La reconstruction de la Syrie, le pays et les êtres humains

Par : Osama Aghi

Introduction

La reconstruction de la Syrie après une guerre interne féroce provoquée par des puissances régionales et internationales ayant des intérêts différents, qui n’ont rien à voir avec les intérêts de la Syrie, est devenue une tâche qui nécessite une feuille de route stratégique pour divers aspects de la reconstruction des infrastructures et des êtres humains.

Cette horrible guerre n’a pas seulement détruit les villes et la psychologie des habitants, mais également les infrastructures d’enseignement, de culture et de recherche.

Les installations de services publics vitales telles que les hôpitaux, les centres de santé et autres installations humanitaires ont également été rendues inutilisables.

La reconstruction n’est pas seulement une affaire de processus de génie civil, elle a également pour objectif de reconstruire une vie sociale, culturelle et économique qui s’est éloignée de son cours normal.

Il devrait également inclure l’aspect humanitaire de la reformulation de la personnalité des Syriens qui ont été influencés par la guerre et ses conséquences.

Cette étude examine deux problèmes interdépendants.

Premièrement, la reconstruction des infrastructures et la redynamisation des installations publiques avec leurs fonctionnalités habituelles.

Deuxièmement, la réhabilitation du personnage syrien qui a connu une guerre sale qui n’est pas encore terminée car ses raisons existent toujours.

Il tente également d’introduire des conditions préalables objectives et subjectives pour les deux aspects de la reconstruction, ainsi que pour les conditions et les exigences régionales et internationales de cette guerre.

Volume et type de destruction

Le conflit politique en Syrie, qui a débuté sous la forme de manifestations pacifiques, a éclaté le 15 mars 2011. On peut dire que ce conflit est intervenu dans le contexte d’une série de soulèvements du printemps arabe, puis s’est transformé en féroce guerre par procuration entre les forces régionales et internationales.

Cette guerre acharnée n’était pas une guerre conventionnelle opposant des armées à front ouvert, c’était une guerre déclenchée par le régime d’Assad contre des civils désarmés et, plus tard, contre des rebelles armés voulant défendre des civils.

Ces groupes de rebelles se sont opposés au régime autoritaire.

Ces rebelles armés se sont retrouvés parmi des civils désarmés, ce qui a transformé les civils en otages de combats inégaux entre une armée formelle brutale appartenant au régime en place et des factions armées issues des rangs des citoyens possédant des armes légères et moyennes.

La guerre en Syrie est l’une des pires catastrophes humanitaires et économiques et a de grandes répercussions sur le reste du monde.

Sept années de guerre ont déchiré le tissu social et économique du pays et causé des dommages considérables à l’économie nationale dans son ensemble, aux infrastructures et à tous les aspects de la vie en Syrie.

Cette guerre a entraîné la destruction massive de maisons et d’installations publiques et privées, de services ou économiques.

La plupart des infrastructures du pays étaient hors d’usage et se sont transformées en ruines.

La destruction de ces infrastructures a entraîné des déplacements internes et une émigration.

Les réseaux d’eau et d’assainissement ne fonctionnent plus.

Des écoles, des mosquées, des centres de santé et des hôpitaux ont été détruits, ainsi que des magasins, des ateliers et des petites et grandes usines. Le réseau ferroviaire a été détruit ou pillé.

Le ministre des Affaires étrangères chez le régime Assad, Walid al-Moallem, a déclaré dans une interview : « 75 % des infrastructures en Syrie ont été détruites par ce qu’il a décrit comme des attaques terroristes ».

À travers ses institutions, les Nations Unies ont surveillé la situation en Syrie pendant plus de 6 ans de guerre. Un rapport accompagné de cartes et de photos décrivait la situation syrienne en novembre 2017.

Selon les chiffres du HCR, le nombre de réfugiés syriens dans les pays voisins s’élevait à 5 344 millions de réfugiés en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Iraq et en Égypte entre 2011 et le 20 novembre 2017.

Selon le rapport de la Banque mondiale, plus d’un demi-million de Syriens ont perdu leur emploi chaque année entre 2010 et 2015. Les bâtiments et les établissements de santé en Syrie ont été gravement endommagés.

Selon le rapport susmentionné, 27 % des logements en Syrie et environ la moitié des installations médicales ont été complètement ou partiellement endommagés.

