Kirghizistan : Les missions diplomatiques turques espionnent les opposants du gouvernement Erdogan

Source: Nordic Monitor

Des documents judiciaires ont confirmé que des journalistes, enseignants, universitaires et hommes d’affaires turcs, répertoriés par des diplomates turcs à Bichkek, ont été inclus dans une enquête sur le terrorisme par un procureur turc.

Comme on l’a vu dans plusieurs cas, les documents ont révélé comment les informations collectées par l’ambassade ont été utilisées par la suite dans une mise en accusation criminelle d’opposants et de leurs familles pour terrorisme.

Selon une décision du 13 décembre 2018 du procureur Birol Tufan, le parquet général d’Ankara a ouvert une enquête distincte (dossier n ° 2018/224941) sur 25 ressortissants turcs répertoriés dans des dossiers d’espionnage envoyés par des diplomates turcs au Kirghizistan sans aucune preuve d’actes répréhensibles.

L’enquête comprenait des ressortissants turcs tels que d’anciens correspondants du quotidien turc Zaman, saisi par le gouvernement du président Recep Tayyip Erdoğan, ainsi que des universitaires, des enseignants et des médecins qui vivaient dans le pays et travaillaient dans des institutions kirghizes depuis des décennies. La liste comprenait également des opposants d’Erdoğan qui ont été forcés de vivre en exil ou qui sont toujours en liberté en Turquie pour échapper à la persécution du régime. Selon les documents, ils ont été accusés d’«appartenance à un groupe terroriste» par Akıncı.

Zaman, qui vendait 1,2 million d’exemplaires par jour à son apogée, a été saisi par le gouvernement en mars 2016 sur une plainte déposée par un groupe pro-Erdoğan affilié à Al-Qaïda qui affirmait que le journal avait diffamé le groupe jihadiste dans des articles et des d’opinion. Après la prise de contrôle, le journal a été transformé du jour au lendemain en porte-parole du gouvernement et a été fermé en juillet 2016, anéantissant des décennies de travail dans les archives du journal et supprimant son site Web.

L’ambassade de Turquie à Bichkek est dirigée par l’ambassadeur Cengiz Kamil Fırat, qui a reçu une note diplomatique en 2019 du ministère des Affaires étrangères kirghize on lui demandant de ne pas s’immiscer dans les affaires intérieures du pays.

Selon les rapports, l’ambassadeur Fırat s’est rendu le 5 juin 2019 dans le village d’Orok, dans la région de Sokuluk, où les Turcs kirghizes et Ahiska se sont battus. Une altercation qui a fait 32 arrestations.

Les documents confirment une fois de plus que les activités d’espionnage des missions diplomatiques turques ont de graves conséquences sur le système judiciaire turc.

Après la tentative de coup d’état en Turquie en juillet 2016, les missions diplomatiques et consulaires turques du monde entier ont collecté des informations sur les ressortissants turcs dans le cadre d’une campagne d’espionnage systématique. Ils ont répertorié leurs noms comme s’ils faisaient partie d’une organisation terroriste et les ont transmises au siège.

Comme indiqué précédemment par Nordic Monitor, le ministère des Affaires étrangères a envoyé des listes de ressortissants turcs profilés dans deux CD au bureau du procureur général d’Ankara, à la police nationale et à l’agence de renseignement turque MIT le 19 février 2018 via un document officiel pour de nouvelles poursuites administratives ou judiciaires. , la punition de leurs proches de retour en Turquie et la saisie de leurs biens.

Le procureur Akıncı, qui a reçu le document du ministère des Affaires étrangères le 23 février 2018, a transmis les CD classifiés contenant des informations sur 4386 opposants à Erdoğan à l’Unité des crimes organisés du département de police d’Ankara pour suite à donner.

La police a transmis les résultats de ses enquêtes au parquet.

Selon des documents judiciaires publiés par la 4eme Haute Cour pénale d’Ankara le 16 janvier 2019, le ministère des Affaires étrangères a accomplie une longue liste d’entités étrangères détenues et / ou gérées par des personnes considérées comme proches du mouvement Hizmet / Gülen, un groupe opposant au gouvernement turc, dans 92 pays des Amériques, d’Europe, d’Asie et d’Océanie.

Par ailleurs, Nordic Monitor a révélé comment le MIT avait infiltré les camps de réfugiés en Grèce afin d’espionner les opposants qui ont été forcés de fuir la Turquie pour échapper à une répression sans précédent.

Des documents judiciaires datés du 13 décembre 2018 ont révélé comment les activités d’espionnage de l’ambassade turque à Bichkek ont ​​déclenché une enquête pénale en Turquie. (Les noms et adresses des ressortissants turcs ont été expurgés pour des raisons de sécurité.

Les missions diplomatiques turques continuent d’espionner systématiquement les opposants du gouvernement Erdogan sur le sol étranger, comme l’a confirmé le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu en février 2020.

Çavuşoğlu a déclaré que les diplomates turcs affectés aux ambassades et aux consulats avaient été officiellement chargés par le gouvernement de mener de telles activités à l’étranger. «Si vous regardez la définition d’un diplomate, c’est clair. … La collecte de renseignements est le devoir des diplomates », a déclaré Çavuşoğlu aux journalistes turcs le 16 février 2020 à l’issue de la conférence de Munich sur la sécurité, ajoutant:« La collecte de renseignements et la collecte d’informations sont un fait ».

Dans une récente entrevue avec le Globe and Mail, l’ambassadeur de la Turquie au Canada Kerim Uras a également admis avoir espionné 15 canadiens d’origine turque. «Toute ambassade se concentrerait sur les menaces qui visent leur pays. C’est ce que font toutes les ambassades », a-t-il déclaré au Globe and Mail.

Il est clair que les missions diplomatiques turques violent les lois nationales des États d’accueil et les principes du droit international en menant des campagnes de collecte d’informations illégales et des opérations de renseignement de grande envergure. À la suite de la tentative de coup d’État en Turquie le 15 juillet 2016, certains pays occidentaux ont ouvert des enquêtes sur les activités d’espionnage et des organisations turques à l’étranger par le personnel du ministère turc des Affaires étrangères, des représentants des autorités compétentes, des imams et des agents du renseignement accrédités comme diplomates.