La monnaie libanaise en chute libre

Le Liban sait en fait à quel point est dangereuse la croissance exponentielle. Le pays est au début d’une troisième vague de propagation du coronavirus. Les espoirs de pouvoir freiner l’infection par la vaccination sont faibles : après que les parlementaires et les proches du président Michel Aoun ont obtenu illégalement des doses de vaccination, c’est maintenant le tour de la population – mais pas plus de 4000 doses par jour sont  actuellement administrées, a déclaré Firass Abiad, directeur de l’hôpital universitaire de Beyrouth. « Le Liban a une population d’environ 6,8 millions d’habitants – «nous n’avons donc même pas atteint 1% de la population jusqu’à présent».

Néanmoins, ce n’est pas le nombre croissant d’infections qui est le plus préoccupant actuellement au Liban. La courbe montrant le taux de change de la monnaie locale par rapport au dollar américain est encore plus préoccupante : le graphique, qui montre une baisse vertigineuse de la valeur de la livre libanaise depuis des mois, a grimpé presque d’une façon verticale depuis le début de la semaine dernière. Au début du mois de mars, les traders des devises étrangères changeaient à 9.700 livres pour un seul dollar, contre 10.000 à la fin de la semaine dernière. Lundi et mardi derniers, la devise libanaise a chuté presque toutes les heures: 13.000, 14.000 puis 15.000 – la demi-vie des cours négatifs devenait de plus en plus courte.

Comment cela se répercute sur la population et que l’on peut observer dans les magasins : beaucoup de magasins ont été assiégés mardi, et les libanais paniqués ont tenté de s’approvisionner avant d’avoir moins de produits pour leur argent. Depuis décembre 2020 seulement, les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 402%. Dans certains endroits, la situation est devenue incontrôlable et des pillages ont été enregistrés.

D’autres magasins n’ont même pas ouvert parce que les opérateurs ne pouvaient tout simplement plus obtenir de marchandises : le Liban doit importer presque toutes les marchandises, ce qui devient de plus en plus difficile en raison de l’effondrement de la monnaie. La livre, dont la banque centrale avait tenté de maintenir artificiellement stable pendant longtemps, valait presque dix fois plus que le dollar à la fin de 2019.

Mais par la suite, le système pyramidal, avec lequel le gouverneur de la banque centrale Riad Salamé tentait d’attirer les devises étrangères dans le pays, s’est effondré. Le gouvernement avait permis aux banques du pays de payer aux investisseurs des taux d’intérêt énormes, mais maintenant elles sont en faillite. Outre le financement, il y a eu la crise de Covid, et enfin l’explosion du port de Beyrouth en août, qui a détruit des dizaines de milliers de moyens de subsistance. Le gouvernement du premier ministre, Hassan Diab, a démissionné – amis il gère toujours la misère sept mois plus tard, car le successeur désigné de Diab, Saad Hariri, n’a pas encore réussi à former un nouveau gouvernement.

Aujourd’hui, Diab, jadis très confiant, opère depuis son appartement privé. Ce ne sont pas autant les barrages routiers mis en place par des manifestants en colère qui l’empêchent de se rendre à son bureau que les menaces de mort, comme il l’a déclaré au Financial Times. Chaque semaine passée en attendant un nouveau gouvernement est comme une année perdue compte tenu des réformes bloquées : «Nous sommes faces à une grave catastrophe financière».

On peut constater cela également au niveau du salaire que reçoit le Premier ministre, qui gouverne toujours contre sa volonté : lorsqu’il a assumé sa fonction, son salaire était de 7300 dollars environ – au taux de conversion de mardi soir, le premier ministre reçoit un peu moins de 740 $ aujourd’hui.

Diab n’a pas à souffrir de la faim, contrairement à un bon nombre de ses concitoyens. Selon la Banque mondiale, près de la moitié vivent déjà en dessous du seuil de la pauvreté, 22% sont même dans l’extrême pauvreté. Ceux qui touchent le salaire minimum ne reçoivent que 45 $ environ aujourd’hui. Bien que le gouvernement ait décidé une batterie de mesures de soutien aux citoyens nécessiteux à la fin de la semaine dernière, il a dû annoncer de nouvelles mesures d’austérité mardi : comme les réserves de devises diminuent de manière inquiétante, les subventions seront réduites. Presque personne ne sait exactement combien de devises fortes détient encore la banque centrale. Selon les informations de Bloomberg, les réserves de change sont passées en un an de 25,1 milliards d’euros à 13,4 milliards d’euros.

Non seulement les citoyens, mais aussi les institutions étatiques ne savent plus comment payer leurs factures. Le ministre de l’Intérieur prévient que les forces de sécurité devraient réduire leurs tâches de 90%, le ministre de l’Énergie exige un milliard de dollars pour éviter un effondrement total de l’approvisionnement en électricité, qui ne fonctionne déjà que partiellement.

Un comité parlementaire lui a accordé 20 millions – puis une coupure de l’électricité a eu lieu mardi même dans le seul aéroport du pays. Et le chef de l’armée prévient qu’il ne peut pas payer ses troupes pour l’année en cours – tandis qu’en même temps un diplomate libanais dans une conversation confidentielle avec la SZ a évoqué un coup d’État comme l’une des dernières solutions possibles.

Même en manipulant de plus petites quantités, il y a des problèmes considérables, comme la société allemande Combi Lift a dû l’apprendre: la société de Brême a sécurisé plus de 1000 tonnes de produits chimiques hautement toxiques qui ont été découverts après l’explosion dans le port de Beyrouth. Les deux millions d’euros qui lui étaient garantis dans le contrat signé en novembre n’ont pas été payés même un mois après la fin des travaux, de sorte que les 52 conteneurs contenant des produits chimiques sont toujours dans le port. Mardi soir, le gouvernement libanais a ouvert une «lettre de crédit» qui sécurise le paiement. «Cela a vraiment pris beaucoup de temps», a commenté Felderhoff laconiquement. Maintenant, un navire est en route pour les récupérer – du moins le risque d’explosion au Liban a diminué.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA