État et société civile, relation controversée

Par : Ahmad Al Remh

État et société civile, une relation controversée.

Les comités syriens pour la résurrection de la société civile en sont un bon exemple.

Après l’effondrement de l’Union soviétique et de son Organisation du Traité de Varsovie à l’Est, au début des années 1990, la guerre froide s’est terminée par une victoire sans précédent et sans condition pour l’ouest capitaliste. Bientôt, les régimes totalitaires ont commencé à périr et les sociétés ont traversé un tournant crucial dans leur histoire.

La demande de démocratie a prospéré et le modèle démocratique a été appelé. Les gens ont commencé à demander des élections libres et transparentes et une circulation pacifique du pouvoir. La multiplicité politique est devenue plus acceptable. Les citoyens ont commencé à rechercher un rôle plus important dans la vie politique, sociale et culturelle.

Raisons de la résurrection de la société civile

À la suite des changements survenus sur la scène internationale, le terme « société civile » a pris de l’ampleur et a réveillé les rêves de ceux qui sont vulnérables et a enthousiasmé les élus éduqués du monde arabe.

La résurrection de la « société civile » dans le monde arabe était due à une nouvelle tendance croissante à un changement réel et sérieux et à la prise d’initiative après l’échec des régimes totalitaires dans leur engagement de slogans qu’ils avaient eux-mêmes soulevés et utilisés comme prétexte pour violer les droits de la société.

Le statut exceptionnel de nos sociétés arabes qui a longtemps perduré sous le régime des régimes totalitaires a stigmatisé la société avec dépendance.

Les gens sont devenus incroyablement passifs et sont devenus des chiffres dans leurs sociétés plutôt que des citoyens.

Par conséquent, la société est devenue cliniquement morte et éloignée de la prise de décision en l’absence d’institutions capables de promouvoir des sociétés positives et civiles.

Les comités de censure censés contrôler et évaluer la performance des gouvernements ont été repoussés.

Les partis d’opposition ne sont qu’une décoration pour embellir les régimes en place.

En conséquence, les régimes totalitaires dominaient et stigmatisaient les sociétés avec une couleur unique qui les rendaient hors de la scène et en dehors de l’équation décisionnelle.

Les citoyens ont limité leur pensée à adopter un comportement qui les aide à éviter la colère d’autorités qui ne tolèrent jamais ceux qui égarent.

Les sociétés civiles sont une nécessité civile

 Alors que le 21ème siècle tend à être un siècle de liberté, de liberté, de démocratie, de justice et de diversité, comme nous le souhaitons tous, nous espérons toujours que ce sera le moment de restaurer l’humanité humaine qui a été déformée lors des guerres, des conflits, de la polarisation et les entités conflictuelles du siècle dernier.

Il a été impossible de rétablir la démocratie et la liberté dans les sociétés sans former des sociétés civiles et des institutions indépendantes des autorités.

Ces sociétés et institutions sont censées ramener les citoyens à la citoyenneté et aux compétences nationales après que les régimes totalitaires du monde arabe les ont transformés en demandeurs de pain qui se plaignent et prient avec ferveur que Dieu écrase les dirigeants.

En raison de ces développements dans nos sociétés, les sociétés civiles et leurs institutions ont commencé à exprimer les inquiétudes et les préoccupations des communautés et à adopter leurs revendications sociales.

Ces sociétés respectaient les valeurs de tolérance, de diversité, de différences bénignes et de respect les opinions des autres.

Ils ont travaillé d’arrache-pied pour rétablir les droits et la dignité de l’être humain, indépendamment de ses convictions ou de son appartenance ethnique, à condition qu’il soit un bon citoyen.

Ils ont également plaidé pour la démocratie, les droits de l’homme et la justice sociale, considérant la culture de la société civile comme une étape nécessaire pour ramener nos sociétés au rang de civilisation.

Pour toutes ces raisons, les élus cultivés ont commencé à ressusciter le travail communautaire basé sur des institutions soucieuses de l’intérêt public.

Leur intention était de sortir les gens de la monotonie politique qui a généré l’hibernation sociale à tous les niveaux.

