au dirigeant syrien depuis un certain temps. Des manifestations ont éclaté le mois dernier dans la ville de Sweida, dans le sud de la Syrie, parce que le gouvernement de Damas, confronté à des caisses publiques serrées, a exclu des centaines de milliers de personnes d’un programme de subventions pour des biens essentiels tels que le pain, le gaz de cuisine et l’essence. Pour diverses raisons, les habitants de Sweida, qui appartiennent à la minorité druze, peuvent s’aventurer un peu plus qu’être frustrés sous le règne d’el-Assad. Mais ces manifestations sont significatives pour l’humeur de la population.

Pour des années, des diplomates et observateurs se demandent combien de temps faudra-t-il avant que la capacité de souffrir atteint ses limites, et jusqu’à ce que la misère et la colère l’emportent sur la peur de la répression du système. Les chocs précédents ont secoué le régime – voire ses fondements mêmes. La réponse inadéquate des dirigeants de Damas à la pandémie de coronavirus a conduit des Syriens en colère à exprimer ouvertement leurs critiques sur les réseaux sociaux. Même si une révolte semble peu probable, la question demeure de savoir comment la population agira face à un nouveau choc économique.

Actuellement, el-Assad ne peut en aucun cas espérer une aide significative de Poutine pour amortir le coup. La Russie a suffisamment de problèmes économiques face aux mesures punitives occidentales suite à l’invasion de l’Ukraine. Poutine a montré peu d’intérêt à investir de l’argent dans la reconstruction de la Syrie. Et les sanctions contre Moscou affectent également les dirigeants de Damas. Le régime et ses subalternes ont déposé d’importantes sommes d’argent dans des banques russes. « Moscou ne devrait plus servir de paradis financier pour les hommes d’affaires syriens et les membres de la famille régnante », écrit le Syria Report. « La décision d’exclure plusieurs banques russes du système bancaire SWIFT a accru le risque de transactions internationales par des banques syriennes, dont certaines sont liées à des banques russes ». Il en va de même pour le secteur financier syrien, qui cherche désespérément des opportunités, pour participer à des devises fortes, une autre épreuve de résistance à venir. Selon le « Syria Report », la pression sur la livre syrienne en baisse va encore augmenter.

Dans le doute, el-Assad doit s’appuyer davantage sur le régime iranien, qui a combattu le soulèvement en Syrie avec Moscou, mais il était en concurrence avec lui sur l’influence. El-Assad a toujours habilement joué ses deux pouvoirs protecteurs l’un contre l’autre. Cela devient également plus difficile maintenant. Soit parce qu’il n’y a plus grand-chose à faire en Russie. Ou parce que Poutine, dans l’urgence ukrainienne, exige le prix pour avoir sauvé la tête de son protégé syrien à l’époque.

Maintenant que le président russe est lui-même devenu un paria, les efforts de la Russie pour gagner l’Occident afin de soutenir un rapprochement avec Damas ou des projets dans la zone grise de l’aide à la reconstruction deviennent également moins probables. D’une part, la tolérance du gouvernement américain à l’égard de la nouvelle politique d’apaisement des partenaires arabes envers la Syrie a déjà diminué. Et les observateurs doutent que cela doit le faire avec l’Ukraine. Les Émirats arabes unis, qui mènent une course au rapprochement avec el-Assad, ont ressenti le mécontentement de Washington face à sa position ambiguë sur l’agression russe. Deux sources ont indiqué qu’aucun représentant émirati n’avait été invité lors d’une réunion d’un petit groupe de diplomates autour de la Syrie partageant les mêmes idées qui s’est tenue récemment à Washington.

Et la guerre en Ukraine pourrait également avoir un impact sur la politique syrienne dans l’UE, notamment en raison des photos de combattants syriens qui font maintenant la promotion d’une mission étrangère en Europe. « El-Assad n’est pas désormais une menace pour son propre peuple seulement, mais il l’est officiellement aussi pour la paix en Europe », estime un analyste syrien. « Je me demande donc si l’attitude européenne à son égard va changer».

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA