Extrémisme religieux, causes et solutions

Par : Ahmad Al-Remh

Nous entendons beaucoup parler de mécontentement face au phénomène d’extrémisme religieux. Ce phénomène se manifeste devant l’opinion publique dans le monde entier, mais si nous entendons contrôler un phénomène aussi négatif, nous devons illustrer les raisons qui l’ont aidé à émerger, en désignant l’entité qui l’a provoqué.

Ainsi, nous pouvons déterminer les raisons afin de lui prescrire un remède utile.

Deux facteurs fondamentaux ont contribué à l’émergence de ce phénomène : le facteur subjectif et le facteur objectif :

Facteur objectif :

L’Occident intimidé avec ses médias criants, terrifiant les autres de ce phénomène, a contribué à la création et au développement de ce phénomène.

Lorsque l’Occident continue de regarder des scènes de régimes tyranniques réprimant les libertés, muselant des bouches et isolant des milliers de détenus en attente de liberté, et à maintes reprises soutenant ces régimes, l’Occident devrait s’attendre à une réaction et ces inondations se répercuteront sur ceux qui sont supposés être censés contrôler ces régimes, mais ne l’ont pas encore fait.

Lorsque les valeurs, les doctrines et les symboles d’autres personnes sont profanés au nom de la liberté d’expression irrationnelle sans tenir compte du sentiment des gens envers leurs symboles sacrés, cela aboutira à des comportements irrationnels et irresponsables qui se détourneront de l’extrémisme.

Il est perçu comme une réaction naturelle à l’incapacité de faire face à ces abus et violations.

Nous ne rationalisons pas l’extrémisme ni le terrorisme et nous le condamnons totalement, mais nous nous référons à ses raisons pour trouver un remède. L’Occident a contribué à la création de ce phénomène, dans la mesure où il a soutenu des régimes répressifs pour certaines considérations géopolitiques.

L’Occident a été mis en sourdine par un horrible absolutisme, un totalitarisme et des déplacements de population, et par sa vision sans précédent des races et des symboles sacrés d’autres peuples, où des millions de personnes sont tuées en Syrie, en Iraq et en Palestine.

La Syrie est massacrée silencieusement sur l’autel de la liberté depuis huit ans, ce qui n’a pas stimulé la conscience occidentale.

L’Occident, au contraire, n’a pas soutenu les demandeurs de liberté. Malheureusement, il a fermé les yeux sur les assassinats, les destructions et les déplacements de population systématiques.

Au contraire, la communauté internationale observe des massacres et des déplacements de sang-froid, comme si leur revendication de liberté et de justice sociale était un crime que ces personnes avaient commis et qu’ils devaient être punis.

Les États-Unis d’Amérique ont profané et pillé l’Iraq et détruit sa civilisation. Ils ont offert ce pays à son farouche ennemi, l’Iran.

Washington a pillé les richesses et les trésors culturels de l’Iraq et ont tué et déplacé des millions d’Iraquiens.

Les droits de l’homme sont violés dans la plupart des pays arabes et l’Occident bénit et soutient les bourreaux et les colons.

Ces attitudes et comportements occidentaux ne sont-ils pas considérés comme des motifs de croissance de l’extrémisme ?

L’extrémisme se développe principalement dans les communautés dominées par la tyrannie et une répression sévère, ainsi que dans les communautés fascistes. L’extrémisme est également une pandémie qui gâche des idéologies pures.

Le remède essentiel consiste à obtenir justice et à soutenir les opprimés jusqu’à ce qu’ils aient obtenu leurs droits.

Facteur subjectif:

L’extrémisme religieux résulte principalement d’une incompréhension du message religieux et de ses objectifs. Ce malentendu s’accompagne généralement d’un enthousiasme et d’une fureur révolutionnaires et d’une prise de conscience limitée.

Cela se traduira par une indifférence face à l’effusion de sang des autres et à leur assimilation par des infidèles.

Les islamistes ne sont pas des combattants féroces et ils sont très pauvres en politique. Toutes les batailles de l’islam politique depuis environ un siècle ont toutes été un échec parce que leur principale préoccupation était de gagner du pouvoir plutôt que la justice sociale et la libération des êtres humains réprimés.

 Toutefois, l’extrémisme ne se limite pas aux islamistes, tous ceux qui n’autorisent pas le droit d’exprimer ses idées sont également des extrémistes, qu’ils soient musulmans, chrétiens ou hébraïques, laïcs, athées, de droite ou de gauche.

Solutions:

Le phénomène de l’extrémisme ne peut être résolu qu’en instaurant la liberté, la justice sociale et l’égalité. Cela nécessite des efforts méticuleux pour renforcer la culture de la coexistence dans la société extrémiste.

La culture du dialogue devrait être profondément enracinée et les intérêts communs plus élevés de la communauté devraient également être prioritaires. L’acceptation du point de vue des autres devrait être une culture prédominante, un droit qui devrait être exercé contre l’expression de soi.

La culture de la démocratie doit être prise en compte lorsque nous devons y croire comme une approche stratégique plutôt que comme une tactique à d’autres fins politiques ou autoritaires.

Un terrain approprié devrait également être préparé pour développer une telle culture en tant que remède au phénomène d’extrémisme.

La culture de la citoyenneté et le concept de patrie pour tous ses habitants devraient être restaurés, et ils ne sont pas exclusifs à une secte, un parti, un groupe ou une race. Cette culture devrait être adoptée par toute la société.

 Certains phénomènes sont apparus lors du conflit sanglant en Syrie, où des slogans ont été dressés, annonçant que la patrie devait appartenir exclusivement à un groupe ethnique, une secte ou un parti.

Il ne faut pas oublier que les communautés où les principes de liberté rationnelle, de justice sociale, de souveraineté du droit et d’égalité entre hommes et femmes dominent parmi les individus seront conscientes de ses droits et de ses devoirs.

Dans ces sociétés, les individus ne négligeront pas les droits et les devoirs des autres et ne seront jamais affectés par un nouveau phénomène non accepté, tel que l’extrémisme.

Il est déraisonnable de résister à ce phénomène par la force militaire ou par des mesures de sécurité, tout comme les régimes totalitaires et les puissances internationales, car ce type d’affrontement contribuera à la survie et à l’expansion de ce phénomène au sein d’une société.

Ce type de confrontation attirera plus de partisans et encouragera ce phénomène. Une telle confrontation ne contribuera pas à mettre fin à l’extrémisme, comme l’ont prouvé ces confrontations.

Par conséquent, nous devons réaliser que la communauté, qui profite des opportunités offertes aux individus en fonction de leurs qualifications et non de leurs allégeances, résistera de manière authentique au phénomène de l’extrémisme et en empêchera la croissance.


Cet article reflète le point de vue de l’auteur, ce n’est pas nécessairement l’opinion de l’Observatoire MENA.

Les droits d’auteur sont réservés à l’Observatoire des médias du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, MENA.