Le Choléra .. La tragédie oubliée du Yémen

الكوليرا في اليمن

Pour la cinquième année consécutive, les Yéménites paient toujours la taxe du coup d’État houthi sur le gouvernement internationalement reconnu du Yémen.

Ils paient non seulement leur argent, leurs maisons et leurs moyens de subsistance ; mais aussi leur santé et leur vie, car les systèmes de santé se sont complètement effondrés, et tout le pays souffre d’épidémies.

Compte tenu de la détérioration de la situation et des services de santé quasiment inexistants, l’organisation internationale OXFAM a sonné l’alerte au Yémen pour signaler une épidémie de choléra, d’autant plus que l’épidémie se propage déjà dans le pays depuis des années.

L’organisation indique que les prochains mois devraient voir une augmentation significative du nombre de personnes infectées, confirmant que les premières semaines de cette année ont vu plus de 56 000 cas suspects de la maladie.

L’organisation a souligné que les inquiétudes sont soulevées en raison du taux d’infections au cours des premières semaines de cette année, ce qui équivaut aux infections de toute l’année écoulée, ce qui indique le déclenchement rapide de la maladie, en particulier dans la capitale de Sana « a, Hajjah, Al-Hodeidah et Taiz et Dhamar, où le choléra s’est propagé depuis 2017.

Muhsin Siddighi, chef du bureau d’Oxfam au Yémen, a décrit l’épidémie de choléra comme une crise sanitaire cachée sous les yeux de tous.

« Nous avons besoin d’une action urgente de la communauté internationale pour garantir un accès sûr et sans entrave à l’aide humanitaire, et pour rassembler toutes les parties pour convenir d’un cessez-le-feu », a déclaré Siddighi.

« Les attentes sont sombres, le taux de cas de choléra est toujours au même niveau que l’année dernière, et la saison des pluies est susceptible de provoquer des milliers de nouvelles infections », a souligné Siddighi.

« Il est choquant qu’une telle crise en cours reçoive si peu d’attention », a-t-il ajouté, expliquant que les attentes préfigurent une situation pire.

En ce qui concerne les décès, le responsable international a déclaré que le nombre avait baissé en 2019, avec 1025 décès documentés par le choléra, soit la moitié du nombre de décès en 2017.

Siddighi a souligné que la guerre et les batailles continues contribuent à saper les efforts déployés pour vaincre complètement la maladie. « Le nombre d’infections cholériques en 2019 était le deuxième plus grand jamais enregistré dans un pays en un an, alors que le premier a été enregistré avec l’épidémie de la maladie en 2017, avec plus d’un million de cas », a-t-il expliqué.

Toute publication et rédaction sont conservées dans Centre de recherche et d’étude Mena