La diversité sociale et ses effets sur la situation politique

Par : Rasheed Hawrani

Différents pays du monde prêtent généralement attention à la structure interne de leurs sociétés et gèrent la diversité sociale et le pluralisme.

Les communautés humaines sont différentes en termes de géographie, de valeurs, de démographie, d’ethnicité et de culture, elles ont des idéologies différentes dans lesquelles tous les facteurs susmentionnés interagissent.

La diversité idéologique est représentée dans les préférences de connaissances adoptées par une composante de la société, ou la société dans son ensemble. En réalité, ces variations provoquent des visions différentes du changement politique et, dans de nombreux cas, elles entraînent des différends et des conflits dans lesquels les sociétés ou les États sont impliqués.

De tels conflits sont généralement justifiés par des valeurs politiques spécifiques recouvertes de devises comme la liberté et la justice. Par conséquent, la politique commence à gérer les conflits au lieu de gérer la vie sociale.

Étant donné que les solutions aux problèmes de la vie doivent être un élément essentiel de l’interaction humaine, la diversité et la différence ne signifient pas que nous avons besoin d’un consensus.

La diversité culturelle de la vie est nécessaire pour incarner des valeurs objectives, le pluralisme économique et c’est un phénomène normal pour l’activation des marchés locaux et internationaux. Par conséquent, la diversité change à mesure que le sujet change.

Parmi de nombreuses raisons différentes de la diversité sociale, les raisons historiques représentées par les guerres sont les principaux facteurs, car ces guerres provoquent des déplacements et des expulsions.

L’existence de Circassiens en Syrie à cause de la guerre avec les Russes est un exemple. Les raisons économiques jouent également un rôle dans la diversité sociale, lorsque la pauvreté oblige les gens à émigrer. Les pauvres Marocains sont partis en Europe à la recherche d’une vie meilleure.

Parfois, les changements politiques liés à la fracture des territoires ou à la fusion des territoires dans un État sont une autre raison de cette diversité.

En plus de cela, les influences de militants de premier plan tels que Martin Luther King, qui a dirigé le mouvement des droits civiques aux États-Unis, a fait progresser l’égalité des droits civils pour tous les citoyens.

L’importance de cette étude réside dans l’accent mis sur la diversité sociale en tant que phénomène complexe et ses conséquences au sein d’un même État.

L’unité de la nation ou du pays ne signifie pas l’effacement des propriétés de chaque composante sociale. Les intérêts communs devraient être renforcés et l’engagement politique devrait être une priorité.

Il devrait y avoir une transition vers un consensus social basé sur la diversité politique à travers les partis politiques avec leurs programmes économiques, politiques et sociaux, indépendamment de toute identité tribale, sectaire ou ethnique.

Le dilemme résultant de la diversité sociale

Dans ses commentaires sur « La diversité culturelle et les droits des minorités dans le monde arabe », Andullah Hameed Al Deen, expert politique saoudien titulaire d’un doctorat en anthropologie sociale de la King’s College University de Londres, a déclaré que l’accent mis sur les minorités et la classification des composantes sociales se fait pour des raisons politiques.

La prise de conscience de l’identité ethnique ou sectaire survient pour des raisons politiques, lorsque cette identité potentielle se transforme en identité effective. Ce dilemme est le résultat de la reconnaissance politique de ces identités infranationales.

Il devrait y avoir un compromis pour les identités nationales et infranationales d’une manière qui respecte l’identité de chaque composante et l’unité de l’État.

 Ce phénomène de diversité sociale peut être observé sous de nombreux aspects dans la plupart des sociétés qui ont des ethnies, des religions et des sectes différentes.

Ainsi, les différentes cultures de différentes composantes conduisent à des identités conflictuelles. Ce dualisme identitaire, qui réfléchit sur le contraste entre les identités nationales et infranationales, conduit parfois à des conflits sanglants.

Chaque composante prétend avoir la réalité ultime, surtout lorsque l’identité d’une composante est gonflée et qu’un sentiment de paranoïa prévaut. Dans ce cas, le rôle de l’État devient très essentiel pour contenir ces aspects de la diversité dans un cadre national.

Arend Lijphart, dans son livre : « La démocratie consensuelle dans la société pluraliste », déclare que pendant l’ère démocratique après une période de dictature, la profonde division de la société et l’absence de consensus seront découverts.

Dans ce cas, des voix plus fortes commencent à exiger l’équilibre et l’égalité dans une société. Ces demandes sont liées à la forme de l’État et à l’identité nationale, économique comme les demandes politiques sont également une grande préoccupation.

La langue est l’une des questions controversées qui se posent en période de conflit. C’est pourquoi le Conseil national kurde a exigé des choses en dehors du consensus des autres composantes de l’opposition syrienne.

Ce Conseil kurde menace toujours de se retirer de la Coalition de l’opposition au cas où ses demandes ne seraient pas satisfaites.

Le 6 septembre 2016, le Conseil kurde a soumis un mémorandum de protestation à Ryadh Hejab, chef de la Commission supérieure de négociation à la suite de la déclaration de Londres, qui a été approuvé par les factions de l’opposition syrienne considérant l’arabe comme langue officielle dans la Syrie Après-Assad.

Les Kurdes ont suggéré ce document comme une ignorance de leurs demandes de reconnaissance de leur langue ethnique.

La religion du président de l’État est une autre question controversée comme ce qui s’est passé au Soudan lorsque les minorités non musulmanes ont exigé la séparation de la religion de l’État, car l’islam a été reconnu comme religion officielle du pays en 1983.

La diversité sociale pose de nombreux problèmes liés à la forme de l’État et tout consensus doit tenir compte des revendications séparatistes des minorités.

Les minorités veulent garantir leur droit à l’autonomie afin que les membres de chaque minorité sentent que leur culture et leur particularité sont respectées dans un cadre juridique approuvé, et en même temps, l’État central jouit de sa souveraineté et de ses pouvoirs dans un cadre national plus large d’intérêts communs de tous les territoires.

Il existe des problèmes politiques liés à la représentation des composantes sociales dans les institutions publiques. En Syrie, par exemple, nous voyons comment le régime d’Assad a monopolisé les institutions publiques les plus importantes pour la minorité alawite et comment cela a conduit à l’explosion de la société syrienne.

Les effets de l’identité culturelle et sociale sur la performance politique

Le changement et la reconstruction d’un État ont besoin d’un projet politique national qui adhère aux changements radicaux de la structure de la société et de sa culture.

Ce processus de restructuration devrait inclure les systèmes politiques et économiques pour produire une nouvelle formule qui garantisse les droits de tous les individus et groupes dans cette société, indépendamment de leur identité.

Ce cas s’applique à la société syrienne, qui est en grande partie une société cosmopolite comme les États-Unis, la Turquie ou la Malaisie.

L’adhésion à l’identité ethnique ou religieuse par tout fonctionnaire de l’État renforcera les identités infranationales au détriment de l’identité nationale des personnes dans tout le pays.

La professionnaliste et la compétence politique devraient être le critère de toute responsabilité, et non l’identité ethnique, religieuse ou sectaire.

Les composantes de toute société devraient se faire mutuellement confiance, et l’intégration est un enjeu clé de la coopération et des valeurs de citoyenneté sous l’égide d’un pays unifié qui embrasse tous ses citoyens malgré leurs différentes ethnies, religions et cultures.

La courtoisie des gouvernements à l’égard des composantes sociales et la réticence à résoudre les problèmes des composantes pour de nombreuses raisons ont accru les inquiétudes sectaires parce qu’elles dépendent de leurs proches même s’ils ne sont pas qualifiés. Une telle politique provoque généralement des tensions entre le gouvernement et les composantes sociales.

Ce problème se présente de trois manières différentes :

  1. Au niveau local, la géographie de l’État, les tendances sectaires et ethniques apparaissent et interagissent pour provoquer l’effondrement social. Ce conflit prend une forme ethnique et religieuse et utilise les sources et l’autorité du pays.

Par conséquent, de nouveaux partis et mouvements apparaissent et ces partis ne tiennent pas compte des intérêts du pays et des références culturelles et sociales du gouvernement.

Les organisations et les partis islamiques saisissent cette occasion pour commencer à se battre pour le pouvoir. Une telle situation encourage généralement l’intervention étrangère.

L’Iran, par exemple, exploite les Kurdes iraniens pour réaliser ses ambitions expansionnistes et crée des tensions pour le gouvernement irakien pour les intérêts politiques de l’Iran.

  1. Au niveau régional, il y a des pays régionaux qui contrôlent les conflits pour leurs propres intérêts. Chaque pays veut imposer ses intérêts au détriment des intérêts des autres pays.

La Turquie a montré une attitude sévère envers les Kurdes lorsqu’ils ont voulu annexer Kakouk à leurs territoires fédéraux dans le nord de l’Irak.

  1. Au niveau international, les superpuissances, principalement les États-Unis, ont profité des conflits en Syrie pour atteindre leurs objectifs stratégiques et consolider leurs positions dans cette zone stratégique du Moyen-Orient.

Les États-Unis voulaient faire pression sur de nombreux pays des régions. Le politicien et chercheur sénégalais Jubiter Nediai a déclaré que partout où il y a des mouvements séparatistes, il y a des pays pour soutenir ces mouvements pour des raisons géopolitiques, et ce soutien couvre les besoins logistiques, financiers et militaires.

Jubiter Nediai a également déclaré que le droit des peuples à l’autodétermination a été monopolisé comme prétexte à l’intervention des grandes puissances pour fracturer des pays plus petits et plus faibles.

Cela peut être mieux remplacé par un autre concept. C’est-à-dire l’autonomie, qui implique davantage d’autorités politiques et de représentation des territoires.

En vertu de ce concept, les Forces démocratiques syriennes ont reçu un soutien militaire américain illimité, y compris des frappes aériennes au cours de leurs batailles contre l’État islamique en Irak et Sham ISIS.

La Turquie a condamné le soutien américain à l’Union démocratique kurde que la Turquie considère comme une branche du PKK et de ses alliés qui sont tous classés comme organisations terroristes par les États-Unis, la Turquie et l’Union européenne.

Le phénomène politique provoqué par la diversité sociale

Mahathir Muhammed dit que les différentes races ne peuvent jamais coexister dans une société avec l’absence de justice, d’égalité et de développement. Si ces facteurs sociaux culturels, sociaux, raciaux, religieux et linguistiques sont effacés, la diversité est impossible.

La seule solution est alors de supprimer les inégalités économiques et d’encourager la justice, l’égalitarisme et le développement comme base de la coexistence.

Ainsi, à moins que la diversité ne soit contenue et parrainée au nom de la stabilité sociale, de nombreux différends politiques surgiront et pourraient se transformer en guerres civiles et en conflits susceptibles de dépasser les frontières.

Ce qui se passe en Irak entre Kurdes, chiites et sunna est un exemple de ce qui pourrait arriver dans de tels cas.

De plus, au Liban, il y a un conflit entre les chrétiens, chiites, sunnites et Maronis. Ce qui se passe en Syrie est l’exemple le plus récent de ce phénomène.

Ces phénomènes peuvent être présentés comme suit :

  1. L’affiliation au parti au pouvoir, en particulier lorsqu’elle confisque la société et l’État de premier plan, accordera toutes les responsabilités et tous les privilèges aux défenseurs de ce parti indépendamment de leur qualification et de leur compétence.
  2. Les pouvoirs tribaux, religieux, ethniques et économiques sont les pierres angulaires du système politique arabe, qui s’allie à ces pouvoirs sur la base d’intérêts mutuels.

Cela conduit généralement à l’établissement d’alliances instables auxquelles se joignent des partis politiques liés au régime au pouvoir. Certaines autres entités abandonnent ces alliances et les conflits déjà commencent.

Par conséquent, l’État est administré par un ou plusieurs partis comme dans le cas de la Syrie, où le Front national progressiste, alliance de quelques partis sous la direction du parti Al Ba’ath, dirige à la fois la société et l’État et supprime les entités d’opposition. En conséquence, le nombre de partis d’opposition diminue.

  1. La monopolisation du pouvoir a infecté tous les partis et régimes au pouvoir dans le monde arabe.

Cela a continué pendant des décennies, soit par le recours à la force, soit par des élections artificielles, jusqu’à ce qu’un coup d’État soit comploté ou que le dirigeant meure.

Parfois, la fracture conduit à la formation de nouvelles alliances. Et les nouvelles alliances imitent simplement les systèmes de gouvernement précédent en s’accrochant au pouvoir à tout prix.

Toutes les circonstances susmentionnées provoquent une inertie psychologique pour tous les citoyens du pays.

Ces citoyens stressés attendent toujours tout revers du régime au pouvoir pour saisir immédiatement l’occasion de s’exprimer émotionnellement. Ils commencent à exiger leurs besoins comme ce qui s’est passé dans les pays arabes explosés par le printemps arabe.

Certains aspects de la diversité sociale prennent une forme violente comme suit :

  1. Transférer certains groupes ethniques, sectaires ou religieux de leur patrie vers d’autres régions, tout comme ce qu’a fait le régime d’Assad dans le nord-est de la Syrie, lorsqu’il a construit des villages à Al Hasaka et installé des Arabes d’autres provinces en 1974.

Ce plan, qui a été mis en œuvre par le parti Al Ba’ath a entraîné la distribution de 700 000 acres de terres confisquées aux nouveaux colons. Le prétexte était que leurs terres d’origine étaient inondées par l’Euphrate.

  1. Le génocide est une autre stratégie suivie par certains régimes contre une secte, un groupe ethnique, religieux ou une entité politique spécifique.

Ce type de crimes est défini à l’article II de la Convention de 1948 qui poursuit tout génocide qui peut être classé comme suit :

  • Tuer des personnes d’un certain groupe ethnique ou religieux ;
  • Faire du mal physique ou psychologique à tout membre du groupe ciblé ;
  • Assujettissement obligatoire des membres d’un groupe à des conditions de vie difficiles avec l’intention de causer des dommages partiels ou complets à ces membres ;
  • Prendre des mesures pour éviter de donner naissance à des bébés ;
  • Transférer des enfants d’un groupe à un autre.

Un exemple du génocide est celui du Rwanda en 1998, où Jean Kambanda a été tenu responsable des massacres car il était le Premier ministre lorsque des civils tutsis ont été tués. Et les massacres d’Israël, tels que le massacre de Sabra et Chatila, sont des génocides.

L’investissement dans la diversité sociale

La psychologie considère les êtres humains non pas comme isolés, mais comme des individus interactifs.

Ainsi, cela peut être vu à la lumière de son appartenance à un certain groupe de personnes dirigées par des organisations, pleinement conscientes de leurs revendications légitimes et de leur relation avec l’État.

Lorsque tel ou tel groupe se révolte contre l’État, il peut être envisagé sous différents angles.

Les demandeurs d’affirmation de la liberté en Syrie, par exemple, ont été décrits par le régime d’Assad comme un groupe de salafistes sunnites affiliés à Al-Qaïda.

Certains pays et organisations arabes ont aidé Assad à cet égard en adoptant un discours sectaire et religieux et en soutenant certains groupes islamiques extrémistes à une époque où les Syriens voulaient une révolution populaire nationaliste.

Dans une telle situation, la diversité sociale est investie au profit du régime au pouvoir.

Ainsi, la diversité sociale est une arme à double lame qui a des effets négatifs si elle est utilisée abusivement par les régimes au pouvoir à des fins politiques.

Le régime d’Assad s’est présenté comme un protecteur des composantes sociales et de la coexistence, mais il a établi une élite de toutes les composantes qui soutiennent ses politiques et ses mesures militaires et de sécurité.

Cette nouvelle collection d’entités pro-Assad a été impliquée dans des intérêts mutuels avec le régime. D’autres composantes sociales ont été marginalisées. Assad a également utilisé la question kurde contre la Turquie.

Les effets positifs de la diversité sociale peuvent être investis pour l’établissement d’un contrat social qui reconnaît la diversité de la société et les différences entre les composantes sociales concernant la participation à l’éducation, la politique et l’économie.

Ces étapes aideront à éviter toute explosion et à renforcer la stabilité sociale et la coexistence. Les litiges doivent toujours être réglés à huis clos avant d’être publiés.

Des questions controversées peuvent être négociées et des accords peuvent être conclus afin d’anticiper toute fracture sociale, en particulier dans un pays comme la Syrie.

Le leadership politique d’un pays joue un rôle clé dans l’investissement de la diversité sociale.

Ce rôle est joué par l’adoption de stratégies visant à renforcer la coexistence, la restructuration de l’économie, la répartition équitable des richesses, le maintien des biens culturels et l’identité de toutes les composantes.

La diversité peut être une force plutôt qu’une faiblesse, si la démocratie est stimulée par l’éducation et les possibilités d’emploi pour toutes les composantes. Le budget de l’éducation en Malaisie, par exemple monté jusqu’à 10,01 milliards USD, alors que le budget de la défense est de 3,93 milliards USD.

Les défis de la diversité dans les sociétés en voie de rétablissement après la dictature

L’État est responsable d’investir la diversité pour la réussite du projet d’État moderne. Les régimes au Moyen-Orient se concentrent sur les moyens obligatoires d’attraction et interrompent tout développement des institutions étatiques.

Ils résistent à tout effort de réforme en privant leur pays de tous les moyens de faire face aux défis politiques et économiques.

Cela a conduit à des révolutions populaires qui se sont transformées en conflits régionaux et internationaux.

La propagation de la violence et du terrorisme entraîne l’émigration et le déplacement d’immenses afflux de personnes vers des endroits plus sûrs à l’intérieur des terres et à l’étranger.

Certaines statistiques indiquent que 86 % des Syriens qui ont traversé la Grèce entre avril et septembre 2015 sont scolarisés.

2,8 millions d’enfants syriens ne vont pas à l’école. Cela aura des conséquences horribles à long terme et entravera également tous les efforts de réconciliation après la fin de la guerre. Pour la première fois dans l’histoire, les chrétiens de Mossul en Irak ont évacué la ville.

La guerre en Syrie a provoqué de nombreux changements sociaux linéaires et horizontaux à la lumière d’opinions opposées sur le régime et l’opposition. Des conflits internes à l’intérieur de chaque parti sont également apparus, et de nombreuses tendances au sein de chaque parti se sont alignées les unes contre les autres. Même les familles sont intriguées par les conflits.

Une étude déposée portant sur 1 200 personnes a montré qu’il y avait eu une fracture familiale dans la plupart des cas couverts par l’étude.

La plupart des personnes incluses dans l’étude ont déclaré avoir eu des différends avec d’autres membres de leur famille. Les réponses de ces personnes sont les suivantes :

Je ne sais pas Non, ça n’est jamais arrivé C’est arrivé légèrement C’est arrivé de façon significative
77 214 397 512

En plus des châtiments sociaux des individus, qui n’adoptent pas la même attitude politique de la majorité, certaines composantes sociales considèrent que leurs affiliés font partie intégrante de la composante même s’il adopte une attitude différente de l’attitude de son ou de sa communauté.

Sumaya, une dame de Homs, dit que bien que tous ses collègues de travail appartiennent à la même secte, à savoir Sunnah, ils étaient très méfiants à son sujet.

Ils l’ont accusée d’être une espionne pour les forces de sécurité simplement parce que son père était un officier à la retraite de l’armée syrienne. La sécurité collective d’une société est une menace pour chaque individu tel que défini par les Nations Unies.

Cette menace est un prétexte pour que des pays étrangers interfèrent avec les affaires d’autres nations plus faibles.

Différents pays ont des raisons différentes d’intervenir dans d’autres pays plus faibles. Cela peut être pour des raisons politiques, économiques, sécuritaires, humanitaires ou idéologiques.

Lorsque des chars français ont fait irruption à Damas dans les années 1920, Sheikh Rasheed Redha a écrit dans le magazine Al Manar que le Royaume de Syrie était une démocratie prometteuse et que l’intervention française avait sapé ce pays nouveau-né.

En 1920, la Constitution syrienne était la plus laïque de la région. Il séparait les trois autorités et tous les citoyens étaient égaux, quelle que soit leur religion, leur appartenance ethnique ou leur secte. Cette constitution ne faisait pas référence à l’islam comme religion officielle de l’État.

La justice politique comme moyen de répondre à la diversité sociale

L’accent mis sur la cristallisation de l’identité nationale unifiée peut contenir toutes les affiliations infranationales, et c’est un privilège qui peut améliorer la citoyenneté et anticiper toute identité infranationale.

Pour y parvenir, la justice politique est le facteur le plus important, car elle a de nombreuses implications comme le partenariat économique et politique.

Inversement, si l’État marginalisait certaines composantes de la société, il y aurait une fracture à l’intérieur de la société et ses composantes ressentiraient de l’injustice et se dirigeraient vers des choix destructeurs face à l’identité nationale.

Les partis politiques sont une manifestation de la démocratie. Ces partis, qui sont censés jouer le rôle d’opposition, ont la possibilité de prendre le relais, mais ils doivent être attachés aux valeurs de la démocratie et au maintien de la stabilité économique et politique de la société.

Lorsque la démocratie sera adoptée comme philosophie, culture politique et hypothèse stratégique pour construire un modèle démocratique, il y aura une chance d’unité nationale sur les plans social, économique et politique.

Dans une telle atmosphère, toutes les entités politiques jouent un rôle dans la gouvernance du pays et la diversité sociale restera une garantie plutôt qu’une menace pour l’unité nationale.

Conclusion

Grâce à la diversité sociale, un pays peut être transformé en une unité cohérente qui englobe toutes les composantes et anticipe toute possibilité de fragmentation et de fracture. Bien que huit ans de guerre se soient écoulés en Syrie, le régime d’Assad n’a pas encore reconnu les droits de l’opposition.

Jusqu’à présent, aucun terrain d’entente n’a été trouvé et il y a encore très peu de chances de parvenir à un consensus national. Un tel consensus peut garantir toutes les composantes de la société syrienne et assurer une participation égale à la vie politique de tous les Syriens.

Cette expérience formulera le prix à payer par les spectres de la société syrienne pour établir un système politique équitable et une prospérité économique.


Cet article reflète le point de vue de l’auteur, ce n’est pas nécessairement l’opinion de l’Observatoire MENA.

Toute publication et rédaction sont conservées dans MENA Media Monitor