La propagande islamiste dans les rues de l’Europe

Durant les deux dernières années, la pandémie de coronavirus a réussi à faire en sorte que les passagers ne soient plus constamment approchés spontanément par des prédicateurs religieux dans les grandes villes d’Europe. Malheureusement, les théologiens de la renaissance ont très souvent été supplantés par des ésotéristes et des opposants à la vaccination.

Toutefois, dès que les trottoirs peuvent être exploités un peu plus, les chefs religieux contestables sortent et s’affairent à passer leur message au peuple. Cela concerne de plus en plus des groupes islamistes qui sont tactiquement intelligents pour cacher leurs véritables objectifs.

Dans une zone piétonne d’une ville autrichienne : où le Coronavirus est en retrait, l’association a installé un stand d’information face à l’église principale de la ville. Quatre femmes amicales vêtues d’habits islamiques corrects s’occupent des passagers intéressés et font la publicité de leur travail de jeunesse. « Nous faisons partie de la ville. Nous transmettons l’éducation et les valeurs démocratiques à nos jeunes », explique l’une des femmes, qui s’est présentée en tant qu’institutrice.

L’association, qui était au passé particulièrement active en Allemagne, a reçu un total de 18.000 euros de la part de « Live Democracy ! Un programme lancé entre 2017 et 2019. Son objectif annoncé : « Sensibiliser les personnes sur les attitudes de l’islam et les attitudes chez les jeunes».

« Live Democracy ! Il s’agit selon le gouvernement d’un programme unique en Europe qui vise à rallier les jeunes à la liberté et à l’État de droit en les armant contre l’hostilité à la démocratie. Le financement de projets de prévention de la radicalisation religieuse chez les jeunes musulmans a déjà été critiqué – par exemple en raison de doutes sur leurs parrains, 2016 par exemple une association proche des Frères musulmans

Il y a aussi des doutes concernant le programme de l’association et ses stands dans les rues en Autriche, en Allemagne, en France et aux Pays-Bas. Car bien que l’association ne l’ait pas mentionné dans sa demande de financement et ne le mentionne publiquement d’aucune autre manière, elle est religieusement motivée et appartient au mouvement Gülen. Le réseau du prédicateur islamique, Fethullah Gülen, est connu en Europe parce que le gouvernement turc dirigé par l’autocrate Erdogan lui reproche le coup d’État manqué de 2016. Depuis lors, nombreux de ses partisans ont été persécutés et des milliers sont en prison. Tandis que beaucoup ont fui et ont obtenu l’asile. Les femmes présentes au stand d’information ne nient pas l’appartenance de leur association au mouvement. Cependant, elles prétendent que leur travail éducatif n’a rien à voir avec la religion.

La religion est supérieure aux systèmes séculiers comme la démocratie, souligne un texte

Un document d’orientation de l’association s’y oppose. Dans son « document pour la pratique du travail de jeunesse», il donne un aperçu sur ses valeurs normatives : « La religion traite de manière globale la nature et la vie des personnes. Les systèmes laïcs, en revanche, sont soumis à des changements constants. Ils sont jugés par rapport à l’époque où ils prévalent », a-t-il souligné. Après cette comparaison, le texte poursuit : « La croyance en un seul Dieu, en l’au-delà, aux prophètes, aux révélations, aux anges et en la prédestination ne sont pas en revanche sujets de changement. (Nous) ne devons pas oublier que la démocratie n’est pas une quantité mesurable comme la religion, elle fournit par ailleurs des règles et des valeurs immuables pour la vie humaine ».

Là est l’Islam éternel et supérieur face à la démocratie éphémère et inférieure ? C’est probablement cette compréhension de l’islam que les gouvernements européens veulent prévenir contre plutôt que l’encourager. « La conviction que les règles divines sont éternelles, figées et que toutes les préoccupations sociales peuvent être réglées à travers ces règles souligne une interprétation littérale des sources islamiques », explique un expert en prévention à Vienne. « Pour moi, c’est une position clairement islamiste ».

L’institutrice, qui fait la promotion de l’association dans la zone piétonne, trouve le texte inoffensif : « il n’exprime que la réalité », dit-elle – et souligne que prier cinq fois par jour est obligatoire dans ses milieux pour ne pas aller en enfer. L’enseignante est en conformité avec l’auteur du chapitre mentionné ci-dessus, elle n’écrit pas seulement sur la religion islamique, elle dirige également la crèche d’une association en Allemagne et elle a commencé à travailler sur le projet. Elle n’exprime pas une opinion individuelle, dans ses notes de bas de page, elle nomme toujours Gülen lui-même et ses partisans.

Le réseau

Il semble que le secteur public n’a pas une image claire sur l’association qu’il soutient. Le flux d’argent du ministère allemand pour l’association a maintenant été arrêté, mais un État fédéral en Allemagne a continué à la promouvoir. Environ 52.000 euros de fonds publics ont été approuvés pour continuer le projet, et chaque année 560.000 euros de frais de fonctionnement sont versés pour financer la crèche du club avec 65 enfants. D’autres sources la financent aussi. Une autre institution publique a fait don de 145.000 euros à l’association pour les années 2019 et 2020, pour des projets entre autres artistiques, du coaching de jeunes et une visite d’un lieu de mémoire.

Pour des années, le travail éducatif du mouvement, en particulier en Allemagne, en France et aux Pays-Bas, a inclus une instruction religieuse spécifique pour les enfants et les jeunes outre ses propres crèches, écoles et instituts de tutorat. Il y a des heures de prière, des études du Coran, des conférences. Il y a également des sessions vidéo avec des sermons de Gülen, des camps séparés par sexe, des projets de formation du caractère moral. Assumer des objectifs fondamentalistes à tous les niveaux pour chaque offre ne rend pas justice à l’engagement du réseau. Cependant, il serait également inapproprié de mettre en question toutes les initiatives éducatives du mouvement. « Toute personne qui condamne les tendances illégitimes et les désirs pervers chez les jeunes, comme cela s’est produit dans la brochure de l’association, n’accepte aucun projet de vie en dehors de la norme hétérosexuelle», a indiqué un expert de l’islam.

L’islam en tant que meilleure démocratie et moralité incontestable – ce message ne permet vraiment pas aux jeunes musulmans de défendre la liberté, l’autodétermination et la codétermination. Mais les associations Gülen parviennent apparemment à cacher leur position aux sponsors publics. Les ramifications diffusées par ses réseaux y contribuent.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA