Frères musulmans: Leurs tactiques et leurs flux de travail en Europe

Muslim Brotherhood in Europe

Le réseau secret des Frères musulmans (MB) a trouvé un nouveau foyer en Europe et aux États-Unis. Le chercheur américain sur l’extrémisme Lorenzo Vidino et son étude «The Closed Circle» montrent comment les branches du MB sont organisées dans les pays occidentaux.

Les entretiens avec les décrocheurs sont une méthode appropriée pour avoir un aperçu des organisations fermées et des milieux isolés, tels que les Frères musulmans. Lorenzo Vidino, le directeur du «Programme sur l’extrémisme» de l’Université George Washington à Washington DC, a présenté une analyse des structures, principalement basée sur les déclarations d’anciens responsables. Vidino souligne que les Frères musulmans ne comprennent pas seulement l’organisation mère de l’islamisme fondée par Hassan al-Banna en 1928, mais représentent également un réseau mondial d’organisations.

Une conclusion importante des entretiens menés avec sept anciens Frères musulmans est l’existence d’une «fraternité centrale» élitiste, que les initiés nient agressivement en public.

Le Core MB est organisé de la même manière en Europe que dans les pays arabes. Le processus de recrutement prend généralement plusieurs années, au cours desquelles on traite de la littérature islamiste dans les cercles de lecture et se prépare à des organisations de soutien. Une partie de la stratégie de confidentialité consiste à laisser les recrues dans l’ignorance de sa véritable structure organisationnelle.

La plus petite unité dans l’organisation des Frères musulmans est l’«ushra» (famille). Ces groupes se composent de cinq à dix membres contributifs qui se réunissent chaque semaine pour lire des écrits tels que ceux de Yousef al-Qaradhawi, l’idéologue le plus important des Frères musulmans. L’«ushra» représente l’environnement social le plus proche dans lequel on se soutient mutuellement en matière personnelle ou financière. Plusieurs «familles» forment une représentation régionale, la soi-disant «Choura» (assemblée, conseil), qui, en raison du petit nombre de membres dans certains pays occidentaux, peut également être une représentation nationale.

Les Frères musulmans sont organisés de manière strictement hiérarchique. Cet autoritarisme provoque non seulement la colère des membres qui ont grandi en Occident, mais est aussi régulièrement un point de contenu dans les pays arabes. Selon Vidino, il y a un mécontentement à l’égard de la structure clandestine des Frères musulmans, en particulier parmi les membres des pays occidentaux. Après l’expérience historique de la persécution brutale des Frères musulmans dans les pays arabes, la stratégie du secret est largement acceptée par les membres là-bas, alors que les membres travaillant en Occident ont tendance à la remettre en question.

Influencer les partis démocratiques occidentaux fait partie de la stratégie. La décision quant aux parties à rejoindre est rarement prise pour des raisons de contenu, mais est généralement le résultat d’une réflexion de pouvoir cool.

L’islamiste Kamal Helbawy, né en Égypte en 1939 et vivant actuellement à Londres, s’est détourné des Frères musulmans parce qu’il a rejeté la tactique de camouflage. Dans une interview, il a déclaré: «Nous ne vendons pas d’opium ou de drogue, nous propageons le« daâwa »(par exemple: appel à l’islam) (…) Et je ne veux pas avoir honte du choix de mon daâwa programme. » Helbawy faisait partie de la première génération de Frères musulmans en Europe. Il a fondé le Conseil musulman de Grande-Bretagne (MCA) et l’Association musulmane de Grande-Bretagne (MAB) à Londres. Selon Vidino, le MCA est une organisation influencée par les Frères musulmans; les membres actifs de la Fraternité y assument des tâches centrales, mais elles sont également ouvertes aux non-membres. Le MAB, en revanche, est le centre des Frères musulmans avec des liens directs avec sa structure centrale.
Les entretiens montrent clairement que les organisations individuelles sont étroitement liées les unes aux autres. Certains fonctionnaires sont responsables du travail missionnaire, d’autres sont formés au lobbying politique ou au financement. La division du travail s’inscrit dans une stratégie à long terme.
L’ancien responsable danois Ahmed Akkari a déclaré à Vidino: «Nous comprenons que l’Occident est myope (…) et exige essentiellement trois choses de notre part: de l’argent, des votes et ne pas être Ben Laden.»

Le prédicateur islamiste Yousef al-Qaradhawi a longtemps soutenu que l’Occident devait être islamisé par la daâwa et non par la violence. Le rejet de la violence reste cependant tactique: dans certains cas, la terreur est encore considérée comme un moyen légitime, par exemple dans la lutte contre «l’occupation israélienne» ou l’intervention militaire américaine en Irak en 2003. La stratégie de «ne pas être bin Laden »connaît un tel succès qu’il a été utilisé dans de nombreuses organisations nationales proches des Frères musulmans.

Influencer les partis démocratiques occidentaux fait partie de la stratégie. La décision d’adhésion à un parti est rarement prise pour des raisons de contenu, mais est généralement le résultat d’une réflexion de pouvoir cool. En Suède, selon Pierre Durrani, les Frères musulmans travaillent avec le «Sveriges socialdemokratiska arbetareparti» (SAP) depuis les années 1990. Cette coopération est devenue officielle en 1999, lorsque le «Sveriges muslimska råd», dominé par les Frères musulmans (SMR, Conseil musulman suédois, une organisation parapluie similaire au Conseil central allemand des musulmans) a conclu un accord avec le SAP, dans lequel un quota pour les musulmans candidats étaient fixés. Parce que le particularisme islamique est souvent présenté sous le couvert du multiculturalisme, les partis sociaux-démocrates et verts sont souvent des points de contact importants.

Les partis conservateurs ayant une compréhension traditionnelle des rôles de la famille et du sexe sont également considérés comme des alliés. La carrière de l’homme politique suédois et fonctionnaire islamique Abdirizak Waberi est exemplaire. Waberi était président de la branche des Frères musulmans suédois «Islamiska förbundet i Sverige» (Union islamique en Suède), membre du conseil d’administration de SMR et vice-président de l’organisation faîtière européenne «Fédération des organisations islamiques en Europe». En 2010, il a été élu au Parlement pour le Parti conservateur de la collection modérée et a été membre du Comité de la défense.

La politique d’alliance pragmatique des organisations de la Fraternité conduit régulièrement à des conflits internes. Les membres jeunes et idéalistes en particulier sont souvent surpris et déçus par les calculs politiques des dirigeants. Tout comme le fonctionnaire Ahmed Akkari, qui a longtemps été actif au Danemark, et qui a finalement quitté l’organisation en remettant une lettre au chef local au Liban, déclarant son retrait de la Fraternité. Une des raisons pour lui était la réticence des organisations autour des Frères musulmans dans le différend sur les caricatures sur le prophète en 2005: «Ce n’était pas:« Nous sommes indignés à cause du prophète », mais plutôt:« Que pouvons-nous gagner de cette situation ?  »

Il est surprenant que les structures de la Fraternité en Allemagne jouent à peine un rôle dans le livre. Interrogé, Vidino a déclaré: «L’Allemagne est extrêmement importante dans le réseau des Frères musulmans européens et l’un des pays les plus importants, à la fois historiquement et en termes de nombre de membres et de l’importance des principaux militants. Mais le livre est basé sur des entretiens avec des anciens. Bien que j’aie essayé, je n’ai trouvé personne d’Allemagne.  » Les décrocheurs allemands en particulier pourraient donc fournir à la fois des informations importantes et des indications cruciales pour lutter contre l’islamisme légaliste.

Tous les droits de publication et copyrights sont réservés au Centre de recherche et d’études MENA