« Ils nous ont volé…» : le scandale de l’indemnisation des victimes du port de Beyrouth

Les familles des victimes de l’explosion du port de Beyrouth ont révélé ce qu’elles ont qualifié du nouveau scandale de l’Etat libanais, concernant l’indemnisation fournie par des pays étrangers aux victimes de l’explosion, dont le nombre a atteint 205 après la mort de l’un des blessés il y a quelques jours.

Les médias locaux ont rapporté, selon les familles des victimes, que l’Etat libanais a calculé ces sommes accordées aux familles des victimes au prix « officiel » en dollars, soit 1500 livres libanaises, tandis qu’aujourd’hui son prix sur le marché noir dépasse 10.000 livres, et il continue d’augmenter.

Et selon les informations, les pays donateurs ont donné les aides en dollar américain à savoir : 20.000 dollars d’indemnisation pour chaque victime âgée de plus de 15 ans et 10.000 dollars pour les moins de 15 ans.

Les familles des victimes ont considéré ce pas comme étant un «mépris» envers la vie des victimes de la part de l’État qui les tue une nouvelle fois, en convertissant la valeur de l’indemnisation en livre libanaise, qui perd de jour en jour sa valeur d’achat pour atteindre son niveau le plus bas de l’histoire.

Selon les données de l’Etat libanais, la valeur de l’indemnisation pour la vie des victimes varie entre 30 millions de livres pour les personnes âgées et 15 millions de livres pour les jeunes, soit une valeur de 3000 et 1500 dollars seulement, tandis que la valeur réelle de 20 mille dollars aujourd’hui est de 200 millions de livres.

Ce qui va empirer davantage les choses, c’est que la maigre indemnisation pour les familles des victimes ne sera pas payée en espèces, mais plutôt par chèque bancaire. Cela signifie, selon les familles, «une nouvelle humiliation des familles par les banques, pour qu’elles puissent retirer l’intégralité du montant, s’ils ont pu l’obtenir au regard des critères stricts et sans précédent adoptés par les banques, et modifiés mensuellement selon ce qu’elles jugent approprié ».

Il est à rappeler que l’explosion qui a eu lieu le 4 août de l’année dernière au «port de Beyrouth», a fait plus de deux cents morts, environ 6000 blessés et environ 300.000 personnes déplacées.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA