Le danger de l’islamisme : Serait-il oublié?

Il y a en Allemagne 600 islamistes environ classés en tant que dangereux, et près de 1100 en France. Et dans les deux pays, la question se pose toujours concernant s’il y a un rapport avec la politique d’asile défaillante, tandis que les politiciens et les personnalités influentes sur les réseaux sociaux préfèrent se concentrer sur d’autres sujets.

L’été dernier, le parlement allemand a débattu de l’attentat terroriste à Breitscheidplatz à Berlin. Les personnes à qui l’Allemagne devait une réponse étaient assises au balcon des invités du Bundestag, tandis que les proches des victimes de l’attentat du marché de Noël de Breitscheidplatz se demandaient comment l’islamiste Anis Amri avait-il pu tuer onze personnes.

En décembre 2016, Amri a conduit un camion jusqu’au marché, sachant que les autorités le considéraient comme une menace. Dès lors, une commission d’enquête parlementaire tente d’expliquer l’échec de la police et des services secrets. Et les travaux de la commission se sont achevés par un débat au Bundestag.

Les membres de la commission d’enquête ont déployé des efforts sincères, mais ils n’ont abordé que la question la plus importante : pourquoi l’Allemagne a-t-elle autorisé à des personnes comme Anis Amri à entrer dans le pays ? Lors du paroxysme de la crise des réfugiés, le Tunisien a s’est déplacé de l’Italie vers l’Allemagne par la Suisse en juillet 2015 et il aurait déjà prévu à cette époque de mener des attentats, selon la commission d’enquête, quelques mois plus tard de son arrivée dans le pays.

Amri avait vite trouvé ses collègues islamistes et il va les retrouver encore une fois aujourd’hui. En Allemagne, 600 islamistes environ sont actuellement classés en tant que dangereux. Cela signifie que les services de sécurité sont convaincus que des attentats pourront se produire. En comparaison à 2010, le nombre de menaces des islamistes enregistrées a presque multiplié par six.

Un politicien du Parti social-démocrate membre de la commission est parvenu à la conclusion que les autorités de sécurité ont été submergées par « la migration massive provenant de la Syrie, d’Afghanistan et d’Irak » en 2015 et 2016.

Le Tunisien qui a perpétré l’attentat de Berlin est un exemple clair que l’État avait perdu le contrôle à cette époque. Avec au moins 14 nationalités différentes, le jeune homme de 23 ans s’est rendu en Allemagne, il a demandé l’asile et il a bénéficié des avantages sociaux. Les autorités de sécurité l’ont placé sous leur surveillance plus d’une fois, et les responsables ont lu son dossier à maintes reprises. Au final, les enquêteurs l’ont sous-estimé car il s’est mis à vendre de la drogue, ils pensaient qu’il était passé de l’islamisme aux crimes liés à la drogue. Mais en réalité, il est bien connu que les deux phénomènes ne sont pas contradictoires : en Afghanistan, les talibans se financent grâce au commerce de l’opium.

Il y a eu de nombreux jugements erronés, comme celui-ci, qui n’ont pas servi l’image des autorités de sécurité. Cependant, pour surveiller un islamiste pendant 24 heures, il faudra plus de vingt policiers, et sur les quelque 600 personnes enregistrées, environ 230 sont en liberté et résident en Allemagne, et pour les surveiller 24 heures sur 24, la police aurait besoin de 5000 à 6000 officiers pour s’occuper uniquement de cette tâche. Outre les auteurs, il y a plusieurs centaines de soi-disant personnes concernées qui peuvent soutenir des terroristes potentiels. Pour cela, le problème de l’islamisme ne peut être contrôlé avec les moyens et les ressources d’un État de droit européen.

Dans le cas de l’affaire de Amri, la politique d’asile de l’Allemagne était une porte d’entrée pour un terroriste islamiste. Dans d’autres affaires criminelles, des criminels violents déjà condamnés ailleurs sont venus dans le pays. Avec plus de 100.000 demandeurs d’asile par an, l’Allemagne accueille encore de personnes dépassant la capacité les autorités pour les examiner. C’est signe fatal pour la sécurité intérieure.

Les experts croient également que le nouveau gouvernement allemand dirigé par Olaf Scholz néglige les risques potentiels, étant donné que la menace du terrorisme et de l’islam politique ne sont pas des phénomènes marginaux en politique qui peuvent être ignorés. D’autant plus que toute forme d’extrémisme, soit politique ou religieuse, doit être combattue par tous les moyens disponibles. En outre, les autorités de sécurité ont besoin de meilleurs pouvoirs juridiques pour éviter le danger et protéger les citoyens, comme la surveillance des services des envoyés mandatés par le tribunal. À long-terme, l’incapacité de déjouer des plans d’attentats que grâce à des informations fournies par des partenaires étrangers deviendra inacceptable.

Les salafistes terroristes constituent encore une menace, mais pas seuls, car «l’islam politique» est en vogue en Europe. Il y a quelques années, il était principalement représenté dans les pays anglo-saxons, mais des mouvements comme les Frères musulmans ont de plus en plus déplacé leurs activités vers l’Allemagne et la France. Récemment, une propriété a été achetée dans la région Berlin-Wedding pour quatre millions d’euros pour le compte d’une filiale des Frères musulmans extrémistes en Grande-Bretagne, qui pourrait devenir un centre pour les islamistes en Allemagne. Le chef du Bureau pour la protection de la Constitution en Rhénanie du Nord-Westphalie, en Allemagne de l’Ouest, décrit les activités des Frères musulmans comme étant la plus grande menace pour une société ouverte. En outre, il y a les associations et les mosquées contrôlées de l’extérieur, en tête de liste l’Union turque Ditib, devenant plus fondamentaliste et plus nationaliste sous le règne d’Erdogan. L’influence intolérante pour ces mosquées se répercute maintenant sur les écoles, selon les propos les associations des enseignants dans les pays germanophones.

Un politicien local du bloc parlementaire conservateur de l’Union chrétienne-démocrate croit que les politiciens ont fait preuve de peu de sensibilisation dans le domaine de «l’islam politique» ces dernières années et ils ont sous-estimé les forces en jeu. Parfois, les gens se laissent être trompés par le visage avenant de l’islamisme légalitaire. L’année dernière, l’Union chrétienne-démocrate a adopté une position appelant à prendre des mesures concrètes contre l’islam politique et sa domination depuis l’étranger. Par exemple, un conseil d’experts a été créé au sein du ministère fédéral de l’Intérieur pour présenter des rapports au gouvernement et au parlement sur les influences et les activités islamistes. L’homme politique conservateur affirme que la grande majorité des musulmans d’Allemagne ne veulent pas de l’islam fondamentaliste, mais le problème est que ces personnes ne sont pas suffisamment représentées dans les associations islamiques.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA