Le gouvernement allemand interdit au Hezbollah de fonctionner

Le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, a interdit au Hezbollah de fonctionner. Le mouvement islamiste chiite doit maintenant cesser ses activités en Allemagne.

Au petit matin, la police a fouillé quatre mosquées et associations considérées comme faisant partie du mouvement : la mosquée Al-Irschad à Berlin, la communauté Al-Mustafa à Brême, le centre Imam Mahdi à Muenster et les chambres de la communauté d’émigrants libanais à Dortmund.

Le Hezbollah n’a officiellement aucune ramification en Allemagne, bien que ses partisans restent en contact les uns avec les autres. Selon les enquêtes des autorités de sécurité allemandes, le groupe, classé comme « association terroriste » par l’Office fédéral de la protection de la Constitution (BfV), utilise l’Allemagne principalement comme lieu de retraite et pour collecter des dons.

Le Parlement allemand avait auparavant demandé au gouvernement fédéral d’interdire le Hezbollah de fonctionner. Une résolution correspondante a été adoptée en décembre avec les votes de la CDU/CSU, du SPD et du FDP. AfD, à gauche, et les Verts se sont abstenus.

Du point de vue du ministère, l’interdiction de l’activité signifie également que les plaques du Hezbollah ne peuvent plus être montrées.

Les actifs peuvent également être confisqués. Les rassemblements d’adeptes du Hezbollah sont désormais interdits.

Lors de la soi-disant marche Al-Quds, une manifestation anti-israélienne qui se déroule chaque année dans le monde, l’affichage des drapeaux du Hezbollah en Allemagne avait été interdit les années précédentes.

Israël, l’Arabie saoudite et les États-Unis ont insisté pendant des années pour que l’Allemagne ne traite pas seulement l’armée, mais aussi le bras politique du mouvement, soutenu par l’Iran, comme un groupe terroriste.

Le Hezbollah (en arabe « Parti de Dieu ») ne reconnaît pas le droit d’Israël à exister et appelle à une lutte armée contre l’État juif — même par des moyens terroristes.

Au Liban, le Hezbollah fait partie du gouvernement. En Allemagne, les autorités de sécurité attribuent jusqu’à 1 050 personnes au « potentiel extrémiste » du Hezbollah. Les membres de l’organisation et leurs sympathisants se réunissent dans des associations de mosquées individuelles.

Selon les observations des autorités, ils se ferment souvent et se comportent de manière conspiratrice pour ne pas attirer l’attention.

Le décret du ministère déclare :

« Cependant, en partie, les partisans de l’organisation expriment également ouvertement leurs partisans sur des sites Web et sur les réseaux sociaux. » Selon les autorités allemandes, l’idéologie du Hezbollah est dirigée contre l’idée de compréhension internationale.

Le mouvement, fondé au Liban en 1982, est tenu responsable de nombreuses attaques contre Israël.

En Allemagne, comme dans la plupart des autres pays de l’UE, seul le bras militaire a été interdit jusqu’à présent, le bras politique a été autorisé.

L’UE a inscrit la partie militaire sur la liste des terroristes en 2013. La Grande-Bretagne a classé l’ensemble de l’organisation comme terroriste en mars 2019, suivie des Pays-Bas, des États-Unis et du Canada.

Israël réclame depuis longtemps une telle démarche en Allemagne.

Le ministère allemand de l’Intérieur avait déjà interdit la diffusion de la chaîne de télévision du Hezbollah « Al-Manar TV » en 2008.

En 2014, une association de collecte de fonds appartenant au Hezbollah a été interdite, qui opérait en Allemagne sous le nom de « Orphan Lebanon Project ».

Toute publication et rédaction sont conservées dans Centre de recherche et d’étude Mena