Erdogan déclare la guerre à l’Occident

Erdogan

La politique turque est de plus en plus hostile, une intervention militaire en Syrie et en Libye, un différend frontalier avec la Grèce, une lutte avec Chypre pour les ressources naturelles, une exploitation insultante de la crise des réfugiés et leur utilisation comme une arme pour faire chanter l’Europe, et voici Erdogan provoque les sentiments religieux en convertissant la basilique Sainte-Sophie en mosquée.

La guerre semble être de nature religieuse et culturelle, mais en convertissant la basilique Sainte-Sophie en une mosquée avec un objectif politique déclaré, Erdogan veut humilier l’Occident. L’Église est un édifice culturel historique pour les chrétiens. C’est l’Église la plus importante de l’histoire de l’orthodoxie pendant une période de 1123 ans, 89 empereurs et 125 patriarches ont y été couronnés, et ceux-ci ont formé l’histoire de l’Empire chrétien byzantin. D’Athènes à Moscou, la colère est accablante. Mais Erdogan est content de cette anarchie islamique. La presse turque pro-Erdogan a été inondée de campagnes de propagande, louant cette provocation comme un « geste vers le retour de la liberté à la mosquée Al-Aqsa » et « la sortie des musulmans de l’âge sombre » libre de la tyrannie des (croisés).

C’est une politique symbolique absurde, que les naïfs peuvent penser. Pour l’observateur optimiste, Erdogan ne veut que renforcer sa popularité au niveau national pendant la crise actuelle. En effet, la transformation de Sainte-Sophie constitue une politique systématique et agressive qui menace l’Europe.

Lors de la commémoration de la conquête de Constantinople le 29 mai, sourate Al-Fath a été récitée du Coran à Sainte-Sophie, et ce jour-là, Erdogan a annoncé le début des fouilles dans les eaux économiques et territoriales grecques. L’un des navires de cette opération s’appelait « Al-Fateh ».

Erdogan s’ingère massivement en Syrie et en Libye, sapant l’embargo européen sur les armes provoquer la France avec une invasion militaire en Afrique du Nord, et en outre, c’est faire chanter l’Europe avec une « arme de migrants ». D’ailleurs, les diplomates bruxellois ont averti à plusieurs reprises que si l’Union européenne ne se conforme pas, la Turquie peut ouvrir les frontières et renvoyer des centaines de milliers de réfugiés en Europe. L’Union européenne verse des milliards à la Turquie pour qu’elle joue le rôle de gardien de but, incitant le président français à avertir que « l’OTAN a un problème avec la Turquie ».

Un certain nombre de pays européens – de l’Autriche à la Grèce – menacent la Turquie des conséquences de la conversion de Sainte-Sophie en mosquée, et le porte-parole du gouvernement grec Stelios Pitsas a déclaré que le président turc avait commis une « erreur historique ». Il doit y avoir une réponse à cette insulte au monde chrétien. L’Union européenne, la Russie et les États-Unis ont qualifié la question de malheureuse. Le choc de l’Église orthodoxe russe a été grand, le pape François a exprimé son chagrin dans un discours qu’il a prononcé sur la place Saint-Pierre et a dit: « Je pense à Sainte-Sophie, et cela me fait très mal. »

Série de provocation

Les politiciens européens aux plus hauts niveaux ont senti la gravité de la situation, y compris le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn, «Il est très mauvais» qu’Ankara arrête des militants humanitaires comme si elle «combattait des terroristes» et tente d’imposer son hégémonie sur la Méditerranée en violation du droit international.

Le ministre autrichien des Affaires étrangères Alexander Shalenberg a appelé l’Union européenne à changer son comportement envers la Turquie, car la conversion de la basilique Sainte-Sophie à une mosquée était « le dernier maillon de la chaîne de provocation », la politique de la Turquie et son implication dans le conflit libyen et l’exploration gazière à Chypre-l’Union européenne l’a déclarée illégale – elle a clairement démontré que la Turquie était un « allié peu fiable ». Schallenberg a appelé l’Union à « une politique plus dure envers la Turquie » et a réaffirmé la position de l’Autriche de mettre fin aux négociations avec la Turquie pour rejoindre l’Union européenne, « Je pense que l’Union européenne doit définitivement mettre un terme à cette affaire ». Les négociations d’adhésion ont déjà été suspendues en raison des arrestations massives par le gouvernement turc à la suite du coup d’État manqué de 2016.

