Gaza : les jeunes proies de la souffrance et du suicide

Palestine

Le suicide chez les jeunes hommes et femmes à Gaza a connu une augmentation inquiétante depuis le début de cette année. Le nombre de suicides des deux sexes, âgés entre 18 et 30 ans a atteint près de 30 cas, et ce n’est pas une statistique officielle car le nombre est bien supérieur, mais selon des médecins au ministère palestinien de la Santé à Gaza, qui préféraient ne pas être nommés pour des raisons de sécurité, ont affirmé à l ‘«Observatoire MENA» qu’il y a une ambiguïté et dissimulation du nombre exact de cas de suicide à Gaza. Il y a des dizaines de cas de suicide chaque mois. La raison du manque des statistiques précises est en relation avec  la politique imposée par le mouvement Hamas à Gaza depuis 2006. L’organisation a étendu des restrictions strictes sur les hôpitaux, afin d’empêcher toute fuite d’informations sur les cas de suicide ou même des cas d’erreurs médicales.

Torture à l’intérieur des prisons

À peine un mois se passe sans que les Gazaouis entendent parler d’un cas de suicide ici et là, alors que les méthodes de suicide varient entre brûler, ingérer du poison, tomber de hauteur, être suspendu et tirer, sous le prétexte des conditions économiques et psychologiques dont ils souffrent à cause de la pauvreté et du chômage dont souffre la bande depuis des années, tandis que Gaza a été témoin d’événements tragiques en dehors de la religion et des coutumes, et un certain nombre de personnes se sont suicidées au cours des derniers mois et semaines, ce qui a donné une indication dangereuse des conditions difficiles vécues par les habitants.

La détérioration de tous les aspects de la vie, est en raison du blocus israélien.

La poursuite d’un grand nombre de jeunes d’orientations politiques différentes et les soumettant à l’humiliation et à la torture à l’intérieur de leurs prisons.

Le Centre « Addameer » pour les droits de l’homme à Gaza a indiqué que pas moins de 21 personnes s’étaient suicidées, à moins que le centre ne dispose pas de statistiques sur les cas de tentative de suicide, le centre indiquant que les facteurs de suicide étaient différents d’un cas à l’autre, la plupart d’entre eux variant entre Pauvreté et blocus, ainsi que problèmes sociaux et psychologiques.

Les statistiques de l’Union européenne indiquent que le blocus israélien et les attaques occasionnelles sur la bande de Gaza ont affaibli l’économie locale où environ un million de personnes, soit environ 80% de la population totale de Gaza, dépendent de l’aide humanitaire fournie par l’UNRWA ou d’autres institutions international, car les statistiques indiquent que les mesures de précaution prises pour limiter la propagation de l’épidémie de Corona, ont amplifié la crise économique dans la bande de Gaza et a entraîné la perte de plus de 26 000 personnes de leur emploi au cours des trois premiers mois de cette année, ce qui a eu un impact négatif sur le psychisme de ceux qui ont perdu leur emploi.

Pauvreté, chômage et blocus

À son tour, le directeur du Centre «Al-Dameer» pour les droits de l’homme, Khalil Abu Shamala, a déclaré dans des déclarations à «l’Observatoire MENA»: «Les suicides survenus récemment dans la bande de Gaza n’étaient pas liés à une raison ou à un facteur. Au contraire, chaque cas était spécifique. Comme les facteurs de suicide sont multiples et ne sont pas liés uniquement au problème de la pauvreté, du chômage et du blocus israélien, tandis que les causes et les motifs dans la bande de Gaza qui poussent les jeunes à se suicider sont dus à des circonstances qui diffèrent des conditions qui se produisent dans les pays du Moyen-Orient, y compris des motifs politiques, sociaux, économiques et psychologiques. Le fait que la bande de Gaza vive dans des souffrances permanentes et continues, et l’absence de plans pour renforcer le rôle des jeunes et la faiblesse des services qui leur sont fournis.

Abu Shammala a souligné que les niveaux élevés de pauvreté et de chômage étaient « l’une des raisons qui ont conduit certains cas à se suicider récemment », indiquant que la pauvreté n’était pas la seule raison de l’augmentation du nombre de suicides, car il y avait des problèmes sociaux et psychologiques derrière certains cas.

Il a mentionné que la pauvreté, le chômage et le blocus ont engendré de graves fléaux sociaux et psychologiques pour les habitants de la bande de Gaza, citant les taux élevés de divorce parmi les jeunes qui se marient tôt, en raison de mauvaises conditions de vie, indiquant que la pauvreté et le chômage ont créé un lourd fardeau pour la population et généré des problèmes économiques, psychologiques et sociaux.

Option d’immigration

De son côté, le spécialiste en psychologie et sociologie Mousab Al-Shorbaji, a déclaré que les raisons et les motifs dans la bande de Gaza qui poussent les jeunes à se suicider sont dus à des circonstances qui diffèrent de celles qui se produisent dans les pays du Moyen-Orient, y compris des motifs politiques, sociaux, économiques et psychologiques, car la bande de Gaza vit dans des souffrances permanentes et continues depuis la division palestinienne il y a treize ans, et les plans qui en résultent pour négliger le rôle des jeunes et la faiblesse des services qui leur sont fournis.

« La réalité des jeunes connaît une courbe dangereuse qui s’aggrave d’année en année en raison de la situation politique et de l’effondrement économique qui en résulte, alors que le taux de chômage augmente parmi les diplômés hommes et femmes, d’autant plus que les jeunes sont habitués à exiger une éducation », a déclaré Al-Shorbaji lors de son entretien avec l’Observatoire MENA.

Quant aux projets privés, ils ne sont plus suffisants, car dans la situation actuelle, ils courent le risque d’échouer. Par conséquent, les jeunes se sont retrouvés face à la possibilité de migrer de la bande de Gaza, qui a considérablement augmenté, afin de rechercher de meilleures opportunités de vie. Ce qui est frappant ici, c’est que ceux qui migrent sont des compétences scientifiques qui ont perdu leur droit d’obtenir des emplois dignes de leurs niveaux scientifiques.

Noyade

Il a souligné que la lutte contre le fléau du suicide nécessite des efforts concertés dans la société, notant que la première étape pour faire face à ce problème est de connaître les raisons qui poussent certains cas à se suicider et, par conséquent, de définir un programme de travail clair et d’élaborer des stratégies valables pour faire face au problème du suicide.

La réalité économique d’une part, et le blocus israélien d’autre part, ce qui a jeté une ombre négative sur la jeunesse palestinienne, par manque de confiance en soi et l’avenir inconnu et par peur de l’impuissance à envisager le suicide, alors que des milliers de jeunes hommes ont recouru à fuir leur réalité et se lancent dans l’aventure de la mort, espérant qu’ils trouveraient une vie décente pour eux dans un pays européen, se déplaçant d’un pays à l’autre, et beaucoup d’entre eux sont tombés victimes des passeurs. Ils sont mortes dans la mer, dont certaines sont encore inconnues, et un certain nombre de jeunes hommes sont morts pendant leur tentative de rejoindre l’Europe, et parmi ces jeunes hommes se trouvait le Dr Wael Al-Sheikh de la ville de Gaza, qui a quitté sa profession à Gaza et s’est dirigé vers l’Europe, après avoir été torturé dans les prisons du mouvement « Hamas », mais il est mort des suites d’une noyade en Turquie alors qu’il tentait de fuir en Grèce.

Tous les droits d’auteur et de publication sont réservés à Centre de Recherche et d’Études MENA.