La religion et l’intégration dans le vécu des immigrés musulmans en Europe : Le modèle allemand

Introduction :

Depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, des groupes de musulmans ont migré vers l’Amérique et l’Europe occidentale, et aujourd’hui les communautés musulmanes de tous les pays de la diaspora demandent l’intégration dans les sociétés d’accueil, à l’instar des autres immigrés. Bien que les musulmans partagent avec les autres immigrés plusieurs problèmes, commençant de la langue et des coutumes, des régimes, des lois, en arrivant au travail et aux études, mais ils sont confrontés à des problèmes propres à eux, liés aux questions et aux concepts religieux, qui apparaissent dans tous les contextes, dans les cadres et les limites des relations avec les non-musulmans, et dans les types, les formes et les conditions de travail, et dans les affaires en relation avec le statut personnel dont le mariage, le divorce, la garde, les dépenses et l’héritage, et dans les questions de statut personnel comme le mariage, le divorce, la garde, les dépenses et l’héritage, et dans les affaires de toutes les femmes en général. Ce sont des questions pressantes, déterminantes, qui orientent, dominent, et elles sont renouvelées et continues.

Et si la religion est une relation qui lie l’être humain à un pouvoir spirituel supérieur, et qu’elle inclut la croyance en des valeurs absolues et l’accomplissement de rituels spéciaux et spécifiques, mais pour les musulmans, elle concerne encore les législations et les règles qui encadrent, caractérisent et déterminent tous les attitudes, les agissements et les traitements.

Quant au terme «intégration» utilisé dans les langues européennes signifie : l’union, la fusion et la complémentarité entre deux ou plusieurs choses pour former un tout nouveau, homogène et cohérent, et ce terme est utilisé dans les sciences de l’économie, la biologie, la sociologie, la politique et la langage… Il signifie dans ce contexte la complémentarité, la solidarité et l’harmonie entre deux ou plusieurs composantes, sur la base de l’égalité et la parité, néanmoins chaque composante doit abandonne une partie de ses propres caractéristiques pour réaliser des intérêts communs, et de constituer une nouvelle structure qui regroupe toutes les composantes.

Les musulmans en Europe, des faits et des chiffres :

En 2010, le nombre de musulmans dans l’Union européenne a atteint 16 millions, soit 3,2 %. Selon le Center Pew Research, les musulmans représentent 6 % de la population européenne, dont 19 millions résident dans l’Union européenne.

Les statistiques de 2016 indiquent que 25,8 millions de musulmans résident dans l’Union européenne, soit 4,9%, et le nombre de musulmans en Allemagne est d’environ quatre millions, soit 5% de la population.

Le Center Pew Research prévoit que le pourcentage de musulmans passe de 6% en 2010 à 8% en 2030, et une autre étude prédit en 2017, qu’en 2050 les musulmans constitueraient 7,4% de la population européenne, selon le scénario de l’«immigration zéro», et leur pourcentage atteindrait 14 % de la population européenne dans le scénario de l’immigration «élevée», ou ce que l’on appelle «portes ouvertes».

L’évolution de la politique d’intégration et du plan national d’intégration en Allemagne :

L’Allemagne a pris du temps pour formuler une politique d’intégration scientifique et pratique, et pour la première fois dans la loi sur l’immigration de 2005, l’intégration a été désignée comme étant une tâche qui relève de l’État, et en conséquence l’Office fédéral des migrations et des réfugiés (BAMF) est devenu responsable des mesures prises pour favoriser l’intégration.

En 2006, le premier sommet pour l’intégration s’est tenu en Allemagne et ses recommandations les plus importantes étaient la nécessité d’élaborer un plan national d’intégration. Ce plan a été élaboré lors du deuxième sommet national de l’intégration qui s’est tenu en 2007, et il a abordé les thèmes : la promotion de l’apprentissage des langues, l’éducation et la formation professionnelle, l’amélioration des chances des femmes et l’égalité des sexes, bénéficier des ressources locales, des activités sportives, sociales, culturelles et médiatiques, et d’autres.

La religion dans les études et les programmes d’intégration :

Les lois et réglementations en vigueur en Allemagne assurent un niveau de vie acceptable à tous les résidents sur un même pied d’égalité, en leur apportant toutes formes d’accompagnement et de protection sociale diverses, qui garantissent l’assurance logement, les frais de subsistance, l’assurance maladie et la retraite, la réadaptation professionnelle, les programmes d’éducation, etc.

La constitution garantit la liberté de culte et la construction de temples, y compris les mosquées, dont le nombre a atteint 3000, parmi lesquelles 230 grandes mosquées, dont certaines sont considérées comme des chefs-d’œuvre architecturaux impressionnants.

Malgré l’importance de ce que propose le gouvernement, et de ce qui est décidé dans le plan national d’intégration, cela n’a pas conduit à aborder l’essence des idées religieuses portées par les immigrés, et leur impact sur leur vie et leur intégration, et aucune recherche scientifique ne peut ignorer cet impact si elle veut parvenir à une évaluation de la situation des réfugiés et trouver des solutions appropriées à leurs problèmes.

Les conditions d’intégration en Allemagne selon l’Office fédéral de l’intégration :

Le processus d’intégration vise à réaliser la coexistence sur la base des valeurs de la société allemande et des principes de la Constitution, en garantissant le plein respect, l’égalité des soins, en respectant les particularités linguistiques, religieuses et culturelles de tous, en favorisant la confiance mutuelle et le sentiment d’appartenance et de responsabilité collective et garantir l’égalité des chances.

L’Office fédéral de l’intégration estime que l’orientation positive et la volonté préalable des immigrés, ainsi que leur intention de s’installer, est une condition préalable à la réussite de leur intégration. Les immigrés doivent se soumettre à la constitution, de s’engager des lois, et de respecter les valeurs et coutumes en vigueur dans le pays.

L’intégration est un processus à double sens. Le succès de ses programmes dépend aussi de la volonté, de l’orientation, de l’activité et de l’ouverture de la communauté d’accueil.

Le débat religieux, des coutumes et des déterminants de l’identité chez les immigrés musulmans :

Officiellement, l’intégration n’exige pas que les immigrés abandonnent leur langue, leur religion, leurs coutumes et leurs traditions, et bien que la Constitution allemande garantisse à tous les individus et groupes le droit d’exprimer librement leur identité, leur culture, leur conscience et leur religion, mais l’immigré ressent une rupture interne entre son appartenance à son pays d’origine et son appartenance à ce pays. Cependant, la langue maternelle demeure la base permettant de préserver l’identité.

Chez les immigrés, les notions religieuses se mêlent aux coutumes et traditions héritées. Cette confusion est évidente dans la plupart des questions en relation avec les femmes et le rapport entre les sexes, ou la discrimination pratiquée par les parents entre garçons et filles dans les cours mixtes de natation, les maillots de bain, les traditions de nourriture et les habitudes vestimentaires, les achats et les ventes, les voyages et les randonnées.

En ce qui concerne la religion et la langue maternelle des immigrés, certains États allemands ont alloué des heures pour enseigner la langue maternelle aux étudiants, et certains d’entre eux ont également approuvé l’enseignement de l’éducation islamique.

Les principaux résultats et conclusions de l’étude :

  • Il y a un énorme vide en ce qui concerne la recherche en termes d’étude des conceptions religieuses adoptés par les immigrés musulmans, qui affectent visiblement leur intégration.
  • Si l’intégration est une exigence fondamentale pour les sociétés d’accueil, alors c’est un besoin urgent pour les immigrés musulmans, dont dépend leur avenir et celui de leurs enfants.
  • L’intégration a de nombreuses significations, mais le processus d’intégration qui peut réussir et durer est celui qui se déroule entre des individus égaux, de sorte que chaque composante d’entre eux renonce à une partie de ses particularités, afin de réaliser l’intégration, la communication et le partage avec d’autres composantes.
  • Il manque aux programmes et aux plans d’intégration d’aborder les problèmes religieux que portent les immigrés musulmans, et ce manque touche l’essentiel des efforts et les programmes d’intégration.
  • Les immigrés musulmans doivent repenser les concepts religieux qu’ils détiennent à tous les niveaux, pour réadapter leurs dispositions aux exigences du temps, du lieu et des circonstances, dans le cadre des fondements de la religion, de ses buts et objectifs.
  • En tant que termes de recherche et d’assiduité à cet égard, de nombreuses questions peuvent être énumérées : dans les croyances et les fondements de la religion, le statut personnel et les interrelations, les questions de la jurisprudence de la femme et les décisions jurisprudentielles liées au travail, aux traitements, à l’ordre public et aux devoirs de la citoyenneté.
  • La réussite du processus d’intégration requiert une détermination et des efforts fermes, des deux parties de l’opération : immigrants et hôtes, et le processus n’est pas complet et ne réussit qu’avec la complémentarité des efforts des deux parties, pour surmonter les obstacles et les défis.
  • Les spécialistes de la partie islamique doivent travailler pour mieux comprendre la communauté d’accueil, assimiler ses valeurs, ses coutumes, sa culture et ses lois, et rapprocher tout cela de la communauté islamique immigrée. La partie hôte doit également étudier et comprendre la religion, la pensée, les coutumes et les valeurs des musulmans, et accepter leurs différences dans leurs différents aspects.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA