Le cauchemar d’ISIS n’est pas encore terminé, reviennent-ils ?

Le groupe extrémiste de l’État islamique, connu sous le nom d’ISIS, a été éliminé l’année dernière en Syrie, et un an auparavant en Irak, comme cela avait été annoncé.

Mais la question est : le groupe extrémiste qui a publié des photos de ses victimes tuées de la manière la plus horrible des temps modernes a-t-il été exterminé ? Qu’en est-il de sa résurgence dont nous entendons parler de temps en temps ?

Le Pentagone confirme la résurgence de l’État islamique

Le Pentagone américain a confirmé à plusieurs reprises un possible retour de cette organisation extrémiste, bien que le Pentagone lui-même ait annoncé son élimination dans son dernier bastion, lors de la bataille syrienne de Baghouz en 2019.

Les États-Unis dirigent une coalition internationale en Syrie et en Irak, comprenant des pays arabes et occidentaux, visant à éliminer l’organisation.

Bien qu’un an se soit déjà écoulé depuis l’annonce de la défaite de l’État islamique à Baghouz, la coalition mène toujours des opérations contre l’organisation.

« La coalition, en coopération avec ses alliés locaux, continuera de pourchasser les restes de l’État islamique en Syrie et en Irak », a déclaré un responsable de la coalition dirigée par les États-Unis.

« L’EIIS a été vaincu, mais pas éliminé, nous avons constaté qu’il peut toujours mener et financer ses activités criminelles et hostiles », a déclaré le porte-parole de la coalition internationale, Myles Caggins.

« L’organisation a kidnappé des gens près de la ville irakienne de Diyala, nous les avons également vus en Syrie attaquer des bergers à Deir Ezzor et avoir enroulé environ 1 000 moutons », a déclaré le responsable militaire américain, ajoutant que l’État islamique impose parfois des taxes illégales dans certaines zones de sa présence aux frontières syro-irakiennes.

« Les insurgés de l’État islamique se cachent loin des centres-villes, dans les zones montagneuses, dans les vallées et dans le désert de Syrie, mais ils approchent parfois les villages et les villes pour satisfaire leurs besoins de base en les éloignant des villageois », a révélé le responsable, soulignant ils essaient toujours de reprendre le contrôle de ces domaines, mais ils ne réussiront pas.

Il a indiqué que l’État islamique n’est pas en mesure de recruter plus de personnes pour recapturer des bandes géographiques, en outre ; les pressions exercées par les Forces démocratiques syriennes (FDS) et les forces de sécurité irakiennes empêcheront la réapparition de l’État islamique.

« Il y a trois semaines, les FDS ont causé à l’organisation terroriste d’énormes pertes en vies humaines, tuant et arrêtant plus de 50 membres de l’État islamique », a déclaré Caggins.

« Pendant ce temps, les forces irakiennes ont mené une autre opération dans les zones montagneuses, à la recherche de membres de l’État islamique qui sont encerclés des côtés syrien et irakien », a-t-il poursuivi.

« Cette opération a été financée par la coalition internationale pour aider nos partenaires à attaquer les membres de l’État islamique, à les pourchasser et à les localiser », a-t-il poursuivi.

Caggins a affirmé que toutes les opérations menées en Irak sont coordonnées avec les forces de sécurité irakiennes et ont été approuvées par le gouvernement irakien, « car nous ne pouvons pas effectuer de frappes aériennes sans le consentement de nos alliés irakiens.

En août dernier, un inspecteur général du Pentagone a déclaré dans un rapport que l’État islamique refait surface en Syrie après que les États-Unis ont retiré leurs forces du pays ; soulignant que l’État islamique renforce ses capacités en Irak.

Malgré la perte de son califat sur le terrain, l’État islamique a renforcé ses capacités armées en Irak et a repris ses activités en Syrie au cours du présent trimestre de l’année, indique le rapport.

Preuve récente :

L’été dernier, la police irakienne a reçu un rapport de citoyens du district d’al-Tarmiyah, au nord de Bagdad, indiquant qu’ils avaient détecté un véhicule qui serait chargé d’explosifs.

En vérifiant le véhicule, des hommes armés de l’État islamique qui se cachaient sur les lieux ont tiré et tué sept des policiers.

Cette opération, combinée à une opération similaire, indique que l’État islamique demeure un danger malgré sa défaite militaire.

Peu de temps après cette attaque, le chef de la milice Asa’ib Ahl al-Haq Qais al-Khaza’ali a déclaré que l’État islamique n’avait pas quitté al-Tarmiyah, et il a mis au défi le chef du gouvernement d’admettre le problème et de le résoudre.

Cela a été précédé par de nombreux autres événements qui indiquent que l’État islamique existe toujours en Irak et est toujours en mesure de mener des opérations et des activités par le biais de guerres de rue et de cellules dormantes.

Ces tactiques suscitent des inquiétudes, car rien qu’en 2019, l’État islamique a mené 139 attaques dans les provinces du nord et de l’ouest de l’Irak, au cours desquelles 274 personnes ont été tuées ; 170 d’entre eux étaient des policiers, et pour défier les autorités irakiennes et montrer sa brutalité, l’État islamique a documenté la décapitation d’un policier dans la ville de Samara.

Les faits indiquent que l’organisation État islamique n’est pas encore éliminée, ni en Syrie ni en Irak, et ce n’est pas encore un passé.

Abu Ali al-Basri, directeur général du département du renseignement et de la lutte contre le terrorisme au ministère irakien de l’Intérieur, a déclaré fin juillet dernier que ses forces avaient tué 3500 combattants de l’État islamique, mais ce chiffre, qui semble important, ne l’est pas, par rapport à le nombre de ses membres actifs en Syrie et en Irak, estimé à 18 000, selon le New York Times.

La direction de l’organisation dispose d’une richesse de 400 millions de dollars, dont une partie est utilisée pour mener des attaques terroristes.

Tous les droits de publication et les droits de l’auteur sont réservés au Monitor MENA