Le gendre d’Erdogan revient sur la scène turque à travers la porte de la justice

Berat Albayrak, ancien ministre turc des Finances et gendre du président Recep Tayyip Erdogan, envisage de porter plainte contre le Parti du Peuple qui fait partie de l’opposition, pour dénigrement et diffamation.

L’avocat de l’ancien ministre des Finances, Issa Senan Goktas, a indiqué que : «Le procès, d’une valeur de 500.000 livres (71.000 dollars), est une réponse au discours du Parti républicain du peuple contre Albayrak. Et l’argent qui sera obtenu en tant qu’indemnités pour l’ancien ministre, va être versé aux familles de 13 personnes tuées lors de la récente opération militaire turque dans le nord de l’Irak contre le PKK »

L’absence d’Albayrak a suscité une polémique généralisée depuis qu’il a démissionné du ministère des Finances en novembre dernier suite à une nouvelle vague de contreperformance de la livre turque. Les rapports indiquent qu’il s’est rendu à Londres pour établir une nouvelle vie, ou qu’il est aux États-Unis.

En outre, l’avocat «Goktas» a affirmé que : «le procès est venu pour répondre aux allégations du CHP selon lesquelles Albayrak avait épuisé les réserves de la Banque centrale, ainsi que pour répondre aux campagnes lancées pour repérer Al-Bayrak suite à sa disparition après sa démission ».

L’avocat d’Albayrak a souligné que «le Parti républicain du Peuple était impliqué dans ce qu’il a décrit d’opération de création de perceptions négatives contre Albayrak, et que cela constitue un crime de diffamation», en ajoutant que «Albayrak était en train de passer quelques temps à la maison avec sa famille, à l’instar de n’importe quelle autre famille turque ».

Il est à noter que la police turque a arrêté trois membres de la branche des jeunes du principal parti de l’opposition, à cause de l’affiche portant le mot «recherchée», au dessus de la photo de l’ancien ministre du Trésor et des Finances, Berat Albayrak, accusé par les Turcs de causer la crise économique et de vie par laquelle traverse le pays depuis environ 3 ans.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA