La ville de Manbij d’Al-Assad à SDF Kurde (force démocratiques syriennes), alors quoi ?

Hassan Al-Naifi : écrivain, chercheur et poète syrien, travaille comme analyste politique dans les médias et conseiller auprès des institutions de recherche et d’études de la région MENA.

Cette étude aborde la réalité de la ville syrienne de Manbij selon plusieurs axes :

  • Une préface sur le conflit des forces locales et internationales d’aujourd’hui sur Manbij.
  • Manbij l’emplacement, la géographie et l’histoire ancienne.
  • Le voyage de l’écrivain de Manbij au camp de détention plus de quinze ans.
  • Manbij dans la révolution syrienne.
  • Le rôle des bataillons islamiques à Manbij.
  • La prise de contrôle de Manbij par EIIL.
  • Les forces démocratiques syriennes expulsent l’ISIS de Manbij et le contrôlent.
  • Le retour du conflit régional et local sur Manbij.
  • Le rôle de la Turquie dans la reprise de Manbij du SDF.

Préface

La ville de (Manbij) résume presque, sur son territoire comme dans son espace, le tableau général du conflit régional et international sur le territoire syrien. Comme tous les partis dominants dans le conflit en Syrie existent (États-Unis, Russie, Turquie, régime Al-Assad et les Forces syriennes démocratiques).

Alors, qu’est-ce qui fait de cette métropole endormie sur la rive ouest de l’Euphrate un haut lieu des plus puissantes armées de superpuissances ? Ce qui est certain, c’est que le patrimoine culturel de cette ville ainsi que son enracinement historique l’ont distinguée par son caractère pacifique à travers les âges ; par conséquent, il pourrait ne pas sembler approprié d’être un théâtre de la mort qui se cache autour de toutes les belles choses qu’il contient.

Manbij l’emplacement, la géographie et l’histoire ancienne.

La ville de Manbij est située dans le nord de la Syrie. Il se trouve à 90 km au nord-est d’Alep, à 35 km des frontières turques et à 40 km à l’ouest de l’Euphrate.

Son organigramme est de (2000) hectares et sa population est d’environ (600 000) habitants selon le dernier recensement officiel de 2004. Cependant, sa population dans les années 2013 – 2014 était estimée à (800 000) habitants, la ville a connu une augmentation soudaine à la suite des déplacements entrants constants.

Manbij avec sa population majoritairement arabe (80 % de la population arabe) contient un mélange diversifié d’éléments (Arabes, Kurdes, Turkmènes et Circassiens), mais n’a jamais été témoin de conflits ethniques, confessionnels ou confessionnels. C’est un exemple de la coexistence pacifique entre toutes ses composantes.

La ville de Manbij était connue pour son héritage littéraire de longue date. Son émir pendant le règne d’Al-Hamdaniyah était le poète (Abu Firas al-Hamadani), qui fut capturé par les Romains par ses frontières et conduit à Constantinople, où il écrivit ses poèmes les plus sentimentaux et mélodieux.

Le poète (Abu Ubeda al-Buhtori), qui l’a mentionné à plusieurs reprises dans ses poèmes, y a également vécu. À l’époque moderne, le poète Omar Abou Reshah, Mohammad Munla Ghzeel, Abdullah Salameh, Youssef Abeid, le célèbre metteur en scène Fawaz Al-Sajer et une longue liste de personnes y figuraient tous.

Le voyage de l’écrivain de Manbij au camp de détention plus de quinze ans.

J’ai quitté ma ville Manbij en 1986. C’était un départ obligatoire qui a duré quinze ans. Je les ai passées en tant que détenu politique dans les prisons de Hafez Al-Assad et de son fils Bashar après lui.

Quand j’ai quitté la prison en 2001, j’ai constaté un grand changement dans ses caractéristiques urbaines, ainsi que dans ses rues et sa structure. Mais la gentillesse de son peuple et sa tendance éclairée n’ont pas changé ; cette tendance à aimer la culture, la littérature, la poésie et la musique.

Cela m’a fortement encouragé à m’intégrer dans son mouvement culturel. Cependant, pour éviter les restrictions imposées par les autorités de sécurité et avec la participation d’un certain nombre d’activistes dans les domaines culturel et politique.

J’ai pris une maison rurale dans une ferme en dehors de la ville et nous avons fait, malgré sa simplicité, un forum culturel dans lequel nous lisons de la poésie, écoutons de la musique et parlons de politique, de pensée et de culture.

Manbij dans la révolution syrienne.

En mars 2011, avec l’émergence de la révolution syrienne, le soulèvement révolutionnaire pacifique a commencé dans la ville par le biais de manifestations lancées depuis des lieux publics.

Les forces de sécurité du régime ont tenté de les réprimer brutalement et plusieurs habitants de la ville ont été arrêtés. Mais à mesure que les manifestations s’intensifiaient, les autorités du régime ne pouvaient plus les contrôler.

Les grandes manifestations sont devenues un rituel habituel chez les habitants de la ville.

La ville de Manbij a été libérée des autorités du régime al-Assad le 19.07.2012.

Le conseil local, formé secrètement avant la libération de la ville, a assumé l’administration de la ville et supervisé le travail des institutions de service.

Dans ce contexte, il convient de souligner que l’administration civile de Manbij après sa libération a été la plus performante des villes libérées. Les institutions de l’État et les biens publics ont été préservés.

La ville n’a jamais été témoin de cas de vandalisme ou de pillage. En outre, tous les ministères ont continué d’offrir leurs services aux citoyens dotés de tout leur personnel.

Peut-être que la coordination entre le conseil local et les factions de l’Armée Libre, dont la majorité appartenait à la ville de Manbij, a peut-être aidé.

En conséquence, cette ville est devenue un refuge pour des centaines de milliers de réfugiés syriens de Homs, Alep et Idleb.

Au début de mars 2013, l’EIIL (l’État islamique en Irak et au levant) a commencé à s’infiltrer dans la ville par le biais de petits groupes essayant de paraître pacifistes et manifestant le désir de se rapprocher des habitants.

Ils ont essayé de convaincre les citoyens que leur seul but était d’appeler à Dieu et de démontrer une doctrine solide et qu’ils n’avaient aucune ambition de pouvoir ni d’argent. Au début de leur arrivée, ces groupes ont essayé de ne s’affronter avec aucune formation de l’Armée Libre, affirmant qu’ils ne s’immisceraient pas dans les affaires civiles et administratives ni dans les affaires de service de la ville.

Mais dans le même temps, ils attiraient les jeunes et les organisaient sous des noms différents (Mouvement de la jeunesse musulmane, Union des étudiants syriens libres), sous une forme semi-secrète, et leur apportaient un soutien afin de les inciter à l’Armée Libre et le conseil local profitent de quelques défauts ici et là.

Au point que certains de ces jeunes ont commencé à porter les drapeaux noirs et à participer à de petites manifestations scandant des slogans dénonçant le soulèvement civil démocratique et glorifié (l’État islamique d’Irak et al-Sham), qui s’appelait alors Daech.

Le rôle des bataillons islamiques à Manbij.

Au début de septembre 2013, le nombre de groupes islamiques à Manbij a augmenté, ainsi que leurs équipements et leurs armes.

Leur discours est passé de l’avocat pacifiste à l’attaquant qui voulait s’emparer du pouvoir.

Ils ont commencé à mettre sous leur contrôle certaines installations économiques de la ville (moulins), et ont également occupé le palais municipal et le centre culturel, considéré comme l’un des plus importants monuments de la civilisation à Manbij.

Il est devenu évident que ces petits groupes, qui se sont rapidement rassemblés et ont formé un pouvoir, cherchaient à engloutir toutes les autres forces.

Ils avaient leur propre siège, leurs prisons et leurs tribunaux. Ils ont arrêté un certain nombre de jeunes de la révolution qui n’avaient pas réagi à leur approche, en plus de leurs harcèlements constants contre les factions de l’Armée Libre, qui étaient occupés par les affrontements avec les forces d’Al-Assad à Alep, Al-Qusayr et les aéroports de Kuweires.

Au début, l’Armée Libre ne souhaitait pas entrer en guerre avec l’organisation EIIL pour plusieurs raisons, notamment :

Premièrement, la conviction commune que le véritable affrontement se produit avec le régime d’Al-Assad et la participation à tout autre affrontement renforcerait le régime, en plus de la réticence à créer de nouveaux ennemis de la révolution.

Deuxièmement, certaines factions de l’Armée libre étaient réticentes à se confronter à l’organisation EIIL en raison de la tendance islamique de certaines de ces factions, qui n’avaient pas la conscience profonde de distinguer la foi et la vraie religiosité de l’islam politique qui tire le pouvoir de religion pour l’hégémonie et la domination.

En outre, les factions à vocation islamique telles que (le Mouvement islamique des hommes libres du Levant « Harakat Ahrar al-Sham al-Islamiyya ») ont fermement refusé de se battre contre l’EIIL à Manbij et ont opté pour le repli sans soutien d’aucune partie.

Troisièmement, la confrontation suscitait la crainte d’un conflit social chez les citadins, car de nombreux jeunes de la ville étaient impliqués dans l’EIIL.

Cependant, ces réticences vis-à-vis de la lutte contre le groupe État islamique ont toutes complètement disparu avant que ce dernier n’insiste pour avaler toutes les forces de la révolution et en éliminer les manifestations.

En conséquence, les factions de l’Armée Libre ont pris la ferme décision d’éradiquer cette organisation terroriste en tant qu’ennemi de la révolution à la hauteur du régime d’Al-Assad.

La prise de contrôle de Manbij par EIIL.

Le 6.1.2014, à 2 heures du matin, l’attaque contre l’EIIL a commencé. Il a été expulsé de la ville et un certain nombre de ses émirs et avocats ont été arrêtés.

Manbij est devenu libre de l’EIIL pendant 18 jours seulement, puis l’organisation est revenue pour assiéger la ville depuis trois directions. Après ce siège qui a duré plus d’une semaine sans le soutien d’aucun autre parti aux révolutionnaires, en plus du bombardement de la ville avec des obus de mortier sur les civils, l’organisation EIIL a réoccupé la ville le 23.01.2014.

Son approche est devenue plus évidente dans les abus et la vengeance de tous les militants, civils et militaires, et sa tendance à éliminer toute pratique révolutionnaire contre le régime d’Al-Assad et l’EIIL est devenue très claire.

Néanmoins, la sortie de l’Armée Libre n’a pas mis fin à la bataille. La plupart des factions de l’Armée Libre se sont installées dans la campagne septentrionale d’Alep et dans les environs de la ville d’Izazz, où des affrontements ont éclaté avec l’EIIL depuis le début de 2014.

Au cours des trois années de combats, les habitants de Manbij ont fourni plus de 200 martyrs dans les affrontements avec l’EIIL, sans compter le nombre multiplié de blessés.

Le rejet de l’autorité de l’EIIL par la ville de Manbij ne se limitait pas au niveau militaire, mais également au civil. Manbij a été la première ville syrienne à mener une grève civile pacifique le 18.05.2014 pour protester contre les pratiques de l’EIIL.

Cette grève a revendiqué des dizaines de martyrs et de détenus harcelés par l’EIIL.

Après quatre ans de révolution syrienne et après l’incursion majeure de groupes terroristes sur le territoire syrien, la déclaration de guerre contre le terrorisme est devenue une priorité de l’administration américaine, qui a commencé à rechercher un allié local susceptible de contribuer à la lutte contre le terrorisme de l’EIIL sans affronter les forces du régime d’Al-Assad.