Par conséquent, un concept préliminaire peut être perçu à propos de l’ampleur des destructions causées par le conflit en Syrie, ce qui aide à déterminer l’ampleur du fardeau de la reconstruction du pays et aide également à élaborer un plan chronologique à travers un cadre d’une conférence internationale sous les auspices des Nations Unies et des pays donateurs.

C’est parfois considéré comme un processus inconcevable.

La reconstruction de la Syrie n’est pas un processus de restauration d’un ensemble d’installations et de logements.

Cette perception a poussé Mme Christine Lagarde, responsable du Fonds monétaire international, à présenter des chiffres choquants.

Le conflit a laissé de profondes empreintes sur l’économie du pays.

Nous pouvons dire que le conflit armé en Syrie a causé des dommages considérables aux sources de financement du pays. Le nombre de morts causées par ce conflit militaire est estimé entre 400 000 et 470 000.

Selon les statistiques de 2010, la moitié des 21 000 000 Syriens a été déplacée de force ou contrainte à l’émigration. Alors que les pertes cumulées estimées du revenu national ont atteint 226 milliards de dollars, soit quatre fois le revenu national du pays en 2010.

L’ampleur des destructions ne signifie pas seulement la destruction de services résidentiels et économiques, mais également la destruction de la société syrienne. 45 % des enfants syriens ne vont pas à l’école selon l’UNICEF.

Le ministre de l’Éducation, chez le régime syrien, Hzwan Al-Waz, a déclaré : « 8 000 écoles ont été endommagées au cours de sept années de guerre.

Mille écoles doivent être démolies et reconstruites en plus de la destruction du matériel et des outils pédagogiques.

Certaines écoles ont été transformées en abris pour les déplacés internes.

La guerre en cours en Syrie a laissé 60 % des Syriens vivre dans une pauvreté extrême.

La proportion de Syriens au chômage, en âge de travailler qui ne travaillaient pas ou n’étudiaient pas était d’environ 78 % en 2015.

Le conflit urbain a exacerbé les dommages matériels, en particulier dans le secteur des soins de santé, compte tenu du ciblage spécifique des établissements médicaux.

Le rapport de la Banque mondiale publié en 2017 portait sur les effets économiques et sociaux du conflit en Syrie.

Le rapport se concentre sur quatre domaines principaux au cours de la période allant de 2011 à début 2017 : les dommages matériels, les infrastructures, les pertes de vies humaines et la liberté des personnes, les conséquences économiques et les dommages causés au développement humain.

Le coût de la reconstruction et ses exigences

Certains experts pensent que le processus de reconstruction en Syrie se limite à la reconstruction d’installations publiques, industrielles, médicales et éducatives. Ceci est une vue immature de la reconstruction en Syrie.

Il n’y a pas de reconstruction réelle sans reconstruction des ressources humaines et sans répondre aux besoins du grand nombre de personnes vulnérables dont les capacités ont été détruites par la guerre.

Ils ont été incapables d’avoir accès aux moyens de subsistance et aux besoins antérieurs. La reconstruction des systèmes et des institutions est une priorité.

Par conséquent, les coûts réels de ce processus sont soumis à discussion.

Lors d’une réunion tenue par le Comité économique des Nations Unies à Beyrouth le 8 août, les Nations Unies ont déclaré que le coût de la reconstruction de l’infrastructure en Syrie s’élèverait à 400 milliards de dollars.

Ces estimations financières du coût de la reconstruction sont des estimations préliminaires.

Ces estimations peuvent diminuer ou augmenter en valeur et sont également soumises au processus de programmation de la reconstruction basé sur la priorisation.

Avant de parler de la reconstruction et de son coût, il est nécessaire de savoir de quoi la Syrie héritera dans la période d’après-guerre.

Le pays se trouvera face à une économie effondrée, à un marché du travail affaibli, à un système éducatif handicapé et au manque de ressources humaines qualifiées.

On peut dire que le retour du PIB du produit intérieur brut à son niveau d’avant-guerre allait prendre dix ans à compter de l’année de la mise au point d’une solution politique qui marquerait le début de la reconstruction.

Cela est vrai si l’économie syrienne croît de 5 %, mais si la croissance n’est que de 3 %, il faudra attendre encore dix ans.

Nous pouvons poser la question suivante :

Est-il nécessaire d’élaborer une stratégie pour la reconstruction de la Syrie et d’orienter ce pays sur la voie de la croissance et de la prospérité ?

La réponse à cette question est déterminée par la nécessité de maintenir le processus de reconstruction selon un programme international qui lui est dédié.

Ce programme fait l’objet d’un suivi international lors de la mise en œuvre du projet de reconstruction.

Cela nécessite d’éviter tout gaspillage des fonds alloués à la reconstruction. Pour atteindre cet objectif, la communauté internationale devrait trouver les moyens nécessaires pour remplacer les institutions des gouvernements locaux dont les tissus ont été exposés à la faiblesse et à l’effondrement.

Cela est essentiel pour instaurer un climat de confiance entre les donateurs et les entrepreneurs du projet de construction de manière réaliste.

L’une des exigences les plus importantes de la reconstruction est de trouver des moyens de coopération et d’interaction avec les acteurs internationaux pour atteindre le niveau de participation le plus élevé possible.

Cette participation doit être active et impartiale pour le progrès des divers secteurs en Syrie.

Il est nécessaire de fixer des priorités pour le processus de reconstruction car le pays n’a pas besoin de reconstruire des sources de financement, mais a également un besoin urgent de ressources humaines.

Au cours des années de guerre, les êtres humains syriens ont beaucoup souffert de l’émigration, des déplacements et des handicaps.

On peut dire que les composantes sociales syriennes doivent rétablir la confiance entre elles.

Cela ne se produira pas s’il n’y a pas de nouveau processus de reproduction des institutions nationales, qui ont déjà été exposées à une corruption importante qui a poussé les citoyens à contester et à manifester, en particulier en ce qui concerne leur sens de l’exclusion et de la marginalisation.

Certains pensent que les coûts financiers de la reconstruction sont réalistes et que ces coûts peuvent être inutiles pour reconstruire une nouvelle vie, sans gaspillage d’argent à la recherche d’une reconstruction surévaluée.

Le coût de la reconstruction d’une ville selon le système moderne — sans luxe trompeur, que ce soit dans les tours ou autrement — ne représente que 4 milliards de dollars, et le coût de la restauration de l’ensemble des provinces du pays peut atteindre 56 milliards de dollars. 

Les obstacles politiques à la reconstruction

Il semble irréaliste de parler de la reconstruction de la Syrie sans lever les obstacles politiques qui empêchent ce processus. La reconstruction du pays ne peut être envisagée sans une cessation complète de toutes les opérations militaires.

“La parole de la reconstruction de la Syrie reste une parole dans l’air, sans sens”, sans une véritable solution politique, qui passe le pays d’un état de guerre, de rupture et de conflit à un nouveau seuil de paix et d’harmonie sociales.

Par conséquent, parler de la reconstruction de la Syrie restera un non-sens si la guerre n’est pas arrêtée.

Si cela se produit, l’État syrien doit élaborer un plan économique en trois volets. Ce plan comprend la restauration des citoyens syriens, le rapatriement des personnes déplacées avec des garanties de sécurité et de sécurité alimentaire.

Il existe deux manières pour financer ce projet :

La première est le financement des investissements en utilisant des sources naturelles, ce qui signifie que ces sources sont hypothéquées avec tous leurs inconvénients, tels que l’endettement élevé et le gaspillage de ressources.

La seconde par le biais des revenus des projets qui exigent l’adoption de lois concernant principalement la propriété et la collaboration entre les secteurs publics et privés.

L’obstacle le plus important à la reconstruction de la Syrie est l’impasse politique représentée par la tentative du régime d’Assad d’éviter les avantages de l’élimination des causes des conflits politiques et militaires dans le pays.

Le régime tente de tromper le monde en prétendant que le problème interne a été résolu par la victoire sur les “terroristes”.

Et le régime d’Assad pourra alors entamer le processus de reconstruction du pays. Mais le régime sait pertinemment que la question d’imposer une solution politique d’une manière qui lui permette de se reproduire n’est pas une réelle opportunité.

Le régime et ses alliés tentent d’imposer une politique de fait accompli en confisquant la solution politique qui implique une transition politique, une nouvelle constitution, les élections législatives et présidentielles et en la remplaçant par une autre solution conçue à Astana.

On peut dire qu’il existe des obstacles politiques à toute tentative de reconstruction de la Syrie alors que le régime continue d’ignorer les résolutions de la communauté internationale, en particulier de la résolution 2254 du Conseil de sécurité adoptée en 2015.

Les pays européens ainsi que les États-Unis d’Amérique ont exprimé leur point de vue sur le dossier de la reconstruction de la Syrie.

Ils ont lié ce dossier à la nécessité d’un réel changement politique en Syrie. L’une des mesures nécessaires consiste à expulser de toutes les forces affiliées à l’Iran du territoire syrien.

