Le conflit dans le Caucase – évolution historique et dangers actuels

L’auteur est un journaliste et militant des droits de l’homme. Il est le rédacteur en chef de «Arménie: tabou et traumatisme» et est considéré comme l’artisan de la reconnaissance du génocide arménien par le parlement autrichien.

Le Haut-Karabakh est une région du sud du Caucase avec environ 12 300 m2 et 150 000 habitants, principalement d’origine arménienne. Le pays est marqué par la guerre: des champs de mines avec des mines antipersonnel, des échappatoires et des tranchées qui montrent les anciennes lignes de front ainsi que des ruines où les gens vivaient autrefois.

Les Arméniens ici se battent pour leur vie et leur patrie. Les mercenaires et soldats azerbaïdjanais se battent dans une zone qui est géo-stratégiquement importante pour une attaque contre la République d’Arménie.

Préhistoire

La région du Karabakh, en Artsakh arménien, est déjà mentionnée dans les écrits grecs anciens. A partir du 11ème siècle, des tribus turques musulmanes sont entrées dans le pays via le nord de l’Artsakh et l’ont appelé Karabakh, à Aseri / turc «jardin noir».

Ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle que l’Artsakh, maintenant également appelé Karabakh, est passé sous le contrôle des Ottomans.

À partir de 1804, le sud du Caucase (l’Arménie, l’Artsakh et le nord de la Perse) passe sous le contrôle de l’empire russe. Après son effondrement, il y a eu plusieurs guerres entre différents peuples de la région (Turcs, Géorgiens, Arméniens et Azéris) afin de déterminer les futures frontières. Grâce à l’intervention militaire et politique de la Turquie, l’Azerbaïdjan a été fondé le 28 mai 1918, une zone avec une production pétrolière importante à cette époque.

En Azerbaïdjan, entre 1918 et 1920, sous la souveraineté des soldats turcs, de nombreuses attaques ont eu lieu contre la population arménienne qui y vivait, et cela a été interprété comme une continuation du génocide des Arméniens pendant la Première Guerre mondiale. D’autre part, il y a eu aussi des actes de vengeance contre les musulmans. Ces persécutions ont pris fin temporairement le 28 avril 1920 avec la proclamation de la République soviétique d’Azerbaïdjan.

Le 29 novembre 1920, les bolcheviks arméniens ont pris le pouvoir en Arménie. Le président des bolcheviks azerbaïdjanais Nariman Narimanov et premier ministre de la République soviétique d’Azerbaïdjan a reconnu le 30 novembre 1920 que le Karabakh appartenait à l’Arménie. Le même jour, il y avait un article de Joseph Staline dans la Pravda:

«Le Caucase est important pour la révolution car il est une source de matières premières et de nourriture. Mais il est également important en raison de sa situation géographique entre l’Europe et l’Asie, car toutes les connexions économiques et stratégiques qui sont d’une importance considérable passent par ici. Nous devons contrôler cette région. »

La division arbitraire

Après l’arrivée de l’Armée rouge dans le Caucase du Sud en décembre 1920,le «Bureau caucasien du Parti communiste de Russie», auquel appartenaient les partis communistes des Républiques soviétiques de Géorgie, d’Arménie et d’Azerbaïdjan, était chargé de préciser à quelle république la région du Karabakh devait appartenir. La population arménienne à cette époque était d’environ 90%.

Le 4 juillet 1921, le «Bureau caucasien» décida lors d’une réunion à Tbilissi que le Karabakh devait rester avec la République soviétique d’Arménie. Le lendemain, en sa qualité de commissaire du peuple aux questions de nationalité, Staline a révisé cette décision à la demande d’Ataturk et de Narimanov, de sorte que le Karabakh a été ajouté à la République soviétique d’Azerbaïdjan en tant que région autonome pour protester contre la République soviétique d’Arménie.

