La relation entre le régime iranien et Al-Qaïda

Par : Dhia’a Kadour

Le soutien de l’Iran aux milices shiites ne fait pas l’objet d’une controverse, car l’Iran admet explicitement ce soutien. Son soutien secret et implicite à AL-Qaïda et à ses jumeaux sera révélé dans cette étude grâce à une enquête sur les raisons qui sous-tendent leur proximité secrète.

Les indices et les preuves concrètes révéleront leur coopération tout au long de cette étude.

  • Raisons de la coopération entre l’Iran et Al-Qaïda :
  • Similarité des idées extrémistes
  • objectifs stratégiques communs
  • Preuve de la coopération entre l’Iran et Al-Qaïda
  • Création d’un bureau pour le mouvement islamique par les gardes de la révolution iraniens
  • Le rôle méditatif du Hezbollah libanais
  • Confessions de Muahmmed Jawad Larejani
  • Rapport américain sur les attentats du 11 septembre
  • Journal écrit à la main d’Usama Ben Laden qui compte 228 pages
  • Document de 19 pages rédigé par l’un des principaux dirigeants d’Al-Qaïda
  • Demandes iraniennes de passation des dirigeants de Mujahidi Khalk en échange des dirigeants d’AL-Qaïda
  • L’Iran et Al-Qaïda après les attentats du 11 septembre
  • La relation entre l’Iran et Al-Qaïda en Irak
  • Paiement des compensations aux familles des victimes des attentats du 11 septembre
  • Le régime iranien et Al-Qaïda

Dès le début, le régime iranien s’est fondé sur deux piliers, à savoir la répression interne et l’exportation du terrorisme. L’exportation de terrorisme et d’extrémisme islamique a caractérisé la stratégie des plus hauts niveaux du régime iranien au cours des quatre dernières décennies.

Deux grands événements liés aux relations entre l’Iran et Al-Qaïda sont devenus des sujets de discussion dans les bulletins de nouvelles et les forums politiques.

Le dernier événement consistait à une étude de proposition relative à des versements aux familles des victimes des attentats du 11 septembre perpétrés devant l’une des juridictions européennes. C’était juste après avoir révélé de nouveaux faits sur les relations entre l’Iran et Al-Qaïda avant le 11 septembre 2001.

Raisons de la coopération entre l’Iran et Al-Qaïda, similitude des idées extrémistes

La création d’un gouvernement international est l’objectif fondamental de la constitution du régime iranien, qui considère l’État de Faqih en tant que leader international pour les musulmans.

Par conséquent, la constitution permet à tous les moyens d’atteindre cet objectif, qui est fermement affirmé dans la constitution.

En examinant la constitution de l’État de Faqih, nous pouvons constater que les institutions culturelles, sociales, politiques et économiques sont fondées sur des principes et des critères islamiques reflétant la volonté de la nation musulmane.

En regardant l’intention de la révolution islamique en Iran, nous pouvons voir que le but est de soutenir tous les vulnérables face à leurs supérieurs. La constitution iranienne jette les bases de la poursuite de la révolution dans le pays et à l’étranger et renforce les relations avec les mouvements islamiques et publics.

Il cherche à créer une communauté internationale et à faire des efforts pour sauver les peuples défavorisés et réprimés du monde entier.

L’article 11 de la constitution iranienne considère les musulmans comme une seule nation et, par conséquent, le gouvernement iranien doit concevoir toutes ses politiques sur la base de la solidarité et de l’unité musulmanes.

Le gouvernement iranien devrait poursuivre ses efforts pour réaliser l’unité politique, culturelle et économique du monde islamique.

En raison de son adhésion à la constitution, le régime iranien a légalisé tous ses crimes à l’intérieur et à l’extérieur de l’Iran. L’objectif explicite de l’extrémisme islamique est d’appliquer avec force les règles islamiques. C’est le concept commun partagé par le régime iranien et le salafisme dans d’autres régions du monde islamique.

L’État de Faqih est décrit comme le règne divin des ecclésiastiques et des califats.

En dépit de leur hostilité verbale et de leurs différends, les extrémistes chiites et sunnites appartiennent à la même idéologie de base qui se remarque clairement dans leurs croyances et leurs comportements.

objectifs stratégiques mutuels

Les groupes islamiques comme Al-Qaïda et l’État islamique en Irak et la Syrie, l’EI, ne sont pas semblables au Hezbollah, par exemple, ni aux milices chiites d’Irak, qui reçoivent des ordres directement de Téhéran.

Néanmoins, ils ne sont pas non plus des ennemis. Apparemment, il existe des différends entre l’Iran et les groupes extrémistes sunnites, mais en réalité, il existe de nombreux problèmes communs, dont le plus important est l’antagonisme avec les États-Unis d’Amérique et les régimes arabes.

En adhérant à cela, l’Iran n’a jamais hésité à aider et à coopérer avec Al-Qaïda par le biais d’un soutien logistique à ISIS et à Al-Qaïda, tant qu’il défend les intérêts de l’Iran.

Abu Hafes Al Muritani a dirigé les négociations avec l’Iran sur la possibilité d’offrir un refuge sûr à certains militants d’Al-Qaïda à la suite de la chute des talibans en Afghanistan à la suite des attentats du 11 septembre 2001.

Dans l’un des documents découverts dans l’ancien siège d’Usama Ben Laden, Abu Hafes, a déclaré : « L’hostilité entre l’Iran et les États-Unis d’Amérique est réelle.

Ceux qui disent que les malédictions verbales et le prétexte d’hostilité ne sont plus un drame, ignorent les faits. Les Iraniens sont Douze déviants et Imam Shia et leur doctrine nous est bien connue. Leur opinion sur nous est également bien connue et claire pour nous, les sunnites en général et les salafistes en particulier.

Nous connaissons déjà leur désir de gouverner le monde islamique. Nous savons qu’ils ont une doctrine nationale et sectaire adaptée à leurs souhaits. Leurs devises ne sont pas un mystère.

Cependant, ils sont prêts à aider les groupes les plus salafistes tant qu’il y a un intérêt, même temporaire. Si les intérêts ne sont plus là, ils jettent leurs alliés au moment opportun.

Par exemple, si quelqu’un veut attaquer les États-Unis, l’Iran est prêt à l’aider avec de l’argent, des armes et tout le nécessaire. Cette guerre par procuration aide les Iraniens à éviter toute indulgence directe.

Ils travaillent sérieusement contre les États-Unis d’Amérique, mais ils veillent à ne laisser aucune trace ou prétexte aux États-Unis d’Amérique. Ils sont assez habiles pour ne laisser aucune trace qui les mène.

L’Iran a offert aux Saoudiens déportés d’Afghanistan toute sorte d’aide, notamment de l’argent, des armes et un entraînement dans les camps du Hezbollah au Liban, en échange du ciblage des intérêts américains en Arabie saoudite et dans la région du Golfe.

L’Iran a contacté un groupe d’ouzbeks, que je connais et avec qui nous restons en contact, pour leur offrir une aide, notamment de l’argent, des armes, un passage sécurisé et une résidence en Iran, en échange de l’attaque de cibles américaines en Ouzbékistan.

Vous pourriez être étonné qu’une personne ou un groupe salafiste puisse être soutenu par l’Iran, le chiite déviant, pour attaquer les États-Unis d’Amérique. Une personne qui n’a jamais vécu cela ne sera pas susceptible de le croire.

Beaucoup de gens ne peuvent pas trouver une interprétation de cela et peuvent soupçonner cette connexion en raison d’un manque de connaissances. C’est très clair pour ceux qui ont vécu cette relation entre l’Iran et les salafistes.

Bien que cela puisse sembler assez étrange, je peux vous assurer de la confirmation que si Muhammed Ben Abdul Wahab, parrain des salafistes, était en vie et voulait prendre pour cible les États-Unis d’Amérique, l’Iran serait heureux de le soutenir si cela était possible.

Preuve de coopération entre l’Iran et Al-Qaïda

Le 10 septembre 2017, le journal français Le Monde a rédigé un essai intitulé « La géopolitique, la dangereuse relation entre l’Iran et Al-Qaïda ». Dans cet essai, Le Monde affirme que le régime iranien a utilisé de l’argent, des armes, de la formation et l’accès à du personnel, de l’argent et des communications à Al-Qaïda.

Al-Qaïda s’installa facilement en Iran sous l’œil attentif des services de renseignement iraniens. On leur a offert un refuge et une réception spéciale, mais l’Iran tenait à contrôler leurs mouvements en faveur de ses intérêts.

Le régime iranien a offert aux combattants de Qaïda toutes sortes d’armes et d’entraînements dans les camps du Hezbollah au Liban, à condition de cibler les intérêts américains en Arabie saoudite et dans la région du Golfe.

Création d’un bureau pour les mouvements islamiques par les gardes de la révolution iraniens

Dans une interview exclusive, Jawad Mansouri, premier dirigeant des gardes de la révolution d’Iran et député du ministre des Affaires étrangères en 1981, a déclaré que la fourniture d’une aide aux groupes terroristes et extrémistes avait débuté en 1979.

Selon Mansouri, les terroristes avaient l’habitude d’aller voir Rafeek Dust, responsable logistique des Gardiens de la révolution, pour obtenir de l’argent et des armes.

«En avril 1981, le bureau des mouvements islamiques a été officiellement créé au sein des gardes de la révolution. Shaheed Raja’e était ministre des Affaires étrangères et j’étais son adjoint.

Nous avions l’habitude de tenir des réunions régulières. Lors de l’une de ces réunions, je lui ai dit que huit corps avaient reçu de l’argent du gouvernement iranien pour l’exportation de la révolution.

Je lui ai demandé d’inviter les dirigeants de ces huit organes à une réunion afin de déléguer un responsable central qui pourrait obtenir l’argent pour tous, et tous les autres responsables seront responsables sous sa supervision. »A ajouté Jawad Mansouri.

Au début des années 1980, Mahdi Hashemi, responsable de l’unité des mouvements de libération des gardes de la révolution, a fait un rapport et l’a soumis à Ayatullah Husein Ali Muntazery.

Le rapport incluait des détails sur les activités du régime iranien visant à identifier, créer et soutenir des groupes extrémistes en Palestine, en Égypte, en Iraq, en Afghanistan et au Maroc. Le terme utilisé par le régime iranien pour décrire ces groupes extrémistes était « mouvements de libération ».

Le rôle méditatif du Hezbollah libanais

L’Iran a réussi à traiter avec Al-Qaïda par l’intermédiaire d’une tierce partie afin d’éviter les conséquences d’une relation directe. Pour ce faire, l’Iran a utilisé le Hezbollah pour cette tâche.

En 1992, Ousama Ben Laden a rencontré Immad Mughniah, un haut responsable militaire du Hezbollah, auteur de l’attaque contre la base militaire américaine à Beyrouth en 1983.

Cette réunion avait pour but de préparer une autre réunion à laquelle participeraient Ben Laden, Mughniah et le brigadier Muhammed Baker Ze Al Kadre des Gardiens de la révolution iraniens, chef du personnel des gardiens de la révolution au Soudan en 1993.

Selon le Mouvement de la résistance iranienne, ces réunions étaient la feuille de route pour la coopération entre Al-Qaïda et le Hezbollah sous la supervision de l’Iran.

Avant les attaques du 11 septembre, l’Iran était essentiellement impliqué dans la fourniture d’une formation, d’explosifs et d’un soutien logistique par l’intermédiaire du Hezbollah libanais.

Le 7 août 1998, A Qaeda a utilisé avec succès les tactiques terroristes du Hezbollah qui ont eu des effets destructeurs. Al-Qaïda a simultanément fait sauter les deux ambassades américaines à Nairobi à Kennya et à Dar Al Salm en Tanzanie. Les deux attaques terroristes ont tué 223 personnes et en ont blessé des milliers.

Le 28 novembre 2011, le tribunal local de l’État colombien a découvert que ces deux attaques n’auraient jamais été possibles sans le soutien de l’Iran et du Soudan.