Cet allié était (les forces démocratiques syriennes) sous la direction du Parti de l’Union démocratique (PYD).

Les forces démocratiques syriennes expulsent l’ISIS de Manbij et le contrôlent.

Le 13.06.2016, les forces démocratiques syriennes ont assiégé la ville de Manbij, déclarant la guerre contre l’EIIL, appuyée par une intense couverture aérienne américaine.

Ainsi, dans le cadre de cet objectif, les Américains ont contribué à conférer une légitimité totale au Parti de l’Union démocratique en tant que force politique et militaire sur le territoire syrien, cherchant, en coordination avec la communauté internationale, à lutter contre le terrorisme et à l’éliminer de la Syrie.

Cependant, la nature du siège — imposé à Manbij — et la manière dont la bataille a été menée indiquaient clairement que les Forces démocratiques syriennes, avec le soutien de la Coalition, ne visaient pas seulement à expulser l’EIIL, mais cherchaient également à les détruire comme si les citoyens de Manbij étaient tous accusés d’appartenir à l’EIIL.

Ce qui soulève plus d’une question à propos de l’absence du rôle de toutes les factions de l’Armée Libre ou de son ignorance lors de la bataille de Manbij, ainsi que du rôle de la ville dans la lutte contre l’EIIL et ses sacrifices pendant deux ans et demi.

Considérant que la guerre contre l’EIIL avait été lancée par l’Armée Libre avant la formation des (Forces démocratiques syriennes), outre que la ville de Manbij avait une majorité arabe et que la nature de son mouvement révolutionnaire et politique incarnait un bon hôte pour l’Armée Libre ne ressemble à aucune autre faction nationale, militaire ou islamique.

Pour en revenir à la bataille qui a eu lieu dans la ville de Manbij et dans ses environs, nous constatons que les États-Unis souhaitaient bloquer la ville de ses quatre côtés, ne laissant aucune échappatoire à l’ennemi pour s’échapper, ce qui a forcé ce dernier à se défendre désespérément, combats de rue, attentats suicides et pièges.

Cela a menacé la vie de (250 000) civils dans la ville, en plus de — la chose la plus importante — d’ignorer le courage de la ville de Manbij contre l’EIIL et Al-Assad ensemble pendant deux ans et demi. Et aussi ignorer tout ce que son peuple a offert aux niveaux civil et militaire, des sacrifices, du sang, des déplacements et de l’exode.

Ce mépris américain était-il dû à l’acquisition par l’autre partie (les forces démocratiques syriennes) du combat et de l’efficacité organisationnelle ?

Non seulement cela, mais la vérité est que les factions de l’Armée Libre continuent de défendre le projet de changement en donnant la priorité à la lutte contre le régime d’Al-Assad et à le renverser en tant qu’origine du terrorisme.

L’EIIL n’en est que l’une des manifestations terroristes du régime Al-Assad.

Par conséquent, nous constatons que ce qui s’est passé n’excluait pas seulement l’Armée Libre de la bataille, mais punissait toute la ville de Manbij au moyen de cet horrible siège, comme si la ville entière et ses habitants étaient l’EIIL.

Soixante-dix jours de siège ! Ils ont fini par expulser l’EIIL de la ville. Mais les vrais héros de la tragédie étaient les civils qui défiaient parfois la mort des tireurs d’élite de l’EIIL et des avions de la coalition, subissant les pires conditions de vie dans l’histoire de la ville.

Il a atteint un point où parler du manque de nourriture, de boissons et d’abris est devenu une question secondaire comparée aux cadavres dans les rues que personne n’a pas osé soulever et enterrer à cause des tireurs d’élite, ce qui a poussé les citoyens à enterrer leurs morts aux maisons, aux jardins et parcs publics.

Peut-être que le massacre du village (Al-Tukhar), situé à 20 km au nord de Manbij, qui a coûté la vie à 120 civils lors d’un raid aérien de la coalition, le matin du 19 juillet 2016, a été une marque éternelle dans les mémoires des habitants de la région.

Les résidents de la ville de Manbij aujourd’hui peuvent trouver réconfort et sécurité en présence de SDF, en comparaison des grandes souffrances qu’ils ont subies sous ISIS, mais ce faible pourcentage de sécurité est gâché par de gros défauts qui font répéter leur langue (deux pires, le meilleur est amer) :

 Les plus importants de ces inconvénients sont :

  1. Les dirigeants du Parti de l’union démocratique (PYD) gouvernent exclusivement la ville, gèrent ses affaires, contrôlent ses capacités et son destin, et c’est le véritable décideur.

Ce qui est dit à propos d’un conseil local se compose de toutes les composantes de la ville n’est qu’à des fins médiatiques.

  1. Le nombre de personnes déplacées de force et émigrées de Manbij a atteint environ (100 000) citoyens, principalement des militants, des écrivains, des politiciens et des membres de l’Armée libre.

Les forces kurdes (SDF) battent contre eux et confisquent les biens de plusieurs d’entre eux et leurs maisons, car ils refusent de rejoindre les rangs (SDF), et la seule charge qui leur soit accessible (agents de la Turquie).

  1. C’est un paradoxe douloureux lorsque l’élite du peuple de Manbij, qui porte la bannière de la révolution, est privée de la liberté et qu’elle n’est pas autorisée à rentrer chez elle.

Dans le même temps, nous voyons un certain nombre de partisans du régime d’Assad et de ses défenseurs, des membres de la soi-disant (Assemblée du peuple) et d’autres dirigeants du parti Al-Baath d’Al-Assad, errant en pleine coordination avec les autorités du SDF.

Le retour du conflit sur Manbij

L’augmentation de l’influence régionale et internationale sur le territoire syrien a conduit à l’intégration du principe de « partage du pouvoir », qui consiste en fait à diviser la géographie syrienne en sphères d’influence pour les parties internationales aux intérêts opposés, comme suit :

  1. Damas et la côte syrienne à travers Homs et Alep (la Syrie utile) sont sous le contrôle du régime Al-Assad et de ses alliés, les Russes et les Iraniens.
  2. La bande septentrionale parallèle aux frontières turques (Mareh, Izazz, Al-Bab, Jarabulus et Afrin) est sous influence turque.
  3. Manbij et les autres régions situées à l’est de l’Euphrate, ainsi que le Sud syrien (Daraa, Quneitra), sont sous l’influence américaine.

Ce partage international du territoire syrien n’est pas stable. Il est toujours sujette à modification en raison du changement des intérêts régionaux et internationaux et de leur instabilité, ainsi que du changement de l’équilibre des pouvoirs sur le terrain.

La chute de Manbij sous l’influence américaine — sur le plan géographique — a condamné son destin avec le degré d’ententes américano-turques, ainsi que le caractère indiscipliné des relations entre Ankara et Washington.

La Turquie voit que le retrait des forces de protection kurdes de Manbij est une question de sécurité nationale. Les Turcs ne cachent pas leur forte résistance à l’installation d’une quelconque entité nationale kurde sur le territoire syrien adjacent à leurs frontières.

Le retrait des forces kurdes sous l’influence de tout autre parti est donc essentiel pour Ankara, qui vise à entraver le projet de (Rojava), ce qui signifie la création d’une entité kurde d’Al Hasaka à l’est à Afrin à l’ouest, les Turcs craignant une éventuelle expansion vers la ville d’Idlib.

Les relations entre la Turquie et les États-Unis au fil des ans (2016 – 2017) ont été caractérisées avec intensité et tension.

Les Turcs se sont longtemps plaints du soutien militaire de Washington aux Forces démocratiques syriennes. Ce ressentiment est parvenu à accuser les Américains de tromperie et de mentir à certains moments, et d’abandonner la Turquie — leur partenaire à l’OTAN — à d’autres moments.

