INSTEX : Le début des transactions financières entre l’UE et l’Iran

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a confirmé le 31 mars que l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni avaient conclu le premier accord financier avec l’Iran via le mécanisme INSTEX pour les échanges commerciaux.

Le ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré que certains E. U. Les pays ont livré des fournitures médicales à l’Iran lors de la première transaction, selon le mécanisme INSTEX de troc commercial pour esquiver les sanctions américaines imposées à Téhéran.

« La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni confirment qu’INSTEX a conclu avec succès sa première transaction, facilitant l’exportation de fournitures médicales d’Europe vers l’Iran, ces fournitures sont désormais en Iran INSTEX et son homologue iranien STFI travaillera sur davantage de transactions et améliorera le mécanisme », A ajouté le ministère sans fournir plus de détails.

Un porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a confirmé que l’Iran avait reçu des fournitures médicales ou une aide financière de l’Allemagne, de l’Azerbaïdjan, de la Chine, des Émirats arabes unis, de la France, de la Grande-Bretagne, du Japon, du Qatar, de la Russie et de la Turquie.

Fin janvier 2019, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni ont mis en place un nouveau mécanisme financier appelé INSTEX, afin d’empêcher l’effondrement de l’accord sur le nucléaire après le retrait du président américain Donald Trump.

En établissant le mécanisme, les responsables européens ont souligné qu’INSTEX ne couvrirait que les aliments et les médicaments, mais l’Iran a insisté pour élargir la portée du mécanisme afin d’inclure des opérations financières et réciproques plus larges qui pourraient se refléter positivement sur les indicateurs de l’économie iranienne.

L’UE n’est pas allée au-delà de sa concentration sur les canaux d’approvisionnement, ce qui pourrait expliquer le mécontentement iranien à l’égard du mécanisme et critiquer les fonctionnaires de l’UE.

L’ancienne haute représentante de l’UE, Federica Mogherini, a déclaré peu de temps après la promulgation du mécanisme financier qu’elle visait à autoriser l’UE les entreprises traitant plus librement avec l’Iran en termes de marchandises, y compris celles faisant l’objet de sanctions ; et si le plan réussit, il sera probablement plus avantageux pour les petites et moyennes entreprises qui n’ont pas de liens ou de succursales aux États-Unis.

« Même s’il est limité, le mécanisme INSTEX pourrait éventuellement ouvrir la voie à quelque chose de plus ambitieux », a déclaré Esfandiar Batmangilideg, fondateur du forum Europe-Iran.

Basée à Paris, Instex fonctionne comme une chambre de compensation, permettant à l’Iran de continuer à échanger son pétrole contre d’autres produits ou services nécessaires à son économie.

En plus des pays fondateurs, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, les pays de Belgique, du Danemark, de la Finlande, de la Norvège, des Pays-Bas et de la Suède ont rejoint le mécanisme.

Il convient de noter qu’en 2018, Washington s’est retiré de l’accord nucléaire conclu entre Téhéran et les principaux pays, réimposant des sanctions sévères à la République iranienne.

Plus tôt, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont confirmé que l’intérêt de rejoindre le mécanisme de troc INSTEX témoigne des efforts de l’UE pour faciliter les échanges commerciaux légitimes entre l’UE et l’Iran, soulignant l’adhésion de l’UE à l’accord nucléaire conclu avec l’Iran en 2015.

Ils ont souligné que « l’Iran devrait respecter immédiatement tous ses engagements » dans l’accord sur le nucléaire, notamment en cessant d’enrichir l’uranium à des taux prohibés.

Dans ce contexte, l’agence de presse américaine Bloomberg a commenté ces développements en disant : « La création d’un canal commercial européen avec l’Iran est la clé de l’UE les efforts pour sauver l’accord nucléaire conclu en 2015, après le retrait du président américain Donald Trump, et ce qui a suivi des effets négatifs sur l’économie de Téhéran. »

« Les efforts du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne pour intensifier les échanges avec l’Iran sont un autre signe de mécontentement européen à l’égard du président américain », selon Bloomberg.

Tous les droits de la publication et les droits de l’auteur sont réservés au Monitor MENA