Confessions de Muahmmed Jawad Larejani

Au milieu des années 90, de hauts responsables d’Al-Qaïda ont négocié avec l’Iran un passage sûr de l’Iran à l’Afghanistan, et les autorités iraniennes ont ordonné aux gardes-frontières de ne pas sceller les passeports des combattants et des dirigeants d’Al-Qaïda afin d’éviter que leurs gouvernements soupçonnent qu’ils traversaient l’Iran en Afghanistan.

Le 30 mai 2018, Muhammed Jawad Larejani a déclaré dans un entretien avec l’Iranian Satellite Channel II que tous les combattants d’Al-Qaïda, désirant se rendre n’importe où, avaient l’habitude d’arriver par avion ou par voiture.

Les autorités iraniennes nous ont demandé de ne pas sceller leurs passeports, car si un pays comme l’Arabie saoudite était au courant, les combattants seraient exposés à de vrais problèmes. « Notre gouvernement a accepté leurs demandes car il s’agissait d’un voyage en transit. Les combattants passaient quelques heures en Iran avant de partir pour l’Afghanistan.

Al-Qaïda a été créée en 1988 et était basée au Pakistan près de la frontière afghane. Quand les talibans sont arrivés au pouvoir, Al-Qaïda s’est installée en Afghanistan. Entre-temps, l’Iran coopérait avec lui, parfois par l’intermédiaire d’un médiateur, en raison de la mauvaise réputation de ce dernier.

Cette coopération entre l’Iran et Al-Qaïda a débuté en 1990 au Soudan et s’est poursuivie lorsqu’elle s’est installée en Afghanistan. Cependant, les relations pourraient être établies en Iran avant, pendant et après les attaques du 11 septembre.

Le 11 septembre 2001, le Comité mixte a publié son rapport officiel sur les événements qui ont précédé les attaques du 11 septembre. Une section distincte du rapport était consacrée aux relations entre l’Iran et Al-Qaïda.

« Les discussions qui se sont déroulées au Soudan entre Al-Qaïda et des responsables iraniens à la fin de 1990 ont abouti à un accord informel visant à fournir à Al-Qaïda un appui en matière de formation à la lutte contre les attaques destinées aux États-Unis et à Israël. Peu de temps après, de hauts responsables d’Al-Qaïda se sont rendus en Iran pour continuer à s’entraîner aux détonations. »

Le rapport indique également que les informations des services de renseignement confirment la continuité des communications entre les responsables de la sécurité iraniens et les dirigeants d’Al-Qaïda après le retour d’Usama Ben Laden en Afghanistan.

Tawfeek Ben Atash, alias Khallad, a déclaré que l’Iran tenait beaucoup à renforcer ses relations avec Al-Qaïda après l’attaque de l’US American Destroyer Cole par Al-Qaïda le 12 octobre 2000.

Mais Usama Ben Laden ne souhaitait pas améliorer ses relations avec l’Iran de peur de perdre ses partisans en Arabie saoudite.

Khalad, parmi d’autres détenus, a évoqué la volonté de l’Iran de faciliter les mouvements des membres et des dirigeants d’Al-Qaïda à travers l’Iran à destination et en provenance de l’Afghanistan.

Les surveillants des postes-frontières ont reçu pour instruction de ne pas sceller les passeports des membres et des dirigeants d’Al-Qaïda. Cette étape a été très utile pour les Saoudiens qui souhaitaient échapper aux sanctions en Arabie saoudite.

Le rapport du Comité mixte sur les attaques du 11 septembre indiquait que 8 à 10 militants saoudiens sur 14 s’étaient rendus en Iran ou en provenance d’Iran entre octobre 2000 et février 2001.

En résumé, il existe des preuves irréfutables que l’Iran a facilité les mouvements d’Al-Qaïda en provenance et à destination de l’Afghanistan avant les attaques du 11 septembre. Certaines des personnes aidées par l’Iran ont participé aux Highjacks le 11 septembre 2001.

Journal écrit à la main d’Usama Ben Laden qui compte 228 pages

Le 10 novembre 2016, le New York Times américain a cité un haut responsable du secrétaire d’État : « Il s’agit du plus important document sur Al-Qaïda enlevé à ce jour.

En étudiant ces documents, nous pouvons constater qu’il existe une coopération étroite entre l’Iran et Al-Qaïda, mais l’ancien président Barack Obama a empêché toute divulgation de ces fuites ».

Le 20 mai 2015 et le 1er mars 2016, le Bureau national des renseignements américains a publié de nombreux documents qui avaient été enlevés lorsque la maison de Usama Ben Laden avait été cambriolée à Abut Abad en 2011. L’un de ces documents était une lettre envoyée par Oussama Ben Laden à un terroriste nommé « Kareem ».

Dans cette lettre, Oussama a clarifié l’existence de bonnes relations entre l’Iran et Al-Qaïda. «C’est notre artère vitale qui utilise l’argent, les employés, la communication et les chances d’échange d’otages. Il n’est pas nécessaire de combattre l’Iran, sauf en cas d’inévitable. Il a vivement recommandé de ne lancer aucune attaque contre l’Iran.

Dans une autre lettre, Ben Laden révèle comment les membres d’Al-Qaïda ont trouvé refuge après les attentats du 11 septembre lorsqu’ils ont été autorisés à entrer en Iran par des portes officielles et de différentes manières. Un mois plus tard, les familles des combattants les ont rejointes.

Document de 19 pages rédigé par l’un des principaux dirigeants d’Al-Qaïda

Ce document, publié dans l’Atlantic Magazine aux États-Unis d’Amérique le 11 novembre 2017, indique que le président du Conseil de la charia d’Al-Qaïda est entré en Iran par le poste-frontière de Taftan au Baloutchistan et a rencontré Kasem Sulaimani, commandant de l’escadron d’Al Kuds.

À l’été 2002, des dirigeants de haut rang d’Al-Qaïda, tels que Saif Al A’del. Abu Muhammed Al Masri et Abu Musa’ab Al Suri sont progressivement entrés en Iran.

Le Conseil militaire d’Al-Qaïda a été restructuré en Iran et le premier résultat a été d’exploiter trois complexes résidentiels à Riyad, capitale de l’Arabie saoudite en 2003.

Ces attaques ont coûté la vie à 35 personnes, dont 9 Américains.

Parmi les documents secrets, récemment enlevés dans le quartier général d’Ousama Ben Laden à Abut Abad au Pakistan, figure un rapport de 19 pages rédigé par un haut responsable d’Al-Qaïda.

Selon les documents, l’un des membres d’Al-Qaïda, connue sous le nom d’Abou Hafs, aurait négocié avec l’Iran afin de protéger certains militants d’Al-Qaida après la chute des talibans en Afghanistan à la suite des attentats du 11 septembre aux États-Unis. Le 11 septembre 2001.

Demandes iraniennes de passation des dirigeants de Mujahidi Khalk en échange des dirigeants d’Al-Qaïda

Lors d’une réunion tenue en mai 2003 entre des responsables iraniens et leurs homologues américains, les Iraniens ont proposé l’échange de dirigeants d’Al-Qaïda contre des dirigeants de Mujahedi Khalk — l’opposition iranienne — basés dans le camp d’Achraf en Irak sous mandat américain.

Zalmai Khalil Zad, ambassadeur des États-Unis en Irak, ancien ambassadeur en Afghanistan et aux Nations Unies, a assisté à la réunion.

Dans l’un de ses livres, il a déclaré que les Iraniens avaient annoncé la possibilité d’échanger des dirigeants d’Al-Qaïda contre des dirigeants de Moudjahedi Khalk.

Sans mentionner son nom, un haut responsable de la CIA, la CIA, a déclaré à la Nationale Broadcasting Company NBC le 24 juin 2005 que de nombreuses offres avaient été présentées par une tierce partie, dont aucune n’était diplomatique.

L’Iran et Al-Qaïda après les attentats du 11 septembre

En ce qui concerne Al-Qaïda après les attaques du 11 septembre et la communauté internationale qui a décidé de mettre fin à Al-Qaïda, l’Iran n’a pas seulement atténué son implication dans cette organisation condamnée, mais a également prétendu être un ennemi d’Al-Qaïda.

À certaines occasions, l’Iran a prétendu poursuivre en justice des membres d’Al-Qaïda à qui un refuge avait été accordé en Iran. Mais ce n’est jamais arrivé. L’Iran n’a même menacé aucun des membres d’Al-Qaïda hébergés sur ses terres.

Dirigeant d’Al-Qaïda comme chef du comité de sécurité, Saif Al A’del, responsable du département de la formation, Ahmad Abdulla Ahmad, connu sous le nom d’Abi Muhammed Al Masri et Abu Moussab Al Zarqawi, d’Al-Qaïda en Irak, se sont rendus en Iran.

Les deux fils de Ben Laden, Hamza et Sa’ad sont également allés en Iran. Adel, qui est décrite par les experts en sécurité et les analystes comme le fondateur et le parrain d’Al-Qaïda et reconnue coupable du dynamitage des deux ambassades américaines dans l’est de l’Afrique, s’est déjà rendue en Iran en tant que directeur exécutif d’Al-Qaïda.

Ayman Al Zawaheri, la deuxième personnalité principale d’Al-Qaïda, a utilisé une relation de 10 ans avec le commandant des gardes de la révolution iranienne, le brigadier Ahmad Wahedi, pour avoir offert un refuge sûr à certains des dirigeants d’Al-Qaïda lorsqu’ils ont été assiégés à Tura Bura montagnes en Afghanistan en 2001.

Muhfouz Ben Al Waleed, compagnon d’Ousama Ben Laden pendant dix ans avant les attaques du 11 septembre, est devenu une figure importante du Conseil des dirigeants d’Al-Qaïda après et était responsable du comité juridique.

Le 20 décembre 2001, il s’est rendu en Iran avec de faux documents. Ansar Al Mahdi, une division élue de l’escadron Al Kuds l’a reçu avant de finalement rencontrer Kasim Sulaimani à Téhéran.

Le 21 mai 2003, un haut responsable américain a déclaré au New York Times que la Central Intelligence Agency n’avait pas l’habitude de faire des erreurs pour conclure qu’au moins dix des plus importants dirigeants d’Al-Qaïda avaient dirigé des activités terroristes en Iran.

Prince saoudien, Turquie Al Faisal, ancien président des renseignements saoudiens et ancien ambassadeur auprès des États-Unis d’Amérique, a déclaré dans un article publié le 12 janvier 2015 par le Middle East que, après les attentats du 11 septembre et l’invasion de l’Afghanistan, le régime iranien a aidé Al-Qaïda à fuir en Iran et à bénéficier d’un refuge sûr.

En 2003, le régime iranien a aidé les dirigeants d’Al-Qaïda à se déplacer d’Iran en Irak et à former Al-Qaïda en Mésopotamie.

La relation entre l’Iran et Al-Qaïda en Irak

Dans un rapport de 125 pages daté du 6 septembre 2004, l’Office fédéral allemand des enquêtes criminelles a expliqué comment Abou Moussabab Zarkaoui avait construit de nouveaux camps sûrs à Zahadan, Asfahan et Téhéran sous le contrôle attentif des autorités iraniennes.

En conséquence, l’Iran est devenu un centre pour le réseau croissant d’Al Zarkawi, qui s’étend du Caucase du Nord à la Syrie, à la Turquie et à l’Europe.

Tout cela a été réalisé à l’aide de faux passeports, d’argent et d’instructions qui contrôlaient tout ce réseau.

Selon des informations de services de renseignement reçues par l’opposition iranienne représentée par Mujahedi Khalk en 2005, Al Zarkawi disposait de nombreuses maisons d’hébergement en Iran, dont une à Niaweran, au nord de Téhéran. Cette zone est connue pour ses mesures de sécurité intenses.

Al Zarkawi possédait de nombreux numéros de téléphone avec de faux noms à utiliser pour régir tous ces domaines. Al Zarkawi a été tué le 7 juin 2006 lors d’un raid aérien de la Coalition internationale.

Ce que Zarkaoui avait fait a abouti à la création de l’État islamique en Irak et en Syrie, appelé ISIS, toujours dirigé par Ibraheem Awad Ibraheem Al Badri, connu sous le nom d’Abou Baker Al Baghdadi.

Paiement des compensations aux familles des victimes des attentats du 11 septembre

Selon Reuters, les tribunaux de Londres ont ouvert la voie à des enquêtes et au versement d’indemnités aux familles des victimes des attaques du 11 septembre afin de justifier la confiscation de propriétés iraniennes en Grande-Bretagne.

Reuters a ajouté que, selon les tribunaux new-yorkais, le régime iranien aurait apporté un soutien financier et logistique à ces attaques terroristes.

La question des compensations remonte à 2004, date à laquelle une pétition a été lancée pour demander à ce que l’Iran soit indemnisé.

Cette note a d’abord été envoyée à la Cour fédérale à New York, mais elle n’a pas été activée en raison de la ratification de la loi sur la souveraineté. Selon cette loi, adoptée en 1976, il n’est pas permis de poursuivre des gouvernements étrangers par des tribunaux américains.

Cependant, en 2016, le Congrès a approuvé l’autorisation de poursuivre le gouvernement étranger pour son soutien aux attaques terroristes.

Cette décision du Congrès offrait la possibilité de modifier cette loi afin de permettre aux familles des victimes des attaques du 11 septembre de poursuivre en justice des gouvernements étrangers reconnus coupables de soutien à des groupes terroristes.

En réponse à cette plainte, la Cour fédérale américaine a rendu une décision judiciaire censée contraindre l’Iran à payer des indemnités.

Un tribunal britannique a l’intention d’autoriser certaines familles des victimes des attaques du 11 septembre à confisquer une partie des avoirs iraniens à leur avantage.

Si elle est approuvée par le tribunal britannique, la demande des familles des victimes des attaques du 11 septembre implique la confiscation des fonds et des avoirs iraniens au Royaume-Uni.

La compensation totale imposée au régime iranien est passée de 7 à 11 milliards USD. Les fonds de compensation sont calculés comme suit :

Le nombre d’attaques du 11 septembre est de 3000 personnes et de nombreuses personnes blessées. En outre, un grand nombre d’associations et d’entreprises ont intenté des poursuites.

Selon une décision judiciaire rendue par la Cour fédérale à New York, le régime iranien doit verser 12 500 000 USD aux époux des victimes et 500 000 USD à leurs pères et leurs fils. Le régime iranien doit également payer 4 500 000 USD à ses frères et sœurs.

Conclusion

Les informations ci-dessus révèlent l’intercorrélation entre le régime iranien et Al-Qaïda ainsi que ses factions connexes. La coopération a été établie avant les attentats du 11 septembre et est toujours en cours.

Les preuves mentionnées ci-dessus ne sont qu’une partie des autres preuves révélant la coopération entre le régime iranien et Al-Qaïda, et ce qui est découvert est plus dangereux.

Le régime iranien est le parrain spirituel du terrorisme dans la région et dans le monde. Il réprime le peuple iranien et répand le terrorisme, l’extrémisme et le ré actionnisme. Il dépend du terrorisme, qui est une nécessité essentielle pour survivre.

Cette réalité a été claire au cours des années précédentes pour légitimer les parlements et les personnalités mondiales. Le régime était considéré comme la plus grande banque de soutien au terrorisme dans le monde.

Malgré la condamnation internationale, les politiques et stratégies sont fondées sur les intérêts économiques des gouvernements occidentaux.

Ces intérêts ont empêché les pays occidentaux de recourir à des procédures pratiques tels que la détention d’agents du terrorisme gouvernemental et des procédures judiciaires et pénales.

Ainsi, ce régime devrait être confronté dans la région et tous ses agents terroristes et ses milices devraient être expulsées de la région, en particulier en Syrie et en Irak.

Il devrait y avoir une campagne complète pour scandaliser et sanctionner les soi-disant gardes de la révolution et le Hezbollah dans le monde entier. Des sanctions devraient être imposées aux gardiens de la révolution et à l’escadron Al Qods, ainsi que pour couper leurs nombreuses ressources de soutien.


Copyright © 2019 The Middle East and North Africa Media Monitor.