La preuve par l’image… l’Iran serait l’auteur de l’attaque contre Aramco

Les éléments concernant l’attaque contre les installations pétrolières saoudiennes d’Aramco font lentement surface. L’Arabie saoudite a commencé à réagir à plusieurs niveaux pour informer la communauté internationale des détails de l’attaque dont, selon toutes probabilités, des milices iraniennes sont responsables.

 « Ce qui s’est passé est un véritable test de la volonté internationale, face aux actes subversifs menaçant la sécurité et la stabilité internationales », a déclaré pour sa part le prince héritier Mohammed bin Salman, ce mercredi, au cours d’un entretien téléphonique avec le Président de la Corée du sud, Moun Jae-in.

Ce dernier  a appelé cette même communauté internationale à réagir avec fermeté en adoptant une attitude sans faiblesse à l’égard de tels actes de sabotage, rapporte l’agence de presse SPA.

Mercredi soir, le porte-parole du ministère de la Défense saoudienne a apporté de solides indices tendant à confirmer la participation de Téhéran dans les assauts qui ont visé deux sites de la société pétrolière Aramco, il y a quelques jours dans l’est de l’Arabie saoudite.

« Cette attaque n’a pas été menée depuis le Yémen, comme le prétendent les rumeurs répandues par l’Iran » a affirmé Turki Al-Malki dans une conférence de presse tenue ce mercredi dans la capitale saoudienne, Al-Riyad.

Al-Malki a aussi souligné que cette attaque terroriste avait été effectuée avec 7 missiles de croisière et environ 18 drones qui venaient du nord et non du Yémen qui se trouve au sud.

Il a également affirmé, qu’après avoir analysé les restes « de drones et de missiles de croisières » récupérés sur les sites des installations d’Aramco, les services compétents en avaient déduit que l’Iran a fabriqué ces engins. D’une part parce que Téhéran possède ce type d’armes, d’autre part parce que les débris portaient des inscriptions écrites en persan.

Le porte-parole du ministère saoudien de la Défense a déclaré que les missiles de croisière qui ont visé Aramco avaient été fabriqués en 2019. Il a précisé que, d’après les expertises, les débris de missiles semblaient venir d’un engin iranien appelé « Ya Ali », dont Téhéran a annoncé la fabrication au début de cette année.

La France a dit son intention d’envoyer des experts pour se joindre aux enquêtes diligentées à la suite des attaques lancées contre Aramco pour en authentifier l’origine.

De son côté, l’Arabie saoudite va faire appel à des experts régionaux et à ceux de l’ONU pour qu’ils se joignent aux enquêtes.

À la lumière des résultats de ces dernières, les dirigeants du Royaume saoudien prendront les mesures appropriées pour assurer la sécurité et la stabilité du pays.


Les droits de l’auteur sont réservés au Mena Media Monitor