Le professeur Otto Luchterhandt commente: «Cette décision était basée sur le pouvoir de l’Armée rouge dans le Caucase. […] La population affectée n’a pas été interrogée. Il n’y a pas eu de référendum. Il a qualifié la décision d ‘«arbitraire».

Concessions russes

Dans les années 1920, il y eut un rapprochement entre l’Union soviétique et la Turquie, y compris des concessions politiques des Soviétiques, combiné avec l’espoir que la Turquie se tournerait vers le communisme. L’attribution de la région du Karabakh à la République soviétique d’Azerbaïdjan était une concession politique. Dans l’accord de paix et d’amitié signé par la Russie soviétique et le gouvernement national turc en 1921 (Traités de Moscou), l’Union soviétique a renoncé à Kars, Ardahan et certaines autres régions à la frontière du Caucase. De même, la Nahitschewan, alors majoritairement arménienne, a été cédée à la République soviétique d’Azerbaïdjan. L’Azerbaïdjan devrait partager une frontière de 6 km avec la Turquie.

En conséquence, la population arménienne a été chassée par les Azéris. Des biens culturels précieux et vieux de plusieurs siècles, par exemple des cimetières arméniens ornés des fameuses croix de pierre, ont été détruits.

Entre 1923 et 1929, le district du «Kurdistan rouge» a été fondé dans une zone située entre la République soviétique d’Arménie et le Karabakh.

Les tribus kurdes s’y installent dès le 18e siècle et deviennent progressivement la population majoritaire. Avec la création du «Kurdistan rouge», l’expulsion finale des Arméniens vivant là-bas a commencé, les musulmans azéris ont été installés de manière ciblée et mêlés aux Kurdes. De cette manière, le Karabakh, avec sa frontière directe avec l’Arménie, est devenu une enclave au sein de l’Azerbaïdjan.

À l’époque soviétique, le Karabakh et sa population arménienne étaient discriminés par le gouvernement de la République soviétique d’Azerbaïdjan et des Azéris. Le Karabakh n’avait qu’une valeur géostratégique pour le gouvernement de Bakou, il n’y a pas de matières premières comme le pétrole, donc aucun investissement n’a été fait dans cette région. Dans les années 1970, davantage de musulmans se sont installés au Karabakh.

Le droit à l’autodétermination du peuple

En février 1988, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Stepanakert (capitale du Karabakh) pour manifester en faveur de l’unification du Karabakh avec la République soviétique d’Arménie. Les Arméniens du Karabakh ont d’abord tenté de rejoindre l’Arménie par le biais du droit constitutionnel soviétique (référendum). Cela a échoué parce que les résolutions du parlement régional du Karabakh à Stepanakert ont été déclarées inconstitutionnelles par les organes de l’URSS. À juste titre, puisque le communisme soviétique envisageait une structure fédérale sur papier, mais il n’y avait pas de règles juridiques. Une réalisation constitutionnelle du droit des peuples à l’autodétermination a été rejetée par les Soviétiques.

En réponse à cette expression pacifique de la volonté du peuple du Karabakh, les dirigeants azerbaïdjanais ont lancé des pogroms à Sumgaith. En conséquence, il y a eu de nouvelles émeutes contre les Arméniens en Azerbaïdjan.

Le 14 mars 1990, sous Mikhail Gorbachov, la constitution soviétique de 1977 a été modifiée: la souveraineté du parti devait être remplacée par la souveraineté de l’État, et une confédération fédérale devait sortir de la dictature du Parti communiste.

Le 3 avril 1990, la loi sur le retrait des 15 républiques de l’Union de l’URSS a été mise en place. Cette loi a non seulement affecté les républiques, mais a également donné aux 20 régions autonomes au sein de l’URSS des droits d’autonomie. L’une de ces zones autonomes était le Karabakh.

Extrait de la loi du 3 avril 1990: «Dans la République de l’Union qui compte des républiques autonomes, des zones autonomes et / ou des districts autonomes au sein de son association, le référendum est organisé séparément pour chaque autonomie. Les peuples des républiques et entités autonomes conservent le droit de poser des questions indépendantes sur le fait de rester en URSS ou dans la république de l’Union qui se retire et le droit d’élever leur statut.

L’Azerbaïdjan avait quitté l’URSS via une loi de retrait, le Karabakh avait donc la possibilité de quitter l’Azerbaïdjan ou de rester en URSS et de définir ainsi son statut.

Guerre entre l’Azerbaïdjan et le Karabakh

Entre avril et août 1991, l’Azerbaïdjan soviétique, avec l’aide de l’armée soviétique et de la police, a déporté la population arménienne des Karabakhs: environ 10 000 personnes ont perdu leur maison et des centaines sont mortes.

L’Azerbaïdjan a déclaré son indépendance le 30 août 1991 et le 2 septembre 1991. Le Karabakh a annoncé qu’il utiliserait la loi sur le retrait en tant que région autonome. D’une part, cela signifiait que le Karabakh était autorisé à rester en URSS pour le moment et, d’autre part, était autorisé à définir son propre statut. Il ne faisait plus partie de l’Azerbaïdjan.

Le 10 décembre 1991, un référendum a eu lieu au Karabakh, boycotté par les Azéris, qui constituaient environ 20% de la population. Avec plus de 99% des électeurs (82% de participation) au Karabakh ont voté pour l’indépendance. Ainsi la décision du 2 septembre était légitimée.

L’Union soviétique a existé jusqu’au 21 décembre 1991, donc la loi de l’époque ou le règlement décrit ci-dessus s’appliquait. L’Azerbaïdjan a nié cela et a évoqué les négociations de paix en cours au sein du Groupe de Minsk, à l’issue desquelles le statut du Karabakh serait clarifié. À ce jour, la République d’Artsakh n’est pas reconnue internationalement, mais existe en fait en tant qu’État depuis plus de 30 ans.

L’Azerbaïdjan a déclenché une guerre avec le Karabakh en décembre 1991, qui a duré jusqu’en 1994 et a tué 40 000 personnes des deux côtés.

Après la fin de la guerre en 1994, la ligne de front s’est arrêtée de sorte que certains villages d’Artsakh ont été contrôlés par l’Azerbaïdjan. Si les habitants avaient de la chance, ils étaient expulsés.

Les Arméniens d’Artsakh ont établi un lien territorial avec l’Arménie en 1994 et ont conquis des terres, principalement dans le sud-est de l’Artsakh. Les villages passèrent sous le contrôle de l’Artsakh, dont la population musulmane avait pour la plupart fui les troupes en progression. Cependant, ceux qui ne voulaient pas fuir ont été chassés par les Arméniens.

Deux pays, un peuple

La République d’Arménie (et quelques volontaires de la diaspora) ont soutenu l’Artsakh, comme on l’appelle maintenant, dans leur lutte pour leur liberté.

La Turquie soutient l’Azerbaïdjan politiquement et militairement et, au début des années 1990, Ankara a entendu la menace que le nombre «d’Arméniens serait comme des artefacts dans les musées».

Des voix turques se font également entendre dans le conflit actuel. Par exemple Ibrahim Karagül, rédacteur en chef du journal affilié à l’AKP Yeni-Afak: «Une roquette doit tomber accidentellement directement dans le centre d’Erevan! L’Azerbaïdjan n’est pas seul. « Erdogan a récemment qualifié l’Arménie de » plus grande menace à la paix dans la région. « 

Après que les Arméniens aient pu s’affirmer militairement au Karabakh en 1993, Ankara a par la suite accru son soutien militaire à l’Azerbaïdjan.

Au début de septembre 1993, la Turquie avait rassemblé des troupes à la frontière turco-arménienne. Le 6 septembre, les troupes frontalières turques ont ouvert le feu sur le territoire arménien, mais les soldats russes stationnés là-bas n’ont pas répondu à la provocation.

De son côté, le gouvernement arménien craignait que les 10 000 soldats russes à la frontière turco-arménienne ne soient retirés en Russie si le coup d’État de Moscou revenait et qu’une invasion turque puisse alors avoir lieu. Pendant le week-end critique des 2 et 3 octobre 1993, le ministre arménien de la Défense Sarkissian était en contact permanent avec son homologue russe, qui lui avait assuré que l’armée était derrière Eltsine et qu’un retrait d’Arménie était hors de question.

Selon les services secrets français, il y aurait eu un accord entre le chef du coup d’Etat Khasbulatov (un président parlementaire tchétchène et russe) et la Turquie. En conséquence, en cas de coup d’État réussi, Khasbulatov aurait autorisé des «actions limitées» en Arménie et en Géorgie pour «traquer les combattants kurdes» ou sécuriser l’Abkhazie.

Conflit gelé

Un cessez-le-feu a été convenu en mai 1994, mais le conflit lui-même n’a jamais été résolu. Au contraire, il a été brisé encore et encore. L’escalade la plus grave a eu lieu entre le 2 et le 5 avril 2016, lorsque 92 soldats arméniens et 31 azerbaïdjanais ont perdu la vie. Selon des sources officielles en Artsakh, des mercenaires islamistes auraient déjà été déployés. À l’été 2017, il y a eu une attaque de drone kamikaze contre une position arménienne.

Les islamistes au front

Selon les médias arméniens, entre 2 000 et 8 000 jihadistes que la Turquie a sauvés de Syrie ont été envoyés en Azerbaïdjan, où ils sont utilisés contre l’Artsakh. À Bakou, selon d’autres rapports, tous les pick-up disponibles ont été confisqués pour être utilisés au front.

Selon «Asia News» rien qu’en Syrie, 4 000 jihadistes ont été retirés d’Idlib, qui était occupée par les Turcs, et envoyés en Azerbaïdjan. Dans un appel lancé par la milice islamiste «Brigade Sultan Murad» (soutenue et déployée par la Turquie), il dit, entre autres: «Les volontaires de Syrie sont déployés en première ligne à la frontière arméno-azerbaïdjanaise.» Dans une émission-débat sur le radiodiffuseur islamiste «Orient», on a critiqué le fait qu’au lieu de combattre Assad à Idlib «les combattants ont été retirés et envoyés à la frontière arménienne contre les croisés chrétiens».

Les Russes, pour leur part, ont fait des recherches sur les camps d’entraînement et les points de rassemblement en Syrie qui recrutaient et entraînaient des combattants pour le Karabakh; le 9 octobre 2020, ces camps ont été détruits à plusieurs reprises. Plus de 150 djihadistes auraient été tués.

L’Azerbaïdjan commet des crimes de guerre en attaquant des églises telles que la cathédrale Shushi (voir photos) et des monuments culturels.

L’Azerbaïdjan utilise des roquettes contre des cibles civiles en violation du droit international (les roquettes ont frappé la capitale du Karabakh), ainsi que des munitions à fragmentation de type israélien M095 DPICM, qui ont été utilisées par l’Azerbaïdjan.

La création, le stockage et / ou l’utilisation de munitions à fragmentation sont internationalement interdits et interdits depuis le 1er août 2010. Entre-temps, un mouvement de protestation s’est formé en Israël pour exiger qu’aucune arme ne soit plus vendue à l’Azerbaïdjan.

Le régime Aliyev a été associé à plusieurs reprises à la corruption, aux violations des droits de l’homme, au manque de démocratie et aux crimes de guerre. Les rapports de l’UE, mais surtout des organisations de défense des droits de l’homme, brossent un tableau clair.
Une question demeure: pourquoi maintenant?

La Turquie a toujours eu des rêves d’expansion. Cela ressort clairement du matériel pédagogique du ministère turc de l’Éducation. De plus, en tant que puissance militaire régionale de l’OTAN, la Turquie souhaite intervenir dans son environnement et contribuer à le façonner. Par exemple, en attaquant les Kurdes, qui étaient les seules unités terrestres à lutter contre les islamistes pendant la guerre syrienne, et en livrant des armes et du matériel aux islamistes.

La situation économique dans les deux pays est précaire

La valeur de la livre turque a chuté de 50% l’an dernier. La Turquie traverse une crise économique massive et il n’y a pas de fin en vue. Dans le cas de l’Azerbaïdjan, qui tire plus de 90% de ses revenus du pétrole et du gaz, la chute massive du prix du pétrole a entraîné une perte de base économique.

Contrairement à l’annonce politique turque de «zéro problème avec les voisins», la Turquie a eu des affrontements ou des interventions militaires avec les Kurdes (dans son propre pays), la Grèce, Chypre, l’Irak, la Syrie, la Libye et l’Artsakh ces dix dernières années. Dans le cas de la Syrie et de l’Irak, les Turcs ont occupé des terres des deux pays.

Les deux présidents (Erdogan et Aliyev) se sont enrichis dans leurs bureaux, ne sont pas amis de la démocratie, de la liberté d’expression et de la liberté des médias, répriment l’opposition et ont des membres de leur famille dans le gouvernement. De nombreuses minorités différentes vivent dans les deux pays et pourtant la peur et la haine contre les minorités – en particulier contre les Arméniens – sont alimentées par les manuels scolaires.

Erdogan et Aliyev ont désespérément besoin d’un succès présentable. La politique d’« apaisement »de la chancelière allemande est la mauvaise réponse aux jeux musculaires d’Ankara que nous menons depuis des années.

Les gens du Caucase ne veulent pas être le jeu de la politique, ils veulent la paix. Personne ne veut envoyer ses enfants, l’avenir d’une famille, du peuple, d’un pays à la guerre. Tout ce qui reste, c’est la peur, la méfiance et l’amertume.

Ce dont la Turquie et l’Azerbaïdjan ont vraiment besoin, c’est la liberté de la presse, la liberté d’expression et la démocratie. Cela contribuerait le plus à stabiliser la région.

Les références :

  1. Zitiert nach Hélène Carrère d’Encause: Lenin. Piper Verlag, München 2000, ISBN 3-492-04199-X, S. 404
  2. Luchterhandt Otto, Das Recht Berg-Karabaghs auf staatliche Unabhängigkeit aus völkerrechtlicher Sicht, Archiv des Völkerrechts 31. Bd., No. 1/2, UMWELTSCHUTZ / PROTECTION OF THE ENVIRONMENT (1993), pp. 30-81, Internetfundstelle https://www.youtube.com/watch?v=3eNFflobMtk und https://www.youtube.com/watch?v=6qqfWQW2-dw
  3. Otto Luchterhandt a été professeur de droit public et de droit oriental à l’Université de Hambourg de 1991 à 2008 et directeur du Département de recherche en droit oriental.3. Luchterhandt, La loi du Haut-Karabagh
  4. Ebenda
  5. https://yeni1mecra.com/ibrahim-karagul-erivanin-merkezine-fuze-dusmeli/
  6. https://jacobinmag.com/2020/10/armenia-azerbaijan-cease-fire-conflict-nagorno-karabakh
  7. https://www.haaretz.com/israel-news/israeli-firm-loses-kamikaze-drone-export-license-for-azerbaijan-1.5446732
  8. http://asianews.it/news-en/Turkey-sends-4,000-Syrian-ISIS-mercenaries-to-fight-against-the-Armenians-(VIDEO)-51151.html
  9. https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=69756
  10. https://www.amnesty.org/en/latest/news/2020/10/armenia-azerbaijan-civilians-must-be-protected-from-use-of-banned-cluster-bombs/
  11. https://www.welt.de/politik/ausland/article211003775/Offensive-Adlerkralle-Tuerkische-Jets-greifen-erneut-Ziele-im-Nordirak-an.html

Tous les droits de publication et droits d’auteur sont réservés au Centre de recherche et d’études MENA