Erdogan claque les Arabes et soutient publiquement le régime iranien

Il semble que le président turc soit plus déterminé que jamais à nager contre la tendance régionale qui rejette les politiques agressives de l’Iran à l’égard des pays voisins.

Au lieu de cela, il fait de son pays une passerelle pour aider le régime iranien à respirer et à briser les sanctions internationales qui lui sont imposées, dans un comportement provocateur.

Le gouvernement turc AKP, au pouvoir, proche des Frères musulmans, a commencé à soutenir les politiques de l’Iran dans la région.

Cela a commencé avec la défense par Erdogan des milices houthies après avoir pris pour cible l’Arabie saoudite.

Mais le soutien réel au gouvernement Erdogan reste, comme l’a récemment révélé le journal Ahwal, le transfert par le gouvernement iranien de nombreux projets économiques sur le territoire turc afin de contourner les sanctions américaines et internationales.

Le journal a également révélé que plusieurs sociétés et usines iraniennes avaient déjà commencé à transférer leurs activités, notamment la société Iran Khodro, spécialisée dans l’industrie automobile, qui avait commencé à établir une usine dans la province de Van, dans l’est de la Turquie.

Ils ont déjà été confirmés par le gouverneur de la ville, Mehmet Emin Bilmez, qui a révélé l’existence de nombreuses négociations et communications avec la partie iranienne au cours de la période récente, au sujet de ce qu’il a appelé « l’investissement » en Turquie, ajoutant :

« De nombreuses entreprises iraniennes ont des usines dans d’autres pays en raison de sanctions, la province turque de Van est l’endroit le plus approprié pour de telles entreprises. »

De la Turquie à Téhéran

La politique du président Erdogan sur la question iranienne ne se limitait pas au Yémen et aux sanctions, mais également à la crise en Syrie, dans laquelle Ankara a joué un rôle majeur dans la cession de plusieurs zones précédemment contrôlées par l’opposition au régime syrien soutenu par l’Iran.

Le gouvernement turc a soutenu l’Iran dans des problèmes en suspens avec certains pays arabes – en particulier le rôle iranien en Irak avec ses propres milices, réprimant les manifestations contre l’influence de l’Iran, envoyant du matériel antiémeute turc aux milices responsables de l’assassinat de centaines de manifestants pacifiques aux journaux locaux.

La position de la Turquie en faveur des crimes de l’Iran a également été démontrée par les déclarations d’Erdogan selon lesquelles le scandale des manifestants irakiens contre l’Iran est lié à des parties extérieures cherchant à diviser le monde musulman, oubliant que ce chant réclame le respect de la souveraineté du pays violé depuis des années.

En outre, l’insistance du président turc à soutenir l’Iran a été totalement révélée par la question de l’offensive contre les pays arabes, en particulier les États du Golfe, et par la critique de la « Coalition pour soutenir la légitimité » au Yémen, en oubliant le rôle de l’Iran dans l’assassinat de millions de populations de la région en Syrie, au Yémen, en Iraq et au Liban dans le cadre de sa stratégie visant à établir une domination chiite.

Face à cette réalité et à cette politique, les analystes politiques ont estimé que les relations entre les régimes iranien et turc allaient au-delà des limites du soutien, à ce que l’on pourrait appeler une « alliance solide », ajoutant :

« La Turquie est devenue un véritable partenaire de l’Iran, d’autant plus que la Turquie soutient l’Iran non seulement sur le plan politique mais également sur le plan économique.

Cela est devenu évident lorsque la Turquie a contribué au financement des gardiens de la révolution, considérant que les sanctions sur son pays avaient contribué à empêcher l’accès des fonds pétroliers au bras militaire extérieur du régime, qui finance et forme des milices responsables de projets subversifs au Moyen-Orient.

Les analystes ont souligné que ce que la Turquie faisait signifiait, d’une manière ou d’une autre, qu’elle appartenait maintenant à la sphère iranienne, soulignant que le gouvernement Erdogan avait largement ouvert son territoire à une expansion iranienne.

Que veut Erdogan ?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a beaucoup changé avec ses jeux politiques dans la région MENA au cours des dernières années, sautant entre les États-Unis puis la Russie, notamment avec le soutien de l’opposition syrienne, puis en jouant avec la carte iranienne jusqu’à tenir les cartes des Frères musulmans.

Cela a amené de nombreux experts en politique du Moyen-Orient à poser une question fondamentale sur l’objectif qu’Erdogan cherche à atteindre par le biais de ces politiques ?

La question précédente ne se limitait pas aux analystes, mais visait les plates-formes de réseaux sociaux, où la politique turque constituait un dialogue entre des commentateurs, en soulignant que les déclarations d’Erdogan sur l’injustice et les migrants et sympathisants opprimés ne sont que des déclarations à l’intention des médias ainsi que la mobilisation de la rue à travers ce discours “islamique”.

“Qui veut connaître la vérité sur l’AKP et son approche ? Ce qu’ils ont fait en Syrie et dans son peuple, où Erdogan a ouvert la voie au Sultanat avec le sang des Syriens”, a écrit le militant syrien Mohammed Mustafa sur sa page Twitter.

En outre, Suad al-Homsiyya a écrit :

“Il y a longtemps, nous disions qu’Erdogan veut restaurer la gloire des Ottomans, mais ses politiques et ses actions suggèrent qu’il est une personne déséquilibrée et paranoïaque”, soulignant un autre tweet.

Et que la politique turque est aujourd’hui dirigée par un groupe de psychopathes, demandeurs de grandeur et de déification.

Sur Twitter, le militant Saoud al-Shammari a rappelé au président turc que Téhéran, qu’il défend aujourd’hui, est noyé dans le sang des musulmans et des Arabes, et que des millions d’enfants ont été tués par ses milices, ajoutant :

“Le soutien d’Erdogan aux Iraniens provient de son désir de venger les Arabes qui ont emmené ses grands-parents ottomans de leurs terres, c’est la haine de l’Arabie saoudite et tous les pays arabes se sont rebellés et expulsés, les ont vaincus pendant la Première Guerre mondiale.


Cet article reflète le point de vue de l’auteur, ce n’est pas nécessairement l’opinion du MENA Media Monitor.

 Les droits d’auteur sont réservés au MENA Média Monitor.