Peut-être que les messages médiatiques des responsables américains tentaient surtout de rassurer la partie turque et suggéraient que la relation américano-kurde était centrée sur la lutte contre l’EIIL et ne s’étendrait pas à d’autres régions.

Mais tous ces messages n’ont pas permis d’éliminer les craintes des Turcs, en particulier après la disparition de l’EIIL de Manbij puis d’Al-Rakka.

Le 24.08.2017, le jour où la Turquie et les factions de l’Armée Libre ont annoncé la libération de la ville de (Jarabulus) dans le cadre de l’opération Bouclier de l’Euphrate, le vice-président des États-Unis, Joe Biden, se rendait à Ankara pour tenter de réduire l’écart entre Washington et Ankara.

Lors de la conférence de presse qui a suivi sa rencontre avec les responsables turcs, Biden a déclaré que les forces de protection kurdes devaient quitter Manbij à l’est de l’Euphrate. Les Turcs ont considéré cette déclaration publique comme une promesse américaine ou une reconnaissance du retrait de SDF de Manbij.

Le rôle de la Turquie dans la reprise de Manbij du SDF

Après avoir pris le contrôle des forces turques et des factions du Bouclier de l’Euphrate sur Afrin le 18 mars 2018, la Turquie a commencé à considérer Manbij comme une cible urgente, d’autant plus que toutes les consultations entre le secrétaire d’État américain Tillerson et les responsables turcs laissaient supposer une clémence américaine vers cet objectif.

Tous les yeux étaient rivés sur le jour du 21 mars 2018, sur lequel les comités mixtes américano-turcs étaient censés se réunir pour discuter des mécanismes de retrait des forces du SDF de Manbij.

Toutefois, les changements apportés par le président des États-Unis, Donald Trump, à l’administration américaine, notamment le renvoi du secrétaire d’État américain Tillerson, ont eu pour effet de reporter la réunion au 23 du même mois.

Les deux parties se sont effectivement rencontrées à la date indiquée. Mais les résultats de la réunion étaient ambigus, ce qui suggère la réticence des États-Unis à abandonner la présence des forces du SDF à Manbij.

Maulud Jawish Ughlu, ministre turc des Affaires étrangères, a alors déclaré : « Nous sommes parvenus à une entente avec la partie américaine sur la ville de Manbij, mais nous ne sommes pas parvenus à un accord ».

Le retrait des forces démocratiques syriennes de Manbij et la domination des factions du Bouclier de l’Euphrate soutenues par l’armée turque au-dessus de la ville constituent toujours une priorité pour la Turquie.

Même si la décision turque de prendre d’assaut la ville d’Afrin a été décisive et rapide, la décision de prendre d’assaut Manbij est certainement différente.

Cela est peut-être dû à la réticence des Turcs à participer à un affrontement militaire direct avec les États-Unis, qui maintiennent une présence militaire à proximité de la ville.

Et peut-être que le fait que la Turquie évite cet affrontement expose l’avenir de la ville de Manbij à des contestations politiques sans calendrier précis entre les deux parties.

La Turquie serait-elle plus patiente face à la procrastination américaine ou pourrait-il y avoir une surprise inattendue ?

La ville de Manbij est aujourd’hui densément peuplée. Mais en même temps, il est encombré d’armées et de milices d’identités mélangées.

Les rues et les marchés peuvent sembler encombrés. Et il pourrait y avoir un mouvement commercial et économique actif.

Mais cela ne pourrait jamais cacher le sentiment profond de son peuple que sa ville connaît le degré d’expatriation le plus difficile, comme si elle savait que la foule sur sa terre a des pieds étranges et que les souffles de son peuple brûlent de nostalgie.


Cet article reflète le point de vue de l’auteur, pas nécessairement l’opinion de l’Observatoire.

Les droits de la publication et l’impression papier et électroniques sont réservés à l’Observatoire des médias du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.