Ennahda admet son soutien à Mechichi contre le président de la République

Le porte-parole officiel du mouvement tunisien Ennahda, «Fathi Ayadi», a dit que le mouvement soutient le chef du gouvernement tunisien, «Hichem Mechichi», en ce qui concerne la crise politique qui l’oppose au président de la République, «Kaïs Saïed », autour de la question des récents remaniements au sein du gouvernement.

Il est à rappeler que «Saïed» refuse toujours de recevoir les nouveaux ministres du gouvernement «Mechichi», pour prêter le serment constitutionnel, surtout que des soupçons de corruption touchent certains parmi eux, d’autant plus que ce remaniement est considéré par les cercles tunisiens comme une manœuvre planifiée par le mouvement Ennahda dans le but de mettre un terme à l’influence du président au sein du gouvernement en excluant les ministres qui lui sont fidèles.

Ayadi a ajouté dans des déclarations accordées aux médias locaux : «Le mouvement ne poussera pas Hichem Mechichi pour présenter sa démission et ne l’abandonnera pas». Cela intervient au moment où des appels se multiplient pour la destitution de «Mechichi» de son poste et former un nouveau gouvernement dans le pays, comme une solution pour la crise politique.

Ayadi a par ailleurs estimé que dans le cas où le Président de la République veut démettre Machichi et son gouvernement, il devait appliquer les procédures constitutionnelles en se rendant au Parlement pour demander le renouvellement de confiance dans ce gouvernement », en notant que si le président de la République refuse de répondre à l’appel du président du Parlement, le mouvement va soutenir le gouvernement et le renforcer tout en consolidant davantage la coalition gouvernementale.

Cette crise politique tunisienne coïncide avec les avertissements d’une catastrophe économique majeure qui pourrait frapper le pays. Le président de l’Union tunisienne des professions libres et doyen des ingénieurs tunisiens, Kamal Sahnoun, a indiqué que le pays traverse une grave crise qui a conduit à la détérioration de tous les indicateurs économiques, à l’augmentation du taux de chômage et à la faillite de plusieurs petites et moyennes entreprises.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA