France : Emmanuel Macron lance sa nouvelle loi contre le séparatisme islamiste

Le président français Emmanuel Macron a annoncé une loi contre le «séparatisme» religieux visant à libérer l'islam en France des «influences étrangères».

Emmanuel Macron

Dans une déclaration tant attendue, le président français a fixé de nouvelles mesures « pour défendre la République et ses valeurs et faire en sorte qu’elle respecte ses promesses d’égalité et de liberté ».

Quant à la méthode adoptée pour lutter contre «l’islamisme radical» et le terrorisme, elle sera basée sur l’approche de la carotte et du bâton, selon laquelle les responsables locaux se verront accorder des pouvoirs juridiques supplémentaires pour lutter contre l’extrémisme tandis que l’argent sera investi dans l’éducation – en particulier la culture et la civilisation islamiques – et comment traiter d’autres problèmes sociaux, y compris les problèmes de logement et de pauvreté.

Macron a déclaré: « Le défi auquel nous sommes confrontés est de combattre ceux qui dévient du droit chemin au nom de la religion, et en même temps de protéger les citoyens musulmans qui jouissent de tous les droits dans la République ».

Dans son discours de vendredi, Macron a annoncé un aperçu des mesures à venir, qui, selon lui, seraient rédigées dans les deux prochaines semaines afin d’introduire une loi complète en décembre.

Les mesures consistent à placer les mosquées sous une plus grande surveillance, avec l’obligation de former des imams et de leur délivrer des certificats d’accréditation de la France, où il a déclaré que l’objectif serait de «libérer l’islam français des influences étrangères», en particulier des financements, car les organisations islamiques qui reçoivent des fonds de l’État français devront signer un pacte séculier.

Les associations qui promeuvent des idées qui contredisent les idéaux républicains peuvent être dissoutes, et dans le même temps 10 millions d’euros de fonds publics seront alloués pour financer des études supérieures et des recherches sur la culture et la civilisation islamiques.

Parlant de lutte contre le terrorisme, Macron a déclaré: « Le pays est exposé au terrorisme islamiste depuis 2012, nous nous sommes donc progressivement armés contre cette menace ».

Il a suivi sa déclaration selon laquelle l’islamisme radical avait démontré « une volonté de violer les lois de la République, de promouvoir d’autres valeurs … d’organiser une autre société ».

Cependant, Macron a reconnu que le passé colonial de la France a contribué à créer les problèmes auxquels le pays était confronté: « Nous avons eu notre séparatisme dans certaines de nos régions, et nous avons rassemblé des sociétés des mêmes origines et de la même religion dans des lieux spécifiques, ce qui a causé des difficultés économiques et éducatives. »Macron a annoncé un financement supplémentaire pour les ministères de l’Éducation et de la Justice du pays « pour s’assurer qu’il y a une loi républicaine dans chaque rue et bâtiment ».

Il a ajouté que l’éducation était essentielle dans ces procédures et qu’à partir de septembre de l’année prochaine, les enfants seraient tenus de s’inscrire à l’école dès l’âge de trois ans et que l’enseignement à domicile devrait être limité.

Le président a souligné que de nouvelles mesures seront annoncées dans les semaines à venir pour résoudre d’autres problèmes sociaux, y compris le logement, car il y a un besoin de « changement profond, et nous ne pouvons pas continuer à ajouter la pauvreté à la pauvreté ».

Tous les droits d’auteur et de publication sont réservés à Centre de Recherche et d’Études MENA.