L’armée israélienne s’oppose à Netanyahu comme le souhaite Kushner

جاريد كوشنر مع جنود جيش إسؤائيلي

Parmi les particularités des conseils américains à la direction israélienne actuelle et au Premier ministre Benjamin Netanyahu, il y avait le report de toute mesure urgente incluant des terres ou la modification de la sensibilité de la scène fragile actuelle, en attendant la stabilité politique israélienne après les élections prévues en mars prochain.

Le Premier ministre israélien « Netanyahu » s’est retiré de ses plans qui ont suivi l’annonce de l’accord du siècle, en annexant des colonies en Cisjordanie et en avalant la vallée du Jourdain, après les conseils américains de Trump et de son gendre, Jared Kushner.

Les sites de presse occidentaux indiquent qu’il y a une pression différente sur Netanyahu de la part des autorités militaires israéliennes pour l’empêcher de prendre des décisions hâtives.

Le site Web de French Media Part, dans un rapport rapporté par les médias, a déclaré que l’armée d’occupation israélienne craint le déclenchement de la colère en Palestine occupée, en particulier en Cisjordanie, d’une manière qui conduit à l’émergence d’un seul État qui comprend des Israéliens et des Palestiniens, qui nie les attributs de la démocratie et du judaïsme, selon l’armée et le rapport.

Et après que Netanyahu a décidé de discuter de la question de l’annexion lors de la réunion du cabinet, son assistant est allé de l’avant il y a quelques jours pour refuser toute réunion, d’une manière qui a déçu la droite israélienne, qui était enthousiasmée par les nouvelles décisions d’annexion que Netanyahu avait l’intention de prendre.

(Qui clarifie et confirme la dimension particulière liée aux élections et à l’avenir politique de Netanyahu dans ses décisions.).

Le site French Media Part  a posé des questions sur les raisons de la retraite israélienne, qui l’a liée à un affrontement interne américain entre l’ambassadeur en Israël, « David Friedman », qui est fortement en faveur de la décision d’annexion, et le conseiller et gendre de Trump, « Kushner », qui rejette actuellement l’annexion en attendant la stabilité politique.

Lors d’une réunion électorale mardi dernier, « Netanyahu » a décidé qu’il ne demanderait pas au gouvernement d’accepter d’annexer la vallée du Jourdain avant les élections législatives, car les visions et les explications différaient pour cette retraite, que le site Internet français a liée à l’opposition du commandant des forces armées et le chef de l’Agence israélienne de renseignement interne à une telle démarche.

Le site Web French Media Part a expliqué que personne ne peut imaginer que ces deux dirigeants ont des réserves à ce sujet en termes de sympathie pour la cause palestinienne, mais qu’ils ont de multiples arguments diplomatiques, stratégiques et même fatidiques.

Il semble que les responsables de la sécurité israéliens craignent que la décision n’affecte actuellement la position de la Jordanie concernant un processus de paix avec Israël, qui interfère profondément avec les Palestiniens et la question palestinienne.

Les stratèges israéliens estiment que ce pays, malgré ses difficultés et ses problèmes, reste le pilier de la stabilité dans une région pleine de tensions.

Et le danger d’unifier les fronts s’ajoute aux calculs israéliens, sans pour autant négliger la vision jordanienne.

Une guerre du nord sur le front syro-libanais y ajoute une possible inflammation à l’intérieur et dans les zones de contact avec Israël et les Palestiniens, ce qui peut entraîner la dispersion des forces et des efforts de l’armée israélienne.

C’est ce que beaucoup Études spéciales.

Et reste au fond de la question, des voix militaires israéliennes s’opposant à toute annexion actuelle ou future, craignant l’émergence d’un État qui perdra et échouera aux plans israéliens, comme le général Yadlin — l’ancien directeur du renseignement interne et directeur de l’Institut national Études sur la sécurité — annoncé la semaine dernière, déclarant :

« L’annexion est dangereuse Elle pourrait entraver la voie à tout accord politique potentiel, et donc la possibilité d’une future séparation entre Israël et les millions de Palestiniens qui vivent en Cisjordanie, qui conduira finalement au cauchemar d’un seul État qui ne peut être à la fois juif et démocratique et sous lequel le rêve sioniste s’effondrera.

Pour leur part, des dizaines d’anciens et d’anciens officiers supérieurs dans les différentes branches de l’État croient qu’“une solution à deux États avec les Palestiniens, dans le cadre d’un accord de sécurité régionale, est nécessaire, à la fois en termes de sécurité d’Israël et son avenir en tant que patrie nationale et démocratique pour le peuple juif.”


Toute publication et rédaction sont conservées au Centre de recherche et d’étude Mena