Iran — Accusations de parrainage du terrorisme et conséquences financières de la lutte contre Covid-19

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a affirmé que son pays refusait de transférer des fonds au régime iranien afin de soutenir Téhéran dans la lutte contre l’épidémie de COVID-19, soulignant que Washington avait offert une assistance technique à l’Iran pour sauver des milliers de vies de personnes infectées.

Pendant ce temps, un porte-parole du département d’État américain a décrit l’Iran comme le sponsor officiel du terrorisme dans le monde, indiquant qu’il profite de la crise du coronavirus pour recevoir plus d’argent et soutenir ses milices affiliées et ses factions armées dans la région, mais pas pour acheter des médicaments pour le peuple iranien et combattre l’épidémie de virus.

Dans ce contexte, Pompeo a déclaré : « Les responsables iraniens corrompus ont une longue histoire de transfert de fonds pour des produits humanitaires dans leurs poches et leurs mandataires terroristes. »

Les déclarations américaines interviennent alors que le gouvernement iranien a demandé au Fonds monétaire international un prêt de 5 milliards de dollars, ce qui sous-tend la nécessité de financer des opérations de lutte contre le coronavirus.

Le virus a coûté la vie à environ 4 000 citoyens iraniens et infecté plus de 70 000 citoyens, selon les statistiques officielles, dont de nombreuses organisations de santé et équipes médicales internationales sont sceptiques, accusant l’Iran de cacher les vraies statistiques.

Le généraliste iranien Hadi Yazdani a publié sur son compte Twitter une photo d’un message envoyé par Mohammad Reda Mohaddeth, directeur de la santé et du traitement dans la ville d’Astana Ashrafiye, demandant au chef de l’organisation médico-légale d’appeler le représentant des gardiens de la révolution avant d’émettre les certificats de décès délivrés aux personnes décédées par le virus à leur domicile.

Simultanément, les graphiques de données montrent que l’économie iranienne souffre actuellement d’une détérioration historique due aux sanctions américaines qui ont joué un rôle important dans la réduction des ressources financières de Téhéran, selon CNN.

L’Institut international de recherche nucléaire avait révélé plus tôt que les effets négatifs de l’épidémie de COVID-19 sur l’économie iranienne avaient dépassé l’impact des sanctions imposées à l’Iran par les États-Unis au cours des derniers mois dans le contexte des activités nucléaires Iraniennes.

Dans son rapport, l’institut a souligné que la pandémie avait porté un coup sévère à l’économie iranienne, en particulier avec la baisse des prix mondiaux du pétrole, car sa production était considérée comme l’épine dorsale des revenus du Trésor iranien.

Au cours des dernières semaines, l’économie iranienne a connu une baisse record par rapport à la détérioration qui a suivi les sanctions américaines, selon le journal israélien Jérusalem Post.

Fin février, une agence de régulation internationale spécialisée dans la lutte contre l’argent sale a inscrit l’Iran sur sa liste noire, après que Téhéran n’a pas respecté les règles internationales de lutte contre le financement du terrorisme.

Les médias ont déclaré que la décision est intervenue après plus de trois ans d’avertissements du Groupe d’action financière basé à Paris, exhortant Téhéran à promulguer des lois contre le financement du terrorisme.

Pourtant, l’agence a laissé la porte ouverte à l’Iran, affirmant que « les pays devraient également être en mesure de mettre en œuvre des contre-mesures, indépendamment de tout appel du Groupe d’action financière à le faire ».

Il y a quelques jours, l’Iran a récupéré le montant de 1,6 milliard de dollars gelé au Luxembourg, selon une décision judiciaire rendue là-bas.

« Les fonds libérés ont été gelés au Luxembourg il y a environ 5 ans, cependant, grâce aux efforts judiciaires déployés par la Banque centrale d’Iran, les efforts américains pour saisir les fonds gelés iraniens en Europe ont été contrecarrés », a déclaré le gouverneur de la Banque centrale d’Iran.

Tous les droits de la publication et les droits de l’auteur sont réservés au Monitor MENA