Cet élu cultivé a travaillé dur pour aider les gens à abandonner ce creuset de pensée obligatoire et à se soumettre aux régimes totalitaires, et à en faire des membres actifs de leurs sociétés, des décideurs positifs qui réfléchissent aux problèmes sociaux et des acteurs de qualité dans la transformation et la gestion.

Dans la mesure où une société ou un pays ne peut pas progresser et atteindre un bilan positif en matière de développement et de prospérité tant que les individus sont introvertis et réticents à défendre l’intérêt public.

Ils laissent les créatures au créateur comme on dit en arabe.

Les gens ont atteint un degré de frustration très frustrant.

Ils ne voient que leurs faiblesses et les forces de leurs adversaires, ce qui leur a donné l’impression qu’il n’y avait aucun espoir de développement de leurs sociétés.

Ainsi, la nécessité de ressusciter la culture de la société civile pour les élever de leur frustration et de leur désespoir est venue pour leur donner un peu d’espoir et renforcer leur esprit positif.

Cela a pour but de faire en sorte que les gens commencent à construire leur société et apportent la prospérité à leurs pays. Les gens ont appris que le dirigeant est un employé de sa société et non un propriétaire.

Les décisions devraient être prises collectivement et de manière démocratique, sur la base d’institutions et non individuellement.

De telles décisions individuelles vont créer des problèmes pour la nation et ne profiteront qu’au souverain.

Transformer la société arabe d’une société gouvernée par la tyrannie en une société démocratique participant à l’élan politique nécessite la libération préalable de l’individu afin de promouvoir sa créativité.

Il n’est pas possible de libérer les gens tant que la culture de la tyrannie est dominante et que la pensée du pharaon submerge les décideurs.

C’est devenu notre devoir de faire connaître la culture de la démocratie et du dialogue jusqu’à ce que cette culture devienne une forteresse de l’esprit des gens et en contrôle le comportement quand ils revendiquent leurs droits et accomplissent leurs devoirs.

La culture de la société civile peut établir l’efficacité pour rendre les gens actifs plutôt que passifs. Cela nous amène au cœur de cette étude, à savoir « La relation entre société civile et État », et comment cette relation devrait être incarnée, quand elles se correspondent, quand elles se contredisent.

Controverse sur la relation entre société civile et État

Les théoriciens de la société civile et les philosophes occidentaux se sont disputés sur les relations entre sociétés civiles et État.

De même, certains penseurs arabes ont également contesté cette question. Certains voulaient que ces sociétés soient sous le contrôle des gouvernements et agissent conformément à leur ordre du jour.

D’autres souhaitaient que ces sociétés civiles soient indépendantes afin d’être fonctionnelles et d’empêcher tout contrôle des gouvernements.

Les théories des penseurs occidentaux avaient des perceptions différentes de la société civile. Georg Wilhelm Friedrich Hegel, par exemple, pense que la société civile ne peut être atteinte que par l’État et que, par conséquent, la société civile est soumise à l’État, car l’État peut régler les litiges de la société civile.

Carle Marx considère la société civile comme une partie intégrante de l’État, car elle constitue l’infrastructure de l’État, tout en s’opposant à ce que l’État limite sa domination. Antonio Gramci, quant à lui, considère la société civile et politique comme l’ultrastructure de l’État.

Pour lui, les sociétés civiles sont des arènes de concurrence idéologique par la distinction entre autorité politique et asservissement idéologique.

Cependant, nous pouvons voir que le principal facteur sous-jacent qui définit la relation entre la société civile et l’État est l’État lui-même.

Si l’État est basé sur un système institutionnel et une formule démocratique, les sociétés civiles soutiendront l’État et relieront l’État au peuple.

Si l’État est autrement, c’est-à-dire une dictature totalitaire qui marginalise la société et confisque les droits de ses citoyens, les Sociétés civiles constitueront une force d’opposition démocratique.

Dans ce cas, les partis et les sociétés d’opposition ont le droit d’utiliser n’importe quel moyen pacifique pour protester et revendiquer les droits de la société. Ainsi, l’État lui-même, à travers ses pratiques, identifie ses relations avec les sociétés civiles.

Ainsi, une société civile n’est pas nécessairement une entité d’opposition qui travaille contre l’État et ses politiques.

Chaque fois qu’un État devient totalitaire et moins démocratique, les sociétés civiles nagent contre le cours de l’État.

L’absence de société civile est un indicateur de la faiblesse de l’État et conduira naturellement à perdre sa légitimité.

De même, plus les sociétés civiles sont fortes, plus les États seront forts face aux défis extérieurs, aux projets et vice-versa.

La domination des régimes totalitaires dans le monde arabe est l’une des principales raisons de la nécessité de la résurrection des sociétés civiles. Ces régimes régissent toutes les activités et affaires sociales afin de former la société en fonction de leurs idéologies politiques.

Par conséquent, ces régimes ne forment que des sociétés capables de servir leurs objectifs. En conséquence, ces sociétés sont devenues des outils permettant de réaliser les objectifs de l’État plutôt que ceux de la société.

En conséquence, les pratiques démocratiques se sont estompées, bien que la démocratie soit devenue un slogan. La liberté a diminué malgré toutes les revendications visant à la protéger.

Les faits montrent que les régimes totalitaires ont contribué à marginaliser la société et à l’empêcher de jouer son véritable rôle, qui pourrait aider le gouvernement lui-même à mettre en œuvre ses programmes.

Les individus se sont transformés en cornes répétant ce que le gouvernement leur demande de dire sans le moindre développement politique, culturel et social.

Burhan Ghalyoun, un penseur syrien vivant à Paris, a déclaré :

 « L’État est devenu une institution privée qui exploite son autorité et qui pénètre dans la société pour défendre les intérêts de l’entité dirigeante, et non ceux du public.

Cet État a toujours considéré tout signe de la société civile comme une opposition politique ou un rejet de l’autorité de l’État.

Par conséquent, l’État a privatisé la plupart des ressources du pays pour s’autonomiser contre la société plutôt que pour l’autonomiser elle-même ».

De même, Abdullah Al Sa’ef, militant de la société civile, estime que l’État lui-même a écarté les sociétés civiles du monde arabe pour renforcer son pouvoir.

L’essence du problème dans le monde arabe est que l’État contrôle chaque détail de la vie sociale. Cela fait du gouvernement un outil de surveillance et un obstacle qui entrave la libération des individus et l’indépendance des institutions.

Les gouvernements dominent tous les aspects de la vie dans le cadre de leurs efforts pour soumettre la société à leur totalitarisme, de manière à anticiper toute mobilisation sociale susceptible d’atténuer leur autorité.

En fait, cette stratégie ne renforce pas les régimes en place. C’est au contraire un signe de faiblesse essentielle qui pousse ces régimes à tout contrôler.

Après avoir examiné l’analyse d’Abdullah Sa’ef, nous concluons que lorsque les régimes en place s’imprègnent profondément dans la structure de la société pour en dominer toutes les composantes et lui imposer une autorité, deux choses peuvent en résulter :

  1. L’État lui-même devient faible et perd sa légitimité, car la soumission de tous les aspects de la vie et tous les composants de la société épuisera la société et gaspillera ses potentiels. Ces capacités supprimées de la société auraient dû être utilisées et orientées vers la prospérité, le développement et le bien-être des citoyens.
  2. La société elle-même s’affaiblit et se retire en raison du contrôle sévère de l’État qui tue la créativité de cette société. Il devient également brutal et statique, ce qui conduit à une inertie complète qui produira de nombreuses conséquences économiques, sociales et politiques dangereuses qui menaceront certainement l’État lui-même.

Dr. Thana’a Fua’ad Abdullah, avocate Égyptienne de la société civile, explique les dangers de la domination des institutions civiles par les États dans le monde arabe lorsqu’elle affirme que la stratégie suivie par les États pour dominer la société passe par trois voies principales :

  1. Affaiblir et détruire l’opposition politique ;
  2. Soumission des institutions de l’État au profit de l’État lui-même ;
  3. Destruction des fondements matérialistes des institutions de la société civile telles que les syndicats, les partis politiques, les organisations sociales et politiques, les institutions religieuses et éducatives et même les médias.

Compte tenu de toutes ces questions, nous concluons que la relation entre État et la société civile n’est pas toujours complémentaire ou contrastive.

Elle est complémentaire dans les États démocratiques civils et contrastifs dans les États tyrannies totalitaires. Les sociétés civiles jouent un grand rôle pendant les guerres civiles.

Ce rôle a été omis dans le cas syrien, ce qui a créé un fossé dangereux entre l’opposition et la communauté révolutionnaire.

En raison de l’incapacité des sociétés civiles, les défenseurs de la société civile dans le monde arabe, leur ont posé de nombreux problèmes en tentant de ressusciter et d’activer les institutions de la société civile.

Avant d’identifier ces obstacles, nous devons mentionner l’expérience des comités de résurrection des sociétés civiles en Syrie en 2003, qui avaient commis des erreurs en promouvant la culture de la société civile par le biais de leur discours politique présenté dans leurs premières déclarations.

A cette époque, ils ont appelé à la condamnation des régimes et de leurs personnalités.

Leur appel explicite à la confrontation avec le régime et l’absence de vision claire et de programme pour les institutions civiles, en particulier sociales, ainsi que leur discours concave et leur style de supériorité, à la manière d’un parti radical, distraient le public sur lequel on était censé compter pour ressusciter la société civile.

Le public était méfiant et craignait les conséquences.

Ainsi, l’essai a été un échec. Nous devons nous rappeler que le régime a entravé leurs efforts en arrêtant nombre de leurs personnalités. Toutes ces circonstances ont conduit à étouffer cette noble initiative.

      En général, on peut dire que les sociétés civiles du monde arabe ont été assiégées par trois obstacles :

  1. L’État qui ne fait jamais confiance à la société civile ;
  2. le patrimoine culturel qui limite leurs capacités ;
  3. Des changements sociaux, économiques et politiques qui ne permettent jamais la libre circulation de la société.

Facteurs qui ont empêché la société civile de jouer son rôle :

  • Les élus politiques voulaient que la société civile soit un cheval de Troie pour faire passer leurs idéologies politiques sans le moindre intérêt pour ses autres aspects, en particulier dans le monde arabe, où aucun parti politique n’est véritablement opposé.
  • Les pionniers de la société civile ont été accusés d’être des agents de puissances extérieures, ce concept étant inclus dans l’agenda américain.
  • Le concept de société civile est devenu une interface pour l’opposition, ce qui a poussé les gens à s’abstenir par peur de la colère du régime.
  • La perspective politique a été focalisée au détriment des perspectives sociales, humaines et culturelles.
  • Les œuvres caritatives ont été ignorées alors qu’elles sont au cœur du concept de la société civile.
  • Les institutions de la société civile ont été soumises à une censure étroite des régimes, ce qui nuit généralement à leur capacité d’atteindre leurs objectifs.
  • La domination des lois martiales dans les pays arabes a menacé la société de l’éloigner des personnalités influentes.
  • L’absence de programme basé sur des objectifs dans le cadre des activités des comités travaillant à ressusciter la société civile.
  • Prévalence de la brutalité politique résultante des régimes totalitaires et de leurs politiques
  • Les politiques des régimes totalitaires ont provoqué une politesse politique chez les citoyens arabes, ce qui a incité de nombreuses personnes à s’abstenir de travailler pour ces nouvelles tendances.

Conclusion :

Nous pensons que l’existence de sociétés civiles est devenue une nécessité urgente et un besoin civil social en raison de leur capacité à promouvoir une interaction positive au sein de la communauté.

Ces sociétés peuvent amener les gens de l’inertie et des efforts dispersés à un état d’organisation dans lequel une nouvelle prise de conscience peut être formulée. Cette prise de conscience est notre bataille préalable pour vaincre la culture dérogatoire sectaire parmi les composantes sociales, sans distinction d’origine ethnique, de religion ou de secte.

Les institutions civiles peuvent être un tribut pour l’opposition au cas où le régime tenterait de détruire les entités de l’opposition. Si le régime au pouvoir veut vraiment un pays démocratique, il permettra une relation complémentaire entre ces sociétés civiles et le régime. Sinon, ces sociétés deviendront une entité d’opposition.

Nous ne pouvons pas imaginer nos sociétés sans ces institutions civiles et l’instauration d’une culture civile.


Copyright © 2019 The Middle East and North Africa Media Monitor.