Pour Erdogan, ses calculs sont à ce jour réussis. Son agression symbolique a fait la une des journaux mondiaux, et il pouvait se positionner comme l’héritier de la conquête de Constantinople, le sultan Mehmed II, comme un vainqueur du christianisme et un patron des musulmans.

Avec la conversion de Sainte-Sophia en mosquée, Erdogan veut attiser les tensions interreligieuses avec une intention intégrée. – « L’évêque Illarion du Patriarcat de Moscou a parlé à la télévision russe d’un coup porté aux orthodoxes. Pour tous les chrétiens orthodoxes du monde, Sainte-Sophie est un symbole important, tout comme l’église Saint-Pierre à Rome pour les catholiques. Une nouvelle consécration provoquerait une rupture dans les relations de la Turquie avec le monde chrétien.

« Nous n’avons pas accepté nos frontières volontairement »

Les relations turco-grecques traversent leurs pires situations, Erdogan, est en conflit avec son voisin pour les réserves de gaz en Méditerranée, et en Grèce, il est déjà prévu de faire de la maison d’Ataturk dans sa ville natale (Thessalonique) un musée pour perpétuer le génocide contre les Grecs ottomans entre 1914 et 1922. Les Grecs mentionnent qu’à la veille de la première Guerre mondiale, Seulement 44% de la population de la Constantine, soit 1,1 million d’habitants, étaient musulmans. 23%  des romains orthodoxes et 18% des chrétiens arméniens. La plupart d’entre eux ont été expulsés ou tués. Les historiens ont estimé le nombre de morts dans le génocide pontique grec entre 300 000 et 360 000. Aujourd’hui, plus de 17 millions de personnes vivent à Istanbul, dont une minorité grecque de 2 500 personnes.

Pour Erdogan, le génocide arménien et grec et l’assassinat systématique de chrétiens ne sont que des «mensonges de l’Occident». Il s’efforce de faire revivre l’Empire islamique ottoman sous une forme modifiée. «Nous n’avons pas accepté nos frontières volontairement», menace à plusieurs reprises Erdogan, «nous devons être là où se trouvaient nos ancêtres». L’Europe a toujours ignoré les délires d’Erdogan et ses rêves ottomans. Maintenant c’est différent.

La promotion de la présidence turque des affaires religieuses de l’islamisation de Sainte-Sophie, suscite la passion d’Erdogan et nourrit son déchaînement expansionniste hors des frontières de son pays avec l’islamisation de l’Europe des Balkans à l’Allemagne, et les réfugiés devraient jouer le rôle principal, financer la construction des mosquées par la Turquie donne aux réfugiés une «patrie à l’étranger», la citation préférée d’Erdogan pour le poète Zia Kok Alp reste «nos mosquées sont nos casernes et les minarets nos lances», Erdogan se considère comme un guerrier religieux et un leader de l’expansion islamique.

Les yeux européens se tournent vers les Balkans, le nouveau projet ottoman et la volonté de s’étendre constituent des éléments de la propagande de Justice et développement, cette volonté évoque le siège de Vienne et la tentative de l’occuper. Les États des Balkans à majorité musulmane sont la porte d’entrée vers Ardoghaniya pour l’investissement, en utilisant leur pouvoir doux, l’investissement, l’aide financière et les restrictions religieuses. La Turquie finance la construction d’écoles et d’universités, la construction de logements étudiants et la construction de mosquées. Quand Erdogan s’est rendu à Prizren au Kosovo, il a déclaré que la Turquie est le Kosovo et le Kosovo est la Turquie, le slogan d’Erdogan «L’histoire n’est pas seulement un passé, mais un guide vers l’avenir». Cibler la Sainte-Sophie était donc un avis pour restaurer cette histoire.

Copyright et droits de copie électronique et papier réservés au Centre de recherche et d’études MENA ©