“Si la Syrie ne garantit pas le retrait complet des forces soutenues par l’Iran, elle ne recevra pas un seul dollar des États-Unis pour la reconstruction”, a déclaré le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

Dans ce cas, la reconstruction de la Syrie ne sera qu’une récompense économique et financière pour un régime qui a commis des crimes horribles contre son peuple et utilisé des armes destructrices.

L’Occident et les pays donateurs ne seront pas aussi naïfs pour accepter la récompense de telles destructions et violations.

Par conséquent, si le processus de reconstruction n’est pas lié à une transition politique qui implique un réel changement du système politique en un nouveau système doté d’un sens réel basé sur le respect des droits de l’homme, une nouvelle constitution pour le pays et une démocratie qui implique le transfert du pouvoir à travers des élections libres et équitables.

Sinon, la reconstruction n’aura aucun rôle à jouer ni dans le traitement des résultats du conflit en Syrie.

Selon cette vision, il est possible de conclure que le régime d’Assad ne considère pas la reconstruction comme un moyen de relèvement économique et social, mais comme une opportunité d’enrichissement personnel et un moyen de récompenser les loyalistes et de punir les dissidents.

Pour le régime d’Assad, il est essentiel pour ses efforts de perpétuer les transformations sociales et démographiques résultant des six années de conflit armé.

Cette situation conduit à l’élaboration d’une vision stratégique intégrée pour la reconstruction de la Syrie, conformément au programme de travail issu d’une conférence internationale parrainée par l’ONU, de telle sorte que le processus dépasse le rôle du régime Assad.

Cela devrait toucher les forces locales soutenues par la communauté internationale, qui peuvent guider le processus de reconstruction dans les domaines de la construction et de la réhabilitation humanitaire, et empêcher l’Iran de bénéficier de fonds de reconstruction en réduisant son influence politique après l’expulsion de ses milices de Syrie.

L’un des obstacles politiques les plus importants à la reconstruction de la Syrie est la nécessité de trouver un moyen d’empêcher les dépenses de reconstruction de manière à stabiliser le régime d’Assad aux dépens de toutes les couches sociales qui s’y sont révoltées.

Cela ne devrait pas aider à rétablir la capacité du régime à pratiquer davantage de répression.

Il n’est pas clair si les investisseurs désireux de reconstruire la Syrie échappent à la participation de seigneurs de guerre influents.

La réhabilitation de l’homme syrien.

Le conflit en Syrie n’était pas seulement un conflit à petite échelle ayant des effets limités sur l’ensemble de la société syrienne. En raison de ce conflit, le pays traverse une crise humanitaire majeure, à savoir le nombre de morts, de blessés et d’invalides.

En plus des conditions psychologiques qui ont affecté les zones de conflit direct. Les enfants sont la tranche sociale la plus touchée, car ils se sont retrouvés loin des écoles et sans soins de santé ni lieux de vie décents.

Le rapport établi par l’UNICEF en mars indique qu’entre 4 et 8 millions d’enfants, c’est-à-dire plus de 80 % des enfants en Syrie, ont été touchés par le conflit, qu’il s’agisse de ceux qui sont restés dans le pays ou de ceux qui ont fui vers les pays voisins.

Les organisations pour les enfants affirment que 2 millions d’enfants syriens sont des réfugiés et qu’ils ont cruellement besoin de soutien psychologique et de traitements.

La reconstruction des êtres humains syriens doit nécessairement changer les conditions objectives et subjectives qui ont conduit à la nouvelle vie et aux crises psychologiques.

Parmi ces conditions, la plus importante est l’existence d’un environnement social sécurisé permettant de mettre fin au cauchemar de la sécurité.

Ce cauchemar de sécurité était l’une des raisons de la révolution. Le manque de logements convenables et de possibilités d’emploi pour une vie décente est une autre raison de cette révolution.

L’existence d’un programme national qui s’attaque à toutes ces crises qui ont affecté le peuple syrien exige nécessairement la résurrection des institutions médicales, sanitaires et culturelles.

Les institutions d’éducation, de formation et de réadaptation sociale et économique devraient toutes être réactivées. Toutes ces questions devraient être notées lors de la conférence sur la reconstruction de la Syrie.


Cet article reflète le point de vue de l’auteur, ce n’est pas nécessairement l’opinion de l’Observatoire MENA.

 Les droits d’auteur sont réservés à l’Observatoire des médias du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, MENA.